Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

22 juillet 2014

Dès que vous l'approchez, elle plonge aussitôt

  • [...] pour assurer la survie de cette tortue, qui est difficile à apercevoir. Dès que vous l’approchez, elle plonge aussitôt dans l’eau.
    (Le Devoir, 22 juillet 2014.)

Aussitôt est superflu :

[...] pour assurer la survie de cette tortue, qui est difficile à apercevoir. Dès que vous l’approchez, elle plonge aussitôt dans l’eau.

Elle disparaît plus vite comme cela, non?

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« La tortue géographique a besoin de protection » : http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/414044/la-tortue-geographique-a-besoin-de-protection

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 05:55 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 juillet 2014

On ne compte plus

  • [...] on ne compte plus les assauts massifs de ces derniers et le recours aux roquettes iraniennes par le Hamas.
    (Serge Truffaut, dans Le Devoir du 17 juillet 2014.)

On ne compte plus? De toute manière, on ne peut compter que ce qui se compte :

[...] on ne compte plus les assauts massifs de ces derniers ni les roquettes iraniennes lancées par le Hamas.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Fatigue et franchise » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/413581/assauts-au-proche-orient-fatigue-et-franchise

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 05:59 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 juillet 2014

Le chef de l'opposition officiel

  • [...] estime le chef de l’opposition officiel à l’Hôtel de Ville, Richard Bergeron.
    (Philippe Orfali, dans Le Devoir du 19 juillet 2014.)

Monsieur Bergeron est chef de l'opposition officielle.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Policiers à louer : le SPVM sur un fil de fer, dit Bergeron » : http://www.ledevoir.com/politique/montreal/413881/policiers-a-louer-le-spvm-sur-un-fil-de-fer-dit-bergeron

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 06:11 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 juillet 2014

Le système n'est pas un pays

  • Il était piquant, en 2006, au moment où le gouvernement Harper relançait le projet centralisateur, de voir l’Organisation de développement économique (OCDE) placer le Canada au deuxième rang pour l’efficacité de sa réglementation des valeurs mobilières.
    (Antoine Robitaille, dans Le Devoir du 11 juillet 2014.)

Il s'agit de l'Organisation de coopération et de développement économiques.

  • D’ailleurs, le système canadien à 13 entités (mais harmonisé grâce à l’informatique contemporaine) a, mieux que plusieurs autres pays dotés d’un système centralisé, traversé la crise économique de 2008.

On peut comparer un système à d'autres systèmes, un pays à d'autres pays, mais non un système à d'autres pays. Je suggérerais :

D’ailleurs, le système canadien à 13 entités (mais harmonisé grâce à l’informatique contemporaine) a, mieux que le système centralisé dont sont dotés plusieurs autres pays, traversé la crise économique de 2008.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Entêtement ontarien » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/413180/ottawa-et-les-valeurs-mobilieres-entetement-ontarien

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 22:10 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 juillet 2014

Amputations de territoires

  • Onze ans après le renversement de Saddam Hussein par l’armée américaine, voilà qu’on assiste à la naissance d’un califat islamique, fruit des amputations de territoires effectués par les rebelles sunnites en Irak et en Syrie.
    (Serge Truffaut, dans Le Devoir du 18 juin 2014.)

Ce ne sont pas des territoires qui ont été effectués, mais des amputations de territoires :

Onze ans après le renversement de Saddam Hussein par l’armée américaine, voilà qu’on assiste à la naissance d’un califat islamique, fruit des amputations de territoires effectuées par les rebelles sunnites en Irak et en Syrie.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Les cauchemars » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/411264/le-moyen-orient-en-feu-les-cauchemars

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]


15 juillet 2014

Y en aurait-il deux?

  • Sur la quinzaine de kilomètres qu’elle parcourt chaque jour avec sa meute depuis quatre ans, Émilie Rivard essaie elle aussi de monter des vidéos des promenades — avec l’application de montage Magisto — qu’elles publient ensuite sur la page Facebook de Chien Sourire.
    (Émilie Folie-Boivin, dans Le Devoir du 14 juillet 2014.)

Ce ne sont pas les vidéos qui publient des promenades, ni les promenades qui publient des vidéos :

Sur la quinzaine de kilomètres qu’elle parcourt chaque jour avec sa meute depuis quatre ans, Émilie Rivard essaie elle aussi de monter des vidéos des promenades — avec l’application de montage Magisto — qu’elle publie ensuite sur la page Facebook de Chien Sourire.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Suivre son chien pas à pas, sans être là » : http://www.ledevoir.com/societe/consommation/413342/consommation-suivre-son-chien-pas-a-pas-sans-etre-la

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 juillet 2014

Porter main-forte

Porter main-forte, prêter main-forte; usage; paronymes.

  • Elle croisait les doigts afin que les activités de commémoration contribuent à apaiser sa tristesse — et celles des autres survivants de la catastrophe ferroviaire.
    (Marco Bélair-Cirino, dans Le Devoir du 7 juillet 2014.)

On ne dirait pas que les activités de commémoration contribuent à apaiser les tristesses des survivants, mais plutôt la tristesse des survivants. Le pronom démonstratif doit donc être au singulier :

Elle croisait les doigts afin que les activités de commémoration contribuent à apaiser sa tristesse — et celle des autres survivants de la catastrophe ferroviaire.

* * * * *

  • La communauté de Lac-Mégantic s’est affairée tout au long du week-end à « redonner la vie » à l’air, la terre, l’eau et le ciel étoilé salis par le pétrole brut [...]

La préposition à se répète normalement devant chacun des compléments :

La communauté de Lac-Mégantic s’est affairée tout au long du week-end à « redonner la vie » à l’air, à la terre, à l’eau et au ciel étoilé salis par le pétrole brut [...]

* * * * *

  • « Il pêchait tout le temps », fait remarquer la mère du petit Nicolas, Geneviève Boulanger, pendant que son petit garçon nu-pieds porte main-forte aux responsables de l’« opération ensemencement ».

D'après le résultat de mes recherches (j'ai consulté le Multidictionnaire, le Petit Robert, Usito, le Grand Robert et le Trésor de la langue française informatisé), on ne dit pas porter main-forte, mais prêter main-forte :

Les voisins nous ont prêté main-forte pour rebâtir la grange incendiée. (Multidictionnaire, à l'article « main-forte ».)

Louise prêtait main-forte à la ménagère devant ses fourneaux, Albert allait aux champs avec les paysans. (Edmonde Charles-Roux dans le Grand Robert, à l'article « fauchaison ».)

[...] d'un coup de sifflet il réquisitionne les voitures et chacun lui prête main-forte. (Paul Morand dans le Grand Robert, à l'article « lyncher ».)

Le clergé et la noblesse se résignaient déjà à prêter main-forte aux vainqueurs pour écraser l'ennemie commune, la République. (Zola dans le Trésor de la langue française informatisé, à l'article « noblesse ».)

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Se souvenir pour mieux regarder devant » : http://www.ledevoir.com/politique/villes-et-regions/412804/se-souvenir-pour-mieux-regarder-devant

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 juillet 2014

Projet

  • Le projet ne vient pas sans argent. Quelque 33 millions de dollars seront consacrés à ce projet!
    (Antoine Robitaille, dans Le Devoir du 5 juillet 2014.)

Je supprimerais la répétition :

Le projet ne vient pas sans argent. Quelque 33 millions de dollars y seront consacrés à ce projet!

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Des "guerriers"? » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/412687/harper-et-les-militaires-des-guerriers

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 14:31 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [4] - Permalien [#]

11 juillet 2014

Mouvance

  • La mouvance conservatrice reproche au gouvernement de Barack Obama d’avoir évolué vers une attitude plus accueillante envers les enfants non accompagnés. Les chiffres leur donneraient raison [...]
    (Claude Lévesque, dans Le Devoir du 10 juin 2014.)

La mouvance conservatrice reproche au gouvernement de Barack Obama d’avoir évolué vers une attitude plus accueillante envers les enfants non accompagnés. Les chiffres lui donneraient raison [...]

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« L’odyssée des enfants sans papiers » : http://www.ledevoir.com/international/etats-unis/413022/reperes-l-odyssee-des-enfants-sans-papiers

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 05:20 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 juillet 2014

Mais pas plus

  • Et ce, dans le but évidemment de contenir la Chine. De limiter son influence à sa région, mais pas plus, avec la complicité du Japon.
    (Serge Truffaut, dans Le Devoir du 7 juillet 2014.)

Il va de soi que l'influence de la Chine, si elle doit se limiter à une région, ne saurait s'étendre au-delà :

Et ce, dans le but évidemment de contenir la Chine. De limiter son influence à sa région, mais pas plus, avec la complicité du Japon.

* * * * *

  • Voilà que, dans la foulée de l’essor économique de la Chine mais aussi de la Corée du Sud, essor dont le Japon fut le principal créancier, les deux premiers sont devenus beaucoup plus chatouilleux pour tout ce qui a trait au passif historique, celui de la Deuxième Guerre mondiale.

Les deux premiers sont des premières :

Voilà que, dans la foulée de l’essor économique de la Chine mais aussi de la Corée du Sud, essor dont le Japon fut le principal créancier, les deux premières sont devenues beaucoup plus chatouilleuses pour tout ce qui a trait au passif historique, celui de la Deuxième Guerre mondiale.

* * * * *

  • Dans la foulée, les mandarins du Parti communiste chinoise se sont plu à rappeler [...]

Chinois.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« La mise en bière » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/412759/le-pacifisme-du-japon-la-mise-en-biere

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 01:34 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 juillet 2014

Pas d'enfants avec des photos dans sa chambre

  • [...] pas d'enfants suédois avec des photos de joueurs de tennis québécois dans sa chambre comme moi j'avais des photos de Borg dans la mienne.
    (Stéphane Laporte, dans La Presse du 5 juillet 2014.)

Deux possibilités :

[...] pas d'enfants suédois avec des photos de joueurs de tennis québécois dans leur chambre comme moi j'avais des photos de Borg dans la mienne.

[...] pas d'enfant suédois avec des photos de joueurs de tennis québécois dans sa chambre comme moi j'avais des photos de Borg dans la mienne.

* * * * *

Une phrase à retenir : Pour devenir ce que l'on aspire à être, il ne faut jamais cesser de le vouloir.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Et arriva Eugenie » : http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/stephane-laporte/201407/05/01-4781302-et-arriva-eugenie.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_stephane-laporte_3270_section_POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 02:35 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 juillet 2014

Elle s'est réjouie qu'on avait...

Se réjouir que + indicatif ou subjonctif; se réjouir que et le choix du mode; grammaire française.

  • Pensons à la ministre de la Sécurité publique, Lise Thériault, qui s'est réjouie récemment qu'on avait [...]
    (Antoine Robitaille dans son blogue, le 2 juillet 2014 à 17 h 36.)

D'après le Girodet, le Colin, le Grand Robert et le Trésor de la langue française informatisé, se réjouir que appelle le subjonctif :

Je me réjouis que vous ayez réussi à le convaincre. (Girodet.)

Pour le moment, réjouissons-nous qu'il soit sain et sauf, pour le reste, vous verrez bien. (Triolet, dans le Colin.)

Je me réjouis qu'il soit là, qu'il ait été là. (Hanse et Blampain.)

Je me réjouis que tout se soit bien terminé. (Petit Robert.)

Je me réjouis que vous soyez en bonne santé. (Lexis.)

Chaque année je me réjouis que la source du bois [...] ne soit pas encore captée. (Barrès, dans le Trésor.)

Il fallait écrire :

Pensons à la ministre de la Sécurité publique, Lise Thériault, qui s'est réjouie récemment qu'on ait [...]

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Les "crédits", une mine pour Mots et Maux » : http://www.ledevoir.com/opinion/blogues/mots-et-maux-de-la-politique/412412/les-credits-une-mine-pour-mots-et-maux

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 00:31 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 juillet 2014

Impératifs

  • « Mais enfin, Maître, il doit bien arriver que la Chine accepte des immigrants sur son territoire!
    — Des gens qui ont de l’argent à y investir, oui. Va faire fortune chez toi et revient.
    — Faire fortune est long et hasardeux, il doit bien y avoir un autre moyen.
    Commet un crime et ainsi tu croupiras dans une prison chinoise pour le reste de tes jours. »
    (François Blais, dans Le Devoir du 5 juillet 2014.)

Revient et commet correspondent à la troisième personne du singulier du présent de l'indicatif. Mais il faut ici la deuxième personne du singulier de l'impératif :

Va faire fortune chez toi et reviens.

Commets un crime et ainsi tu croupiras dans une prison chinoise pour le reste de tes jours.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« L’espion : une microfiction de François Blais » : http://www.ledevoir.com/culture/livres/412565/l-espion

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 06:40 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 juillet 2014

Ses coups et son rythme

  • Ses coups tout en puissance frôlaient les lignes et son rythme d’enfer n’ont jamais permis à sa rivale de s’ajuster.
    (Jean Dion dans le site du Devoir, le 5 juillet 2014 à 16 h 54.)

D'après la structure de la phrase, coups est sujet de frôlaient, et le verbe permettre a un seul sujet, rythme :

Ses coups tout en puissance frôlaient les lignes, et son rythme d’enfer n’a jamais permis à sa rivale de s’ajuster.

Pour rendre l'idée que les coups tout en puissance, aussi bien que le rythme d'enfer, n'ont jamais permis..., on aurait pu écrire :

Ses coups tout en puissance, qui frôlaient les lignes, et son rythme d’enfer n’ont jamais permis à sa rivale de s’ajuster.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« La commande était trop lourde » : http://www.ledevoir.com/sports/tennis/412732/bouchard-vs-kvitova

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 19:46 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 juillet 2014

Aurait-on confondu...?

  • Mais c'est le ténor* Joseph Rouleau qui a livré la performance la plus mémorable du concert Félix je me souviens.
    (Isabelle Porter dans le site du Devoir, le 3 juillet 2014 à 23 h 20.)

Plusieurs paragraphes plus bas :

  • Mais c'est le ténor* Joseph Rouleau qui a volé le show du haut de ses 85 printemps.

Joseph Rouleau est une basse. Nous sommes loin du registre de ténor : entre les deux, il y a le baryton.

* * * * *

  • En attendant Yan Perreau et Radio Radio boucler Le phoque en Alaska à sauce électro, il y avait de quoi être séduit.

Il commençait sans doute à se faire tard :

En entendant Yan Perreau et Radio Radio boucler Le phoque en Alaska à la sauce électro, il y avait de quoi être séduit.

* * * * *

  • Par ailleurs, on avait fait beaucoup de cas dans les médias de cet hologramme [...] La technologie permettait un duo virtuel entre le poète de l'île et Catherine Major. Sans être raté, ce numéro n'avait rien de particulièrement spectaculaire. À proximité de la scène on avait l'impression de voir chanter Major à compter d'une simple vidéo.

N'aurait-on pas eu l'impression, plutôt, de voir chanter Major à côté d'une simple vidéo?

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

* La correction a été apportée le 4 juillet à 11 h 44. (J'avais signalé l'erreur dans un commentaire.)

« Félix Leclerc toujours vivant » : http://www.ledevoir.com/culture/musique/412640/isabelle-porter-feq

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 03:42 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 juillet 2014

Il à fait main basse

  • Tan-Tan, porte du Sahara occidental, territoire contesté sur lequel le Maroc à fait main basse.
    (Valérian Mazataud, dans Le Devoir du 28 juin 2014.)

Beaucoup de gens semblent avoir du mal à distinguer entre la préposition à et l'auxiliaire avoir :

Le voleur a fait main basse sur de belles pièces faites à la main.

Il fallait écrire :

Tan-Tan, porte du Sahara occidental, territoire contesté sur lequel le Maroc a fait main basse.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Le marathon des sables » : http://www.ledevoir.com/art-de-vivre/voyage/411884/le-marathon-des-sables

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:56 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 juillet 2014

Libraire et commerçant

  • « C’est l’ajout d’un intermédiaire qui a un impact colossal sur les résultats financiers des éditeurs et des libraires, poursuit celui [Blaise Renaud, directeur général des librairies Renaud-Bray] qui se voit autant comme commerçant que comme libraire. »
    (Catherine Lalonde, dans Le Devoir du 30 juin 2014.)

La précision est pour le moins superflue : un libraire, d'après le Petit Robert, est un « commerçant dont la profession est de vendre des livres au public ».

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Renaud-Bray dit vouloir changer les choses dans le monde du livre » : http://www.ledevoir.com/culture/livres/412291/plint-chaud-renaud-bray-dit-vouloir-changer-les-choses-dans-le-monde-du-livre

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 21:52 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 juin 2014

« Quelle importance, le temps qu'il nous reste... »

  • Depuis le début du mois de juillet*, une centaine de familles ont contacté les services d’urgence de leur ville parce qu’elles n’auront plus de logement à partir du 1er juillet.
    (Laura Pelletier, dans Le Devoir du 30 juin 2014.)

Quelques paragraphes plus loin :

  • La majorité des personnes ont donc contacté les services municipaux ou le FRAPRU au début du mois de juillet*.

Mon journal préféré semble avoir un peu de mal avec les dates ces jours-ci. (Voir mon billet du 29 juin.)

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

* Le 30 juin à 17 h 45, je vois que la correction a été apportée.

« Plusieurs Québécois à la rue le 1er juillet » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/412273/plusieurs-quebecois-a-la-rue-le-1er-juillet

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 02:12 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 juin 2014

C'était quand déjà?

  • Le centre-ville de Lac-Mégantic a été détruit par l’explosion d’un train en juin 2013.
    (Légende de la photo accompagnant l'article de Joseph Boju, dans Le Devoir du 28 juin 2014.)

L'explosion s'est produite en fait le 6 juillet 2013.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Reconstruire Lac-Mégantic à l’heure de l’entrepreneuriat social » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/412206/reconstruire-lac-megantic-a-l-heure-de-l-entrepreneuriat-social

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 juin 2014

Son statut de l'avantage

L'administration Obama ou le gouvernement Obama; anglicisme.

  • Si dans le cas de l’Iran on a évoqué son statut de puissance régionale et donc de l’avantage que cela lui donne, il faut maintenant s’arrêter à la carte que détient l’administration Obama.
    (Serge Truffaut, dans Le Devoir du 27 juin 2014.)

Deux observations :

  1. On a évoqué l'avantage que cela lui donne, et non pas son statut de l'avantage, ce qui ne veut rien dire.
  2. Selon le Petit Robert, administration est un anglicisme lorsqu'il désigne une équipe gouvernementale. Exemple : L'administration Bush.

Il fallait écrire :

Si dans le cas de l’Iran on a évoqué son statut de puissance régionale et donc de l’avantage que cela lui donne, il faut maintenant s’arrêter à la carte que détient le gouvernement Obama.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« À rebours du temps » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/412037/la-guerre-en-irak-a-rebours-du-temps

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:53 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]


Fin »