Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

samedi 8 octobre 2005

Questionner

Questionner; questionner quelque chose; remettre en question; mettre en doute; contester; critiquer; douter de; s'interroger sur.

  • Qui s'étonnera que le Gala des Gémeaux, censé être la fête de la télévision, n'ait trouvé qu'une chaîne spécialisée câblée, Canal D, pour distribuer des prix dont on questionne d'ailleurs et le nombre et la pertinence depuis plusieurs années? (Denise Bombardier.)

Ce n'est là que la première d'une série d'interrogations, mais nous n'irons pas plus loin aujourd'hui, les amis, car il faut nous pencher incontinent sur ce verbe questionner qui me taquine les méninges.

On peut très bien questionner quelqu'un, je n'ai rien là contre; mais questionner quelque chose, c'est français vous croyez?

Le Trésor de la langue française informatisé signale ce tour, utilisé par analogie au sens de "poser une question à quelque chose" :

La campagne se prête à toutes les divagations du rêve. On questionne bien tranquillement le ruisseau, l'arbre, les grandes luzernes : ils ne répondent pas [...] (Renard.)

Bien entendu, le verbe n'a pas ici la même acception que dans la phrase de madame Bombardier.

Le Hanse-Blampain ne contient pas d'article sur le verbe questionner. Mais le Petit Robert et le Lexis n'admettent pas l'emploi qui nous intéresse, et les ouvrages canadiens que j'ai consultés - soit le Multidictionnaire, le Dagenais, le Colpron et le Chouinard - condamnent comme anglicisme l'utilisation de questionner avec un nom de chose pour complément d'objet direct, au sens de "mettre en doute", "remettre en question", "contester", "critiquer", "douter de" ou "s'interroger sur" :

Ils ont questionné l'impartialité du jury d'examen.
Il y a lieu de questionner le sérieux de cette information.
Ce n'est pas d'hier que l'on questionne l'existence de Dieu.

Ces exemples ne sont donc pas à imiter.

Line Gingras

"Faire la fête?" : http://www.ledevoir.com/2005/10/08/92200.html

Posté par Choubine à 23:39 - Langue et traduction - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    c'est dommage que la mode soit à l'acceptation aveugle de tous les anglicismes.

    Posté par phil, dimanche 9 octobre 2005 à 14:49
  • En effet. À la décharge de madame Bombardier, je dois dire qu'elle éviterait certainement cet emploi si elle savait qu'il s'agit d'un anglicisme.

    Posté par Choubine, dimanche 9 octobre 2005 à 15:03

Poster un commentaire