Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

dimanche 26 août 2012

Royal 22e Régiment

Calque de l'anglais; régiments des Forces canadiennes; bilinguisme au Canada.

J'ai assisté cet après-midi, dans le cadre du Festival international de musiques militaires de Québec, à un concert gratuit de la Musique du Royal 22e Régiment.

À un certain moment, le présentateur a voulu expliquer, à l'intention des visiteurs venus d'une autre province canadienne, comment il se faisait que le Royal 22e Régiment avait un nom français, mais pas de nom anglais : si j'ai bien compris, c'est que les régiments canadiens ont une seule appellation, soit française, soit anglaise, selon la province où est situé leur quartier général. Celui du Royal 22e Régiment se trouve à la Citadelle de Québec, d'où le nom français de ce corps de troupe.

Royal 22e Régiment, une dénomination française? Je veux bien admettre que l'adjectif royal existe en français comme en anglais, que 22e est un adjectif numéral français et que régiment, avec un accent aigu, est un nom français, mais l'ensemble, même prononcé à la française, reste anglais à mes yeux. Cela tient à l'ordre des mots : si le régiment portait un nom bien français, il s'appellerait sans doute le 22e Régiment royal.

Je ne réclamerai pas que l'on change la désignation d'un régiment, ce serait peine perdue; mais voilà, je ne pense pas que notre régiment de Canadiens français porte un nom français.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Langue et traduction - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires

    Pourtant...

    On pourrait dire le légendaire 22e régiment... Pourquoi pas le royal 22e régiment?

    Posté par Jean Trudeau, lundi 27 août 2012 à 17:34
  • Curieux, n'est-ce pas? On dirait effectivement «le légendaire 22e Régiment», mais non «c'est un légendaire régiment»; «il était doué d'une force légendaire», mais non «il était doué d'une légendaire force».

    La place de l'adjectif épithète, en français, est une question complexe à laquelle on pourrait aisément consacrer des semaines de recherche et de réflexion. Je vais m'en tenir aujourd'hui à l'adjectif «royal», en espérant que mes explications ne seront pas trop incomplètes.

    «Royal» est un adjectif non pas de qualité (comme «joli», «soucieux», «libre»), mais de relation : au sens propre, d'après le «Trésor de la langue française informatisé», il signifie, en parlant d'une chose ou d'un ensemble de personnes : «Relatif à un roi ou à une reine, à la royauté, à un royaume.» Le «Trésor» donne entre autres les exemples suivants : château, manteau, trône royal; couronne, famille, autorité, sanction royale; armée, garde, marine royale; troupes royales.

    Dans tous ces exemples, «royal», employé au sens propre, marque seulement la relation; il est placé après le nom, comme il devrait l'être, à mon avis, dans l'appellation de notre régiment de Canadiens français.

    Il arrive aussi, cependant, que «royal» soit employé au sens figuré, pour signifier «digne d'un roi; majestueux, grandiose, magnifique» («Petit Robert»). En pareil cas, si l'on peut très bien dire, par exemple, «une indifférence royale» («Petit Robert»), il est parfois possible d'imaginer des situations où l'adjectif pourrait être antéposé : «Il est passé devant eux la tête haute, très digne, en affichant une royale indifférence.» On produirait ainsi un effet d'insistance, mais nous sommes loin de la désignation d'un régiment.

    Posté par Choubine, mardi 28 août 2012 à 03:12
  • Merci...

    ... pour cette royale explication, toute en nuances.

    Posté par Jean Trudeau, mardi 28 août 2012 à 10:01

Poster un commentaire