Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

dimanche 17 juillet 2016

Le chef est tout puissant

Tout puissant ou tout-puissant; trait d'union; orthographe.

  • Le chef est tout puissant, même dans ses contradictions et ses erreurs.
    (Lise Payette, dans Le Devoir du 22 avril 2016.)

On écrit tout-puissant, avec un trait d'union :

[...] un lien invisible et tout-puissant les rivait l'un à l'autre. (Pergaud, dans le Petit Robert.)

Les dictateurs tout-puissants. (Multidictionnaire.)

Sachez-le : pour son triomphe, vos douleurs sont des armes toutes-puissantes [...] (H. Monod dans le Trésor de la langue française informatisé, à l'article « aveugle ».)

Line Gingras
Québec

« Le combat de Robert Burns » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/468838/le-combat-de-robert-burns

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 02:50 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 9 juillet 2016

Leur dame et leur ceinture de chasteté

  • Il faut rappeler qu’en ces temps féodaux, les chevaliers [...] pratiquaient le câlin extrême tandis que leur dame cherchait frénétiquement la clé de leur ceinture de chasteté.
    (Josée Blanchette, dans Le Devoir du 8 juillet 2016.)

Les chevaliers n'avaient pas de ceinture de chasteté :

Il faut rappeler qu’en ces temps féodaux, les chevaliers [...] pratiquaient le câlin extrême tandis que leur dame cherchait frénétiquement la clé de sa ceinture de chasteté.

Line Gingras
Québec

« "Queer" platonique tendance bi curieuse » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/474986/queer-platonique-tendance-bi-curieuse

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 02:53 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 6 juillet 2016

Changement de sexe

  • D’autres déplorent que la présence de cette case impose aux personnes transgenres de faire modifier leurs documents lorsqu’ils changent de sexe.
    (Hélène Buzzetti, dans Le Devoir du 6 juillet 2016.)

Ce ne sont pas les documents qui changent de sexe :

D’autres déplorent que la présence de cette case impose aux personnes transgenres de faire modifier leurs documents lorsqu’elles changent de sexe.

Line Gingras
Québec

« Homme ou femme, pourquoi poser la question? » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/474870/homme-ou-femme-pourquoi-poser-la-question

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [1] - Permalien [#]

mardi 5 juillet 2016

Au moment d'écrire ses lignes

Au moment d'écrire ses lignes, au moment d'écrire ces lignes; ses lignes, ces lignes; ses ou ces; possessif ou démonstratif; orthographe.

  • Selon une ébauche de calendrier adoptée mercredi dernier, et qui pourrait encore changer, deux réunions, toujours pas annoncées au moment d’écrire ses lignes, doivent avoir lieu cette semaine, quatre autres à la fin juillet et six autres à la fin de l’été.
    (Manon Cornellier, dans Le Devoir du 4 juillet 2016.)

Ses lignes? Les lignes de qui, de quoi? À qui, à quoi renvoie le possessif?

À rien. En fait, l'éditorialiste veut dire « à l'heure actuelle » – au moment où j'écris les lignes que vous avez sous les yeux, au moment où j'écris ces lignes :

À l'heure où j'écris ces lignes, le dernier médecin que j'ai consulté se perd dans un passé si lointain que son souvenir s'est complètement effacé de mon esprit. (M. Tournier dans le Grand Robert, à l'article « placebo ».)

J'écris ces lignes dans ma chambre, une sale petite chambre, sous les combles, ouverte à tous les vents. (Mirbeau dans le Trésor de la langue française informatisé, à l'article « ligne ».)

Il faudrait lire :

Selon une ébauche de calendrier adoptée mercredi dernier, et qui pourrait encore changer, deux réunions, toujours pas annoncées au moment d’écrire ces lignes, doivent avoir lieu cette semaine, quatre autres à la fin juillet et six autres à la fin de l’été.

Line Gingras
Québec

« Des raisons de douter » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/474689/reforme-electorale-des-raisons-de-douter

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 17:37 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 4 juillet 2016

Le Musée national de sa Fondation

Au pavillon central du Musée national des beaux-arts du Québec, il y a un peu plus d'une semaine, je n'ai pu m'empêcher de remarquer la phrase suivante à côté d'un ascenseur, sur une plaque visant à remercier les membres du Bureau des gouverneurs de la Fondation du Musée :

  • Leur amour de l'art et leur engagement indéfectible au Musée national des beaux-arts du Québec et de sa Fondation serviront d'exemples à tous les bâtisseurs de demain.

