Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

jeudi 29 septembre 2005

Plusieurs d'entre nous

Plusieurs d'entre nous; plusieurs d'entre vous; beaucoup d'entre nous; beaucoup d'entre vous; plusieurs et beaucoup; expression de quantité + d'entre nous; expression de quantité + d'entre vous; accord du verbe; personne du verbe.

  • Plusieurs d'entre nous n'avons pas la chance...

Décevant, le discours d'installation prononcé le mardi 27 septembre par Michaëlle Jean, notre nouvelle gouverneure générale?

Rempli de bonnes intentions, comme il se doit. Et rassurant pour le Canada anglais, ainsi que me le faisait observer un ami : il n'y a plus au Canada "deux solitudes", mais des solitudes multiples, apparemment, dont il s'agit de "briser le spectre". Si madame Jean faisait de la politique, je dirais qu'elle se montre plus royaliste que le roi en niant, ou en ayant l'air de nier, l'existence du Québec comme société distincte.

Il reste que ce discours, je l'ai trouvé bien écrit; or, pour moi, le respect du fait français au Canada doit s'exprimer avant tout par le respect du français.

Je me suis cependant interrogée devant le passage cité plus haut : à quelle personne fait-on l'accord du verbe, lorsque le sujet est une expression de quantité complétée par d'entre nous ou d'entre vous?

Au paragraphe 899 du Bon usage (douzième édition), je lis : "Lorsque le sujet est une expression de quantité comme la plupart, un grand nombre, beaucoup, plusieurs, certains, quelques-uns, combien, trop, etc., ayant pour complément l'un des pronoms nous, vous, le verbe se met presque toujours à la 3e personne du pluriel." (C'est moi qui souligne.)

Hanse et Blampain, dans le Nouveau dictionnaire des difficultés du français moderne (quatrième édition), proposent les exemples suivants :

La plupart d'entre nous en ont fait l'expérience.
Trois d'entre vous resteront.
Nombre d'entre vous s'en réjouiront.
Beaucoup d'entre nous regretteront ce départ.

Ils ajoutent, précision importante à mon avis : "Dans ce dernier cas, l'accord avec nous permet de marquer qu'on se met dans le nombre : Beaucoup d'entre nous l'avons regretté. Un tel accord n'est pas courant; il est très rare avec vous." (C'est moi qui souligne.)

Que disait madame Jean, déjà?

  • Notre pays est si vaste et si riche dans ses coloris et ses accents. Plusieurs d'entre nous n'avons pas la chance d'en mesurer l'étendue. Je sais combien je suis privilégiée.

Il est clair que si la gouverneure générale est incluse dans le nous qui désigne l'ensemble des Canadiens, elle ne se met pas dans le nombre de ceux qui n'ont pas la chance de mesurer l'étendue du Canada.

L'accord du verbe à la troisième personne du pluriel s'imposait donc :

Plusieurs d'entre nous n'ont pas la chance d'en mesurer l'étendue.

J'allais oublier de vous signaler une petite chose, à propos de plusieurs : cet adjectif ou pronom indéfini pluriel, selon Hanse et Blampain, "indique un nombre peu élevé, souvent supérieur à deux". (C'est moi qui souligne.)

Je ne vais pas lancer mes foudres contre une faute si fréquente*, mais si on veut dire beaucoup, pourquoi ne pas dire beaucoup?

Line Gingras

* Note du 4 juin 2013 : Cette question a été abordée le 2 juin par André Racicot, qui renvoie à une passionnante étude de mon ancien collègue Jacques Desrosiers.

Dicours d'installation de Michaëlle Jean, gouverneure générale du Canada : http://www.gg.ca/media/doc.asp?lang=f&DocID=4574

Posté par Choubine à 23:12 - Langue et traduction - Commentaires [6] - Permalien [#]

Commentaires

    et pourquoi faire simple, si on peut faire compliqué ?

    Posté par phil, vendredi 30 septembre 2005 à 12:27
  • C'est vrai ça, pourquoi, hein?

    Posté par Choubine, vendredi 30 septembre 2005 à 13:28
  • La majorité d'entre vous...

    Je découvre avec ravissement ton blogue ce matin. J'ai fait la même faute que Michaëlle Jean lors d'une relecture - j'avais un doute et ton sujet m'a sauvée de la honte.

    Tu as une place de choix parmi mes Favoris, désormais...

    Posté par JayJay, mercredi 21 juin 2006 à 08:25
  • Merci, JayJay! (Mais la honte, dans ce cas-ci, n'aurait pas été bien grande : c'est un point très particulier.)

    Posté par Choubine, mercredi 21 juin 2006 à 12:46
  • Accord protestant

    J'ai eu à traduire cette phrase dans un contexte de résultats de sondage :

    • Fully 70.3% of you believe you have the opportunity for independence and freedom in the way you do your jobs.

    • Pas moins de 70,3 % d’entre vous estimez avoir la liberté de décider vous-mêmes de la manière dont vous faites votre travail.

    Impossible, ici, de mettre le verbe à la 3e personne à moins de faire la même chose avec le reste de la phrase - avec perte connotative sensible.

    Ouf, une chance que Grevisse dit "presque toujours"...

    Posté par Hélène, lundi 31 juillet 2006 à 12:57
  • Merci, Hélène! Je suis de votre avis. C'est un très bel exemple d'un cas où il convient de mettre le verbe à la deuxième personne.

    Posté par Choubine, mardi 1 août 2006 à 03:01

Poster un commentaire