Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

25 novembre 2014

Parce que l'erreur est humaine

  • D’autre part, Jean-François Lisée contribue à renforcer l’impression au sein de la population que la charte de la laïcité a entraîner la débâcle du PQ au scrutin, poursuit-elle.
    (Marco Bélair-Cirino, dans Le Devoir du 15 novembre 2014.)

D’autre part, Jean-François Lisée contribue à renforcer l’impression au sein de la population que la charte de la laïcité a entraîné la débâcle du PQ au scrutin, poursuit-elle.

  • Depuis le scrutin, le prétendant à la succession de Pauline Marois dit avoir le regard tourné vers l’avenir lorsqu’il propose, par exemple, de limiter aux employés de l’État en position d’autorité une éventuellement interdiction du port de signes religieux.

Depuis le scrutin, le prétendant à la succession de Pauline Marois dit avoir le regard tourné vers l’avenir lorsqu’il propose, par exemple, de limiter aux employés de l’État en position d’autorité une éventuelle interdiction du port de signes religieux.

L'erreur est humaine; c'est pourquoi il faut se relire.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Pigiste
Québec

« Louise Beaudoin rappelle à l’ordre Lisée » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/424028/course-a-la-chefferie-du-pq-louise-beaudoin-rappelle-a-l-ordre-lisee

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 06:35 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 novembre 2014

Nos petits coeurs

  • Son travail, c’est d’ausculter nos petits cœurs. Puis, dans le cas qui nous occupe, de le cartographier, de trouver ses points faibles, puis de les exploiter.
    (David Desjardins, dans Le Devoir du 22 novembre 2014.)

Je suggérerais par exemple :

Son travail, c’est d’ausculter nos petits cœurs. Puis, dans le cas qui nous occupe, de les cartographier, de trouver leurs points faibles et d'ensuite les exploiter.

Son travail, c’est d’ausculter nos petits cœurs. Puis, dans le cas qui nous occupe, de les cartographier, de trouver leurs points faibles pour ensuite les exploiter.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Pigiste
Québec

« Fabriquer le consentement selon TransCanada » : http://www.ledevoir.com/societe/medias/424644/fabriquer-le-consentement

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 05:30 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 novembre 2014

À la condition si...

  • Les électeurs pourraient mieux comprendre que le gouvernement renie ses promesses électorales à la condition si on leur démontre qu’on n’est pas chaque fois en train de jeter le bébé avec l’eau du bain.
    (Bernard Descôteaux, dans Le Devoir du 22 novembre 2014.)

Les électeurs pourraient mieux comprendre que le gouvernement renie ses promesses électorales à la condition si on leur démontrait qu’on n’est pas chaque fois en train de jeter le bébé avec l’eau du bain.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Pigiste
Québec

« La promesse brisée » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/424646/gouvernement-couillard-la-promesse-brisee

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 05:49 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 novembre 2014

Figures de proue

  • Poliment mais fermement, on a tour à tour rappelé aux figures de proue péquistes qu’à tant se préoccuper du « comment », on oubliait de mettre à jour le « pourquoi » de l’indépendance. On a aussi rappelé la difficulté qu’ils ont eue jusqu’à maintenant à tendre l’oreille.
    (Francine Pelletier, dans Le Devoir du 24 septembre 2014.)

Poliment mais fermement, on a tour à tour rappelé aux figures de proue péquistes qu’à tant se préoccuper du « comment », on oubliait de mettre à jour le « pourquoi » de l’indépendance. On a aussi rappelé la difficulté qu’elles ont eue jusqu’à maintenant à tendre l’oreille.

Poliment mais fermement, on a tour à tour rappelé aux figures de proue péquistes qu’à tant se préoccuper du « comment », on oubliait de mettre à jour le « pourquoi » de l’indépendance. On a aussi rappelé la difficulté que les dirigeants ont eue jusqu’à maintenant à tendre l’oreille.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Pigiste
Québec

« Le champ de ruines » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/419239/le-champ-de-ruines?utm_source=infolettre-2014-09-24&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 08:15 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 novembre 2014

Vous en comptez combien?

  • Le Minnesota, Nebraska, Massachusetts, Iowa et le New Jersey figurent parmi les cinq États américains les plus touchés, selon cette étude de 130 pages.
    (AFP dans le site du Devoir, le 17 novembre 2014 à 16 h 54.)

Je compte déjà cinq États; on ne peut donc pas dire qu'ils figurent parmi les cinq :

Le Minnesota, le Nebraska, le Massachusetts, l'Iowa et le New Jersey sont les cinq États américains les plus touchés, selon cette étude de 130 pages.

Je supprimerais américains, parce qu'on a clairement indiqué plus haut qu'il était question des États-Unis.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Pigiste
Québec

« 2,5 millions d’enfants américains ont vécu sans domicile fixe en 2013 » : http://www.ledevoir.com/international/etats-unis/424132/2-5-millions-d-enfants-americains-ont-vecu-sans-domicile-fixe-en-2013

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 07:00 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]


20 novembre 2014

Avec de l'imagination

  • [...] il n’est pas question dans un avenir prévisible de vendre de la publicité sur les uniformes des joueurs. Bien vu : vous imaginez le chandail de Canadien avec le logo de La Belle Province à la place du CH ou d’Ashton sur le maillot des futurs Nordiques?
    (Jean Dion, dans Le Devoir du 18 novembre 2014.)

Eh non, je n'arrive pas à imaginer le chandail de Canadien avec le logo d'Ashton sur le maillot des futurs Nordiques. Je ne m'avouerais pas vaincue, toutefois, si l'on écrivait tout bêtement :

Bien vu : vous imaginez le chandail de Canadien avec le logo de La Belle Province à la place du CH ou le maillot des futurs Nordiques avec celui d'Ashton?

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Pigiste
Québec

« Le Temple » : http://www.ledevoir.com/sports/hockey/424174/c-est-du-sport-le-templehttp://www.ledevoir.com/sports/hockey/424174/c-est-du-sport-le-temple

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 04:38 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 novembre 2014

C'est l'âge

  • Je préfère ça à les retrouver derrière un porno, l’âge moyen de cette initiation crue étant fixée à 11 ans, l’âge de mon B.
    (Josée Blanchette, dans Le Devoir du 14 novembre 2014.)

C'est l'âge moyen qui est fixé à 11 ans :

Je préfère ça à les retrouver derrière un porno, l’âge moyen de cette initiation crue étant fixé à 11 ans, l’âge de mon B.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Pigiste
Québec

« Fais pas le zozo avec ton zizi » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/423767/fais-pas-le-zozo-avec-ton-zizi

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 18:07 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 novembre 2014

Cherchez l'aiguille

  • Il m'a fallu des jours pour éplucher tout ça, pour chercher une aiguille sous cette botte de foin, sans savoir s'il y avait une aiguille.
    (Mylène Moisan, dans Le Soleil du 16 novembre 2014.)

D'après le Multidictionnaire (aux articles « foin » et « aiguille »), le Petit Robert et le Grand Robert, chercher une chose difficile ou impossible à trouver, c'est chercher une aiguille dans une botte de foin (ou dans une meule de foin), et non pas sous une botte de foin :

Il m'a fallu des jours pour éplucher tout ça, pour chercher une aiguille dans cette botte de foin, sans savoir s'il y avait une aiguille.

Il y avait, disons, anguille sous roche...

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Pigiste
Québec

« Cherchez le parapluie » : http://www.lapresse.ca/le-soleil/opinions/chroniqueurs/201411/15/01-4819354-cherchez-le-parapluie.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_mylene-moisan_2032574_section_POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 07:44 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 novembre 2014

Un échec dont il n'a pas le luxe de se payer

Que ou dont; choix du pronom relatif; grammaire française; syntaxe.

  • Faire l’unanimité autour d’un projet de réforme n’est jamais possible. Par contre faire l’unanimité contre, comme dans le cas présent, accroît le risque d’un échec dont le réseau de la santé n’a pas le luxe de se payer.
    (Bernard Descôteaux, dans Le Devoir du 15 novembre 2014.)

D'un point de vue syntaxique, on peut dire soit que le réseau de la santé n'a pas le luxe de se payer un échec, soit qu'il ne peut pas se payer le luxe d'un échec; si on place échec devant le verbe, comme l'a fait l'éditorialiste, le pronom relatif qui le représente sera que ou dont, suivant qu'il est complément d'objet direct du verbe payer ou complément déterminatif du nom luxe :

Faire l’unanimité autour d’un projet de réforme n’est jamais possible. Mais faire l’unanimité contre, comme dans le cas présent, accroît le risque d’un échec que le réseau de la santé n’a pas le luxe [ou les moyens] de se payer.

Faire l’unanimité autour d’un projet de réforme n’est jamais possible. Mais faire l’unanimité contre, comme dans le cas présent, accroît le risque d’un échec dont le réseau de la santé ne peut pas se payer le luxe.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Pigiste
Québec

« Seul contre tous » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/423980/projet-de-loi-10-seul-contre-tous

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 07:42 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 novembre 2014

Elle s'est dite avoir des frissons

  • La conseillère Julie Lemieux, qui a présidé le groupe de travail sur la marque s'est dite « émue » et avoir des « frissons » devant « l'accent d'Amérique ».
    (François Bourque, dans Le Soleil du 14 novembre 2014.)

La conseillère s'est dite avoir des frissons? Le verbe pronominal se dire peut être suivi d'un adjectif attribut du pronom réfléchi (elle s'est dite émue), mais non d'un verbe à l'infinitif. On aurait pu écrire :

La conseillère Julie Lemieux, qui a présidé le groupe de travail sur la marque, a dit se sentir « émue » et avoir des « frissons » devant « l'accent d'Amérique ».

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Pigiste
Québec

« L'image qu'on mérite » : http://www.lapresse.ca/le-soleil/opinions/chroniqueurs/201411/13/01-4818779-limage-quon-merite.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_francois-bourque_3257_section_POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 06:16 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 novembre 2014

La nôtre de sa famille

  • Je le suis devenue le jour où mon père, chauffeur d’autobus pour la Ville de Montréal, est passé du statut de rien à syndiqué et que j’ai pu constater la différence dans sa vie à lui et dans la nôtre de sa famille.
    (Lise Payette, dans Le Devoir du 14 novembre 2014.)

La différence dans la nôtre de sa famille? Je crois que madame Payette a voulu dire :

Je le suis devenue le jour où mon père, chauffeur d’autobus pour la Ville de Montréal, est passé du statut de rien à syndiqué et où j'ai pu constater la différence dans sa vie à lui et dans la nôtre, celle de sa famille.

* * * * *

  • J’ai été mêlée d’assez prêt à la grève d’Asbestos pour bien en connaître les douleurs.

Pour exprimer une idée de proximité, c'est l'adverbe près qu'il faut employer :

J’ai été mêlée d’assez près à la grève d’Asbestos pour bien en connaître les douleurs.

Il peut être utile de se rappeler que prêt est un adjectif qui fait prête au féminin.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Pigiste
Québec

« L’esprit de vengeance de la FTQ » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/423788/l-esprit-de-vengeance-de-la-ftq

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 04:11 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 novembre 2014

Un ancien trois-mats

  • Malgré son entrée en scène, la Ville de Québec continuera d’utiliser son logo bleu représentant un ancien trois-mats.
    (Isabelle Porter, dans Le Devoir du 14 novembre 2014.)

Les mots mât et trois-mâts ne sont pas visés par les rectifications de l'orthographe; tous deux s'écrivent toujours avec un accent circonflexe sur le a :

Malgré son entrée en scène, la Ville de Québec continuera d’utiliser son logo bleu représentant un ancien trois-mâts.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Pigiste
Québec

« "L’accent d’Amérique" clôt le chapitre Rapaille » : http://www.ledevoir.com/politique/ville-de-quebec/423908/ville-de-quebec-l-accent-d-amerique-clot-le-chapitre-rapaille

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 01:38 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 novembre 2014

Une autobus? Un autobus?

Autobus, masculin ou féminin; genre du nom autobus.

  • Le 16 novembre 1999, Julie Surprenant est descendue de l'autobus 25A, sur la petite île Saint-Jean, à Terrebonne [...]

    La 25A est repartie.
    (Patrick Lagacé dans le site de La Presse, le 12 novembre 2014 à 23 h 59.)

Autobus est un nom masculin :

Le 16 novembre 1999, Julie Surprenant est descendue de l'autobus 25A, sur la petite île Saint-Jean, à Terrebonne [...]

Le 25A est reparti.

La faute est fréquente, malheureusement.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Pigiste
Québec

« Quinze ans dans le noir » : http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/patrick-lagace/201411/12/01-4818093-quinze-ans-dans-le-noir.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_patrick-lagace_3269_section_POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 00:53 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 novembre 2014

Un jour

  • Et un jour, peut-être, que les statistiques finiront par chuter que et la vaste majorité des filles et des femmes pourront dire elles aussi : pas moi.
    (Nathalie Petrowski, dans La Presse du 10 novembre 2014.)

On a manifestement oublié de relire cette phrase :

Et un jour, peut-être que les statistiques finiront par chuter et que la vaste majorité des filles et des femmes pourront dire elles aussi : pas moi.

Et un jour, peut-être, les statistiques finiront par chuter et que la vaste majorité des filles et des femmes pourront dire elles aussi : pas moi.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Pigiste
Québec

« Pas moi » : http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/nathalie-petrowski/201411/10/01-4817423-pas-moi.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_nathalie-petrowski_3279_section_POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 06:39 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 novembre 2014

Et le pronom s'accorde...

  • Il n'en fallait pas plus pour que l'intelligentsia française s'enflamme comme du petit bois d'allumage - et pas seulement dans les cercles littéraires de Saint-Germain-des-Prés - , certains comparant les déclarations de la ministre, en poste depuis à peine deux mois, à ceux d'un ministre des Finances qui avouerait ne pas savoir compter.
    (Marc Cassivi, dans La Presse du 6 novembre 2014.)

Il ne s'agit pas de comparer des mois ni des cercles littéraires, mais des déclarations :

Il n'en fallait pas plus pour que l'intelligentsia française s'enflamme comme du petit bois d'allumage - et pas seulement dans les cercles littéraires de Saint-Germain-des-Prés -, certains comparant les déclarations de la ministre, en poste depuis à peine deux mois, à celles d'un ministre des Finances qui avouerait ne pas savoir compter.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Pigiste
Québec

« La dernière roue de la charrette » : http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/marc-cassivi/201411/06/01-4816516-la-derniere-roue-de-la-charrette.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_marc-cassivi_3259_section_POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 07:05 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 novembre 2014

Convaincu

  • Se présentant lui-même comme un « décentralisateur » convaincu de l’utilité des commissions scolaires, il croit avoir convaincu le premier ministre qu’il suffira d’apporter quelques améliorations au système, mais M. Couillard a montré dans le passé sa remarquable aptitude à revenir soudainement sur des positions qu’il avait pourtant défendues avec une grande énergie.
    (Michel David, dans Le Devoir du 30 octobre 2014.)

Il me paraît souhaitable d'éviter la répétition :

Se présentant lui-même comme un « décentralisateur » persuadé de l’utilité des commissions scolaires, il croit avoir convaincu le premier ministre qu’il suffira d’apporter quelques améliorations au système [...]

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Pigiste
Québec

« Troisième prise! » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/422475/troisieme-prise

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 06:26 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 novembre 2014

Loin des 47 %

  • Loin des 47 % qui a permis à Rob Ford de gagner il y a quatre ans, Doug ne récolte que 29 % des intentions de vote [...]
    (François Cardinal, dans La Presse du 26 octobre 2014.)

Une expression de pourcentage précédée d'un article pluriel, c'est nécessairement un pluriel :

Loin des 47 % qui ont permis à Rob Ford de gagner il y a quatre ans, Doug ne récolte que 29 % des intentions de vote [...]

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Pigiste
Québec

« La honte a remplacé la colère » : http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/francois-cardinal/201410/25/01-4812550-la-honte-a-remplace-la-colere.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_francois-cardinal_2560189_section_POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 04:10 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 novembre 2014

À ou de, quelle importance?

Préposition et sens; grammaire française; syntaxe.

  • On a beau vouloir vivre en harmonie, on n’a pas le droit, comme premier ministre, de renoncer à ce que nous sommes collectivement, à trahir l’héritage de notre langue et à parler l’anglais en Islande au nom des Québécois.
    (Lise Payette, dans Le Devoir du 7 novembre 2014.)

D'un point de vue syntaxique, ce que nous dit madame Payette, c'est qu'on n'a pas le droit, comme premier ministre, de renoncer à trois choses : à ce que nous sommes collectivement, à trahir l'héritage de notre langue et à parler l'anglais en Islande au nom des Québécois.

Bien entendu, sauf en ce qui concerne le premier point, la chroniqueuse pense tout le contraire de ce qu'elle a écrit; mais pour rendre correctement l'idée à exprimer, il aurait fallu employer la bonne préposition, celle qui aurait rattaché les deux derniers éléments à on n'a pas le droit :

On a beau vouloir vivre en harmonie, on n’a pas le droit, comme premier ministre, de renoncer à ce que nous sommes collectivement, de trahir l’héritage de notre langue et de parler l’anglais en Islande au nom des Québécois.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Pigiste
Québec

« Les docteurs et leur "trip" de pouvoir » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/423163/les-docteurs-et-leur-trip-de-pouvoir

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 02:18 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 novembre 2014

Test de recherche et de relecture

  • Sur sa lancée, La Presse ne fera pas passer de test de lecture à ses lecteurs pour évaluer leur niveau de littératie. (L'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) relevait en octobre l'an dernier que 53 % des Québécois avaient du mal à lire correctement).
    (Pierre Foglia dans le site de La Presse, le 6 novembre 2014 à 23 h 59.)

Deux observations :

Le nom de l'organisme, comme il est assez facile de le vérifier dans TERMIUM ou par une recherche Google, s'écrit avec un s à économique.

Le texte entre parenthèses commence par une majuscule et constitue une phrase complète; le point final doit donc se mettre avant la parenthèse fermante, et non après.

Sur sa lancée, La Presse ne fera pas passer de test de lecture à ses lecteurs pour évaluer leur niveau de littératie. (L'Organisation de coopération et de développement économiques [OCDE] relevait en octobre l'an dernier que 53 % des Québécois avaient du mal à lire correctement.)

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Pigiste
Québec

« Quiz » : http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/pierre-foglia/201411/06/01-4816294-quiz.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_pierre-foglia_3264_section_POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 17:42 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 novembre 2014

La période bleu de Picasso

  • Ainsi le visiteur peut-il suivre un parcours chronologique traversant les traditionnelles périodes bleu, rose et africaine.
    (Christian Rioux, dans Le Devoir du 25 octobre 2014.)

Picasso a connu une période bleue :

La période bleue de Picasso. (Petit Robert, à l'article « période ». Trésor de la langue française informatisé, à l'article « bleu ».)

Ainsi le visiteur peut-il suivre un parcours chronologique traversant les traditionnelles périodes bleue, rose et africaine.

* * * * *

  • Outre, ce parcours chronologique, le visiteur peut aussi emprunter des chemins de traverse.

Rien ne justifie la virgule après la préposition outre :

Outre ce parcours chronologique, le visiteur peut aussi emprunter des chemins de traverse.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Pigiste
Québec

« Paris, capitale de l’art » : http://www.ledevoir.com/culture/actualites-culturelles/422089/paris-capitale-de-l-art?utm_source=infolettre-2014-10-25&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:36 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]


Fin »