Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

samedi 11 octobre 2014

Des vidéos dans lesquelles ont dit...

  • [...] les Britanniques ont honte de voir des compatriotes animer des vidéos dans lesquelles ont dit et montre les pires horreurs.
    (Claude Lévesque, dans Le Devoir du 9 octobre 2014.)

Nous n'avons pas affaire à l'auxiliaire avoir, mais au pronom indéfini :

[...] les Britanniques ont honte de voir des compatriotes animer des vidéos dans lesquelles on dit et montre les pires horreurs.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« La guerre de Trente Ans? » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/420619/reperes-la-guerre-de-trente-ans

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 02:18 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 9 octobre 2014

Arracher les yeux... à qui?

  • Il y a quelque chose de particulièrement barbare à l’idée de décapiter quelqu’un, c’est vrai. Et puis, cette mise en scène théâtrale, le supplicié à genoux, nous montrant seulement ce qu’il va bientôt perdre, une tête stupéfiée, surplombé de son bourreau emmitouflé de noir. Comment ne pas réagir, comment ne pas vouloir leur arracher les yeux à leur tour?
    (Francine Pelletier, dans Le Devoir du 8 octobre 2014.)

Comme ce paragraphe est le premier de son article et qu'elle n'y fait mention que de deux personnes, la chroniqueuse donne l'impression, par l'emploi du pronom leur, de vouloir arracher les yeux à la fois au bourreau et au supplicié. Je suis pourtant certaine qu'elle ne souhaiterait s'attaquer qu'au premier :

Comment ne pas réagir, comment ne pas vouloir leur arracher les yeux à cette brute?

* * * * *

  • Depuis que les Américains ont commencé leur bombardement contre l’EI en août, 6000 combattants se sont joints au groupe qui sème la terreur. L’EI s’est également associé à sa rivale dans la région, les djihadistes du Front al-Nosra, affiliés à al-Qaïda.

Sa rivale ne peut évidemment représenter un masculin pluriel :

Depuis que les Américains ont commencé leur bombardement contre l’EI en août, 6000 combattants se sont joints au groupe qui sème la terreur. L’EI s’est également associé à ses rivaux dans la région, les djihadistes du Front al-Nosra, affiliés à al-Qaïda.

* * * * *

  • On sait aussi — bien que le gouvernement américain a supprimé ces pages de son rapport — que l’Arabie saoudite a joué un rôle dans l’attaque du World Trade Center.

Bien que doit être suivi du subjonctif :

On sait aussi — bien que le gouvernement américain ait supprimé ces pages de son rapport — que l’Arabie saoudite a joué un rôle dans l’attaque du World Trade Center.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Oeil pour oeil » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/420449/oeil-pour-oeil

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 8 octobre 2014

Il devrait être possible de pouvoir...

  • La réponse est oui, mais cela dit, il devrait être possible de pouvoir s’interroger sur la forme que prendra l’engagement canadien [...]
    (Bernard Descôteaux, dans Le Devoir du 26 septembre 2014.)

La réponse est oui, mais cela dit, il devrait être possible de pouvoir s’interroger sur la forme que prendra l’engagement canadien [...]

La réponse est oui, mais cela dit, on devrait être possible de pouvoir s’interroger sur la forme que prendra l’engagement canadien [...]

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« La liberté de débattre » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/419518/terrorisme-la-liberte-de-debattre

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:36 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 7 octobre 2014

Ces derniers...?

  • Cela rappelé, la suite s’annonce tout de même plus cahoteuse sur le front économique, l’état du pays se conjuguant avec récession. Au cours de la présente année, le Brésil a rencontré des difficultés dont Neves a essayé de tirer profit. Et ce, avec le soutien d’un univers médiatique qui n’a pas cessé de stipuler que la nation est sur la voie de la faillite.

    Ainsi qu’en témoignent les résultats, ces derniers ont boudé la dramatisation mise en scène par les élites d’affaires [...]
    (Serge Truffaut, dans Le Devoir du 7 octobre 2014.)

L'expression ces derniers ne peut renvoyer qu'à un masculin pluriel; mais il n'y a pas de masculin pluriel dans le paragraphe qui précède, et si l'éditorialiste voulait vraiment dire que les résultats ont boudé, pourquoi n'avoir pas écrit simplement : Les résultats ont boudé...? Quoi qu'il en soit, je croirais, assez prosaïquement sans doute, que ce sont plutôt les électeurs qui boudent, ce dont témoignent les résultats :

Ainsi qu’en témoignent les résultats, les électeurs ont boudé la dramatisation mise en scène par les élites d’affaires [...]

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Dilma la résistante » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/420381/elections-au-bresil-dilma-la-resistante

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:44 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 6 octobre 2014

La réaction de la part des organismes...

  • Il y aurait donc eu démesure dans la réaction de la part des organismes de réglementation à la suite de la tragédie de Lac-Mégantic, puisqu’il n’y a qu’un coupable [...]
    (Josée Boileau, dans Le Devoir du 6 octobre 2014.)

De la part est superflu :

Il y aurait donc eu démesure dans la réaction de la part des organismes de réglementation à la suite de la tragédie de Lac-Mégantic, puisqu’il n’y a qu’un coupable [...]

  • Et si la levée des embûches entraîne des dérives, ils* ne peuvent être le fait que d’individus.

Dérive est un nom féminin :

Et si la levée des embûches entraîne des dériveselles [ou celles-cine peuvent être le fait que d’individus.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

* Le 8 octobre à minuit, je vois que la faute a été corrigée.

« Hors de propos » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/420300/le-c-p-et-lac-megantic-hors-de-propos

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:55 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 5 octobre 2014

Et clique et clic

Clique de souris, clic de souris; homonymes; orthographe.

  • Ceux-ci pourront enregistrer leur vote par le biais d’un coup de fil ou d’un clique de souris du 13 au 15 mai.
    (Encadré accompagnant un article de Marco Bélair-Cirino dans le site du Devoir, le 4 octobre 2014 à 17 h 22.)

Deux observations :

1. Un biais, j'en ai déjà parlé ici, est un moyen détourné.

2. L'orthographe établit une distinction entre, disons, la clique du Plateau et un clic de souris.

On pouvait écrire :

Ceux-ci pourront enregistrer leur vote au moyen d'un coup de fil ou d’un clic de souris du 13 au 15 mai.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« L'affrontement entre Lisée et Péladeau éclate au grand jour » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/420276/course-a-la-cheffrie-le-pq-se-reunit-pour-etablir-les-regles

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 17:25 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 4 octobre 2014

Prépositions manquantes

  • Selon ce dernier, la CEIC a carrément négligé des preuves cruciales provenant l’opération policière Diligence. Ce faisant, la CEIC aura épargné le parti au pouvoir. L’enquêteur doute même que la Commission puisse remplir le mandat confié le 9 novembre 2011, soit de « dresser un portrait » des stratagèmes collusions et de corruption dans l’octroi et la gestion de contrats publics.
    (Antoine Robitaille, dans Le Devoir du 17 septembre 2014.)

Selon ce dernier, la CEIC a carrément négligé des preuves cruciales provenant de l’opération policière Diligence. Ce faisant, la Commission aura épargné le parti au pouvoir. L’enquêteur doute même qu'elle puisse remplir le mandat confié le 9 novembre 2011, soit de « dresser un portrait » des stratagèmes de collusion et de corruption dans l’octroi et la gestion de contrats publics.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Une CPAC? » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/418628/commission-d-enquete-et-dgeq-une-cpac

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 16:17 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 3 octobre 2014

Qualificatif

  • En fait, il était très grandement temps que la Commission européenne (CE) « s’attaque », pour reprendre le qualificatif employé, à la culture de l’optimisation fiscale chérie par les gouvernements irlandais, néerlandais et luxembourgeois au bénéfice, énormes au demeurant, des multinationales américaines en général et d’Apple en particulier.
    (Serge Truffaut, dans Le Devoir du 3 octobre 2014.)

S'attaque n'est pas un qualificatif :

En fait, il était très grandement temps que la Commission européenne (CE) « s’attaque », pour reprendre le verbe employé, à la culture de l’optimisation fiscale chérie par les gouvernements irlandais, néerlandais et luxembourgeois au bénéfice, énorme au demeurant, des multinationales américaines en général et d’Apple en particulier.

En fait, il était très grandement temps que la Commission européenne (CE) « s’attaque », pour reprendre le terme employé, à la culture de l’optimisation fiscale chérie par les gouvernements irlandais, néerlandais et luxembourgeois au bénéfice, énorme au demeurant, des multinationales américaines en général et d’Apple en particulier.

Un qualificatif n'exprime pas une action, mais une manière d'être; le Multidictionnaire propose comme exemples l'expression poule mouillée et l'adjectif gentil.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Perverse fiscalité » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/420113/bruxelles-attaque-apple-et-l-irlande-perverse-fiscalite

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 21:10 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 2 octobre 2014

À leur risque et péril

À leur risque et péril, à leurs risques et périls.

  • Les journalistes indépendants, eux, n’ont rien de tel. Ils y vont à leur risque et péril.
    (Jean-Frédéric Légaré-Tremblay citant Alain Saulnier, dans Le Devoir du 1er octobre 2014.)

D'après les dictionnaires que j'ai consultés, on écrit toujours cette expression au pluriel, sous ses différentes formes : à leurs risques et périls, à ses risques et périls, à mes risques et périls, aux risques et périls de... :

Faire quelque chose à ses risques et périls. (Petit Robert.)

Si vous skiez en pleine tempête, c'est à vos risques et périls. (Multidictionnaire, à l'article « risque ».)

À nos risques et périls, nous enfreignons cette défense. (Hugo dans le Grand Robert, à l'article « merde ».)

La marchandise sortie du magasin du vendeur ou de l'expéditeur voyage, s'il n'y a convention contraire, aux risques et périls de celui à qui elle appartient [...] (Code de commerce dans le Grand Robert, à l'article « expéditeur ».)

Dans l'ordre des activités strictement temporelles, sociales et politiques, il est normal que l'initiative vienne d'en bas, je veux dire des laïques agissant à leurs risques et périls. (Maritain dans le Trésor de la langue française informatisé, à l'article « péril ».)

Il fallait écrire :

Les journalistes indépendants, eux, n’ont rien de tel. Ils y vont à leurs risques et périls.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« La victoire de la désinformation? » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/419831/zones-de-guerre-la-victoire-de-la-desinformation

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 18:10 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 1 octobre 2014

Trop de soutien

  • Le gouvernement a décidé de sous-traiter sa politique à des organismes de soutien à l’entrepreneuriat, soutient-il, sans faire connaître clairement la sienne.
    (Karl Rettino-Parazelli et Marco Fortier, dans Le Devoir du 30 septembre 2014.)

Quelques possibilités :

Le gouvernement a décidé de sous-traiter sa politique à des organismes d'appui à l’entrepreneuriat, soutient-il, sans faire connaître clairement la sienne.

Le gouvernement a décidé de sous-traiter sa politique à des organismes d'aide à l’entrepreneuriat, soutient-il, sans faire connaître clairement la sienne.

Le gouvernement a décidé de sous-traiter sa politique à des organismes de soutien à l’entrepreneuriat, affirme-t-il, sans faire connaître clairement la sienne.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Pierre Karl Péladeau contre l’austérité » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/419773/pierre-karl-peladeau-contre-l-austerite

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 18:49 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]