Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

samedi 31 mars 2012

Une école de pensée qu'il a fait sienne

  • [...] une école de pensée qu'il a fait sienne et qu'il a su transposer de façon magistrale dans chacune de ses collections.
    (Jean-Claude Poitras, dans Le Devoir du 31 mars 2012.)

Sienne est attribut du complément d'objet direct dans la phrase à l'étude. Ce complément (le pronom relatif qu', représentant une école de pensée), puisqu'il précède le verbe, gouverne l'accord du participe passé employé avec l'auxiliaire avoir :

[...] une école de pensée qu'il a faite sienne et qu'il a su transposer de façon magistrale dans chacune de ses collections.

On écrirait cependant :

Il a fait sienne cette école de pensée.

Line Gingras
Québec

« Musée national des beaux-arts du Québec – L'élégance s'impose et s'expose à Québec » : http://www.ledevoir.com/culture/actualites-culturelles/346362/musee-national-des-beaux-arts-du-quebec-l-elegance-s-impose-et-s-expose-a-quebec

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:51 - Langue et traduction - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    faire sien

    Bonjour et merci pour cet article très instructif. Puis-je vous demander s'il faudrait dire "La série s'est faite l'écho de cette absence" ou "la série s'est fait l'écho de cette absence". Est-ce la même règle qui s'applique ? Merci d'avance pour vos éclairages !

    Posté par Trine, samedi 27 décembre 2014 à 10:53
  • Se faire l'écho de

    Bonjour Trine,

    D'après le Girodet et le «Multidictionnaire» (Marie-Éva de Villers, 4e édition), le participe passé «fait» est toujours invariable dans l'expression «se faire l'écho de». Exemple : «Elles se sont fait l'écho de ces critiques.» («Multidictionnaire»)

    Je lis toutefois, dans le «Lexique du français pratique» de Berthier et Colignon, qu'il est «très correct» de faire accorder le participe passé («elles se sont faites l'écho»), parce que «la présence d'un article défini devant "écho" autorise à traiter le verbe selon les règles ordinaires, et non comme s'il s'agissait d'une locution figée».

    Hanse et Blampain sont d'un avis semblable. Bien que «se faire l'écho de» soit considéré par certains dictionnaires «comme une expression plus ou moins figée où le participe est invariable», ils estiment que «la logique et l'usage autorisent – et même recommandent – l'accord, comme on le ferait dans "Elle s'est faite la protectrice des réfugiés"». Entre autres exemples, ils proposent : «La découverte sensationnelle dont les journaux de tous les pays se sont faits aussitôt l'écho.»

    Personnellement, je pencherais pour l'accord du participe passé, tout en admettant aussi l'invariabilité.

    Posté par Line Gingras, samedi 27 décembre 2014 à 19:59

Poster un commentaire