Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

mardi 27 novembre 2007

En soutien à

En soutien à; en soutien de; syntaxe; démonstratif à valeur de possessif; emploi du déterminant ou adjectif démonstratif; anglicisme.

  • ... les troupes canadiennes participaient à une opération de sécurité en soutien aux forces nationales afghanes... (PC.)

Je n'ai pas trouvé en soutien à dans les dictionnaires consultés - j'ai vu le Petit Robert, le Multidictionnaire, le Hanse-Blampain (qui ne m'a pas été utile), le Lexis et le Trésor de la langue française informatisé. Ce dernier ouvrage reçoit la construction en soutien de :

Les Américains mettant, d'une part, des parachutistes et des chars en soutien des Français. (De Gaulle, dans le Trésor.)

Une recherche Google donne toutefois un nombre d'occurrences nettement plus élevé pour en soutien à (en soutien aux) que pour en soutien de (en soutien des). Je ne serais pas étonnée que les dictionnaires finissent par enregistrer cet usage.

* * * * *

  • «Ce sont tout des Canadiens exceptionnels qui méritent la gratitude et le respect de cette nation...» (Même article; on cite le premier ministre du Canada, Stephen Harper.)

Ce sont tous des Canadiens exceptionnels, selon monsieur Harper.

Cette nation... Le premier ministre désignerait-il une nation dont il aurait parlé dans la phrase précédente? Je ne le crois pas : il veut dire sans doute notre nation, la nation. L'emploi du démonstratif à valeur de possessif est très fréquent en anglais; il faut se garder de l'imiter.

* * * * *

  • Leur décès portent à 73 le nombre de soldats canadiens morts en Afghanistan depuis le début de la mission canadienne, il y a cinq ans.

Leur décès porte à 73...

Line Gingras
Québec

«Deux soldats canadiens de Valcartier tués» : http://www.cyberpresse.ca/article/20071117/CPACTUALITES/71117012/5846/CPACTUALITES

Posté par Choubine à 23:59 - Langue et traduction - Commentaires [4] - Permalien [#]

Commentaires

    A priori en découvrant la phrase, je n'ai pas été choqué que l'auteur utilise la préposition "à" plutôt que "de". J'avais bien sûr en tête la locution "apporter son soutien à quelqu'un", ici on voit bien que les Canadiens viennent soutenir les Afghans, ils leur apportent leur soutien. C'est peut-être pour cela que je serais plus "indulgent" que vous.

    Dernière minute, avant d'envoyer mon commentaire, je suis allé "googler" et la préposition "à" est comme je le pressentais des plus fréquentes.

    Pour le reste vous n'avez hélas que mille fois raison! Au fait Denise Bombardier n'a pas de mots assez dur pour fustiger le laisser-aller québécois en matière de langue. Bon, mais c'est une dame peut-être un peu particulière, non ? Elle ne cesse d'écrire que tout fout le camp... les humanités, la langue, l'école etc...

    Posté par Protolapon, mercredi 28 novembre 2007 à 11:06
  • Sous prétexte que le mieux serait l'ennemi du bien (je dis bien «serait»), nous nous satisfaisons trop souvent du médiocre.

    Posté par Choubine, mercredi 28 novembre 2007 à 14:24
  • Oui moi aussi j'aurais plutôt dit "la nation" ou alors "notre pays". En plus il devrait être prudent, M. harper avec la notion de nation, vu que Gilles Duceppe pourrait lui tomber dessus à bras raccourci:

    "Monsieur Harper, vous auriez dû dire "la gratitude de la nation canadienne et de la nation québécoise" puisque vous avez reconnu celle-ci il y a un an.

    Posté par Protolapon, jeudi 29 novembre 2007 à 14:03
  • «Notre pays», ça irait bien. Surprenant qu'il n'ait pas dit «de tous les Canadiens et de toutes les Canadiennes»...

    Posté par Choubine, jeudi 29 novembre 2007 à 14:33

Poster un commentaire