Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

lundi 19 septembre 2005

Autant devant un adjectif

Autant incertain que; autant + adjectif + que; adjectif + autant que; autant que après un adjectif; autant et aussi.

  • Il est autant modeste qu'habile.

J'ai eu la chance, pendant les deux premières années du cours secondaire, d'avoir comme professeur de français un homme qui traitait ses élèves non pas comme des cruches à remplir, mais comme des êtres doués d'intelligence qu'il fallait encourager et guider dans leur apprentissage.

Monsieur Laganière, lorsque je soulevais une objection, ne se servait pas de son autorité pour me remettre à ma place; non, il était ravi au contraire : "Allons voir ce qu'en dit Larousse", ordonnait-il avec un large sourire; ou "Allons voir ce qu'en dit Laurence"; c'était selon.

Et toute la classe d'ouvrir dictionnaire ou grammaire, parce que chacun avait son exemplaire, bien sûr. Il paraît que ce n'est pas le cas dans toutes nos écoles aujourd'hui.

J'ai toujours le nez dans les ouvrages de langue, c'est en partie mon métier qui le veut; mais j'aime à croire que mes anciens camarades ont conservé, eux aussi, le réflexe de les consulter au moindre doute.

Tout à l'heure je lisais dans Le Devoir un article de François Brousseau. À propos de l'effet des élections qui ont eu lieu hier en Afghanistan, il écrit :

  • Autant dire que le verdict attendra encore un peu : diagnostic réservé et incertain. Pas autant incertain, toutefois, que celui d'une autre consultation similaire, le mois prochain : le référendum constitutionnel en Irak.

Question : Autant peut-il s'employer immédiatement devant un adjectif?
Réponse : Allons voir ce qu'en dit Robert.

Le Petit Robert, à l'article "autant", ne propose aucun exemple de ce type. Mais ce n'est pas une condamnation.

Allons donc voir ce qu'en disent Hanse et Blampain.

Dans la quatrième édition du Nouveau dictionnaire des difficultés du français moderne, je trouve ce qui m'intéresse : "Autrefois, autant pouvait précéder l'adjectif." Mais c'était dans le bon vieux temps. Aujourd'hui, cet adverbe ne s'utilise plus de cette façon; devant un adjectif, il faut le remplacer par aussi. On écrira donc :

Il est modeste autant qu'habile.
MAIS
Il est aussi modeste qu'habile.

Line Gingras

"Élections, élections..." : http://www.ledevoir.com/2005/09/19/90685.html

Posté par Choubine à 23:04 - Langue et traduction - Commentaires [8] - Permalien [#]

Commentaires

    quant à l'incertitude que jaugeait ce "autant", peut-elle vraiment être quantifiée ?

    Posté par phil, mardi 20 septembre 2005 à 06:58
  • C'est une idée bien subjective, en effet! Et la construction "aussi + adjectif + que" me paraît nettement plus courante que "adjectif + autant + que". N'empêche qu'il est admis, d'après les exemples que donne le "Petit Robert", d'employer "autant" pour quelque chose de non quantifiable.

    Posté par Choubine, mardi 20 septembre 2005 à 14:17
  • Beaucoup

    J'entends pas mal par chez moi beaucoup + adjectif : "elle est beaucoup lente, beaucoup seule, beaucoup intelligente"... beaucoup douée en grammaire !

    Posté par Papotine, dimanche 18 décembre 2005 à 04:50
  • Il me semble l'avoir entendu quelquefois, aussi. Pour ceux qui se poseraient la question, je viens de vérifier dans le Hanse-Blampain : on ne devrait pas employer "beaucoup" immédiatement devant un adjectif, sauf s'il s'agit du comparatif "meilleur" (mais "bien meilleur" est plus courant que "beaucoup meilleur").

    Posté par Choubine, dimanche 18 décembre 2005 à 16:37
  • A propos de beaucoup

    Peut-être quelqu'un peut-il m'aider. "Beaucoup de" est classifié dans le Robert comme étant un adverbe. Or la définition d'un adverbe est limitée à la modification et la précision d'un verbe, d'un adjectif ou d'un autre adverbe. Mais "beaucoup de" s'emploie avec un nom. Il ne pourrait donc pas être un adverbe. Mais si l'on le classe comme adjectif indéfini (comme "maint" qui d'ailleurs a à peu près le même sens et la même fonction), il est invariable et ne s'accorde pas en genre et en nombre... Donc, à l'instar de "peu de", il semble inclaassifiable. Quelqu'un pourrait-il m'orienter vers une grammaire qui aborde et résout ce dilemme ?

    Posté par ricoroux, samedi 6 janvier 2007 à 16:15
  • Beaucoup de

    Je lis dans le «Nouveau dictionnaire des difficultés du français moderne», de Hanse et Blampain, à l'article «beaucoup», que «beaucoup de», employé devant un nom, «exprime simplement la grande quantité et peut être assimilé à un adjectif ou déterminant indéfini».

    Posté par Choubine, samedi 6 janvier 2007 à 22:15
  • beaucoup de...temps

    Désolé pour ne voir la réponse qu'aujourd'hui, mais merci beaucoup. D'autant plus que je n'avais jamais trouvé la réponse nulle part. Encore merci.

    Posté par ricoroux, dimanche 15 avril 2007 à 18:02
  • Je vous en prie!

    Posté par Choubine, lundi 16 avril 2007 à 17:07

Poster un commentaire