À quoi se rattache de sa Fondation? Faut-il lire au Musée national de sa Fondationau Musée national des beaux-arts de sa Fondation?

Par ailleurs, bien que l'on puisse parler d'un engagement à faire quelque chose, je ne suis pas certaine qu'il soit correct d'employer la préposition à lorsque le complément est un nom. Je proposerais donc :

Leur amour de l'art et leur engagement indéfectible à l'égard du Musée national des beaux-arts du Québec et de sa Fondation serviront d'exemples à tous les bâtisseurs de demain.

Leur amour de l'art et leur engagement indéfectible envers le Musée national des beaux-arts du Québec et sa Fondation serviront d'exemples à tous les bâtisseurs de demain.

Line Gingras
Québec

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 17:12 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 1 juillet 2016

Ce dernier entend serrer la vis

Ce dernier; maître ou docteur pour un député; maître ou docteur pour un ministre; avocat ou médecin député; avocat ou médecin ministre.

  • Pour contrer ce qu’il qualifie d’« obstruction » à l’aide à mourir, le ministre de la Santé, le Dr Gaétan Barrette, a pris les grands moyens au CHUM pour mettre au pas les médecins et réclame que les demandes des patients ne transitent plus par ces professionnels, mais plutôt par le reste du personnel soignant. Ce dernier entend aussi serrer la vis au Centre universitaire de santé McGill [...]
    (Isabelle Paré, dans Le Devoir du 29 juin 2016.)

1. La journaliste semble prêter au reste du personnel soignant des intentions quelque peu étonnantes. Le contexte nous éclaire, heureusement :

Pour contrer ce qu’il qualifie d’« obstruction » à l’aide à mourir, le ministre de la Santé, le Dr Gaétan Barrette, a pris les grands moyens au CHUM pour mettre au pas les médecins et réclame que les demandes des patients ne transitent plus par ces professionnels, mais plutôt par le reste du personnel soignant. Il entend aussi serrer la vis au Centre universitaire de santé McGill [...]

Il faut se garder d'employer ce dernier sans s'être assuré qu'il désigne bien l'élément de même genre et de même nombre le plus rapproché.

2. Je dois faire observer, par ailleurs, que « les députés, qu'ils soient ministres ou non, ne portent pas leurs titres professionnels (Docteur, Maître) dans le cadre de leur activité parlementaire » (Le français au bureau, ouvrage de l'Office québécois de la langue française, sixième édition). 

Line Gingras
Québec

« Barrette intervient pour mater les médecins du CHUM » : http://www.ledevoir.com/societe/sante/474435/obstruction-des-medecins-dans-l-aide-a-mourir

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 19:36 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 28 juin 2016

Sans n'avoir jamais...

  • Un pari pour le moins risqué, le dessinateur devant scénariser et illustrer en un mois le parcours d’une réfugiée syrienne en à peine huit pages sans n’avoir jamais mis les pieds sur les lieux de l’histoire.
    (Lisa-Marie Gervais, dans Le Devoir du 13 février 2016.)

D'après ce que je vois dans le Grand Robert et dans le Trésor de la langue française informatisé, on ne met pas la négation ne devant un infinitif introduit par la préposition sans :

La princesse prétendait se connaître en musique; elle l'aimait fort, sans avoir jamais su faire de différence entre la bonne et la mauvaise. (R. Rolland dans le Grand Robert, à l'article « différence ».)

Beaucoup de ces jeunes soldats arrivaient de Toulon, de Rochefort, ou de Brest, à peine instruits, sans avoir jamais fait le coup de feu; et depuis le matin, ils se battaient avec une bravoure, une solidité de vétérans. (Zola dans le Grand Robert, à l'article « inaccoutumance ».)

J'étais habitué à la voir dans cette maison, comme on voit les vieux fauteuils de tapisserie sur lesquels on s'assied depuis son enfance sans y avoir jamais pris garde. (Maupassant dans le Grand Robert, à l'article « tapisserie ».)

Il dessinait et peignait très agréablement, sans avoir jamais appris. (Montherlant dans le Trésor, à l'article « agréablement ».)

Le cœur de la malheureuse fillette [...] avait donc résorbé silencieusement ses peines, sans avoir jamais pu se barricader ni s'endurcir. (Bloy dans le Trésor, à l'article « endurcir ».)

Vieillir [...] sans avoir jamais savouré le délicieux plaisir des baisers dérobés [...] (Maupassant dans le Trésor, à l'article « galant ».)

Il fallait écrire :

Un pari pour le moins risqué, le dessinateur devant scénariser et illustrer en un mois le parcours d’une réfugiée syrienne en à peine huit pages sans avoir jamais mis les pieds sur les lieux de l’histoire.

Line Gingras
Québec

« "Salima, d’Alep à Joliette", une bédé pour raconter les réfugiés » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/462904/salima-d-alep-a-joliette-une-bede-pour-raconter-les-refugies

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Langue et traduction - Commentaires [2] - Permalien [#]

lundi 27 juin 2016

Les représentants de la colère?

  • [...] l’Union européenne, où gronde la colère des peuples. Celle des Grecs qu’on a saignés à blanc après leur avoir offert sur un plateau d’argent un crédit illimité, celle des Français à qui l’on impose la privatisation des chemins de fer contre la volonté de ses représentants élus [...]
    (Christian Rioux, dans Le Devoir du 25 juin 2016.)

Ses représentants? S'agirait-il donc des représentants de la colère, ou encore de la privatisation? Il me semble qu'on veut parler, plutôt, des représentants des Français :

[...] l’Union européenne, où gronde la colère des peuples. Celle des Grecs qu’on a saignés à blanc après leur avoir offert sur un plateau d’argent un crédit illimité, celle des Français à qui l’on impose la privatisation des chemins de fer contre la volonté de leurs représentants élus [...]

Line Gingras
Québec

« Le réveil des vieilles nations » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/474232/le-reveil-des-vieilles-nations

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 25 juin 2016

Prendre des actions

Prendre une action, prendre des actions, prendre action; to take action; anglicisme; calque de l'anglais.

  • L’équipe du DPJ doit maintenant évaluer si la sécurité et le développement des enfants sont compromis, et si les actions prises par les parents sont suffisantes.
    (Jessica Nadeau, dans Le Devoir du 23 juin 2016.)

Comme le signale l'Office québécois de la langue française, c'est sous l'influence de l'anglais que l'on emploie les expressions prendre une action, prendre des actions, prendre action. On ne prend pas des actions, mais des mesures :

L’équipe du DPJ doit maintenant évaluer si la sécurité et le développement des enfants sont compromis, et si les mesures prises par les parents sont suffisantes.

Line Gingras
Québec

« Le DPJ se réjouit des effets de son intervention » : http://www.ledevoir.com/societe/education/474127/ecole-juive-illegale-le-dpj-se-rejouit-des-effets-de-son-intervention

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 21:43 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 23 juin 2016

Elles le rendent accessibles

  • Ses façades amplement fenestrées, déjà, le rendent non seulement accessibles de la rue [...]
    (Jérôme Delgado, dans Le Devoir du 23 juin 2016.)

Ce ne sont pas les façades qui sont rendues accessibles, mais le musée, représenté par le pronom le :

Ses façades amplement fenestrées, déjà, le rendent non seulement accessible de la rue [...]

Line Gingras
Québec

« Un phare ouvert sur Québec » : http://www.ledevoir.com/culture/arts-visuels/474087/musee-national-des-beaux-arts-un-phare-ouvert-sur-quebec

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 18:12 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 21 juin 2016

Neuf féminins feraient-ils un masculin?

  • Quant à la monnaie, la fiscalité, les politiques de développement économique, la santé, l’éducation, les politiques sociales, les infrastructures, la police ou la culture, ils étaient et resteront du ressort du pays. Comme le pouvoir de décider démocratiquement de rester ou pas dans une union économique et politique comme l’Union européenne.
    (Éric Desrosiers, dans Le Devoir du 18 juin 2016.)

Les neuf éléments de l'énumération qu'est censé représenter le pronom personnel sont tous des féminins :

Quant à la monnaie, la fiscalité, les politiques de développement économique, la santé, l’éducation, les politiques sociales, les infrastructures, la police ou la culture, elles étaient et resteront du ressort du pays. De même que le pouvoir de décider démocratiquement de rester ou pas dans une union économique et politique comme l’Union européenne.

Line Gingras
Québec

« Partir, mais pour aller où? » : http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/473776/perspectives-partir-mais-pour-aller-ou

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 18:33 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [1] - Permalien [#]

lundi 20 juin 2016

Concilier

Concilier, syntaxe.

  • Tous les scientifiques le disent : impossible de contenir le réchauffement climatique en deçà de 1,5 ou même 2 °C, la grande promesse du COP21 à Paris en décembre dernier, sans renoncer [...] Comment alors concilier cet engagement, ainsi que la promesse du gouvernement actuel de baisser de 37,5 % les gaz à effet de serre d’ici 2030 — par rapport à 1990 —, tout en faisant des beaux yeux aux pétrolières?
    (Francine Pelletier, dans Le Devoir du 15 juin 2016.)

Concilier, nous dit le Petit Robert, c'est « faire aller ensemble, rendre harmonieux (ce qui était très différent, contraire) ». On ne saurait donc concilier une chose (ou un ensemble de choses semblables) tout en faisant autre chose. On concilie plusieurs choses, une chose et une autre, une chose avec une autre :

Concilier les opinions, les intérêts, les témoignages.

Concilier la richesse du style avec, et la simplicité.

J'arrive à concilier beaucoup de modestie avec beaucoup d'orgueil. (Gide.)

Je suggérerais peut-être, dans le contexte :

Comment alors concilier cet engagement, ainsi que la promesse du gouvernement actuel de baisser de 37,5 % les gaz à effet de serre d’ici 2030 — par rapport à 1990 —, avec le feu vert donné aux pétrolières?

Line Gingras
Québec

« Plus ça change... » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/473394/plus-ca-change

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 01:59 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 19 juin 2016

Donner quelqu'un quelque chose

  • Seulement, c’est une tout autre histoire que racontent les derniers sondages qui donnent le camp du leave environ 5 points de pourcentage d’avance à moins d’une semaine de la tenue du vote.
    (Éric Desrosiers, dans Le Devoir du 18 juin 2016.)

Donner quelqu'un quelque chose, c'est une construction anglaise. En français, on donne quelque chose à quelqu'un, à un groupe :

Seulement, c’est une tout autre histoire que racontent les derniers sondages, qui donnent au camp du leave environ 5 points de pourcentage d’avance à moins d’une semaine de la tenue du vote.

On pourrait dire, toutefois (d'un point de vue grammatical), que les derniers sondages donnent le camp du leave pour vainqueur.

Line Gingras
Québec

« Partir, mais pour aller où? » : http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/473776/perspectives-partir-mais-pour-aller-ou

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 01:13 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 18 juin 2016

Toute sa vie

  • Pour le jeune avocat, qui est né et a vécu dans le même quartier toute sa vie, l’identité culturelle est une question complexe et délicate.
    (Lisa-Marie Gervais, dans Le Devoir du 18 juin 2016.)

Le jeune avocat n'est pas né toute sa vie :

Pour le jeune avocat, qui a vécu toute sa vie dans le quartier où il est né...

Line Gingras
Québec

« Échange père-fils sur un Québec qui change » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/473777/echange-pere-fils-sur-un-quebec-qui-change

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 03:28 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 15 juin 2016

Aux larmes, citoyens!

  • Ébranlé, élu aux larmes après une autre tuerie (celle de San Bernardino), le président est revenu à la charge au début de l’année 2016 [...]
    (Marco Fortier, dans Le Devoir du 14 juin 2016.)

Il est vrai qu'un élu, cela pleure quelquefois :

Ébranlé, ému* aux larmes après une autre tuerie (celle de San Bernardino), le président est revenu à la charge au début de l’année 2016 [...]

Line Gingras
Québec

* Le 16 juin à 13 h 30, je vois que la correction a été apportée.

« Clinton contre les armes, Trump contre les musulmans » : http://www.ledevoir.com/international/etats-unis/473377/clinton-contre-les-armes-trump-contre-les-musulmans

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 21:03 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 14 juin 2016

Des attentats qui réussissent à passer aux actes

  • D’Orlando à Boston, en passant par Saint-Jean-sur-Richelieu ou Paris, le même scénario : celui d’attentats dont les auteurs ont déjà attiré l’attention des milieux policiers, mais qui réussissent néanmoins à passer aux actes.
    (Guillaume Bourgault-Côté – avec Jean-François Nadeau, Marie Vastel et l'Agence France-Presse, dans Le Devoir du 14 juin 2016.)

Les auteurs des attentats ont déjà attiré l'attention des milieux policiers, mais réussissent néanmoins à passer aux actes. N'est-ce pas ce qu'on voulait dire? En insérant toutefois le pronom qui devant le verbe réussir, dans la phrase à l'étude, on crée une proposition relative que la conjonction mais coordonne à une autre proposition relative, introduite par dont; cette dernière proposition se rattache à attentats, qui devient l'antécédent des deux pronoms relatifs. On parle ainsi d'attentats qui réussissent à passer aux actes, ce qui n'a guère de sens. (On pourrait très bien écrire, par contre : [...] celui d'attentats dont les auteurs ont déjà attiré l'attention des milieux policiers, mais qui sont menés avec succès néanmoins.)

Dans la phrase qui nous intéresse, il fallait supprimer le pronom qui :

D’Orlando à Boston, en passant par Saint-Jean-sur-Richelieu ou Paris, le même scénario : celui d’attentats dont les auteurs ont déjà attiré l’attention des milieux policiers, mais qui réussissent néanmoins à passer aux actes.

Line Gingras
Québec

« La surveillance policière a ses limites » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/473379/la-surveillance-policiere-a-ses-limites

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 13 juin 2016

Des intrigues sans grandes envergures

Sans envergure, sans envergures; orthographe.

  • Elle s’inscrit surtout dans ces intrigues politiques sans grandes envergures dont le milieu du siècle dernier n’a pas été avare [...]
    (Fabien Deglise, dans Le Devoir du 25 janvier 2016.)

À ma connaissance, l'expression sans envergure ne prend jamais la marque du pluriel :

Tenant d'idées vieillottes, sans envergure. (Trésor de la langue française informatisé, définition de « birbe, birbaillon, birbon » au sens figuré.)

Un talent qui produit des œuvres sans envergure. (Définition de l'expression un gentil talent dans le Trésor, à l'article « gentil ».)

Les voleurs, les truands sans envergure. (Définition des expressions la basse pègre et la petite pègre dans le Trésor, à l'article « pègre ».)

Il fallait écrire :

Elle s’inscrit surtout dans ces intrigues politiques sans grande envergure dont le milieu du siècle dernier n’a pas été avare [...]

Line Gingras
Québec

« La tour et la honte » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/461095/chroniquefd-la-tour-et-la-honte

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 12 juin 2016

Au moment venu

Au moment venu, le moment venu.

  • Le NPD avait fait savoir au gouvernement qu’Alexandre Boulerice présenterait lundi quatre amendements au projet de loi C‑10. Mais au moment venu, M. Boulerice est sorti de la Chambre, précipitant un vote.
    (Hélène Buzzetti, dans Le Devoir du 20 mai 2016.)

Les dictionnaires que j'ai consultés (Petit Robert, Grand Robert, Trésor de la langue française informatisé) n'admettent pas l'expression au moment venu, mais plutôt le moment venu :

On avisera le moment venu. (Petit Robert, à l'article « aviser ».)

Lucas l'a posté ici […] pour épauler les copains le moment venu. (Régis Debray dans le Grand Robert, à l'article « diable ».)

Pour moi, j'acceptai cette solution avec l'espoir secret que, le moment venu de faire ce fameux voyage, mille raisons intercurrentes nous le rendraient impossible. (Duhamel dans le Grand Robert, à l'article « intercurrent ».)

[…] équiper des forces qui, le moment venu, participeraient sur les arrières allemands à la bataille pour la libération […] (De Gaulle dans le Grand Robert, à l'article « résistance ».)

Ils considéraient celui qu'ils louaient comme un débiteur, auquel ils pouvaient, le moment venu, réclamer le remboursement de leur créance. (R. Rolland dans le Grand Robert, à l'article « revanche ».)

Le moment venu, madame Lorris donna le la sur son piano... (O. Feuillet dans le Trésor, à l'article « accord ».)

Il doit suffire de savoir lui présenter la chose, de trouver les mots convenables. Les trouvera-t‑il, le moment venu? (Bernanos dans le Trésor, à l'article « convenable ».)

Au moment opportun, le moment venu. (Définition de la locution en temps utile dans le Trésor, à l'article « utile ».)

Je conseillerais d'écrire :

Le NPD avait fait savoir au gouvernement qu’Alexandre Boulerice présenterait lundi quatre amendements au projet de loi C‑10. Mais le moment venu, M. Boulerice est sorti de la Chambre, précipitant un vote.

Line Gingras
Québec

« Trudeau s’excuse et remballe l’artillerie lourde » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/471423/trudeau-s-excuse-et-remballe-l-artillerie-lourde

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 21:34 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 11 juin 2016

Des politiques de type sociales-démocrates

De type et l'accord de l'adjectif qui suit; grammaire française; orthographe d'accord.

  • Lors des récentes primaires, pourtant, elles ont majoritairement choisi Hillary Clinton de préférence à Bernie Sanders même si c’est davantage ce dernier qui a mis en avant des politiques de type sociales-démocrates.
    (Claude Lévesque, dans Le Devoir du 11 juin 2016.)

Comme le montrent les exemples suivants, l'adjectif doit s'accorder avec type :

Se dit d'un individu dont le comportement reflète à la fois des tendances de type masculin et de type féminin. (Deuxième définition de « ambisexué » dans le Petit Robert.)

Opposition au colonialisme, à toute exploitation de type colonial. (Définition de « anticolonialisme » dans le Petit Robert.)

Métis aux traits de type africain, aux cheveux crépus blonds ou roux et à la peau claire. (Définition de « chabin » dans le Petit Robert.)

Il fallait écrire :

Lors des récentes primaires, pourtant, elles ont majoritairement choisi Hillary Clinton de préférence à Bernie Sanders, même si c’est davantage ce dernier qui a mis en avant des politiques de type social-démocrate.

Line Gingras
Québec

« Les femmes et Clinton » : http://www.ledevoir.com/international/etats-unis/473180/etats-unis-les-femmes-et-clinton 

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique. 

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 22:38 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 10 juin 2016

Il ne s'agit pas de nier qu'ils ne furent pas...

  • Il ne s’agit pas ici de nier que l’antique « voirie », les « travaux publics » et autres transports ne furent pas, traditionnellement, à travers l’histoire, le lieu de combines douteuses couvertes par de scandaleuses omertas.
    (Antoine Robitaille, dans Le Devoir du 10 juin 2016.)

Nier qu'ils ne furent pas, c'est affirmer qu'ils furent; est-ce bien là ce qu'il ne s'agit pas de faire? L'éditorialiste voulait certainement dire tout autre chose :

Il ne s’agit pas ici de nier que l’antique « voirie », les « travaux publics » et les transports aient été, traditionnellement, à travers l’histoire, le lieu de combines douteuses couvertes par de scandaleuses omertas.

Il ne s’agit pas ici de nier que l’antique « voirie », les « travaux publics » et les transports ont été, traditionnellement, à travers l’histoire, le lieu de combines douteuses couvertes par de scandaleuses omertas.

Si j'employais le mode indicatif, pour insister sur un fait indiscutable (Multidictionnaire), je choisirais le passé composé plutôt que le passé simple, qui laisse entendre que toutes ces manœuvres sont de l'histoire ancienne.

* * * * *

  • M. Hamad, qui avait refusé de lire le rapport Duchesneau et dont le rapport du Commissaire à l’éthique [...] démontre qu’il s’est montré « plus qu’imprudent en contrevenant aux principes éthiques de base dans la gestion des fonds publics ».

On aurait pu écrire, par exemple :

[...] établit qu'il s'est montré...

Line Gingras
Québec

« Une culture libérale » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/473095/omerta-au-ministere-des-transports-une-culture-liberale

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 16:40 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]