Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

jeudi 29 septembre 2016

Justin Trudeau et ses voix

  • On s’est fendu d’analyses sur les enjeux politiques qui viendraient ennuager les voix ensoleillées de Justin Trudeau cet automne [...]
    (Denis Ferland, dans Le Devoir du 28 septembre 2016.)

Justin Trudeau n'est pas Jeanne d'Arc :

On s’est fendu d’analyses sur les enjeux politiques qui viendraient ennuager les voies ensoleillées de Justin Trudeau cet automne [...]

Line Gingras
Québec

« Les vraies affaires » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/481023/les-vraies-affaires?utm_source=infolettre-2016-09-28&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 03:31 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 28 septembre 2016

Cancer et témoignages

  • Josée Blanchette lance le « Je ne sais pas pondre l’œuf, mais je sais quand il est pourri », vaste enquête sur l’industrie du cancer doublé de témoignages personnels.
    (Légende de la photo accompagnant un article de Dominic Tardif, dans Le Devoir du 28 septembre 2016.)

Ce n'est pas le cancer qui est doublé de témoignages personnels, mais l'enquête :

Josée Blanchette lance Je ne sais pas pondre l’œuf, mais je sais quand il est pourri, vaste enquête sur l’industrie du cancer doublée de témoignages personnels.

Line Gingras
Québec

« Une orpheline en colère » : http://www.ledevoir.com/culture/livres/480977/livres-l-orpheline-en-colere?utm_source=infolettre-2016-09-28&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 04:14 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 26 septembre 2016

Qui est l'intrus?

  • L’initiation aux classiques de la littérature se fait à l’aide de livres numériques, recelant cartes, vidéos et biographies : tout pour mettre en contexte les œuvres de Dumas, de Candide ou de Maupassant.
    (Isabelle Paré, dans Le Devoir du 24 septembre 2016.)

Jamais je n'ai entendu parler d'un grand écrivain qui se serait appelé Candide; il est vrai qu'on ne peut pas tout savoir. Je me souviens très bien, par contre, de ma première professeure de français au cégep de Sainte-Foy, madame Jeanne-Marie Dulong, qui me fit découvrir un conte philosophique de Voltaire*, Candide ou l'Optimisme un classique. Wikipédia m'apprend à ce propos : « Il a été réédité vingt fois du vivant de l’auteur, ce qui en fait un des plus grands succès littéraires français. »

Line Gingras
Québec

* Le 26 septembre à 12 h 45, je vois que la correction a été apportée.

« L’enjeu du numérique à l’école » : http://www.ledevoir.com/societe/education/480793/l-enjeu-du-numerique-a-l-ecole

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 03:41 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 25 septembre 2016

Étonnant

  • Il était pour le moins étonnant d’entendre le premier ministre lui réitérer sa confiance tout en reconnaissant ne pas connaître les faits.
    (Michel David, dans Le Devoir du 22 septembre 2016.)

Il était pour le moins étonnant d’entendre le premier ministre lui réitérer sa confiance tout en admettant ne pas connaître les faits.

  • Peu importe la nature des documents [...] et l’utilisation que le gouvernement pourrait en avoir fait [...]

Le participe passé du verbe faire, employé avec l'auxiliaire avoir, doit s'accorder avec le complément d'objet direct, celui-ci étant placé devant le verbe :

Peu importe la nature des documents [...] et l’utilisation que le gouvernement pourrait en avoir faite [...]

Line Gingras
Québec

« La tête du poisson » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/480586/la-tete-du-poisson

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 24 septembre 2016

En Chine

  • On y exécute plus de personnes que tous les autres pays réunis.
    (Manon Cornellier, dans Le Devoir du 23 septembre 2016.)

On y exécute [On exécute en Chine] plus de personnes que dans tous les autres pays réunis.

Line Gingras
Québec

« La prudence s'impose » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/480679/extradition-vers-la-chine-la-prudence-s-impose

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 04:12 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 23 septembre 2016

La désaffection au projet indépendantiste

Désaffection à quelque chose, désaffection à quelqu'un; désaffection de quelqu'un à quelque chose, désaffection de quelqu'un à quelqu'un; préposition; grammaire française; syntaxe du français.

  • Il faut de toute urgence trouver mieux, la désaffection des jeunes au projet indépendantiste est là pour nous le rappeler.
    (Francine Pelletier, dans Le Devoir du 1er juin 2016.)

On parle de la désaffection (de quelqu'un) pour, envers, à l'égard de, vis-à-vis de quelqu'un ou quelque chose, selon le cas, et non à :

La désaffection du public pour le cinéma. (Petit Robert.)

La désaffection à l'égard d'une institution. (Petit Robert.)

La désaffection du peuple pour un régime, d'une personne pour une autre. (Grand Robert.)

[...] il en est résulté une désaffection pour l'émiettement des partis. (G. Bouthoul dans le Grand Robert, à l'article « dépolitisation ».)

Barrès s'éloigne, essai de Montherlant (où l'auteur marquait la désaffection de la jeunesse envers Barrès). (Rédaction du Grand Robert, à l'article « éloigner ».)

Une désaffection à l'égard du régime et un déclin de la moralité civique. (Meynaud, dans le Trésor de la langue française informatisé.)

La désaffection des consommateurs pour la morue salée. (Boyer, dans le Trésor.)

[On peut] constater une désaffection de la clientèle vis-à-vis des bascules pèse-personnes [des gares]. (La Vie du Rail, dans le Trésor, à l'article « pèse-personne ».)

La chroniqueuse aurait pu écrire :

Il faut de toute urgence trouver mieux, la désaffection des jeunes à l'égard du projet indépendantiste est là pour nous le rappeler.

Line Gingras
Québec

« Ce qu'il reste de nous » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/472224/ce-qu-il-reste-de-nous

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 02:43 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 21 septembre 2016

Une Fort T

  • Dans cet amas de métal oxydé, M. Moisan voyait pourtant se profiler une rutilante Fort T. Depuis 57 ans, il possède la même voiture noire, datée de 1921.
    (Jean-François Nadeau, dans Le Devoir du 19 septembre 2016.)

Je ne m'y connais guère en voitures, mais qui n'a jamais entendu parler de la Ford T*?

Line Gingras
Québec

* Le 22 septembre à 13 h 20, je vois que la correction a été apportée.

« Le progrès » : http://www.ledevoir.com/societe/sante/480285/le-progres

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 22:51 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 20 septembre 2016

Multiplications

  • Une jeune fille de 18 ans, de la région de Carinthie, au sud du pays, aurait décidé de traîner ses parents devant les tribunaux pour la publication sans son consentement de photos d’elles durant toute son enfance, sur Facebook.

    Il y était question de 500 clichés d’elles, dont plusieurs dans des situations gênantes [...]
    (Fabien Deglise, dans Le Devoir du 19 septembre 2016.)

Il y a pas mal de photos, mais une seule enfant :

Une jeune fille de 18 ans, de la région de Carinthie, au sud du pays, aurait décidé de traîner ses parents devant les tribunaux pour la publication sans son consentement de photos d’elle* durant toute son enfance, sur Facebook.

Il y était question de 500 clichés d’elle*, dont plusieurs dans des situations gênantes [...]

* * * * *

  • Un partage qui se joue désormais dans des mondes sans balises où la possibilité de le faire, jumelé au fait que tout le monde le fait, devient ce grand justificatif universel à la diffusion d’information.

Un partage qui se joue désormais dans des mondes sans balises où la possibilité de le faire, jumelée* au fait que tout le monde le fait, devient ce grand justificatif universel à la diffusion d’information.

Tout le monde peut le faire et tout le monde le fait, ce serait un fait (et un effet d'insistance, sans doute).

Line Gingras
Québec

* Le 21 septembre à 14 h 20, je vois que la correction a été apportée.

« Rhabiller le petit » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/480284/chroniquefd-rhabiller-le-petit

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 16:39 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 19 septembre 2016

Quasi-absent, le bilinguisme

Quasi-absent, quasi absent; quasi-absence, quasi absence; trait d'union; orthographe.

  • Un bilinguisme essentiel... mais quasi-absent
    (Titre d'un article de Marie Vastel, dans Le Devoir du 15 septembre 2016.)

Les rectifications de l'orthographe n'ont rien changé à la règle. Devant un nom avec lequel il forme une sorte de composé, l'adverbe quasi s'écrit avec un trait d'union (quasi-absence); devant un autre mot, il n'est pas suivi du trait d'union – bien que l'on trouve, dans le Grand Robert et dans le Trésor de la langue française informatisé, des exemples d'emploi du trait d'union devant l'adjectif.

Devant un nom :

La quasi-certitude. (Multidictionnaire.) 

Cette liaison devint un quasi-mariage. (Balzac, dans le Petit Robert.) 

Pour la quasi-totalité des Français l'affaire du Maroc se ramène à une image d'Épinal [...] (F. Mauriac, dans le Grand Robert.) 

Une grande rivalité les opposa [les Anglais] aux pêcheurs français, qui exerçaient alors un quasi-monopole, puisque aussi bien le Canada et Terre-Neuve étaient des possessions françaises. (Boyer, dans le Trésor.)


Devant un adjectif :

Un obstacle quasi infranchissable. (Multidictionnaire.)

L'impassibilité quasi miraculeuse des martyrs chrétiens. (Sarraute, dans le Lexis.)

La place du Panthéon était quasi déserte. (Butor, dans le Lexis.)

Le raisin est quasi mûr. (Colette, dans le Petit Robert.) 

Je dois reconnaître que ce premier contact direct avec l'Évangile n'eut pas [...] l'effet quasi foudroyant que j'espérais [...] (Gide, dans le Grand Robert.)

[...] des sentiments graves, paisibles, quasi religieux. (R. Rolland dans le Grand Robert, à l'article « laid ».)

L'abbé de Vèze emmena madame de La Chanterie pâle et quasi mourante. (Balzac, dans le Trésor.)

Sœur Mathilde et moi, nous sommes quasi voisines. (Bernanos, dans le Trésor.)

[...] ces heures de nuit totale où la gratitude quasi-filiale d'un adolescent verse sans retenue des larmes, des confidences, des rancunes, au sein chaleureux d'une mûre et sûre amie. (Colette, dans le Trésor.)

Il aurait mieux valu écrire :

Un bilinguisme essentiel... mais quasi absent

Line Gingras
Québec

« Un bilinguisme essentiel... mais quasi-absent » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/480024/chefferie-conservatrice-un-bilinguisme-essentiel-mais-quasi-absent

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 03:16 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 18 septembre 2016

Différemment que

Différemment que, différemment de; grammaire française; syntaxe du français.

  • L'histoire récente nous dit qu'une grippe d'homme politique tend à être traitée bien différemment que celle d'une femme.
    (Rima Elkouri, dans La Presse du 16 septembre 2016.)

Le Trésor de la langue française informatisé signale, comme rare et vieillie, la construction différemment que :

Jamais il ne put la voir dans sa pensée différemment qu'il ne l'avait vue la première fois. (Flaubert.)

Il admet cependant sans réserves différemment de :

Vivre un peu différemment des paysans. (Renan.)

C'est différemment de moi que tu aimes la campagne. (Rivière.)

Le Petit et le Grand Robert, comme le Multidictionnaire, ne reçoivent que différemment de :

Je pense différemment de mes parents. (Multidictionnaire.)

Agir différemment, tout différemment des autres. (Petit Robert.)

Les princes agissent différemment des particuliers. (Littré, dans le Grand Robert.)

[...] le personnage de la portière, de la concierge est typé très différemment de celui de la bonne [...] (Remarque du Grand Robert, à l'article « concierge ».)

Il aurait mieux valu écrire :

L'histoire récente nous dit qu'une grippe d'homme politique tend à être traitée bien différemment de celle d'une femme.

Line Gingras
Québec

« Grippe d'homme, grippe de femme » : http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/rima-elkouri/201609/13/01-5019941-grippe-dhomme-grippe-de-femme.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_rima-elkouri_3263_section_POS1

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 00:42 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 17 septembre 2016

Entente conclue

  • L’entente conclue récemment avec Uber contient des aménagements cosmétiques en faveur des chauffeurs propriétaires, certes, mais il ne prend jamais en considération la conséquence qu’est la perte de valeur du permis de taxi.
    (Fabrice Vil, dans Le Devoir du 16 septembre 2016.)

Je ne vois pas ce que le pronom personnel peut représenter, sinon l'entente :

L’entente conclue récemment avec Uber contient des aménagements cosmétiques en faveur des chauffeurs propriétaires, certes, mais elle ne prend jamais en considération la conséquence qu’est la perte de valeur du permis de taxi.

Line Gingras
Québec

« Le fardeau du progrès technologique » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/480085/a-qui-le-fardeau-premier-du-progres-technologique

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 04:56 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 16 septembre 2016

Si la tendance se maintient...

  • Encore qu’ils ne font qu’obéir à une tendance générale et universelle parmi les élus, d’ici et d’ailleurs, qui consistent à garder leurs bobos pour eux-mêmes.
    (Guy Taillefer, dans Le Devoir du 14 septembre 2016.)

Ce ne sont pas les élus qui consistent, mais la tendance :

Encore qu’ils ne font qu’obéir à une tendance générale et universelle parmi les élus, d’ici et d’ailleurs, qui consiste à garder leurs bobos pour eux-mêmes.

Line Gingras
Québec

« Démocratie grippée » : http://www.ledevoir.com/international/etats-unis/479915/campagne-americaine-democratie-grippee

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 20:35 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [1] - Permalien [#]

lundi 12 septembre 2016

Un prix Pullizer

  • L’image est patrimoniale. Son auteur, Nick Ut, a même reçu un prix Pullizer pour avoir immortalisé ce drame.
    (Fabien Deglise, dans Le Devoir du 12 septembre 2016.)

On connaît l'existence des prix Pulitzer :

L’image est patrimoniale. Son auteur, Nick Ut, a même reçu un prix Pulitzer* pour avoir immortalisé ce drame. 

Line Gingras
Québec

* Le 13 septembre à 16 h, je vois que la correction a été apportée.

« Debout! » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/479752/chroniquefd

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:33 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 2 septembre 2016

Un autre

  • Dans son blogue de l’Université Laval, le sociologue Simon Langlois nous parlait récemment de « société liquide », se référant à un autre sociologue polonais, Zygmunt Bauman, qui remarque à quel point nos sociétés avancées sont devenues liquides par rapport aux sociétés solides d’autrefois.
    (Josée Blanchette, dans Le Devoir du 2 septembre 2016.)

Les deux sociologues ne sont pas tous deux polonais :

Dans son blogue de l’Université Laval, le sociologue Simon Langlois nous parlait récemment de « société liquide », se référant à un autre sociologue [ou à un confrère], le Polonais Zygmunt Bauman [...]

Line Gingras
Québec

« L'âgisme ordinaire » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/479084/l-agisme-ordinaire

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 31 août 2016

Plus que jamais

  • Le Québec évolue dans un contexte international et intérieur qui rend l’atteinte de cet objectif plus important que jamais et qui a mené notre gouvernement à réviser en profondeur ses politiques et stratégies en immigration afin d’attirer et de retenir chez nous des talents provenant de partout dans le monde.
    (Kathleen Weil, ministre de l’Immigration, de la Diversité et de l’Inclusion, dans Le Devoir du 31 août 2016.)

L'objectif est important, je n'en doute pas, mais c'est l'atteinte de cet objectif, dans la phrase à l'étude, que le contexte rend plus importante que jamais.

Line Gingras
Québec

« Ensemble, nous sommes le Québec » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/478880/ensemble-nous-sommes-le-quebec

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 03:03 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 28 août 2016

Légalement

  • Chez IQ [Investissement Québec], bien que, légalement, son conseil n’en avait aucune obligation légale, on jugeait important d’obtenir l’avis du ministre.
    (Robert Dutrisac, dans Le Devoir du 26 août 2016.)

Bien que appelant le subjonctif, il vaudrait mieux employer même si :

Chez IQ [ou À Investissement Québec], même si son conseil n’en avait aucune obligation légale, on jugeait important d’obtenir l’avis du ministre.

L'adverbe légalement a disparu, devinez pourquoi...

Line Gingras
Québec

« Jacques Daoust était au courant » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/478609/la-version-de-daoust-demolie-par-son-ex-chef-de-cabinet?utm_source=infolettre-2016-08-26&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 05:42 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 27 août 2016

Parmi les deux

  • Parmi les deux principaux historiens qui se sont intéressés à la Nouvelle-France après les années 1960, les noms de Marcel Trudel et de Louise Dechêne se détachent du lot.
    (Christian Rioux, dans Le Devoir du 26 août 2016.)

Deux historiens qui se détachent d'un lot de... deux? Le journaliste a sûrement voulu dire :

Parmi les historiens qui se sont intéressés à la Nouvelle-France après les années 1960, les noms de Marcel Trudel et de Louise Dechêne se détachent du lot.

Line Gingras
Québec

« Des héros oubliés » : http://www.ledevoir.com/politique/montreal/478608/la-fondation-de-montreal-4-4-des-heros-oublies

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 00:50 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 22 août 2016

Ça vaut la peine

  • Tous ces progrès-là, dans cette région du monde, ça vaut vraiment la peine, à mon avis, d’être défendus.
    (Boris Proulx citant un certain G., dans Le Devoir du 22 août 2016.)

Le sujet implicite de l'infinitif, ce n'est pas tous ces progrès-là, mais le pronom neutre ça :

Tous ces progrès-là, dans cette région du monde, ça vaut vraiment la peine, à mon avis, d’être défendu*.

Line Gingras
Québec

* Le 22 août à 18 h 30, je vois que l'on a apporté la correction suivante : Tous ces progrès-là, dans cette région du monde, valent vraiment la peine, à mon avis, d’être défendus.

« Partir se battre en Syrie en toute légalité » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/478235/partir-se-battre-en-syrie-en-toute-legalite

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 06:34 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 20 août 2016

Ils ne manquent pas de solution

  • Pourtant, les gouvernements qui veulent sauver des vies et changer le sort des damnés de la terre ne manquent pas de solution.
    (Jean-Claude Leclerc, dans Le Devoir du 15 août 2016.)

Comme les solutions se comptent, il doit y en avoir un certain nombre si on n'en manque pas :

Pourtant, les gouvernements qui veulent sauver des vies et changer le sort des damnés de la terre ne manquent pas de solutions*.

Line Gingras
Québec

* Le 21 août à 17 h 25, je vois que la correction a été apportée.

« Casques bleus nouvel âge » : http://www.ledevoir.com/societe/ethique-et-religion/477726/casques-bleus-nouvel-age

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 04:41 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 19 août 2016

On dénonce

  • L’absence de commission québécoise est un choix « impensable », dénonce les organisations autochtones
    (Titre d'un article de Marie-Michèle Sioui, dans Le Devoir du 19 août 2016.)

Ce sont les organisations autochtones, sujet inversé, qui dénoncent :

L’absence de commission québécoise est un choix « impensable », dénoncent* les organisations autochtones

Line Gingras
Québec

* Le 19 août à 14 h 10, je vois que la correction a été apportée.

« L’absence de commission québécoise est un choix "impensable", dénonce [sic] les organisations autochtones » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/478113/l-absence-de-commission-quebecoise-est-un-choix-impensable-denonce-les-organisations-autochtones

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 01:46 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]