Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

mardi 19 novembre 2019

La lettre et l'esprit

  • Par-delà le caractère ridicule de la décision transparaît cette approche tatillonne, axée sur les détails et la lettre, plutôt que sur l’esprit des lois et les règlements.
    (Pierre Trudel, dans Le Devoir du 12 novembre 2019.)

Par-delà le caractère ridicule de la décision transparaît cette approche tatillonne, axée sur les détails et la lettre, plutôt que sur l’esprit des lois et des règlements.

  • On vise alors à apporter une solution appropriée à la situation visée par le règlement.

On cherche alors à apporter une solution appropriée à la situation visée par le règlement.

On s'efforce alors d'apporter une solution appropriée à la situation visée par le règlement.

Line Gingras
Québec

« Appliquer le règlement jusqu’à l’absurde » : https://www.ledevoir.com/opinion/chroniques/566799/appliquer-le-reglement-jusqu-a-l-absurde?utm_source=infolettre-2019-11-12&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Posté par Choubine à 00:01 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 18 novembre 2019

La connaissance de Thierry Dimanche de la mycologie

  • Par-dessus tout, c’est la connaissance évidente, et surtout intime, de Thierry Dimanche de la mycologie et de ses effets sur les hommes qui fait de Cercles de feu un roman à part, comme les champignons le sont dans les écosystèmes.
    (Chantal Guy, dans La Presse du 10 novembre 2019.)

Ces deux compléments d'un même nom, mis côte à côte pour marquer des rapports différents, ne me semblent pas idiomatiques. Je suggérerais un étoffement :

Par-dessus tout, c’est la connaissance évidente, et surtout intime, que possède Thierry Dimanche de la mycologie et de ses effets sur les hommes qui fait de Cercles de feu un roman à part, comme les champignons le sont dans les écosystèmes.

Line Gingras
Québec

« Histoires de champignons » : https://www.lapresse.ca/arts/litterature/201911/09/01-5249094-histoires-de-champignons.php

Posté par Choubine à 00:01 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 17 novembre 2019

Il vante à écorner les boeufs

Vanter, venter; homonymes; orthographe.

  • S’il faisait pas beau hier, il fait vraiment pas beau, aujourd’hui. Il vante à écorner les bœufs ou, pour les végétariens, il vante à faire voler le tofu.
    (Stéphane Laporte, dans La Presse du 9 novembre 2019.)

Il y a vanter et venter; on se vante d'un bon coup, on vante la cuisine de sa mère, mais il vente plus ou moins fort :

S’il faisait pas beau hier, il fait vraiment pas beau, aujourd’hui. Il vente à écorner les bœufs ou, pour les végétariens, il vente à faire voler le tofu.

Line Gingras
Québec

« La panne » : https://www.lapresse.ca/actualites/201911/08/01-5249017-la-panne.php

Posté par Choubine à 00:01 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 16 novembre 2019

De forts mauvais souvenirs

Forts ou fort; adjectif ou adverbe; grammaire; orthographe.

  • [...] rappelant de forts mauvais souvenirs à beaucoup de Chiliens.
    (François Brousseau, dans Le Devoir du 11 novembre 2019.)

Il ne s'agit pas de souvenirs forts, mais de très mauvais souvenirs; fort est ici adverbe et invariable :

[...] rappelant de fort mauvais souvenirs à beaucoup de Chiliens.

Line Gingras
Québec

« Colères latino-américaines » : https://www.ledevoir.com/opinion/chroniques/566746/coleres-latino?utm_source=infolettre-2019-11-11&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Posté par Choubine à 00:01 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 15 novembre 2019

Contraint d'être forcé

  • Cela dit, plusieurs doutent que M. Jolin-Barrette parvienne à atteindre ses cibles en immigration après s’être vu contraint d’évaluer les 18 000 demandes d’immigration non traitées à son arrivée aux commandes du ministère de l’Immigration à l’hiver 2019, et d’être forcé d’élargir l’accès au PEQ plus qu’il entendait le faire.
    (Marco Bélair-Cirino et Guillaume Lepage, dans Le Devoir du 9 novembre 2019.)

Le ministre se serait vu contraint d'évaluer ... et d'être forcé? On a plutôt voulu dire :

Cela dit, plusieurs doutent que M. Jolin-Barrette parvienne à atteindre ses cibles en immigration après s’être vu contraint d’évaluer les 18 000 demandes d’immigration non traitées à son arrivée aux commandes du ministère de l’Immigration à l’hiver 2019, et forcé d’élargir l’accès au PEQ plus qu’il entendait le faire.

Cela dit, plusieurs doutent que M. Jolin-Barrette parvienne à atteindre ses cibles en immigration après s’être vu contraint d’évaluer les 18 000 demandes d’immigration non traitées à son arrivée aux commandes du ministère de l’Immigration à l’hiver 2019, et d’élargir l’accès au PEQ plus qu’il entendait le faire.

Line Gingras
Québec

« Legault renvoie Jolin-Barrette à sa table à dessin » : https://www.ledevoir.com/politique/quebec/566653/le-gouvernement-legault-suspend-l-entree-en-vigueur-des-nouvelles-regles?utm_source=infolettre-2019-11-09&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Posté par Choubine à 00:01 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [1] - Permalien [#]

jeudi 14 novembre 2019

Conditions indignes

  • M. Bernier a dénoncé, en particulier, les « conditions indignes auxquels sont soumis ceux qui doivent quitter les centres jeunesse à 18 ans ».
    (Jean-François Nadeau, dans Le Devoir du 7 novembre 2019.)

M. Bernier a dénoncé, en particulier, les « conditions indignes auxquelles sont soumis ceux qui doivent quitter les centres jeunesse à 18 ans ».

  • La plupart du temps, c’est ce qui arrive dans le système québécois : de jeunes gens déjà bien peu favorisés par la vie se retrouvent à « devoir réfléchir en continu à comment trouver à se loger et payer leur loyer, au point d’être forcé de vivre dans des environnements toxiques. »

Deux observations

  1. Le participe passé forcé doit s'accorder avec jeunes gens, sujet implicite du verbe être.
  2. La citation ne constitue pas une phrase complète, mais se trouve insérée à l'intérieur d'une phrase; le guillemet fermant doit donc se placer devant le point final.

Il faudrait lire :

La plupart du temps, c’est ce qui arrive dans le système québécois : de jeunes gens déjà bien peu favorisés par la vie se retrouvent à « devoir réfléchir en continu à comment trouver à se loger et payer leur loyer, au point d’être forcés de vivre dans des environnements toxiques ».

Line Gingras
Québec

« Le système de protection de l’enfance, lui aussi, est mal en point » : https://www.ledevoir.com/societe/566451/la-mediocrite-du-systeme-de-protection-de-l-enfance?utm_source=infolettre-2019-11-07&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Posté par Choubine à 00:01 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 13 novembre 2019

L'établissement des travailleurs et les étudiants

  • Il a été mis sur pied pour faciliter l’établissement permanent des travailleurs temporaires qui occupent un emploi au Québec depuis plus d’un an et les étudiants étrangers ayant décroché un diplôme québécois.
    (Laura-Julie Perreault, dans La Presse du 7 novembre 2019.)

Il a été mis sur pied pour faciliter l’établissement permanent des travailleurs temporaires qui occupent un emploi au Québec depuis plus d’un an et des étudiants étrangers ayant décroché un diplôme québécois.

Line Gingras
Québec

« Réforme de l'immigration : Jolin-Barrette seul sur son île » : https://www.lapresse.ca/debats/editoriaux/201911/06/01-5248632-reforme-de-limmigration-jolin-barrette-seul-sur-son-ile.php

Posté par Choubine à 00:01 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 12 novembre 2019

En solidarité à

En solidarité à, en solidarité avec; préposition; grammaire; syntaxe.

  • Des femmes porteront un coton ouaté mardi prochain en solidarité à la députée Catherine Dorion, critiquée pour son habillement à l’Assemblée nationale.
    (Thomas Dufour dans le site de La Presse, le 9 novembre 2019.)

Je lis dans le Multidictionnaire que le nom solidarité « se construit avec entre ou avec » :

La solidarité avec les grévistes, la solidarité entre les membres d'une équipe.

Je n'ai effectivement pas trouvé solidarité à dans le Robert ni dans le Trésor de la langue française informatisé, qui admettent plutôt solidarité avec :

Solidarité avec nos camarades! (Petit Robert, à l'article « solidarité ».)

Attitude de solidarité avec le tiers-monde. (Petit Robert, définition de « tiers-mondisme ».)

On les a contraints de se penser juifs, on les a amenés à prendre conscience de leur solidarité avec les autres juifs. (Sartre dans le Trésor, à l'article « penser ».)

En octobre 1940, le Japon avait signé le pacte tripartite, proclamant sa menaçante solidarité avec Berlin et avec Rome. (De Gaulle dans le Trésor, à l'article « triparti, -ie, tripartite ».)

Il fallait écrire :

Des femmes porteront un coton ouaté mardi prochain en solidarité avec la députée Catherine Dorion, critiquée pour son habillement à l’Assemblée nationale.


  •  « Le corps des femmes ne vous appartient pas. Le choix vestimentaire des femmes ne vous appartient pas », on écrit les organisatrices de l’évènement sur Facebook.

L'orthographe et la prononciation marquent la différence entre on écrit aux organisatrices et ont écrit les organisatrices, entre le pronom indéfini et l'auxiliaire avoir.

Il faudrait lire :

« Le corps des femmes ne vous appartient pas. Le choix vestimentaire des femmes ne vous appartient pas », ont écrit les organisatrices de l’évènement sur Facebook.


  • « Ça suffit. Les femmes portent une multitude de vêtements au travail comme bon leur semble. Elles savent ce qui est le mieux pour elles. », peut-on lire dans la description de l’évènement.

Comme la phrase se poursuit après la citation, il ne faut pas de point final devant le guillemet fermant :

« Ça suffit. Les femmes portent une multitude de vêtements au travail, comme bon leur semble. Elles savent ce qui est le mieux pour elles », peut-on lire dans la description de l’évènement.

Line Gingras
Québec

« Cotons ouatés en solidarité à Catherine Dorion » : https://www.lapresse.ca/actualites/politique/201911/09/01-5249111-cotons-ouates-en-solidarite-a-catherine-dorion.php

Posté par Choubine à 00:01 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 11 novembre 2019

Ils se sont faits tout pleins d'amis

Se faire + complément d'objet direct; accord du participe passé du verbe pronominal; plein de, pleins de, tout plein de, tout pleins de; grammaire; orthographe.

  • « Ils se sont faits tout pleins d’amis à l’école et dans le quartier [...] »
    (Isabelle Hachey citant Sabr El Djamil Abada, dans La Presse du 5 novembre 2019.)

Lorsque le verbe pronominal a un complément d'objet direct (c.o.d.), c'est avec ce complément, s'il précède le verbe, que s'accorde le participe passé; si le c.o.d. est placé après le verbe, le participe reste invariable :

[...] le Tsar et le Kaiser se sont fait des mamours. (Romains dans le Petit Robert, à l'article « mamours ».)

Dans la locution prépositive plein de ou tout plein de, qui signifie « beaucoup de », plein est adverbe et invariable :

J'ai reçu plein de lettres, tout plein de lettres. (Petit Robert.)

Il fallait écrire :

« Ils se sont fait tout plein d’amis à l’école et dans le quartier [...] »

Line Gingras
Québec

« Ne les trahissez pas » : https://www.lapresse.ca/actualites/201911/04/01-5248369-ne-les-trahissez-pas.php

Posté par Choubine à 00:01 - Langue et traduction - Commentaires [1] - Permalien [#]

dimanche 10 novembre 2019

Que cette période vous angoisse ou vous ravit

La conjonction que introduisant des hypothèses; indicatif ou subjonctif; choix du mode; grammaire.

  • Que cette période vous indiffère, vous horripile, vous angoisse ou vous ravit, nous sommes bien en piste pour une réédition du sprint de magasinage qui caractérise chaque année la période des Fêtes.
    (Gary Frost, dans Le Soleil du 3 novembre 2019.)

Lorsqu'elle introduit deux ou plusieurs hypothèses, la conjonction que appelle le subjonctif :

Qu'il pleuve ou qu'il fasse beau, nos enfants passent l'Halloween le 31 octobre.

Que vous soyez triste ou gai, chantez!

Que vous aimiez, détestiez ou souhaitiez mieux connaître l'opéra, cette émission est pour vous.

Les trois premiers verbes de la phrase à l'étude ont la même forme, qu'ils soient employés à la troisième personne du singulier du présent de l'indicatif ou du présent du subjonctif; le verbe ravir, cependant, fait ravit au présent et au passé simple de l'indicatif, mais ravisse au présent du subjonctif. Il faudrait lire :

Que cette période vous indiffère, vous horripile, vous angoisse ou vous ravisse, nous sommes bien en piste pour une réédition du sprint de magasinage qui caractérise chaque année la période des Fêtes.

Line Gingras
Québec

« Pour survivre au temps des Fêtes » : https://www.lesoleil.com/affaires/pour-survivre-au-temps-des-fetes-d124f15d529f0ee30f2d6bf2253c843a?utm_source=omerlo&utm_medium=mailer&utm_campaign=Aujourd%E2%80%99hui+le+4+novembre+2019

Posté par Choubine à 00:01 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 9 novembre 2019

Ce que montre la vidéo

  • La vidéo montre un homme barbu, portant une casquette et un manteau qui tentent de saisir un objet dans sa poche ou sous son chandail.
    (Michelle McQuigge, PC, dans le site de La Presse, le 29 octobre 2019.)

Nul besoin de regarder la vidéo pour savoir que le sujet du verbe tenter, représenté par le pronom qui, c'est un homme barbu, et non pas une casquette et un manteau :

La vidéo montre un homme barbu, portant une casquette et un manteau, qui tente de saisir un objet dans sa poche ou sous son chandail.

Line Gingras
Québec

« Un suspect armé à l’arrière d’une autopatrouille à Toronto » : https://www.lapresse.ca/actualites/national/201910/29/01-5247471-un-suspect-arme-a-larriere-dune-autopatrouille-a-toronto.php

Posté par Choubine à 00:01 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [2] - Permalien [#]

vendredi 8 novembre 2019

Un Halloween? Une Halloween?

Un Halloween ou une Halloween; joyeux Halloween ou joyeuse Halloween; masculin ou féminin; genre.

  • Récit d'un Halloween rebelle.
    (Alexis Riopel avec Marco Bélair-Cirino, dans Le Devoir du 1er novembre 2019.)

D'après ce que je vois dans le Robert, le Multidictionnaire et la Banque de dépannage linguistique de l'Office québécois de la langue française, Halloween, qu'on l'écrive avec une majuscule ou une minuscule, est un nom féminin. Il faudrait lire :

Récit d'une Halloween rebelle.

  • « Ce qui nous dérange, c’est que la Ville nous a dit quoi faire », explique une dame à la perruque bleu et à l’imperméable jaune.

« Ce qui nous dérange, c’est que la Ville nous a dit quoi faire », explique une dame à la perruque bleue et à l’imperméable jaune.

Line Gingras
Québec

« Récit d’un Halloween rebelle » : https://www.ledevoir.com/societe/566124/recit-d-un-halloween-rebelle?utm_source=infolettre-2019-11-01&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Posté par Choubine à 00:01 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 7 novembre 2019

Le report de l'Halloween

  • Le président du Conseil du trésor, Christian Dubé, voit une occasion d’affaire dans le report de l’Halloween, qui a été décrétée par des dizaines de municipalités en raison du mauvais temps, y compris Montréal et Longueuil.
    (Marco Bélair-Cirino dans le site du Devoir, le 31 octobre 2019 à 16 h 56.)

Deux observations

Ce n'est pas l'Halloween qui a été décrétée en raison du mauvais temps, mais le report de la fête.

La phrase se lirait mieux si la précision introduite par y compris était rapprochée du syntagme auquel elle se rapporte.

Je suggérerais :

Le président du Conseil du trésor, Christian Dubé, voit une occasion d’affaire dans le report de l’Halloween, qui a été décrété par des dizaines de municipalités, y compris Montréal et Longueuil, en raison du mauvais temps.

