Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

dimanche 11 décembre 2005

S'imposer une censure

S'imposer quelque chose; verbe pronominal; participe passé; accord du participe passé du verbe pronominal; complément d'objet direct; complément d'attribution; pronom réfléchi.

  • Toute l'histoire des abus de tous genres repose sur la censure que se sont imposés les Combattants d'une cause contre une autre. (Denise Bombardier.)

Cet instant de distraction nous est gracieusement offert par mon journal préféré, amis lecteurs, afin que nous puissions revoir ensemble la règle d'accord du participe passé du verbe pronominal : lorsque ce participe passé n'est pas suivi d'un infinitif, qu'il n'entre pas dans une locution verbale (comme se rendre compte) et que le pronom réfléchi n'a pas pour seule fonction de marquer la forme pronominale, l'accord se fait avec le complément d'objet direct, pourvu que celui-ci précède le verbe.

Or, que fait ici le pronom réfléchi se? Il représente les Combattants et, outre qu'il marque la forme pronominale, remplit la fonction de complément d'attribution, indiquant à qui est imposée la censure.

Les Combattants, même si le mot est placé après le verbe, se sont imposé à eux-mêmes cette censure. Celle-ci, représentée par le pronom relatif que, joue donc le rôle de complément d'objet direct; comme ce complément est placé devant le verbe, il commande l'accord du participe passé :

... la censure que se sont imposée les Combattants...

Line Gingras

«Autocensure» : http://www.ledevoir.com/2005/08/13/88151.html

Posté par Choubine à 23:59 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire