Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

lundi 3 septembre 2007

Il s'est fait pasteurisé

S'est fait + infinitif ou participe passé; se faire + infinitif ou participe passé; grammaire française; orthographe.

  • «Bob s'est fait pasteurisé», a-t-elle lancé. (Bob Baddeley; extrait d'une anecdote amusante publiée dans l'édition canadienne de Sélection, septembre 2007, page 78.)

Le pronominal se faire doit être suivi non pas du participe passé, mais de l'infinitif :

Elle s'est fait prendre.
Va te faire cuire un œuf!
Ils se sont fait voir ensemble.

Bob s'est donc fait «pasteuriser».

Line Gingras
Québec

Posté par Choubine à 23:59 - Langue et traduction - Commentaires [8] - Permalien [#]

Commentaires

    L'ombre d'un doute

    Bonjour,
    en rédigeant mon dernier billet
    sur l'Orée des peut-être,
    j'ai eu un doute.

    Deux personnes disent :
    on s'est fabriqués un compteur
    ou
    on s'est fabriqué ?

    Merci d'avance, votre site est précieux

    Pénéloop

    Posté par Pénéloop, samedi 8 décembre 2007 à 08:44
  • «On s'est fabriqué un compteur» : nous avons affaire au participe passé d'un verbe pronominal; comme le pronom réfléchi, «s'», ne fait pas corps avec le verbe, mais exerce une fonction distincte dans la phrase - il indique pour qui on a fabriqué un compteur -, le participe passé s'accorde avec le complément d'objet direct (comme si le verbe était employé avec l'auxiliaire «avoir»), pourvu que celui-ci, c'est-à-dire le complément d'objet direct, précède le verbe. On a fabriqué quoi? un compteur; le complément d'objet direct est placé après, et de toute façon il est masculin singulier. On écrirait aussi «On s'est fabriqué des compteurs», mais «Les compteurs qu'on s'est fabriqués».

    Posté par Choubine, samedi 8 décembre 2007 à 15:53
  • Vous omettez l'hypothèse selon laquelle Bob a délibérément voulu donner au monde l'image d'un être pasteurisé, surtout s'il vit dans un environnement pétrifié par le politiquement correct? Il s'est fait pasteurisé, comme il se serait fait curé.
    De toute façon ce monsieur me paraît bizarre et ne me donne pas envie de lui envoyer une carte postale. Et puis on sait parfaitement que le fromage fabriqué au lait pasteurisé est insipide! Non, chère amie, changez de trottoir si jamais il apparaît avec sa gueule enfarinée de pasteurisé.

    Posté par Protolapon, mardi 4 septembre 2007 à 12:36
  • Bah! les pasteurs ne me font pas peur.

    Posté par Choubine, mardi 4 septembre 2007 à 13:17
  • Attention à cque vous dites! soyez plus précise! Pasteur Masaï ou bien pasteur luthérien?

    Posté par Protolapon, mercredi 5 septembre 2007 à 12:35
  • Qu'importe le pasteur, pourvu que le troupeau soit bien gardé?

    Posté par Choubine, mercredi 5 septembre 2007 à 13:03
  • Bravo, j'applaudis ce calque sur "Qu'importe le flacon, pourvu qu'on ait l'ivresse, c'est pas mal pantoute!"
    Et que faites-vous des moutons noirs? des loups dans la bergerie ? des renards dans le poulailler? eux, mais je m'égare, les pasteurs ne gardent pas les poules, tout au plus les oies.

    Posté par Protolapon, jeudi 6 septembre 2007 à 11:59
  • Les moutons noirs? Je les blanchis. Les loups? Je leur donne un solo. Les renards? Je n'ai pas à m'en occuper, mais bon : je leur annonce que c'est Pâques, et je les envoie à la chasse aux oeufs.

    Posté par Choubine, jeudi 6 septembre 2007 à 17:36

Poster un commentaire