Line Gingras
Québec

« François Legault se tient loin du débat sur l’Halloween » : https://www.ledevoir.com/politique/quebec/566045/francois-legault-se-tient-loin-du-debat-sur-l-halloween

Posté par Choubine à 00:01 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 6 novembre 2019

Nécessairement?

  • La motion, qui a donc été adoptée, stipule que la réforme du ministre de l’Immigration, Simon Jolin-Barrette, « [mine] la réputation internationale du Québec [et nuit] à sa capacité d’attraction et de rétention des talents nécessairement à la croissance économique ». Elle exige que Québec annule sa réforme.
    (Hugo Pilon-Larose dans le site de La Presse, le 6 novembre 2019 à 18 h 28.)

J'espère que les députés n'ont pas adopté cette motion telle quelle, et que le texte a simplement été mal cité. D'après ce que je peux voir, il faudrait lire :

« [...] sa capacité d'attraction et de rétention des talents nécessaires à la croissance économique ».

Line Gingras
Québec

« Une motion pour le retrait de la réforme en immigration adoptée » : https://www.lapresse.ca/actualites/politique/201911/06/01-5248626-une-motion-pour-le-retrait-de-la-reforme-en-immigration-adoptee.php

Posté par Choubine à 20:29 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le leur

  • Si l’Alberta avait utilisé une capacité fiscale égale à la moyenne en 2018-2019, elle aurait affiché un surplus plutôt qu’un déficit, a déjà écrit l’économiste Pierre Fortin dans L’actualité. Face à un déficit, la culture politique locale privilégie depuis longtemps les compressions, on l’a encore vu cette semaine, mais cela est un choix. Le leur.
    (Manon Cornellier, dans Le Devoir du 30 octobre 2019.)

Le pronom le leur ne renvoie à rien. On aurait pu écrire :

[...] mais cela est un choix. Celui des Albertains.

[...] mais cela est un choix. Celui du gouvernement albertain.

Line Gingras
Québec

« La péréquation pour faire diversion » : https://www.ledevoir.com/opinion/chroniques/565879/faire-diversion

Posté par Choubine à 00:01 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [2] - Permalien [#]

mardi 5 novembre 2019

Les personnes et les persons

  • Les personnes à l'étranger devront effectuer leur apprentissage et leur évaluation en ligne. Ils seront questionnés sur l'égalité entre les femmes et les hommes, la société francophone, la société laïque, les droits et responsabilités et la société démocratique.
    (Marco Bélair-Cirino dans le site du Devoir, le 30 octobre 2019 à 18 h 10.)

Écrira-t-on un jour les personnes et les persons? D'ici là, je rappelle que le nom personne est féminin et doit être représenté par un pronom du même genre :

Les personnes à l'étranger devront effectuer leur apprentissage et leur évaluation en ligne. Elles seront questionnées sur l'égalité entre les femmes et les hommes, la société francophone, la société laïque, les droits et responsabilités et la société démocratique.

Line Gingras
Québec

« Le gouvernement Legault va de l’avant avec son test des valeurs » : https://www.ledevoir.com/politique/quebec/565903/le-gouvernement-legault-va-de-l-avant-avec-son-test-des-valeurs?utm_source=Le+courrier+du+soir&utm_campaign=6f7bc2adf4-EMAIL_CAMPAIGN_2019_10_30_03_39&utm_medium=email&utm_term=0_aa1a13ef81-6f7bc2adf4-114834105 

Posté par Choubine à 00:01 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 4 novembre 2019

Seul ou entourée

  • Harold Lebel s’est retrouvé seul au Mexique après avoir passé une campagne électorale intense et entourée de dizaines de personnes. Seul, l’anxiété l’a envahie.
    (Brigitte Breton, dans Le Soleil du 24 octobre 2019.)

Première phrase

La campagne électorale n'a pas été à la fois intense et entourée de dizaines de personnes; c'est plutôt Harold Lebel qui a été très entouré pendant une campagne intense.

Deuxième phrase

L'adjectif seul est correctement accordé : c'est Harold Lebel qui était seul, et non pas l'anxiété. La construction de la phrase laisserait cependant croire le contraire, parce que l'épithète placée au début devrait normalement se rapporter au sujet du verbe. On peut éliminer le problème en ayant recours à la forme passive (Seul, il a été envahi par l'anxiété) ou en supprimant la répétition de seul.

L'anxiété a envahi qui ou quoi? Certainement pas la campagne, mais le député.

On aurait pu écrire :

Harold Lebel s’est retrouvé seul au Mexique après avoir passé une campagne électorale intenseentouré de dizaines de personnes. Seul, L’anxiété l’a envahi.

Après avoir passé une campagne électorale intense, entouré de dizaines de personnes, Harold Lebel s'est retrouvé seul au Mexique. Seul, L'anxiété l'a envahi.

Line Gingras
Québec

« Ces enfants roulés en boule » : https://www.lesoleil.com/chroniques/ces-enfants-roules-en-boule-4b32f32d7a0fa7c6d2302ff3895b3802

Posté par Choubine à 00:01 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 3 novembre 2019

Un voilier à deux mats

Mât ou mat; homonymes; orthographe.

  • Le 29 octobre 1828, au port de Québec, un voilier à deux mats, le Granicus, lève l’ancre.
    (Jean-François Nadeau, dans Le Devoir du 28 octobre 2019.)

Selon le Robert, le nom mat désigne l'« [é]chec du roi, dont il est impossible de se défendre et qui termine la partie ». Ce n'est évidemment pas de cela qu'il s'agit dans la phrase à l'étude :

Le 29 octobre 1828, au port de Québec, un voilier à deux mâts, le Granicus, lève l’ancre.

Le mot n'est pas visé par les rectifications de l'orthographe.

Line Gingras
Québec

« Un cas de cannibalisme » : https://www.ledevoir.com/opinion/chroniques/565735/un-cas-de-cannibalisme?utm_source=infolettre-2019-10-28&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Posté par Choubine à 00:01 - Langue et traduction - Commentaires [2] - Permalien [#]

samedi 2 novembre 2019

Robert Mueller a piloté quoi?

  • Au coeur de ces nouvelles révélations : le déclenchement d’une enquête criminelle sur la genèse de l’enquête sur l’ingérence russe dans le processus électoral américain, piloté par Robert Mueller.
    (Fabien Deglise, dans Le Devoir du 26 octobre 2019.)

Au contraire de ce que laisse entendre l'accord du participe passé au masculin, Robert Mueller a piloté l’enquête sur l’ingérence russe dans le processus électoral américain, et non pas le déclenchement d'une enquête criminelle sur la genèse de cette enquête, ni d'ailleurs, bien évidemment, le processus électoral américain.

Il faudrait lire :

Au coeur de ces nouvelles révélations : le déclenchement d’une enquête criminelle sur la genèse de l’enquête sur l’ingérence russe dans le processus électoral américain, pilotée par Robert Mueller.

Line Gingras
Québec

« La marque Trump est en train de devenir toxique » : https://www.ledevoir.com/monde/etats-unis/565681/etats-unis-la-marque-trump-est-en-train-de-devenir-toxique

Posté par Choubine à 00:01 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 1 novembre 2019

Cette notion

  • Cette notion est évoquée pas moins de 28 fois dans la Loi sur la protection de la jeunesse, sans que celle-ci soit vraiment définie.
    (Jean-François Nadeau, dans Le Devoir du 25 octobre 2019.)

Lorsque la clarté l'exige, on utilise le pronom démonstratif
celle-ci pour renvoyer au nom féminin singulier le plus rapproché. Dans la phrase à l'étude, cependant, ce n'est pas la jeunesse, la protection ni la loi qui n'est pas vraiment définie, mais une notion. Il suffisait d'écrire :

Cette notion est évoquée pas moins de 28 fois dans la Loi sur la protection de la jeunesse, sans être vraiment définie.

Line Gingras
Québec

« À la défense de la DPJ » : https://www.ledevoir.com/societe/565592/la-dpj-un-systeme-necessaire?utm_source=infolettre-2019-10-25&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Posté par Choubine à 00:01 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]