Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

dimanche 19 octobre 2014

Ce qu'il propose repose...

  • Si lire ce livre peut être une épreuve, c’est plutôt parce que la remise en cause de l’« évidence scolaire » qu’il propose repose sur une philosophie hippie de type individualiste [...]
    (Louis Cornellier, dans Le Devoir du 4 octobre 2014.)

Je suggérerais :

Si lire ce livre peut être une épreuve, c’est plutôt parce que la remise en cause de l’« évidence scolaire » qu’il propose est fondée sur une philosophie hippie de type individualiste [...]

Ou peut-être, quoique préconise marque davantage d'insistance que propose :

Si lire ce livre peut être une épreuve, c’est plutôt parce que la remise en cause de l’« évidence scolaire » qu’il préconise repose sur une philosophie hippie de type individualiste [...]

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Sortir de l’école pour apprendre? » : http://www.ledevoir.com/culture/livres/420090/sortir-de-l-ecole-pour-apprendre

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 03:20 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 18 octobre 2014

La loi, c'est la loi

  • Plusieurs écologistes ainsi que le critique péquiste en matière d’environnement, Sylvain Gaudreault, l’ont rappelé, la Loi sur le développement durable, adopté à l’ère Charest, impose au gouvernement de prendre en compte le principe de « précaution » dans le cadre de ses différentes actions.
    (Antoine Robitaille, dans Le Devoir du 17 octobre 2014.)

Ce n'est pas le développement durable qui a été adopté à l'ère Charest, mais la Loi sur le développement durable :

Plusieurs écologistes ainsi que le critique péquiste en matière d’environnement, Sylvain Gaudreault, l’ont rappelé, la Loi sur le développement durable, adoptée à l’ère Charest, impose au gouvernement de prendre en compte le principe de « précaution » dans le cadre de ses différentes actions.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Précaution! » : http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/421322/transcanada-a-cacouna-precaution

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 01:15 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [3] - Permalien [#]

vendredi 17 octobre 2014

Je n'insisterais pas trop

  • Le 15 avril 2012, soit, on insiste, il y a deux ans et cinq mois [...]
    (Serge Truffaut, dans Le Devoir du 16 octobre 2014.)

Mai, juin, juillet, août, septembre, octobre :

Le 15 avril 2012, soit, on insiste, il y a deux ans et six mois [...]

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Déni de réalité » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/421180/l-austerite-chere-a-merkel-deni-de-realite

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 02:41 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 15 octobre 2014

L'État ou la Virginie?

  • Bien connue pour ses plages et ses villes maritimes, l’État de la Virginie, sur la côte est américaine, est depuis longtemps sur la liste des destinations prisées des Québécois.
    (Florence Sara G. Ferraris, dans Le Devoir du 11 octobre 2014.)

Deux possibilités :

Bien connu pour ses plages et ses villes maritimes, l’État de la Virginie, sur la côte est américaine, est depuis longtemps sur la liste des destinations prisées des Québécois.

Bien connue pour ses plages et ses villes maritimes, l’État de la Virginie, sur la côte est américaine, est depuis longtemps sur la liste des destinations prisées des Québécois.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Au-delà des plages, la Virginie culturelle » : http://www.ledevoir.com/art-de-vivre/voyage/420568/au-dela-des-plages-la-virginie-culturelle

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 14 octobre 2014

Il avec accepté

  • Plus tôt cette semaine, Pierre Karl Péladeau non seulement avec accepté de confier ses actions dans Québecor à une fiducie sans droit de regard, il s’était aussi engagé « sur l’honneur » à ne jamais intervenir dans le contenu éditorial des médias dont il est le propriétaire.
    (Michel David, dans Le Devoir du 11 octobre 2014.)

Il y a quelques jours, Pierre Karl Péladeau non seulement avait accepté de confier ses actions dans Québecor à une fiducie sans droit de regard, il s’était aussi engagé « sur l’honneur » à ne jamais intervenir dans le contenu éditorial des médias dont il est le propriétaire.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Sur l'honneur » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/420848/sur-l-honneur

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:56 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 12 octobre 2014

Le privé

  • Je l'ai écrit et réécrit : le privé vampirise le public. Le privé attire les élèves doués et ceux qui n'ont pas de problème d'apprentissage. Ils vident les écoles publiques de leurs meilleurs éléments.
    (Michèle Ouimet, dans La Presse du 2 octobre 2014.)

Le privé, c'est un singulier :

Je l'ai écrit et réécrit : le privé vampirise le public. Le privé attire les élèves doués et ceux qui n'ont pas de problème d'apprentissage. Il vide les écoles publiques de leurs meilleurs éléments.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« La fin d'un tabou » : http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/michele-ouimet/201410/02/01-4805535-la-fin-dun-tabou.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_michele-ouimet_3281_section_POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:38 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 11 octobre 2014

Des vidéos dans lesquelles ont dit...

  • [...] les Britanniques ont honte de voir des compatriotes animer des vidéos dans lesquelles ont dit et montre les pires horreurs.
    (Claude Lévesque, dans Le Devoir du 9 octobre 2014.)

Nous n'avons pas affaire à l'auxiliaire avoir, mais au pronom indéfini :

[...] les Britanniques ont honte de voir des compatriotes animer des vidéos dans lesquelles on dit et montre les pires horreurs.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« La guerre de Trente Ans? » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/420619/reperes-la-guerre-de-trente-ans

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 02:18 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 9 octobre 2014

Arracher les yeux... à qui?

  • Il y a quelque chose de particulièrement barbare à l’idée de décapiter quelqu’un, c’est vrai. Et puis, cette mise en scène théâtrale, le supplicié à genoux, nous montrant seulement ce qu’il va bientôt perdre, une tête stupéfiée, surplombé de son bourreau emmitouflé de noir. Comment ne pas réagir, comment ne pas vouloir leur arracher les yeux à leur tour?
    (Francine Pelletier, dans Le Devoir du 8 octobre 2014.)

Comme ce paragraphe est le premier de son article et qu'elle n'y fait mention que de deux personnes, la chroniqueuse donne l'impression, par l'emploi du pronom leur, de vouloir arracher les yeux à la fois au bourreau et au supplicié. Je suis pourtant certaine qu'elle ne souhaiterait s'attaquer qu'au premier :

Comment ne pas réagir, comment ne pas vouloir leur arracher les yeux à cette brute?

* * * * *

  • Depuis que les Américains ont commencé leur bombardement contre l’EI en août, 6000 combattants se sont joints au groupe qui sème la terreur. L’EI s’est également associé à sa rivale dans la région, les djihadistes du Front al-Nosra, affiliés à al-Qaïda.

Sa rivale ne peut évidemment représenter un masculin pluriel :

Depuis que les Américains ont commencé leur bombardement contre l’EI en août, 6000 combattants se sont joints au groupe qui sème la terreur. L’EI s’est également associé à ses rivaux dans la région, les djihadistes du Front al-Nosra, affiliés à al-Qaïda.

* * * * *

  • On sait aussi — bien que le gouvernement américain a supprimé ces pages de son rapport — que l’Arabie saoudite a joué un rôle dans l’attaque du World Trade Center.

Bien que doit être suivi du subjonctif :

On sait aussi — bien que le gouvernement américain ait supprimé ces pages de son rapport — que l’Arabie saoudite a joué un rôle dans l’attaque du World Trade Center.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Oeil pour oeil » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/420449/oeil-pour-oeil

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 8 octobre 2014

Il devrait être possible de pouvoir...

  • La réponse est oui, mais cela dit, il devrait être possible de pouvoir s’interroger sur la forme que prendra l’engagement canadien [...]
    (Bernard Descôteaux, dans Le Devoir du 26 septembre 2014.)

La réponse est oui, mais cela dit, il devrait être possible de pouvoir s’interroger sur la forme que prendra l’engagement canadien [...]

La réponse est oui, mais cela dit, on devrait être possible de pouvoir s’interroger sur la forme que prendra l’engagement canadien [...]

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« La liberté de débattre » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/419518/terrorisme-la-liberte-de-debattre

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:36 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 7 octobre 2014

Ces derniers...?

  • Cela rappelé, la suite s’annonce tout de même plus cahoteuse sur le front économique, l’état du pays se conjuguant avec récession. Au cours de la présente année, le Brésil a rencontré des difficultés dont Neves a essayé de tirer profit. Et ce, avec le soutien d’un univers médiatique qui n’a pas cessé de stipuler que la nation est sur la voie de la faillite.

    Ainsi qu’en témoignent les résultats, ces derniers ont boudé la dramatisation mise en scène par les élites d’affaires [...]
    (Serge Truffaut, dans Le Devoir du 7 octobre 2014.)

L'expression ces derniers ne peut renvoyer qu'à un masculin pluriel; mais il n'y a pas de masculin pluriel dans le paragraphe qui précède, et si l'éditorialiste voulait vraiment dire que les résultats ont boudé, pourquoi n'avoir pas écrit simplement : Les résultats ont boudé...? Quoi qu'il en soit, je croirais, assez prosaïquement sans doute, que ce sont plutôt les électeurs qui boudent, ce dont témoignent les résultats :

Ainsi qu’en témoignent les résultats, les électeurs ont boudé la dramatisation mise en scène par les élites d’affaires [...]

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Dilma la résistante » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/420381/elections-au-bresil-dilma-la-resistante

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:44 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]