Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

jeudi 6 octobre 2005

Prêt de + infinitif

Prêt de, près de; prêt de + infinitif; prêt à + infinitif; près de + infinitif.

  • [...] ce flux ne semble pas prêt de se tarir. (Dépêche.)

"Prêts ou pas prêts, j'y vas pareil" : c'était la formule rituelle lorsque nous jouions à cachette, chez nous, dans le p'tit rang croche qui montait vers le lac Sept-Îles. Mais ce temps-là est révolu - eh oui, y a eu la révolution tranquille et tout, vous ne le saviez pas? -, et c'est d'affaires sérieuses que l'on s'occupe ici. Alors donc...

D'après ce que je lis dans le Petit Robert, le Multidictionnaire et le Hanse-Blampain, on doit faire aujourd'hui la distinction entre près de ("sur le point de") et prêt à ("en état de", "disposé à", "décidé à"), devant un infinitif :

Les démarches étaient près d'aboutir. (France.)
La pluie n'est pas près d'arrêter.
Je ne suis pas près de l'oublier.

L'avion est prêt à partir.
Tenez-vous prêts à agir quand le moment sera venu.
Je suis prête à reconnaître mes torts.

Le Petit Robert relève comme vieilli ou littéraire l'emploi de prêt à au sens de "près de", "sur le point de" :

Ainsi, prêt à quitter l'horizon de la vie... (Lamartine.)

Le tour prêt de, devant un infinitif, est tenu pour un archaïsme :

Je suis prêt de mourir. (Maupassant.)

Le journaliste aurait dû écrire, par conséquent :

  • [...] ce flux ne semble pas près de se tarir.

Et puis non, je ne me permettrai pas d'allusion à l'équipe Charest.

Line Gingras

"En bref : Nouvel assaut à Melilla" : http://www.ledevoir.com/2005/10/06/91965.html
Une petite récréation? - "Gambader, ou l'art de donner des ailes au délire" : http://www.ledevoir.com/2005/10/06/92023.html

Posté par Choubine à 23:46 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire