Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

mercredi 14 novembre 2007

Livraison de l'école au populisme

Livraison, livrer.

  • ... il faut reconnaître au président de la Centrale des syndicats du Québec, Réjean Parent, une lecture tout à fait juste lorsqu'il a dénoncé cette semaine la pénible livraison de l'école au populisme et à l'électoralisme. (Marie-Andrée Chouinard.)

Le verbe livrer peut vouloir dire «Abandonner à l'action de quelque chose» (Trésor de la langue française informatisé) :

Votre précepte si vanté [...] livre le monde au désordre, à la tyrannie. (Volney, dans le Trésor.)

Livrer une ville au pillage, à l'émeute. (Lexis.)

C'est une acception que ne possède pas le substantif livraison, qui désigne plutôt l'action de remettre une personne ou une chose (par exemple une marchandise) à la disposition de quelqu'un :

Si les conditions du traité (toutes les conditions : désarmement, livraison des coupables, réparations) sont fidèlement observées. (Barrès, dans le Trésor.)

La livraison des marchandises, des otages. (Hanse-Blampain.)

Mlle Hortense préparait les colis pour la livraison. (Troyat, dans le Lexis.)

On aurait pu écrire :

... lorsqu'il a dénoncé cette semaine l'abandon de l'école au populisme et à l'électoralisme.

Line Gingras
Québec

«L'école en otage» : http://www.ledevoir.com/2007/11/10/163917.html

Posté par Choubine à 06:58 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire