Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

vendredi 29 janvier 2010

À part du fait que

À part, à part de; à part le fait que; locution prépositive; grammaire française; syntaxe du français.

  • La différence, à part du fait que la télé est partout, c'est que maintenant, ces gestes-là sont dénoncés. (Yves Boisvert, dans La Presse du 20 janvier 2010.)

D'après Marie-Éva de Villers, la locution prépositive à part « se construit sans la préposition de ». Tous les exemples que j'ai vus confirment cet avis :

À part cet oubli, tout est parfait. (Multidictionnaire.)
À part ça, tout est au point. (Multidictionnaire.)
Que fait-il, à part copier? (Hanse-Blampain.)
À part sa femme et à part moi, qui lui fait encore confiance? (Hanse-Blampain.)
À part lui, nous ne connaissons personne. (Petit Robert.)
À part toi, personne n'est au courant. (Lexis.)
À part l'admirable portrait de Cromwell... (Gide, dans le Trésor de la langue française informatisé.)

Il faudrait donc écrire :

La différence, à part le fait que la télé est partout...

Line Gingras
Québec

« Criminaliser la connerie » : http://www.cyberpresse.ca/opinions/chroniqueurs/yves-boisvert/201001/20/01-940988-criminaliser-la-connerie.php

Posté par Choubine à 04:34 - Langue et traduction - Commentaires [5] - Permalien [#]

Commentaires

    Il avait peut-être à l'esprit «en plus du fait...», qui peut même être préférable selon le contexte.
    Autre chose, il vaut la peine d'aller faire un tour du côté de l'expression «mis à part», p. ex. plus loin dans l'article du Multi (part), où «mis» est généralement invariable.

    Posté par Yves Lanthier, samedi 30 janvier 2010 à 04:45
  • Mis à part

    Je suis heureuse que vous en parliez, Yves : j'avais déjà abordé la question, mais sans penser à l'inscrire dans l'index! C'est ici : http://chouxdesiam.canalblog.com/archives/2007/05/27/5250972.html

    Posté par Choubine, samedi 30 janvier 2010 à 05:00
  • Excellent, merci Line.
    D'autres que le Multi disent de ne jamais accorder plutôt que «généralement invariable», p. ex. Bordas.
    C'est différent par exemple pour «fini les folies» et «finies les folies», que la règle et l'usage se partagent plus ou moins moitié-moitié.
    Le genre de choses qui obligent à retourner relire :)

    Posté par Yves Lanthier, samedi 30 janvier 2010 à 05:32
  • Petite précision

    En fait, ce que dit le Bordas (ou le Girodet, autre façon de désigner le même ouvrage), c'est que le participe est invariable lorsque l'expression est devant le nom. Exemple : «Mis à part ces deux petites erreurs, tout est correct.» Girodet ajoute, par contre, qu'il est variable derrière le nom. Exemple : «Ces deux petites erreurs mises à part, tout est correct.»

    Posté par Choubine, samedi 30 janvier 2010 à 05:51
  • Oui, c'est ce que je veux dire implicitement: lorsque le participe est avant, Girodet dit «toujours» invariable et non «généralement». Même chose chez Péchouin.
    Antidote dit «parfois variable» (entrée «mis à part»): «Mis(e) à part sa franchise...».
    La «flottaison» est peut-être davantage québécoise :)
    À propos, l'article d'Antidote renvoie à «Guides: "Passé, vu, y compris..."», ce qui vaut certainement le détour pour alimenter la réflexion.

    Posté par Yves Lanthier, samedi 30 janvier 2010 à 07:10

Poster un commentaire