Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

31 octobre 2014

Avoir peur que

Avoir peur que + subjonctif; avoir peur que + indicatif ou subjonctif; avoir peur que, mode; grammaire française.

  • L'autre jour, je ne me sentais pas très bien au travail et au lieu d'avoir peur d'avoir attrapé le virus, j'ai eu peur de me mettre à vomir, peur surtout que quelqu'un me voit vomir et appelle le 115.
    (Propos de Valérie Landry recueillis par Pierre Foglia, dans La Presse du 29 octobre 2014.)

La locution avoir peur, employée avec la conjonction que, est suivie du subjonctif :

Il a peur que son chien morde [ou ne morde] un enfant. (Multidictionnaire.)

Le petit garçon avait peur que l'infirmière lui fasse mal.

Il fallait écrire :

L'autre jour, je ne me sentais pas très bien au travail et au lieu d'avoir peur d'avoir attrapé le virus, j'ai eu peur de me mettre à vomir, peur surtout que quelqu'un me voie vomir et appelle le 115.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« La vie aux temps de l'Ebola » : http://www.lapresse.ca/international/dossiers/virus-ebola/201410/28/01-4813335-la-vie-aux-temps-de-lebola.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_pierre-foglia_3264_section_POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 05:27 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 octobre 2014

Un petit goût de revenez-y

  • PKP s’est contenté de rappeler la « position historique » du PQ, a soutenu la leader parlementaire de l’opposition officielle, Agnès Maltais. « Ça ne va pas, non! » s’est-elle exclamée, courroucée de voir la nouvelle controverse [...] « Je n’en viens pas! »
    (Marco Bélair-Cirino, dans Le Devoir du 30 octobre 2014.)

Madame Maltais a certainement dit (ou voulu dire) : « Je n'en reviens pas! »

  • Minimum de freins à appliquer, révision de la formation du personnel et contrôle des normes de sécurité des compagnies ont été annoncés par la ministre des Transports mercredi. Un bon début, mais c’est tout le système de surveillance de l’industrie qui doit être revenu, selon un expert et l’opposition.
    (Marie Vastel, dans Le Devoir du 30 octobre 2014.)

[...] c’est tout le système de surveillance de l’industrie qui doit être revu, selon un expert et l’opposition.

Je n'en reviens pas moi non plus.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« PKP ridiculise les allégations » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/422482/conflits-d-interets-pkp-ridiculise-les-allegations

« Plus de vérifications, mais pas sur les voies » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/422477/transport-ferroviaire-plus-de-verifications-mais-pas-sur-les-voies

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 05:48 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

Combien d'attentats à Saint-Jean-sur-Richelieu?

  • On parle beaucoup des loups solitaires depuis les attentats de Saint-Jean-sur-Richelieu et surtout celui d’Ottawa, mais il n’y a pas de consensus sur l’autre qualificatif à leur associer.
    (Josée Boileau, dans Le Devoir du 25 octobre 2014.)

À ma connaissance, il n'y a eu qu'un seul attentat à Saint-Jean-sur-Richelieu. On pouvait écrire :

On parle beaucoup des loups solitaires depuis les attentats de Saint-Jean-sur-Richelieu et surtout celui d’Ottawa, mais il n’y a pas de consensus sur l’autre qualificatif à leur associer.

On parle beaucoup des loups solitaires depuis l'attentat de Saint-
Jean-sur-Richelieu et
surtout celui d’Ottawa, mais il n’y a pas de consensus sur l’autre qualificatif à leur associer.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Nommer ce qui est » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/422076/attentats-nommer-ce-qui-est?utm_source=infolettre-2014-10-25&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 02:11 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

29 octobre 2014

Reproches

  • Au lendemain des attentats du 11 septembre 2001, Bernard Landry s’était attiré de vives reproches au Canada anglais [...]
    (Michel David, dans Le Devoir du 23 octobre 2014.)

Au lendemain des attentats du 11 septembre 2001, Bernard Landry s’était attiré de vifs reproches au Canada anglais [...]

Au lendemain des attentats du 11 septembre 2001, Bernard Landry s’était attiré de vives remontrances au Canada anglais [...]

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Fragile démocratie » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/421831/fragile-democratie

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 06:47 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 octobre 2014

Les liens entre Couillard avec Porter

  • Au cours des dernières semaines, M. Péladeau a multiplié les sorties sur le réseau social. Pour exiger des excuses au ministre de la Santé Gaétan Barrette, puis pour soulever des questions éthiques, notamment sur les liens entre le premier ministre Philippe Couillard avec Arthur Porter.
    (Alexandre Robillard, PC, dans le site du Devoir, le 21 octobre 2014 à 15 h 38.)

Au cours des dernières semaines, M. Péladeau a multiplié les sorties sur le réseau social. Pour exiger des excuses du ministre de la Santé Gaétan Barrette, puis pour soulever des questions éthiques, notamment sur les liens entre le premier ministre Philippe Couillard et Arthur Porter.

Au cours des dernières semaines, M. Péladeau a multiplié les sorties sur le réseau social. Pour réclamer des excuses au ministre de la Santé Gaétan Barrette, puis pour soulever des questions éthiques, notamment sur les liens entre le premier ministre Philippe Couillard et Arthur Porter.

Comme je l'ai déjà signalé, on réclame quelque chose à quelqu'un, mais on exige quelque chose de quelqu'un.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« PKP dit qu’il n’a pas à répondre aux questions des journalistes » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/421662/pkp-dit-qu-il-n-a-pas-a-repondre-aux-questions-des-journalistes

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 06:04 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]


27 octobre 2014

Lui permettant? Leur permettant?

  • La nécessité pour les États de se doter d’outils juridiques et opérationnels lui permettant de se prémunir contre toutes formes d’actes terroristes va de soi.
    (Bernard Descôteaux, dans Le Devoir du 25 octobre 2014.)

Première phrase de l'éditorial...

La nécessité pour les États de se doter d’outils juridiques et opérationnels leur permettant de se prémunir contre toutes formes d’actes terroristes va de soi.

La nécessité pour l'État de se doter d’outils juridiques et opérationnels lui permettant de se prémunir contre toutes formes d’actes terroristes va de soi.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Un État de droit(s) » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/422074/terrorisme-un-etat-de-droit-s?utm_source=infolettre-2014-10-25&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 02:41 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 octobre 2014

Désillusionné?

  • En conférence de presse, jeudi à Ottawa, le commissaire de la GRC, Bob Paulson, a dit croire que Michael Zehaf Bibeau était « quelqu’un de désillusionné qui nourrissait probablement des croyances extrémistes ».
    (PC dans le site du Devoir, le 24 octobre 2014 à 0 h 13.)

Cette déclaration du commissaire de la GRC a été reprise dans diverses publications. J'ignore si le commissaire s'est exprimé en français ou si ses propos ont été traduits, mais je suis portée à croire, comme monsieur Jean Poulin, qui m'a signalé cet emploi de désillusionné, que l'auteur de l'attentat n'était pas quelqu'un qui avait perdu ses illusions.

Désillusionné, dans notre contexte, fait plutôt penser à l'anglais delusion, qui signifie notamment « idée délirante », d'après TERMIUM. Il me paraît assez vraisemblable, en effet, que Michael Zehaf Bibeau ait été quelqu'un qui avait des idées délirantes

Dommage, la déclaration écrite de monsieur Paulson, que j'ai lue en anglais et en français dans le site de la GRC, fait bien mention de croyances extrémistes, mais ne va pas plus loin : « Selon certains, c’était quelqu’un qui nourrissait probablement des croyances extrémistes. » Des propos ont pu être ajoutés en conférence de presse; mais j'ai vu aussi quelques publications de langue anglaise où il est question de cette conférence, et n'y ai rien trouvé qui indique d'où vient exactement ce « désillusionné ».

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Zehaf-Bibeau n’était pas sur la liste des 90 personnes à risque élevé de la GRC » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/421960/zehaf-bibeau-n-etait-pas-sur-la-liste-des-90-personnes-a-risque-eleve-de-la-grc

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 16:45 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 octobre 2014

Gestation*

  • CQFD : la gestation d’un Kurdistan fait des additions des provinces autonomes d’Irak, Syrie et éventuellement de Turquie est en gestation.
    (Serge Truffaut, dans Le Devoir du 22 octobre 2014.)

La gestation est en gestation. Fallait-il vraiment le démontrer?

CQFD : la gestation d’un Kurdistan fait des additions des provinces autonomes d’Irak, de Syrie et éventuellement de Turquie est en gestation.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

* Le lundi 27 octobre à 0 h 30, je vois que la faute a été corrigée.

« Dans la brume » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/421680/les-kurdes-d-irak-en-syrie-dans-la-brume

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 05:36 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 octobre 2014

Justification

  • L’équivalent de se cacher derrière les jupes de sa mère, la stratégie « face de bouc » de Pierre Karl Péladeau, loin d’infirmer les critiques à son égard, au contraire les justifient.
    (Francine Pelletier, dans Le Devoir du 22 octobre 2014.)

C'est la stratégie de Pierre Karl Péladeau qui justifie les critiques :

L’équivalent de se cacher derrière les jupes de sa mère, la stratégie « face de bouc » de Pierre Karl Péladeau, loin d’infirmer les critiques à son égard, au contraire les justifie.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Facebookman » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/421667/facebookman

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 01:59 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [1] - Permalien [#]

22 octobre 2014

Autorisation

  • Pire, les familles qui se risquent à inscrire leur enfant à la commission scolaire de Montréal (CSDM) doivent signer une fiche d’inscription indiquant qu’elles autorisent les deux ministères de l’Immigration, fédéral et provincial, à fournir des informations les concernant au ministère de l’Éducation et à la commission scolaire, et à ce que celles-ci puissent se les échanger entre elles. « Ce n’est pas assurer la confidentialité aux familles, ça », constate Linda Guerry, postdocrante à l’Institut national de recherche scientifique et membre du Collectif.
    (Lisa-Marie Gervais, dans Le Devoir du 6 septembre 2014.)

Une fiche d'inscription indiquant à ce que...? Elles autorisent les deux ministères à ce que...? Je suggérerais peut-être :

Pire, les familles qui se risquent à inscrire leur enfant à la commission scolaire de Montréal (CSDM) doivent signer une fiche d’inscription indiquant qu’elles autorisent les deux ministères de l’Immigration, fédéral et provincial, à fournir des informations les concernant au ministère de l’Éducation et à la commission scolaire, et qu'elles permettent à ceux-ci de se les échanger entre eux. « Ce n’est pas assurer la confidentialité aux familles, ça », constate Linda Guerry, postdoctorante à l’Institut national de la recherche scientifique et membre du Collectif.

Pire, les familles qui se risquent à inscrire leur enfant à la commission scolaire de Montréal (CSDM) doivent signer une fiche d’inscription indiquant qu’elles consentent à ce que les deux ministères de l’Immigration, fédéral et provincial, fournissent des informations les concernant au ministère de l’Éducation et à la commission scolaire, et à ce que ceux-ci puissent se les échanger entre eux. « Ce n’est pas assurer la confidentialité aux familles, ça », constate Linda Guerry, postdoctorante à l’Institut national de la recherche scientifique et membre du Collectif.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Ces enfants privés d'école » : http://www.ledevoir.com/societe/education/417745/enfants-prives-d-ecole

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 00:45 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 octobre 2014

Surprises*

  • Certains évêques auront sans doute été surpris d’entendre qu’ils n’ont pas seulement à défendre les « certitudes » qu’ils ont apprises, mais aussi à apprendre les « surprises » que leur réserve l’esprit de foi et la réalité du monde actuel.
    (Jean-Claude Leclerc, dans Le Devoir du 20 octobre 2014.)

L'esprit de foi et la réalité du monde actuel réservent des surprises :

Certains évêques auront sans doute été surpris d’entendre qu’ils n’ont pas seulement à défendre les « certitudes » qu’ils ont apprises, mais aussi à apprendre les « surprises » que leur réservent l’esprit de foi et la réalité du monde actuel.

* * * * *

  • Au reste, Rome ne saurait tenir à cette « vérité » sans dénigrer les protestants et les orthodoxes qui en accepter une autre.

Le chroniqueur a peut-être voulu dire :

Au reste, Rome ne saurait tenir à cette « vérité » sans dénigrer les protestants et les orthodoxes qui en acceptent une autre.

* * * * *

  • Pour l’heure, le synode ne porte que la famille et sur les problèmes qu’elle connaît.

Pour l’heure, le synode ne porte que sur la famille et sur les problèmes qu’elle connaît.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

* Le 27 octobre à 0 h 30, je vois que les trois fautes ont été corrigées.

« Le pape François a gagné l’appui des évêques » : http://www.ledevoir.com/societe/ethique-et-religion/421526/synode-sur-la-famille-le-pape-francois-a-gagne-l-appui-des-eveques

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 02:18 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 octobre 2014

Déterminantes?

  • Le savoir-faire, le solide système légal et la culture aux fortes influences occidentales de Hong Kong continuent d’être déterminantes, notamment auprès des investisseurs étrangers.
    (Éric Desrosiers, dans Le Devoir du 4 octobre 2014.)

Qu'est-ce qui est déterminant? Le savoir-faire, le système juridique et la culture (aux fortes influences occidentales) :

Le savoir-faire, le solide système juridique et la culture aux fortes influences occidentales de Hong Kong continuent d’être déterminants, notamment auprès des investisseurs étrangers.

  • Ce type de changement à un nom, mais on n’a pas le droit de l’évoquer.

Ce type de changement a un nom, mais on n’a pas le droit de l’évoquer.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Une ombrelle ne fait pas le printemps » : http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/420226/perspectives-une-ombrelle-ne-fait-pas-le-printemps

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 00:57 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 octobre 2014

Ce qu'il propose repose...

  • Si lire ce livre peut être une épreuve, c’est plutôt parce que la remise en cause de l’« évidence scolaire » qu’il propose repose sur une philosophie hippie de type individualiste [...]
    (Louis Cornellier, dans Le Devoir du 4 octobre 2014.)

Je suggérerais :

Si lire ce livre peut être une épreuve, c’est plutôt parce que la remise en cause de l’« évidence scolaire » qu’il propose est fondée sur une philosophie hippie de type individualiste [...]

Ou peut-être, quoique préconise marque davantage d'insistance que propose :

Si lire ce livre peut être une épreuve, c’est plutôt parce que la remise en cause de l’« évidence scolaire » qu’il préconise repose sur une philosophie hippie de type individualiste [...]

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Sortir de l’école pour apprendre? » : http://www.ledevoir.com/culture/livres/420090/sortir-de-l-ecole-pour-apprendre

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 03:20 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 octobre 2014

La loi, c'est la loi

  • Plusieurs écologistes ainsi que le critique péquiste en matière d’environnement, Sylvain Gaudreault, l’ont rappelé, la Loi sur le développement durable, adopté à l’ère Charest, impose au gouvernement de prendre en compte le principe de « précaution » dans le cadre de ses différentes actions.
    (Antoine Robitaille, dans Le Devoir du 17 octobre 2014.)

Ce n'est pas le développement durable qui a été adopté à l'ère Charest, mais la Loi sur le développement durable :

Plusieurs écologistes ainsi que le critique péquiste en matière d’environnement, Sylvain Gaudreault, l’ont rappelé, la Loi sur le développement durable, adoptée à l’ère Charest, impose au gouvernement de prendre en compte le principe de « précaution » dans le cadre de ses différentes actions.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Précaution! » : http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/421322/transcanada-a-cacouna-precaution

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 01:15 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [3] - Permalien [#]

17 octobre 2014

Je n'insisterais pas trop

  • Le 15 avril 2012, soit, on insiste, il y a deux ans et cinq mois [...]
    (Serge Truffaut, dans Le Devoir du 16 octobre 2014.)

Mai, juin, juillet, août, septembre, octobre :

Le 15 avril 2012, soit, on insiste, il y a deux ans et six mois [...]

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Déni de réalité » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/421180/l-austerite-chere-a-merkel-deni-de-realite

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 02:41 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 octobre 2014

L'État ou la Virginie?

  • Bien connue pour ses plages et ses villes maritimes, l’État de la Virginie, sur la côte est américaine, est depuis longtemps sur la liste des destinations prisées des Québécois.
    (Florence Sara G. Ferraris, dans Le Devoir du 11 octobre 2014.)

Deux possibilités :

Bien connu pour ses plages et ses villes maritimes, l’État de la Virginie, sur la côte est américaine, est depuis longtemps sur la liste des destinations prisées des Québécois.

Bien connue pour ses plages et ses villes maritimes, l’État de la Virginie, sur la côte est américaine, est depuis longtemps sur la liste des destinations prisées des Québécois.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Au-delà des plages, la Virginie culturelle » : http://www.ledevoir.com/art-de-vivre/voyage/420568/au-dela-des-plages-la-virginie-culturelle

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 octobre 2014

Il avec accepté

  • Plus tôt cette semaine, Pierre Karl Péladeau non seulement avec accepté de confier ses actions dans Québecor à une fiducie sans droit de regard, il s’était aussi engagé « sur l’honneur » à ne jamais intervenir dans le contenu éditorial des médias dont il est le propriétaire.
    (Michel David, dans Le Devoir du 11 octobre 2014.)

Il y a quelques jours, Pierre Karl Péladeau non seulement avait accepté de confier ses actions dans Québecor à une fiducie sans droit de regard, il s’était aussi engagé « sur l’honneur » à ne jamais intervenir dans le contenu éditorial des médias dont il est le propriétaire.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Sur l'honneur » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/420848/sur-l-honneur

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:56 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 octobre 2014

Le privé

  • Je l'ai écrit et réécrit : le privé vampirise le public. Le privé attire les élèves doués et ceux qui n'ont pas de problème d'apprentissage. Ils vident les écoles publiques de leurs meilleurs éléments.
    (Michèle Ouimet, dans La Presse du 2 octobre 2014.)

Le privé, c'est un singulier :

Je l'ai écrit et réécrit : le privé vampirise le public. Le privé attire les élèves doués et ceux qui n'ont pas de problème d'apprentissage. Il vide les écoles publiques de leurs meilleurs éléments.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« La fin d'un tabou » : http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/michele-ouimet/201410/02/01-4805535-la-fin-dun-tabou.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_michele-ouimet_3281_section_POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:38 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 octobre 2014

Des vidéos dans lesquelles ont dit...

  • [...] les Britanniques ont honte de voir des compatriotes animer des vidéos dans lesquelles ont dit et montre les pires horreurs.
    (Claude Lévesque, dans Le Devoir du 9 octobre 2014.)

Nous n'avons pas affaire à l'auxiliaire avoir, mais au pronom indéfini :

[...] les Britanniques ont honte de voir des compatriotes animer des vidéos dans lesquelles on dit et montre les pires horreurs.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« La guerre de Trente Ans? » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/420619/reperes-la-guerre-de-trente-ans

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 02:18 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

09 octobre 2014

Arracher les yeux... à qui?

  • Il y a quelque chose de particulièrement barbare à l’idée de décapiter quelqu’un, c’est vrai. Et puis, cette mise en scène théâtrale, le supplicié à genoux, nous montrant seulement ce qu’il va bientôt perdre, une tête stupéfiée, surplombé de son bourreau emmitouflé de noir. Comment ne pas réagir, comment ne pas vouloir leur arracher les yeux à leur tour?
    (Francine Pelletier, dans Le Devoir du 8 octobre 2014.)

Comme ce paragraphe est le premier de son article et qu'elle n'y fait mention que de deux personnes, la chroniqueuse donne l'impression, par l'emploi du pronom leur, de vouloir arracher les yeux à la fois au bourreau et au supplicié. Je suis pourtant certaine qu'elle ne souhaiterait s'attaquer qu'au premier :

Comment ne pas réagir, comment ne pas vouloir leur arracher les yeux à cette brute?

* * * * *

  • Depuis que les Américains ont commencé leur bombardement contre l’EI en août, 6000 combattants se sont joints au groupe qui sème la terreur. L’EI s’est également associé à sa rivale dans la région, les djihadistes du Front al-Nosra, affiliés à al-Qaïda.

Sa rivale ne peut évidemment représenter un masculin pluriel :

Depuis que les Américains ont commencé leur bombardement contre l’EI en août, 6000 combattants se sont joints au groupe qui sème la terreur. L’EI s’est également associé à ses rivaux dans la région, les djihadistes du Front al-Nosra, affiliés à al-Qaïda.

* * * * *

  • On sait aussi — bien que le gouvernement américain a supprimé ces pages de son rapport — que l’Arabie saoudite a joué un rôle dans l’attaque du World Trade Center.

Bien que doit être suivi du subjonctif :

On sait aussi — bien que le gouvernement américain ait supprimé ces pages de son rapport — que l’Arabie saoudite a joué un rôle dans l’attaque du World Trade Center.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Oeil pour oeil » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/420449/oeil-pour-oeil

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]


Fin »