Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

mardi 9 octobre 2012

Elle a obéit

Il a obéit, il a obéi; avoir obéit, avoir obéi; passé composé du verbe obéir; participe passé du verbe obéir; grammaire française; orthographe.

  • [...] la multinationale du meuble a donc obéit* aux diktats d’un pays qui, encore aujourd’hui, maintient la femme dans une condition qui se nomme par un un* nom et un seul : l’esclavage.
    (Serge Truffaut, dans Le Devoir du 9 octobre 2012.)

Le participe passé du verbe obéir, ce n'est pas obéit, qui ferait obéite au féminin, mais obéi, sans t; au passé composé, on écrit donc j'ai obéi, tu as obéi, il ou elle a obéi... :

[...] la multinationale du meuble a donc obéi aux diktats d’un pays qui, encore aujourd’hui, maintient la femme dans une condition qui se nomme par un nom et un seul : l’esclavage.

La forme obéit existe, mais elle correspond à la troisième personne du singulier du présent de l'indicatif et du passé simple : Il lui obéit au doigt et à l'œil.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

* À 17 h 20, je vois que les deux fautes ont été corrigées.

« La femme tunisienne… – L’apartheid » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/360938/la-femme-tunisienne-l-apartheid

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 02:36 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire