Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

dimanche 18 août 2019

Un pansement dans la salade

  • Le cuisinier « avait le pansement toute la journée hier et avec l'eau et la préparation des aliments, le pansement doit être tombé », note le rapport. Voilà pourquoi le port des gants est nécessaire lorsque l'on porte un pansement adhésif.
    (Philippe Teisceira-Lessard, dans La Presse du 10 août 2019; texte mis à jour à 9 h 6.)

Je suggérerais :

Le cuisinier « avait le pansement toute la journée hier et avec l'eau et la préparation des aliments, le pansement doit être tombé », note le rapport. Voilà pourquoi il faut mettre des gants lorsque l'on porte un pansement adhésif.

Le cuisinier « avait le pansement toute la journée hier et avec l'eau et la préparation des aliments, le pansement doit être tombé », note le rapport. Voilà pourquoi il faut mettre des gants avec un pansement adhésif.

Line Gingras
Québec

« Restauration : des intrus dans l'assiette » : https://www.lapresse.ca/actualites/201908/09/01-5236940-restauration-des-intrus-dans-lassiette.php

Posté par Choubine à 00:01 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 17 août 2019

La production de produits

  • [...] un régime davantage centré sur des produits végétaux, dont les fruits, les légumes, les noix et les légumineuses.

    Il faut dire que la production de produits d’origine animale compte pour les trois quarts de toutes les émissions mondiales de gaz à effet de serre [...]
    (Alexandre Shields et Alexis Riopel, dans Le Devoir du 9 août 2019.)

Je suggérerais :

Il faut dire que la production d'aliments d'origine animale [...]

Line Gingras
Québec

« Vivre sur Terre sans la détruire » : https://www.ledevoir.com/societe/environnement/560358/agriculture-l-embarras-de-l-espace?utm_source=infolettre-2019-08-09&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Posté par Choubine à 00:01 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 16 août 2019

Les étoiles dans les yeux

  • Les matrices ont été réalisées à partir de boîtes de jus ou de berlingots de lait qui ont été récupérées.
    (Emmanuelle Leblond, dans Le Nouvelliste du 8 août 2019; texte mis à jour le 7 août à 20 h 1.)

Les matrices ont été réalisées à partir de boîtes de jus ou de berlingots de lait qui ont été récupérés.


  • « J’ai beaucoup aimé graver et exprimer ce que je voulais », poursuit-elle, les étoiles dans les yeux.

On a la tête dans les étoiles, mais des étoiles dans les yeux :

« J’ai beaucoup aimé graver et exprimer ce que je voulais », poursuit-elle, des étoiles dans les yeux.

Voir le Petit Robert ou le Grand Robert, aux articles « étoile » et « œil ».


  • L’artiste trifluvienne Marie-Pier Demers s’en réjouit : « Je suis tout le temps surprise de ces projets-là. On sait toujours où ça s’en va et ce qu’on va créer, mais les enfants m’ont amené plus loin encore. »

L’artiste trifluvienne Marie-Pier Demers s’en réjouit : « Je suis tout le temps surprise de ces projets-là. On sait toujours où ça s’en va et ce qu’on va créer, mais les enfants m’ont amenée plus loin encore. »


  • Ce projet a vu le jour grâce au programme de projets mobilisateurs en médiation culturelle 2019 de la Ville de Trois-Rivières en partenariat avec la Commission scolaire du Chemin-du-Roy et du ministère de la Culture et des Communications du Québec.

La Commission scolaire du Chemin-du-Roy et du ministère...? Étrange appellation :

Ce projet a vu le jour grâce au programme de projets mobilisateurs en médiation culturelle 2019 de la Ville de Trois-Rivières, en partenariat avec la Commission scolaire du Chemin-du-Roy et le ministère de la Culture et des Communications du Québec.

Line Gingras
Québec

« S’initier à l’estampe, un cube à la fois » : https://www.lenouvelliste.ca/arts/sinitier-a-lestampe-un-cube-a-la-fois-7168d1a8b88ae1dbbe9eca74dd727c8c?utm_source=omerlo&utm_medium=mailer&utm_campaign=Aujourd%27hui%2C+8+août+2019

Posté par Choubine à 00:01 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 15 août 2019

Un événement récurent

Récurent, récurrent; orthographe.

  • Il deviendra assurément un événement récurent, qui s’étendra sur plusieurs jours l’an prochain.
    (Judith Desmeules, dans Le Soleil du 6 août 2019.)

On écrit récurrent (aucun lien de parenté avec le verbe récurer) :

Il deviendra assurément un événement récurrent, qui s’étendra sur plusieurs jours l’an prochain.

Ce mot n'est pas visé par les rectifications de l'orthographe.

Line Gingras
Québec

« Île d’Orléans : un nouveau festival mettant la chaloupe en vedette » : https://www.lesoleil.com/actualite/ile-dorleans-un-nouveau-festival-mettant-la-chaloupe-en-vedette-042565b780b6f93379695bea8bac8b17

Posté par Choubine à 00:01 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 14 août 2019

Au deuxième rang

  • Le duo de zodiacs parti du quai de Mingan arrive à proximité d’un groupe de quatre rorquals communs, qui occupe le deuxième rang des plus gros animaux vivant sur Terre, aussi un cétacé très souvent observé dans cette portion du golfe du Saint-Laurent située au nord de l’île d’Anticosti.
    (Alexandre Shields, dans Le Devoir du 6 août 2019.)

Ce n'est pas le groupe (ni les quatre individus dont il est composé) qui occupe le deuxième rang, mais l'espèce dans son ensemble. Je suggérerais :

Le duo de zodiacs parti du quai de Mingan arrive à proximité d’un groupe de quatre spécimens de rorqual commun; le cétacé, qui occupe le deuxième rang des plus gros animaux vivant sur Terre, est très souvent observé dans cette portion du golfe du Saint-Laurent située au nord de l’île d’Anticosti.

Line Gingras
Québec

« Le drone à la rescousse des baleines » : https://www.ledevoir.com/societe/environnement/560115/le-drone-a-la-rescousse-des-baleines?utm_source=infolettre-&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Posté par Choubine à 00:01 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 13 août 2019

Ne perdons pas le fil

  • La famille est installée au marché Atwater depuis quatre ans et a décidé d’ouvrir un kiosque au marché Jean-Talon une fois qu’ils ont senti avoir les reins assez solides pour faire deux marchés de front.
    (Anne-Marie Provost, dans Le Devoir du 5 août 2019.)

La famille est installée au marché Atwater depuis quatre ans et a décidé d’ouvrir un kiosque au marché Jean-Talon une fois qu’elle a senti avoir les reins assez solides pour faire deux marchés de front.

  • Et comment voit-elle le marché Jean-Talon dans cinq ans? La nécessité d’avoir de la relève est la première chose qui vient à l’esprit de la directrice générale. « Il faut trouver des solutions pour qu’il y ait une continuité, de la relève, et c’est ce que nous sommes en train de développer avec les gens sur place », dit-il.

Et comment voit-elle le marché Jean-Talon dans cinq ans? La nécessité d’avoir de la relève est la première chose qui vient à l’esprit de la directrice générale. « Il faut trouver des solutions pour qu’il y ait une continuité, de la relève, et c’est ce que nous sommes en train de développer avec les gens sur place », dit-elle.

Line Gingras
Québec

« Le marché Jean-Talon en mutation » : https://www.ledevoir.com/societe/consommation/560027/le-marche-jean-talon-en-mutation?utm_source=infolettre-2019-08-05&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Posté par Choubine à 00:01 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 12 août 2019

Le fanatisme commis au nom de...

  • [...] hors des États-Unis, les pays démocratiques ne permettent pas à leurs concitoyens de s'acheter facilement des AR-15 ou d'autres types d'armes du genre.
    (Patrick Lagacé, dans La Presse du 5 août 2019; texte mis à jour à 11 h 3.)

[...] hors des États-Unis, les pays démocratiques ne permettent pas à leurs concitoyens de s'acheter facilement des AR-15 ou d'autres types d'armes du genre.

  • Après 20 ans à se soucier du fanatisme meurtrier commis au nom de l'islam, une autre folie gronde.

Le fanatisme, « zèle excessif pour une religion, un parti, une cause » (Multidictionnaire), peut amener à commettre un attentat, un meurtre, un crime, mais en soi ce n'est pas un acte; on ne saurait donc le commettre. Je suggérerais :

Après 20 ans à se soucier du fanatisme meurtrier se réclamant de l'islam, une autre folie gronde.

Line Gingras
Québec

« Les paranos de la race blanche » : https://www.lapresse.ca/debats/chroniques/patrick-lagace/201908/04/01-5236251-les-paranos-de-la-race-blanche.php

Posté par Choubine à 00:01 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 11 août 2019

Aïe!

  • [...] avant que M. Singh et Mme May n'aient rejoindre des groupes de partisans.
    (Brenna Owen, PC, dans le site de La Presse, le 4 août 2019 à 19 h 39; texte mis à jour à 23 h 35.)

[...] avant que M. Singh et Mme May n'aillent rejoindre des groupes de partisans.

Line Gingras
Québec

« Défilé de la Fierté : Trudeau, Singh et May côte à côte » : https://www.lapresse.ca/actualites/national/201908/04/01-5236234-defile-de-la-fierte-trudeau-singh-et-may-cote-a-cote.php

Posté par Choubine à 00:01 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 10 août 2019

Une cycliste de sexe féminin

  • Selon Statistique Canada, 5,6 cyclistes de sexe masculin ont perdu la vie lors d’un accident pour chaque décès d’une cycliste de sexe féminin.
    (Annabelle Caillou, dans Le Devoir du 2 août 2019.)

Selon Statistique Canada, 5,6 cyclistes de sexe masculin ont perdu la vie lors d’un accident pour chaque décès d’une cycliste de sexe féminin.

Line Gingras
Québec

« À vélo, les hommes sont plus à risque que les femmes » : https://www.ledevoir.com/societe/559897/cyclistes-canada?utm_source=infolettre-2019-08-02&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Posté par Choubine à 00:01 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 9 août 2019

Sensibiliser quelqu'un à faire quelque chose

Sensibiliser quelqu'un à faire quelque chose; sensibiliser à + infinitif; sensibiliser, inciter.

  • Si elle a voulu faire une sortie publique, c’est pour sensibiliser les propriétaires de chien à attacher leur animal pour éviter des événements malheureux.
    (Mélanie Côté, dans Le Quotidien du 1er août 2019; texte mis à jour le 31 juillet à 20 h 56.)

On incite quelqu'un à faire quelque chose, mais on le sensibilise à quelque chose, c'est-à-dire qu'on le rend sensible, réceptif, attentif à quelque chose (Trésor de la langue française informatisé), qu'on lui en fait prendre conscience (Multidictionnaire), qu'on l'y fait réagir (Robert). Le complément d'objet indirect de sensibiliser n'est donc pas un verbe, mais un nom ou un pronom :

La directrice a sensibilisé les enseignants à ce problème. (Multidictionnaire.)

Sensibiliser les enfants à l'écocitoyenneté. (Grand Robert, « écocitoyenneté ».)

Organisation d'activités collectives (chants, danses...) destinées à sensibiliser les masses à l'idéologie et à la politique du gouvernement, d'un parti national. (Grand Robert, « animation ».)

Je ne suis pas « sensibilisé » à cet événement. (Valéry dans le Petit Robert, à l'article « sensibiliser ».)

[...] il se sensibilise peu à peu aux formes nouvelles. (L'Express dans le Trésor de la langue française informatisé, à l'article « sensibiliser ».)

La journaliste aurait pu écrire, par exemple :

Si elle a voulu faire une sortie publique, c’est pour sensibiliser les propriétaires de chien à la nécessité d'attacher leur animal pour éviter des événements malheureux.

Si elle a voulu faire une sortie publique, c’est pour inciter les propriétaires de chien à attacher leur animal pour éviter des événements malheureux.

Line Gingras
Québec

« Un husky sans laisse blesse un petit chien à Jonquière » : https://www.lequotidien.com/actualites/un-husky-sans-laisse-blesse-un-petit-chien-a-jonquiere-96bd8181271f00df19addae2a92f3539

Posté par Choubine à 00:01 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]