Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

dimanche 29 septembre 2019

Qui l'eut cru

Qui l'eut cru ou qui l'eût cru; grammaire; conjugaison; orthographe.

  • D’abord Yves-François Blanchet [...] ensuite François Legault et, maintenant, qui l’eut cru, Manon Massé.
    (Francine Pelletier, dans Le Devoir du 18 septembre 2019.)

Au passé antérieur, l'auxiliaire avoir s'écrit sans accent circonflexe à la troisième personne du singulier :

Quand il eut terminé ses devoirs, l'enfant fut autorisé à regarder la télévision.

Il n'en va pas de même au plus-que-parfait du subjonctif en fonction de conditionnel passé, aussi appelé « conditionnel passé deuxième forme » :

Rodrigue, qui l'eût cru? – Chimène, qui l'eût dit? (Corneille dans le Robert, à l'article « plus-que-parfait ».)

Mais comment reconnaît-on ce plus-que-parfait du subjonctif, ou conditionnel passé deuxième forme? C'est tout simple : le verbe a le même sens qu'au conditionnel passé première forme :

Quelqu'un aurait-il jamais cru  / Qu'un Lion d'un Rat eût affaire? (La Fontaine.)

Il fallait écrire :

D’abord Yves-François Blanchet [...] ensuite François Legault et, maintenant, qui l’eût cru, Manon Massé.

Merci à Sylvain Auclair pour le signalement.

Line Gingras
Québec

« Mêlez-vous de vos affaires » : https://www.ledevoir.com/opinion/chroniques/562827/melez-vous-de-vos-affaires?utm_source=infolettre-2019-09-18&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Posté par Choubine à 00:01 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire