Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

dimanche 5 juillet 2015

La solution la moins pire

  • Malgré les « non » français et néerlandais, les élites européennes n’ont pas hésité à adopter le traité de Lisbonne qui reprenait l’essentiel des règles de la défunte Constitution. Mais cette fois, ils prirent bien soin de ne pas consulter les peuples.
    (Christian Rioux, dans Le Devoir du 3 juillet 2015.)

Les élites européennes, c'est évidemment un féminin :

Malgré les « non » français et néerlandais, les élites européennes n’ont pas hésité à adopter le traité de Lisbonne, qui reprenait l’essentiel des règles de la défunte Constitution. Mais cette fois, elles prirent bien soin de ne pas consulter les peuples.

* * * * *

  • Pour « sauver » l’euro, il faut encore plus d’intégration économique, répète à satiété la Commission européenne. Ce en quoi elle n’a pas tort. Sauf que de cette intégration économique, les peuples ne la souhaitent pas.

Les peuples ne souhaitent pas cette intégration économique :

Sauf que de cette intégration économique, les peuples ne la souhaitent pas.

* * * * *

  • Or, il se pourrait que la sortie de la Grèce de l’euro soit, malgré l’incertitude inévitable, la solution la moins pire de toutes.

Pire signifiant « plus mauvais », la solution la moins pire serait la solution « la moins plus mauvaise » – ce qui n'a guère de sens. L'emploi de cette construction se justifierait sans doute si l'on voulait faire sourire, mais cela me paraît peu indiqué dans un article par ailleurs très sérieux :

Or, il se pourrait que la sortie de la Grèce de l’euro soit, malgré l’incertitude inévitable, la solution la moins mauvaise de toutes.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« L’euro contre l’Europe » : http://www.ledevoir.com/international/europe/444219/l-euro-contre-l-europe

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire