Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

lundi 10 octobre 2005

Au prétexte que

Au prétexte que; au prétexte de; sous prétexte que; sous prétexte de; sous le prétexte que; sous le prétexte de.

  • [...] du "bon monde" tranquille, sans histoire, du monde ordinaire comme on dit ici, s'insurge contre l'installation d'une maison pour personnes âgées dans leur rue, à Québec, au prétexte que leur quiétude sera mise à mal [...] (Denise Bombardier.)

Je vous ai fait hier la promesse que nous reviendrions sur cette phrase, et sous aucun prétexte je ne voudrais y manquer.

- Sous aucun prétexte?

- Sous aucun prétexte.

- Mais madame Bombardier...

- Madame Bombardier a écrit au prétexte que, j'ai vu cela, mais je n'en démords pas, de mon sous-préfet sous prétexte.

La raison? Après avoir consulté seize ouvrages de langue - les dictionnaires généraux et les ouvrages de difficultés que j'ai sous la main -, nulle part je n'ai trouvé au prétexte que ni au prétexte de, employés comme locutions afin d'introduire un complément de cause (répondant à la question pourquoi?). On reçoit, par contre, sous prétexte que, sous prétexte de :

Elle ne sort plus, sous prétexte qu'il fait trop froid. (Petit Robert.)
Il refusait de participer au concours, sous prétexte qu'il n'aurait aucune chance de gagner.
Sous prétexte de nous consulter, il est venu nous exposer son point de vue. (Multidictionnaire.)
Sous prétexte de maladie. (Hanse-Blampain.)
Sous (le) prétexte d'une maladie grave ou de mener une enquête. (Hanse-Blampain.)
Il l'a rappelée dès le lendemain, sous le prétexte plausible qu'il avait besoin d'un renseignement.
Sous le prétexte, qui sembla surprenant, d'un livre à lui emprunter...

Mais comment expliquer l'apparition des tours au prétexte que, au prétexte de?

J'ai bien cherché pourquoi
Et j'ai deviné, je crois

Oups! chanson de Noël - où il est question, soit dit en passant, d'une maman et d'un père Noël s'embrassant sous le lit gui. (Bon, bon, ça va, je suis heureuse que vous préfériez la grammaire.)

À quoi devons-nous donc ces locutions - non admises, à ce que je sache - avec au? Je ne serais pas étonnée qu'il y ait confusion avec au motif que :

Requête rejetée au motif que l'intéressé est mineur. (Petit Robert.)

Line Gingras

"Faire la fête?" : http://www.ledevoir.com/2005/10/08/92200.html

Posté par Choubine à 23:01 - Langue et traduction - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    Prétexte

    Je pense que l'emploi de " au prétexte de ", dont j'ai moi-même été tenté, répond à la locution " au motif de ". Il y a confusion.
    Mais pour un écrivain, il est parfois tentant de chahuter la langue et de lui infliger des tournures que le dictionnaire, simple support d'enregistrement de la langue faut-il le rappeler, n'a pas encore admises.
    Olivier Bleys

    Posté par Olivier, mercredi 30 décembre 2009 à 04:21

Poster un commentaire