Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

vendredi 23 septembre 2005

Dont et son antécédent

Dont; antécédent; complément du nom; complément déterminatif; pronom relatif dont; dont ayant pour antécédent un terme complément d'un nom introduit par une préposition.

Mais comment simplifier tout ça?

  • Une décision dont on doute de la sagesse dans les circonstances [...] (Guy Taillefer.)

En voyant ce bout de phrase à la fin d'un éditorial sur la difficulté de la reconstruction en Afghanistan, je devais avoir la mine perplexe de Julie Andrews jouant le personnage de Maria, future baronne von Trapp, au moment où elle se demande comment elle va bien pouvoir s'y prendre pour enseigner les rudiments de la musique aux enfants.

La construction est fautive, aucun doute là-dessus, mais comment énoncer la règle qui s'applique? Le problème est de taille, et dépasse de vingt-trois mille six cent quarante-sept kilomètres et demi le b.a.-ba de la grammaire, en ce qui me concerne en tout cas; n'empêche, allons-y hardiment, avec l'aide de nos valeureux amis Hanse et Blampain :

Le pronom relatif dont ne peut avoir pour antécédent un terme complément d'un nom introduit par une préposition - sauf si le terme en question "est aussi complément d'un autre nom qui précède" le nom introduit par une préposition.

?

Qu'est-ce que je vous disais... Voyons cela en détail.

Dans l'exemple que j'ai cité plus haut - Une décision dont on doute de la sagesse -, dont a pour antécédent (autrement dit : dont représente) le terme une décision; celui-ci est complément du nom sagesse (sagesse de la décision); et sagesse est introduit par la préposition de.

Après la première moitié de notre analyse, il semble que la construction soit incorrecte; il faut donc poursuivre, et nous demander si l'exception s'applique ici : l'antécédent, c'est-à-dire le terme représenté par dont, est-il aussi complément d'un autre nom qui précède de la sagesse?

Autre nom à l'horizon?

- Niet. (Comparer avec Le politicien dont la conduite passée pourrait nuire à la carrière; politicien est complément de carrière, mais aussi de conduite : le tour est correct.)

Et voilà pourquoi
Le muguet des bois...

Non, ce n'est pas ça : et voilà pourquoi il faut considérer Une décision dont on doute de la sagesse comme une construction fautive - qu'il serait possible de remplacer, tout simplement, par Une décision dont on met la sagesse en doute, ou dont on met en doute la sagesse.

C'est indigeste? Je m'en doute. Mais vous pourrez y revenir.

Line Gingras

"Il était deux petits champignons..." : http://www.momes.net/comptines/cetaientdeuxchampignons.html
"The Sound of Music" - Maria et les enfants : http://images.google.ca/imgres?imgurl=http://data.panoramatours.com/media/101.jpg&imgrefurl=http://www.panoramatours.com/media/som_movie/&h=260&w=450&sz=44&tbnid=B_dIGVcJbX8J:&tbnh=71&tbnw=124&hl=fr&start=2&prev=/images%3Fq%3D%2B%2522the%2Bsound%2Bof%2Bmusic%2522%26svnum%3D10%26hl%3Dfr%26lr%3D%26sa%3DN%26as_qdr%3Dall
"L'échec de Karzaï" : http://www.ledevoir.com/2005/09/23/91021.html

Posté par Choubine à 23:25 - Langue et traduction - Commentaires [5] - Permalien [#]

Commentaires

    Indigeste ? Non, bien sûr. Il est bon quelque fois de s'arrêter et d'analyser une tournure. C'est un excellent billet extrêmement didactique.

    Merci de l'avoir rédigé.

    Posté par obni, dimanche 25 septembre 2005 à 03:11
  • Ouf! merci obni. De toute façon, il va me servir à moi aussi!

    Posté par Choubine, dimanche 25 septembre 2005 à 04:13
  • Sapide et digeste

    Superbe blog ! Etes-vous grammairienne de formation ? En tout cas, je ne vous dirai jamais assez mon admiration...

    Posté par Reixach, vendredi 27 juin 2008 à 12:42
  • Grammairienne?

    Merci, c'est trop gentil.

    Si je suis grammairienne? Peut-être pas de formation... officielle, mais de vocation. À neuf ans : beaucoup de plaisir à faire des exercices d'analyse logique et grammaticale. À dix ans : j'essaie d'apprendre l'anglais sur la boîte de Corn Flakes - ça ne marche pas. À quatorze ans : mon professeur de français me prédit sérieusement qu'un jour, j'écrirai un dictionnaire. Plus tard : études en littérature québécoise, puis en traduction; recherches et conseils linguistiques pendant onze ans et demi; découverte du travail de chroniqueur; découverte des blogues...

    Posté par Choubine, vendredi 27 juin 2008 à 15:16
  • Chapeau bas !

    Posté par Reixach, samedi 28 juin 2008 à 15:38

Poster un commentaire