Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

01 août 2015

Concordance des temps (plus-que-parfait et passé composé)

  • En 2011, l’accès aux événements de Stephen Harper avait fait couler beaucoup d’encre. Awish Aslam s’était vu refuser l’accès à un événement auquel elle s’était pourtant enregistrée après que des photos d’elle et du chef libéral d’alors, Michael Ignatieff, ont été trouvées par les organisateurs conservateurs sur son compte Facebook.
    (Hélène Buzzetti, dans Le Devoir du 1er août 2015.)

Le passé composé est un temps plus proche du présent que le plus-que-parfait; il ne peut donc exprimer un fait antérieur à un autre dont on parle au plus-que-parfait. Il fallait écrire :

En 2011, l’accès aux événements de Stephen Harper avait fait couler beaucoup d’encre. Awish Aslam s’était vu refuser l’accès à un événement auquel elle s’était pourtant enregistrée après que des photos d’elle et du chef libéral d’alors, Michael Ignatieff, avaient été trouvées par les organisateurs conservateurs sur son compte Facebook.

* * * * *

  • Le Devoir avait vu de ses yeux des personnes âgées se faire interdire l’accès à un événement dont ils venaient d’apprendre le matin même la tenue dans leur localité.

On ne semble pas avoir vu que personne est un nom féminin :

Le Devoir avait vu de ses yeux des personnes âgées se faire interdire l’accès à un événement dont elles venaient d’apprendre le matin même la tenue dans leur localité.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Une campagne sur invitation seulement pour Harper » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/446539/une-campagne-sur-invitation-seulement-pour-harper

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Langue et traduction - Commentaires [4] - Permalien [#]

29 juillet 2015

Alors

  • En 2005, pourtant, Stephen Harper était alors extrêmement critique du mode de nomination des juges.
    (Antoine Robitaille, dans Le Devoir du 29 juillet 2015.)

Alors est superflu, en 2005 suffisant à indiquer de quelle époque il s'agit :

En 2005, pourtant, Stephen Harper était alors extrêmement critique du mode de nomination des juges.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Opacité intenable » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/446221/harper-et-les-juges-opacite-intenable

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 juillet 2015

Rétorquait les experts

  • Il n’y a pas que le total d’heures de travail qui compte, il y a aussi la façon dont sont maintenant organisées nos vies, rétorquait les experts à l’origine de l’Indice canadien du mieux-être dans un rapport en 2010.
    (Éric Desrosiers, dans Le Devoir du 25 juillet 2015.)

Il n’y a pas que le total d’heures de travail qui compte, il y a aussi la façon dont sont maintenant organisées nos vies, rétorquaient les experts à l’origine de l’Indice canadien du mieux-être dans un rapport en 2010.

  • En résumé, pendant que les uns ont plus de temps de loisir mais voudraient probablement en avoir moins, et que les autres en ont moins mais préféraient sans doute en avoir plus, tout le monde a l’impression de courir toujours plus vite.

Préféraient est un imparfait de l'indicatif; il faut cependant un conditionnel, dans le contexte, pour mettre en parallèle les verbes vouloir et préférer :

En résumé, pendant que les uns ont plus de temps de loisir mais voudraient probablement en avoir moins, et que les autres en ont moins mais préféreraient sans doute en avoir plus, tout le monde a l’impression de courir toujours plus vite.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Les petits-enfants de Keynes » : http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/445996/perspectives-les-petits-enfants-de-keynes

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 juillet 2015

On s'en doutait

  • [...] la grosse délégation québécoise de 70 participants québécois était partout.
    (Jean-Benoît Nadeau, dans Le Devoir du 27 juillet 2015.)

Il suffisait d'écrire :

[...] la grosse délégation québécoise de 70 participants québécois était partout.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Liège bouchonne la Francophonie » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/446051/liege-bouchonne-la-francophonie

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:08 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [2] - Permalien [#]

26 juillet 2015

Elles en font parties

  • Toutes les montagnes que l'on croise sur la route ne sont plus à mes yeux des montagnes anonymes. Maintenant que j'ai créé un lien avec l'une de leurs semblables, elles sont devenues toutes spéciales. Elles font toutes parties de la famille d'Indian Head.
    (Stéphane Laporte, dans La Presse du 21 juillet 2015.)

On écrit toujours partie, féminin singulier, dans la locution verbale faire partie :

Ils font partie de ce groupe. (Multidictionnaire.)

L'hôtesse et le steward font partie de l'équipage. (Petit Robert, à l'article « hôte, hôtesse ».)

Les tantes font partie des parents collatéraux. (Petit Robert, à l'article « tante ».)

Il faudrait lire :

Toutes les montagnes que l'on croise sur la route ne sont plus à mes yeux des montagnes anonymes. Maintenant que j'ai créé un lien avec l'une de leurs semblables, elles sont devenues toutes spéciales. Elles font toutes partie de la famille d'Indian Head.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Premières vacances » : http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/stephane-laporte/201507/18/01-4886510-premieres-vacances.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_stephane-laporte_3270_section_POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]


24 juillet 2015

À cet effet

  • L’usage excessif de la force par les policiers lors des manifestations du G20 et de la crise étudiante de 2012 ont suscité des critiques de la part du comité onusien.
    (Légende de la photo accompagnant un article de Florence Sara G. Ferraris, dans Le Devoir du 24 juillet 2015.)

C'est l'usage excessif de la force qui a suscité des critiques :

L’usage excessif de la force par les policiers lors des manifestations du G20 et de la crise étudiante de 2012 a suscité des critiques de la part du comité onusien.

* * * * *

  • La situation des droits de la personne — principalement celle des populations plus vulnérables comme les Premières Nations et les réfugiés — s’est détériorée au Canada au cours de la dernière décennie [...]

L'emploi du faux comparatif (plus vulnérables que quoi?) est plus courant en anglais qu'en français :

La situation des droits de la personne — principalement chez les populations plus vulnérables comme les Premières Nations et les réfugiés — s’est détériorée au Canada au cours de la dernière décennie [...]

* * * * *

  • [...] le comité a émis de vives inquiétudes par rapport aux cas des disparitions et d’assassinats de femmes autochtones un peu partout au pays.

Rien ne justifie que disparitions et assassinats ne soient pas présentés de la même façon :

[...] le comité a émis de vives inquiétudes par rapport aux cas de disparitions et d’assassinats de femmes autochtones un peu partout au pays.

* * * * *

  • « Le comité est particulièrement soucieux des arrestations de masse qu’on a pu voir [durant ces événements]. » À cet effet, il recommande que le gouvernement se dote « d’un organe indépendant pour enquêter rapidement sur des cas d’abus de la part des forces policières dans le cadre de manifestations citoyennes ».

À cet effet signifie « en vue de cela, dans cette intention, pour cet usage » (Petit Robert). Le fait que le comité soit préoccupé par les arrestations de masse n'est cependant pas un but ni une intention. Je suggérerais peut-être à ce propos, à cet égard, à ce sujet. On pourrait aussi supprimer simplement l'expression, et commencer la phrase par « Il recommande ».

* * * * *

  • Plus encore, Amnistie internationale Canada souligne, qu’à maintes reprises, le gouvernement a préféré tourner en ridicule les critiques qui lui ont été faites plutôt que de poser un regard sérieux sur ses propres dérives.

La virgule est de trop; il n'y a pas lieu de séparer le verbe de la conjonction que introduisant une subordonnée complément d'objet direct :

Plus encore, Amnistie internationale Canada souligne qu’à maintes reprises, le gouvernement a préféré tourner en ridicule les critiques qui lui ont été faites plutôt que de poser un regard sérieux sur ses propres dérives.

Si l'on tient à isoler le complément circonstanciel à maintes reprises, on peut écrire :

Plus encore, Amnistie internationale Canada souligne que le gouvernement, à maintes reprises, a préféré tourner en ridicule les critiques qui lui ont été faites plutôt que de poser un regard sérieux sur ses propres dérives.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Le Canada rappelé à l’ordre par l’ONU » : http://www.ledevoir.com/international/europe/445930/droits-de-la-personne-le-canada-rappele-a-l-ordre-par-l-onu

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 01:44 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 juillet 2015

Réduire l'utilisation

  • L’Ontario espère réduire de 80 % l’utilisation des néonicotinoïdes d’ici deux ans, grâce à une réglementation plus sévère sur leur utilisation.
    (Sarah R. Champagne, dans Le Devoir du 21 juillet 2015.)

L’Ontario espère réduire de 80 % l’utilisation des néonicotinoïdes d’ici deux ans, grâce à une réglementation plus sévère sur leur utilisation.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Les abeilles ont connu une meilleure année au Canada » : http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/445607/les-abeilles-ont-connu-une-meilleure-annee-au-canada

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 juillet 2015

Dissuasion

  • Guère dissuasif, à mon avis, comme d’ailleurs fumer sur le balcon, l’initiative est quand même un pas dans la bonne direction.
    (Francine Pelletier, dans Le Devoir du 15 juillet 2015.)

Qu'est-ce qui n'est guère dissuasif? L'initiative :

Guère dissuasive, à mon avis, comme d’ailleurs fumer sur le balcon, l’initiative est quand même un pas dans la bonne direction.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Parler des deux côtés de la bouche » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/445052/parler-des-deux-cotes-de-la-bouche

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 juillet 2015

Aux vues de

Aux vues de, au vu de; orthographe.

  • Aux vues des activités annoncées par la Ville « qui ont pris beaucoup plus d'ampleur » – les visites ont été confirmées à la mi-juin par le maire Régis Labeaume –, une réflexion s'est amorcée chez Québecor sur la soirée du 11 septembre.
    (David Rémillard dans le site du Soleil, le dimanche 19 juillet 2015 à 10 h.)

L'expression, employée ci-dessus dans le sens de « après examen, après consultation de quelque chose » (Trésor de la langue française informatisé), s'écrit au vu de :

Il demanda son billet à la gare Montparnasse. Au vu de sa permission, l'employé dit :En retard? Vous allez être foutu dedans. (Benjamin dans le Trésor, à l'article « vu, vue ».)

Il faudrait lire :

Au vu des activités annoncées par la Ville, « qui ont pris beaucoup plus d'ampleur » – les visites ont été confirmées à la mi-juin par le maire Régis Labeaume –, une réflexion s'est amorcée chez Québecor sur la soirée du 11 septembre.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Annulation du spectacle inaugural du Centre Vidéotron : une décision réfléchie » : http://www.lapresse.ca/le-soleil/dossiers/vers-un-nouveau-colisee/201507/18/01-4886583-annulation-du-spectacle-inaugural-du-centre-videotron-une-decision-reflechie.php

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 14:06 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 juillet 2015

La scène

  • La scène devait plier sous le poids de tous les musiciens qui étaient sur scène.
    (Philippe Papineau, dans Le Devoir du 18 juillet 2015.)

La précision est superflue. Je suggérerais :

La scène devait plier sous le poids de tous les musiciens.

La scène devait plier sous le poids des musiciens.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« L'amplitude faite reine » : http://www.ledevoir.com/culture/musique/445464/festival-d-ete-de-quebec-l-amplitude-faite-reine

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 14:22 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 juillet 2015

Malaise

  • Et la vétérinaire soigne souvent les maîtres tout autant que leur animal de compagnie, car elle constate parfois que ceux-ci expriment physiquement un malaise dans la maison. « Dans le cas du chien paralysé, le monsieur n’avait pas fait le deuil de la mort de son père. Il était paralysé lui aussi. »
    (Josée Blanchette, dans Le Devoir du 17 juillet 2015.)

Le démonstratif ne peut remplacer ici qu'un pluriel, les maîtres; d'après le contexte, il devrait toutefois renvoyer à leur animal de compagnie :

Et la vétérinaire soigne souvent les maîtres tout autant que leur animal de compagnie, car elle constate parfois que celui-ci exprime physiquement un malaise dans la maison. « Dans le cas du chien paralysé, le monsieur n’avait pas fait le deuil de la mort de son père. Il était paralysé lui aussi. »

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« La guérisseuse de nos amis » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/445263/la-guerisseuse-de-nos-amis

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 14:46 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 juillet 2015

Bilinguisme en devenir

  • [...] pour aider les élèves à devenir parfaitement bilingue.
    (Vincent Fortier, Urbania, dans La Presse du 11 juillet 2014.)

L'adjectif bilingue doit s'accorder avec les élèves, sujet implicite du verbe attributif devenir :

[...] pour aider les élèves à devenir parfaitement bilingues.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« L'école du rang » : http://www.lapresse.ca/vivre/urbania/201407/11/01-4783149-lecole-du-rang.php

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [2] - Permalien [#]

15 juillet 2015

Autoriser quelqu'un de faire quelque chose

Autoriser à ou de; autoriser de faire quelque chose, autoriser à faire quelque chose; autoriser de + infinitif; autoriser à + infinitif; autoriser quelqu'un de faire quelque chose; autoriser quelqu'un à faire quelque chose; grammaire française; syntaxe; prépositions.

  • Jeudi, le premier ministre Philippe Couillard a dit clairement qu'il n'était pas question d'autoriser les directions d'école de forcer des élèves à se déshabiller.
    (Légende de la photo accompagnant un article de Jocelyne Richer, PC, dans lapresse.ca; texte mis à jour le 19 février 2015 à 16 h 24.)

D'après les exemples qui figurent à l'article « autoriser » dans le Multidictionnaire, le Hanse-Blampain, le Lexis, le Petit Robert, le Grand Robert et le Trésor de la langue française informatisé, on autorise quelqu'un à faire quelque chose (et non de faire quelque chose) :

Elle les a autorisés à sortir. (Multidictionnaire.)

Autoriser son secrétaire à signer les lettres en son absence. (Lexis.)

On l'a autorisé à exploiter cette mine. (Petit Robert.)

M'autorisez-vous à parler en votre nom? (Grand Robert.)

Autoriser un établissement public à recevoir un legs. (Grand Robert.)

Vous saviez que ce chien était à moi et, même si vous l'aviez ignoré, rien ne vous autorisait à le tuer. (Aymé, dans le Trésor; le sujet désigne ici une chose abstraite.)

Il fallait écrire :

Jeudi, le premier ministre Philippe Couillard a dit clairement qu'il n'était pas question d'autoriser les directions d'école à forcer des élèves à se déshabiller.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Fouilles à nu d'élèves : c'est terminé, dit Couillard » : http://www.lapresse.ca/actualites/education/201502/19/01-4845569-fouilles-a-nu-deleves-cest-termine-dit-couillard.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_vous_suggere_4845809_article_POS2

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 juillet 2015

Il se dit confiant que...

Confiant que, confident that; anglicisme; calque de l'anglais.

  • Avec ce projet, M. Joyal Lacerte se dit confiant que les Forums jeunesse pourront faire partie des discussions entourant la future politique jeunesse [...]
    (Daphnée Hacker-B., dans Le Devoir du 14 juillet 2015.)

J'en ai déjà parlé dans La plume heureuse : la construction être confiant que (dans la phrase à l'étude, on a substitué au verbe être le verbe attributif se dire) est le calque de to be confident that. On aurait pu écrire, par exemple :

Avec ce projet, M. Joyal Lacerte a bon espoir que les Forums jeunesse pourront faire partie des discussions entourant la future politique jeunesse [...]

Voir aussi la Banque de dépannage linguistique de l'Office québécois de la langue française.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Les Forums jeunesse préparent leur réplique » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/445034/les-forums-jeunesse-preparent-leur-replique

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 22:50 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 juillet 2015

Ils ne s'improviseraient pas en docteurs de la foi

S'improviser en + attribut; s'improviser + attribut; grammaire française; syntaxe.

  • S’ils avaient conscience d’appartenir à un État laïque, ils ne s’improviseraient pas en docteurs de la foi [...]
    (Christian Rioux, dans Le Devoir du 19 juin 2015.)

D'après les exemples que je vois dans les dictionnaires, s'improviser, employé au sens de « devenir subitement », « se doter subitement d'une compétence » (Trésor de la langue française informatisé), construit l'attribut directement, sans la préposition en :

On ne s'improvise pas maçon ou peintre aussi facilement. (Lexis.)

On ne s'improvise pas chef d'entreprise. (Petit Robert.)

Il a voulu s'improviser financier. (Grand Robert.)

D'ailleurs, on ne pouvait s'improviser vendeuse, il fallait un apprentissage. (Zola, dans le Trésor.)

On ne s'improvise pas amoureux d'un jour à l'autre. (Duhamel, dans le Trésor.)

Il fallait écrire :

S’ils avaient conscience d’appartenir à un État laïque, ils ne s’improviseraient pas en docteurs de la foi [...]

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Salmigondis » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/443234/salmigondis

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 juillet 2015

Entend l'autre partie

  • [...] sans compter le fameux « audi alteram partem » (entend l’autre partie) [...]
    (Antoine Robitaille, dans Le Devoir du 11 juillet 2015.)

Audi alteram partem est une incitation à entendre l'autre partie; il faut donc l'impératif :

[...] sans compter le fameux « audi alteram partem » (entends l’autre partie) [...]

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Un autre scrutin, vite! » : http://www.ledevoir.com/societe/justice/444847/crise-au-barreau-du-quebec-un-autre-scrutin-vite?utm_source=infolettre-2015-07-11&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 juillet 2015

Gêné de me voir se tordre de douleur

Se remplaçant un pronom de la première ou de la deuxième personne; choix du pronom réfléchi; grammaire française.

  • Gêné de me voir, orgueilleuse, se tordre de douleur à ses côtés au vu et au su des passants, mon ami m’a poliment rappelé qu’il n’était pas nécessaire dans la vie de porter des talons.
    (Émilie Folie-Boivin, dans Le Devoir du 10 juillet 2015.)

Selon Grevisse, l'emploi d'un pronom réfléchi de la troisième personne devant un infinitif (ex. : il me voyait se tordre de douleur) ou un gérondif (ex. : je marchais en se tordant de douleur), « alors que le contexte utilise des pronoms de la 1re ou de la 2e pers. pour désigner le même être », relève surtout de la langue populaire. (Le bon usage, 12e édition, paragraphe 631, c, remarque 3.)

Je conseillerais d'écrire :

Gêné de me voir, orgueilleuse, me tordre de douleur à ses côtés au vu et au su des passants, mon ami m’a poliment rappelé qu’il n’était pas nécessaire dans la vie de porter des talons.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Le pouvoir sur la pointe des pieds » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/444677/zoom-sur-les-talons-hauts

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 15:15 - Langue et traduction - Commentaires [1] - Permalien [#]

07 juillet 2015

De quoi il en retourne

De quoi il en retourne ou de quoi il retourne.

  • La population a le droit de savoir de quoi il en retourne.
    (Manon Cornellier, dans Le Devoir du 21 février 2015.)

Le Multidictionnaire, à l'article « retourner », donne la locution de quoi il retourne :

Voyons voir ce qu'il en est, il faut savoir de quoi il retourne exactement.

Je ne trouve pas d'exemple de la construction de quoi il en retourne dans les dictionnaires généraux, qui consignent cependant de quoi il retourne :

Savez-vous de quoi il retourne? dit-il à Julien; ce maître de poste est un fripon. (Stendhal dans le Trésor de la langue française informatisé, à l'article « retourner ».)

Vous verrez tout de suite de quoi il retourne. (G. Duhamel dans le Grand Robert, à l'article « retourner ».)

Il fallait écrire :

La population a le droit de savoir de quoi il en retourne.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Bulldozer sécuritaire » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/432531/bulldozer-securitaire

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 juillet 2015

Moins dommageable

  • [...] ce ministère a corrigé son avis sur l’amiante, duquel il a biffé la distinction faite jusque-là sur le chrysotile, dont on affirmait qu’elle était moins dommageable.
    (Bernard Descôteaux, dans Le Devoir du 6 juillet 2015.)

Ce n'est pas la distinction qui était prétendument moins dommageable, mais le chrysotile :

[...] ce ministère a corrigé son avis sur l’amiante, duquel il a biffé la distinction faite jusque-là sur le chrysotile, dont on affirmait qu’il était moins dommageable.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Il faut l'interdire » : http://www.ledevoir.com/societe/sante/444338/amiante-il-faut-l-interdire

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 juillet 2015

La solution la moins pire

  • Malgré les « non » français et néerlandais, les élites européennes n’ont pas hésité à adopter le traité de Lisbonne qui reprenait l’essentiel des règles de la défunte Constitution. Mais cette fois, ils prirent bien soin de ne pas consulter les peuples.
    (Christian Rioux, dans Le Devoir du 3 juillet 2015.)

Les élites européennes, c'est évidemment un féminin :

Malgré les « non » français et néerlandais, les élites européennes n’ont pas hésité à adopter le traité de Lisbonne, qui reprenait l’essentiel des règles de la défunte Constitution. Mais cette fois, elles prirent bien soin de ne pas consulter les peuples.

* * * * *

  • Pour « sauver » l’euro, il faut encore plus d’intégration économique, répète à satiété la Commission européenne. Ce en quoi elle n’a pas tort. Sauf que de cette intégration économique, les peuples ne la souhaitent pas.

Les peuples ne souhaitent pas cette intégration économique :

Sauf que de cette intégration économique, les peuples ne la souhaitent pas.

* * * * *

  • Or, il se pourrait que la sortie de la Grèce de l’euro soit, malgré l’incertitude inévitable, la solution la moins pire de toutes.

Pire signifiant « plus mauvais », la solution la moins pire serait la solution « la moins plus mauvaise » – ce qui n'a guère de sens. L'emploi de cette construction se justifierait sans doute si l'on voulait faire sourire, mais cela me paraît peu indiqué dans un article par ailleurs très sérieux :

Or, il se pourrait que la sortie de la Grèce de l’euro soit, malgré l’incertitude inévitable, la solution la moins mauvaise de toutes.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« L’euro contre l’Europe » : http://www.ledevoir.com/international/europe/444219/l-euro-contre-l-europe

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]