Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

vendredi 14 avril 2006

Mésestimer

Mésestimer; impropriété; usage.

  • ... la valeur déclarée des exportations est d'évidence sous-évaluée.

    On évalue officiellement à 14 millions de dollars la valeur moyenne des armes légères exportées chaque année par le Canada. Dans les faits, note le chercheur, ce montant mésestime considérablement la valeur réelle des exportations, principalement en raison du fait...
    (Guy Taillefer.)

Mésestimer quelqu'un ou quelque chose, c'est en avoir mauvaise opinion, en faire trop peu de cas, ne pas l'apprécier à sa juste valeur. D'après le Trésor de la langue française informatisé, le sujet de ce verbe, à la forme active, désigne une personne ou un ensemble de personnes :

Je crois que les dirigeants ont alors mésestimé le peuple français. (Gide, dans le Trésor.)

Il souffrait de se sentir mésestimé de ses contemporains. (Lexis.)

J'avais mésestimé la prudence des grands prélats... (Cocteau, dans le Trésor.)

... une guirlande de cette fleur trop mésestimée aujourd'hui. (Mallarmé, dans le Trésor.)

Hanse et Blampain font observer que mésestimer «est souvent remplacé par sous-estimer», qui veut dire «estimer au-dessous de sa valeur, de son importance» (Petit Robert) :

Nous avions sous-estimé la dégradation de la situation financière. (Girodet.)

Sous-estimer est certainement plus approprié pour parler d'une quantité mesurable ou d'une somme d'argent; mais ce verbe aussi, il me semble, devrait avoir pour sujet un nom (ou un pronom) désignant une personne ou un groupe de personnes.

Quoi qu'il en soit, il y aurait lieu de reformuler le passage qui nous intéresse, de manière à supprimer certaines répétitions. Je proposerais :

... la valeur déclarée des exportations est d'évidence sous-estimée.

On établit officiellement à 14 millions de dollars, en moyenne, les ventes annuelles d'armes légères par le Canada [ou : les ventes d'armes légères qu'effectue chaque année le Canada]. Toutefois, note le chercheur, ce montant est très inférieur au chiffre réel, principalement en raison du fait...

Line Gingras

«Exportations d'armes légères : le Canada montré du doigt» : http://www.ledevoir.com/2006/04/13/106692.html

Posté par Choubine à 07:46 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire