Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

lundi 23 mai 2016

Budgets contre la lutte au crime organisé

  • La semaine dernière, un officier de la GRC déplorait publiquement l'assèchement des budgets contre la lutte au crime organisé : tout va à la lutte contre le terrorisme, disait-il.
    (Yves Boisvert, dans La Presse du 22 mai 2016.)

Je ne peux croire que la police utilise les fonds publics pour faire entrave à la lutte contre le crime organisé :

La semaine dernière, un officier de la GRC déplorait publiquement l'assèchement des budgets de la lutte contre le crime organisé : tout va à la lutte contre le terrorisme, disait-il.

Line Gingras
Québec

« Les proxénètes et les clients, eux? » : http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/yves-boisvert/201605/20/01-4983532-les-proxenetes-et-les-clients-eux.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_yves-boisvert_3256_section_POS1

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 22:30 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [1] - Permalien [#]

samedi 21 mai 2016

Libre

  • Détenu à l'Institut Philippe-Pinel, il [Guy Turcotte] avait retrouvé sa liberté par la suite et l'était resté pendant son second procès.
    (C. Desjardins, dans La Presse du 19 mai 2016.)

Le pronom l' ne peut remplacer qu'un ou des mots présents dans la phrase. Or, Guy Turcotte n'était pas resté sa liberté pendant son second procès : il était resté libre. On aurait pu écrire :

Détenu à l'Institut Philippe-Pinel, il était redevenu libre par la suite et l'était resté pendant son second procès.

Détenu à l'Institut Philippe-Pinel, il avait retrouvé sa liberté par la suite et l'avait conservée pendant son second procès.

Line Gingras
Québec

« Guy Turcotte ne veut pas déménager à Port-Cartier » : http://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-affaires-criminelles/actualites-judiciaires/201605/19/01-4983334-guy-turcotte-ne-veut-pas-demenager-a-port-cartier.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_les-plus-populaires-title_article_ECRAN1POS2&utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_Autres contenus populaires_article_ECRAN1POS2

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 04:40 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 19 mai 2016

Faciliter la lecture

  • La langue du dramaturge Jean-Luc Lagarce « tout à fait exceptionnelle », dont Dolan a adapté la pièce, est frénétique.
    (Éric Moreault, dans Le Soleil du 19 mai 2016.)

La phrase se lirait mieux, me semble-t-il, si l'on rapprochait le qualificatif du nom auquel il se rapporte, et (du même coup) le pronom relatif de son antécédent :

La langue « tout à fait exceptionnelle » du dramaturge Jean-Luc Lagarce, dont Dolan a adapté la pièce, est frénétique.

Line Gingras
Québec

« Dolan nerveux, mais pas inquiet » : http://www.lapresse.ca/le-soleil/arts/dossiers/festival-de-cannes/201605/19/01-4983195-dolan-nerveux-mais-pas-inquiet.php

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 17:18 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 15 mai 2016

Représenter

  • L’avocate de Toronto Katherine Hensel représente plusieurs causes des Premières Nations devant les tribunaux canadiens. En 2012, au moment où la crise du logement à Attawapiskat atteignait un sommet tragique, elle a représenté cette communauté qui vit près du bassin ouest de la baie James, dans le nord de l’Ontario.
    (Jean-François Nadeau, dans Le Devoir du 16 avril 2016.)

On pouvait éviter la répétition :

L’avocate de Toronto Katherine Hensel défend plusieurs causes des Premières Nations devant les tribunaux canadiens. En 2012, au moment où la crise du logement à Attawapiskat atteignait un sommet tragique, elle a représenté cette communauté qui vit près du bassin ouest de la baie James, dans le nord de l’Ontario.

Line Gingras
Québec

« Plaidoyers pour Attawapiskat » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/468356/plaidoyers-pour-attawapiskat

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 02:21 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 8 mai 2016

Jumelage

  • Lise Amyot et Robert Marquette (au centre), un couple de Saint-Hyacinthe, a été jumelé à la famille Hac Gazi.
    (Légende d'une photo accompagnant un article de Lisa-Marie Gervais, dans Le Devoir du 7 mai 2016.)

Le verbe jumeler n'a pas pour sujet le syntagme un couple de Saint-Hyacinthe, précision placée entre virgules, mais Lise Amyot et Robert Marquette :

Lise Amyot et Robert Marquette (au centre), un couple de Saint-Hyacinthe, ont été jumelés* à la famille Hac Gazi.

Il aurait fallu le singulier si l'on avait écrit :

Un couple de Saint-Hyacinthe, Lise Amyot et Robert Marquette (au centre), a été jumelé à la famille Hac Gazi.

Line Gingras
Québec

* Le 9 mai à 1 h 30, je vois que la correction a été apportée.

« Être jumelés pour mieux s'intégrer » : http://www.ledevoir.com/societe/education/470282/refugies-en-region-3-de-3-etre-jumeles-pour-mieux-s-integrer

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 05:47 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 4 mai 2016

On parie?

  • En 2015, Leicester City avait frôlé la relégation et avant la présente saison, les preneurs aux livres britanniques offraient une cote de 5000 contre 1 aux hurluberlus prêts à parier qu’ils termineraient en tête.
    (Jean Dion, dans Le Devoir du 3 mai 2016.)

Ce ne sont pas les preneurs aux livres ni les hurluberlus qui termineraient en tête, mais le club de Leicester City :

En 2015, Leicester City avait frôlé la relégation et avant la présente saison, les preneurs aux livres britanniques offraient une cote de 5000 contre 1 aux hurluberlus prêts à parier qu’il terminerait en tête.

Line Gingras
Québec

« En attendant » : http://www.ledevoir.com/sports/actualites-sportives/469776/c-est-du-sport-en-attendant

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 06:11 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 27 avril 2016

Quelque chose qu'ils ont besoin

  • Depuis 40 ans, André Larouche offre aux mourants quelque chose que beaucoup ont besoin « avant de passer de l'autre bord » : une oreille attentive.
    (Légende de la photo accompagnant un article de Mylène Moisan dans Le Soleil; texte mis à jour le 24 avril 2016 à 8 h.)

On a besoin de quelque chose :

Depuis 40 ans, André Larouche offre aux mourants quelque chose dont beaucoup ont besoin « avant de passer de l'autre bord » : une oreille attentive.

Line Gingras
Québec

« Ce qui reste, à la fin » : http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/chroniques/mylene-moisan/201604/23/01-4974427-ce-qui-reste-a-la-fin.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_mylene-moisan_2032574_section_POS1

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 03:28 - Langue et traduction - Commentaires [1] - Permalien [#]

vendredi 22 avril 2016

Elles se sont interrogé

Ils se sont interrogé, ils se sont interrogés; elles se sont interrogé, elles se sont interrogées; s'interroger, accord du participe passé du verbe pronominal; grammaire française; orthographe.

  • Après avoir soupçonné les oppositions des pires pensées pour s’être interrogé sur la possibilité de hausser les seuils d’immigration annuels à 60 000, le gouvernement s’est finalement rangé à leur position.
    (Antoine Robitaille, dans Le Devoir du 15 avril 2016.)

1. D'après le Multidictionnaire, le participe passé du verbe pronominal s'interroger s'accorde toujours en genre et en nombre avec le sujet :

Les Grecs qui se sont interrogés pendant des siècles sur ce qui est juste ne pourraient rien comprendre à notre idée de la justice. (Camus dans le Trésor de la langue française informatisé, à l'article « juste ».)

Dans le passage à l'étude, le verbe à l'infinitif a un sujet implicite, les oppositions : ce sont elles, et non pas le gouvernement, qui ont fait l'action de s'interroger.

2. Il serait souhaitable de ne pas employer oppositions et position dans une même phrase.

On pourrait écrire :

Après avoir soupçonné les oppositions des pires pensées pour s’être interrogées sur la possibilité de hausser les seuils d’immigration annuels à 60 000, le gouvernement s’est finalement rangé à leur avis.

Line Gingras
Québec

« L'improvisation des vertueux » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/468271/nouvelle-loi-sur-l-immigration-l-improvisation-des-vertueux

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 03:26 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 20 avril 2016

Les États-Unis

  • Succès éphémère, néanmoins important, du moins sur le plan symbolique, comme c’était la première fois qu’ils s’emparaient d’une capitale provinciale depuis le début de la guerre lancée par les États-Unis et ses alliés dans la foulée du 11-Septembre.
    (Guy Taillefer, dans Le Devoir du 14 avril 2016.)
  • Les États-Unis comptent pour moins de 5 % de la population mondiale, mais ses prisons hébergent 20 % de tous les prisonniers dans le monde.
    (Brian Myles, dans Le Devoir du 19 avril 2016.)

Les États-Unis, c'est un pluriel; monsieur Myles a fait correctement l'accord du verbe au pluriel, et l'on dirait par exemple que les États-Unis veulent ceci ou cela, et non pas veut. Il faudrait donc lire :

[...] depuis le début de la guerre lancée par les États-Unis et leurs alliés dans la foulée du 11-Septembre.

Les États-Unis comptent pour moins de 5 % de la population mondiale, mais leurs* prisons hébergent 20 % de tous les prisonniers dans le monde.

Line Gingras
Québec

* Le 20 avril à 15 h 10, je vois que la correction a été apportée dans l'éditorial de monsieur Myles.

« Des armes et de l’opium » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/468071/afghanistan-des-armes-et-de-l-opium

« La fin des illusions » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/468502/justice-criminelle-la-fin-des-illusions

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 03:10 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 19 avril 2016

Subsister aux besoins

Subsister et subvenir; usage.

  • Elle y tient mordicus : cette somme devra plutôt permettre aux parents Darwish de subsister aux besoins de la famille pendant qu’ils apprennent le français.
    (Lisa-Marie Gervais, dans Le Devoir du 19 avril 2016.)

Au sens de « fournir en nature, en argent, ce qui est nécessaire à » (Petit Robert), c'est le verbe subvenir qu'il faut employer :

Peut-il subvenir aux besoins de sa famille? (Multidictionnaire.)

La vérité, c'est que, dès que le besoin d'y subvenir ne nous oblige plus, nous ne savons que faire de notre vie, et que nous la gâchons au hasard. (Gide, dans le Grand Robert.)

Une personne qui subvient à ses besoins (ou aux besoins de laquelle on subvient) arrive à subsister :

Ce travail lui permet de subsister tant bien que mal. (Multidictionnaire.)

Donner de l'argent à quelqu'un pour lui permettre de subsister. (Petit Robert.)

La priant de lui prêter
Quelque grain pour subsister
Jusqu'à la saison nouvelle. (La Fontaine.)

Il fallait écrire :

Elle y tient mordicus : cette somme devra plutôt permettre aux parents Darwish de subvenir* aux besoins de la famille pendant qu’ils apprennent le français.

Line Gingras
Québec

* Le 19 avril à 15 h, je vois que la correction a été apportée.

« Une entrevue cruciale pour la suite de l’aventure » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/468547/une-entrevue-cruciale-pour-la-suite-de-l-aventure

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 05:06 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]