Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

jeudi 13 avril 2006

Décrier un problème

Décrié; décrier; un problème décrié; décrier un problème; québécois et canadien; impropriété; usage.

  • Le CPI [Conseil des partenaires pour l'innovation] avait demandé en février que le gouvernement, dès juin 2006, commence à régler ce problème tant décrié. (Antoine Robitaille.)

Décrier quelqu'un, d'après le Trésor de la langue française informatisé, c'est nuire à sa réputation, «lui faire perdre son autorité morale» :

Un air de libertinage qui les décrie auprès des personnes raisonnables. (Sainte-Beuve, dans le Petit Robert.)

Toujours selon le Trésor, décrier une chose, c'est mettre en doute sa valeur :

Chacun de ces Hippocrates criait que son élixir était le seul qui fût bon, et décriait les autres. (Rolland, dans le Trésor.)

Le participe passé et adjectif décrié a des emplois correspondants; il signifie «contesté, critiqué» (Petit Robert), «qui a mauvaise réputation, qui n'inspire plus/pas confiance» (Trésor) :

[Zola] décrié injustement par ceux qui ne l'ont jamais lu. (Duhamel, dans le Petit Robert.)

Un livre jadis admiré, aujourd'hui exagérément décrié. (Lexis.)

Une opinion publique s'est formée, favorable à l'emploi d'un combustible [le charbon] longtemps décrié. (Schneider, dans le Trésor.)

Il me semble donc qu'on ne saurait l'utiliser à propos d'un problème, en particulier d'un problème reconnu comme celui dont il est question, soit le sous-financement des universités. Je pense plutôt que le journaliste a voulu parler, ici, d'un problème tant de fois signalé, si souvent dénoncé, ou peut-être même criant...

* * * * *

  • ... les droits de scolarité gelés au Québec depuis trop longtemps, ce qui crée, disent-ils, des «problèmes de financement structurels» et creuse de plus en plus un écart inquiétant entre les universités québécoises et canadiennes.

Tant que le Québec fait partie du Canada, ses universités comptent parmi les établissements canadiens; il aurait fallu écrire, par conséquent :

... entre les universités québécoises et les autres universités canadiennes.

* * * * *

  • La directrice de cabinet, Isabelle Perras, souligne que le MDEIE [ministère du Développement économique, de l'Innovation et de l'Exportation] a vu son budget augmenter, dont 19% d'augmentation en innovation et en recherche.

Le pronom relatif dont ne se rattache à rien, il n'a pas d'antécédent; on ne peut donc pas se contenter de supprimer d'augmentation. Quelques possibilités de reformulation :

... a vu son budget augmenter - au chapitre de l'innovation et de la recherche, par exemple, où la hausse a été de 19%.

... a vu son budget augmenter : ainsi, au chapitre de l'innovation et de la recherche, on a enregistré une hausse de 19%.

Line Gingras

«Fronde anti-Charest dans le milieu de la recherche» : http://www.ledevoir.com/cgi-bin/ledevoirredir.cgi?http://www.ledevoir.com/2006/04/12/106606.html

Posté par Choubine à 06:06 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire