Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

lundi 26 octobre 2015

Statistiques mortelles

  • [...] les enfants d’autochtones devaient continuer à pratiquer une « médecine traditionnelle », pour ne pas voir leurs « droits s’éroder », et ce, même lorsque les statistiques de mortalité indiquent clairement qu’elles n’ont aucune efficacité et mènent à une mort certaine.
    (Yves Gingras, dans Le Devoir du 24 octobre 2015.)

Ce ne sont pas les statistiques qui n'ont aucune efficacité et mènent à une mort certaine, mais la médecine traditionnelle :

[...] les enfants d’autochtones devaient continuer à pratiquer une « médecine traditionnelle », pour ne pas voir leurs « droits s’éroder », et ce, même lorsque les statistiques de mortalité indiquent clairement qu’elle n’a aucune efficacité et mène à une mort certaine.

Line Gingras
Québec

« Les soumissions tranquilles ou Houellebecq en Ontario » : http://www.ledevoir.com/societe/le-devoir-de-philo/453440/le-devoir-de-philo-les-soumissions-tranquilles-ou-houellebecq-en-ontario

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 20:20 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [2] - Permalien [#]

dimanche 25 octobre 2015

Sensibiliser la population que...

Sensibiliser quelqu'un que, sensibiliser que; grammaire française; syntaxe.

  • Mme Tessier espère sensibiliser la population que la perte d'un enfant peut être difficile à vivre pour une famille, même si personne n'a vu cet enfant.
    (Julien Paquette, dans Le Droit du 19 octobre 2015.)

On peut sensibiliser quelqu'un à quelque chose – à un problème, à une question, à la situation d'un groupe donné –, mais non que quelque chose :

Mme Tessier espère sensibiliser la population au fait que la perte d'un enfant peut être difficile à vivre pour une famille, même si personne n'a vu cet enfant.

Line Gingras
Québec

« Des anges ont survolé Gatineau » : http://www.lapresse.ca/le-droit/vivre-ici/societe/201510/18/01-4911307-des-anges-ont-survole-gatineau.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_meme_auteur_4913548_article_POS5

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 19:04 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 24 octobre 2015

Nos amis Canadiens

  • Le français de Justin Trudeau n’est pas parfait. C’est sans doute parce qu’il est né avec une cuillère d’argent dans la bouche et que ça a fini par donner une prononciation étrange. Mais ce n’est pas un gros défaut, car on a déjà entendu bien pire de la part de certains de nos amis Canadiens.
    (Lise Payette, dans Le Devoir du 23 octobre 2015.)

Le nom qui désigne un peuple prend la majuscule :

Les Canadiens ont élu un gouvernement libéral.

L'adjectif s'écrit avec une minuscule initiale :

Mais ce n’est pas un gros défaut, car on a déjà entendu bien pire de la part de certains de nos amis canadiens.

Line Gingras
Québec

« Tous nos œufs dans le même panier » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/453289/tous-nos-oeufs-dans-le-meme-panier

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 19:56 - Langue et traduction - Commentaires [2] - Permalien [#]

vendredi 23 octobre 2015

La facture

  • Depuis, il est plutôt difficile de savoir quels types de travaux ont pu être réalisés pendant que la famille de Stephen Harper y a habité. 

    Dès 2006, la facture des travaux à faire oscillait autour de 10 millions $ et devaient s'étendre sur plus de 15 mois.
    (Paul Gaboury, dans Le Droit du 23 octobre 2015.)

Ce sont les travaux qui devaient s'étendre sur plus de 15 mois, mais en coordonnant oscillait et devaient s'étendre, le journaliste attribue à ces verbes un même sujet, la facture – ce qui, bien entendu, n'a pas de sens. Il faut reconstruire la phrase. Je proposerais par exemple :

Dès 2006, les travaux à faire étaient évalués à quelque 10 millions de dollars et devaient s'étendre sur plus de 15 mois.

Line Gingras
Québec

« Justin Trudeau et sa famille n'iront pas au "vétuste" 24 Sussex » : http://www.lapresse.ca/le-droit/politique/politique-federale/201510/23/01-4913124-justin-trudeau-et-sa-famille-niront-pas-au-vetuste-24-sussex.php

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 17:27 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 22 octobre 2015

C'était refusé de voir...

  • Les néodémocrates, Thomas Mulcair en tête, s’étaient accrochés à l’idée que ce serait pratiquement impossible pour les libéraux de combler cet écart. Ils disaient partir en meilleure position avec 95 sièges. Mais c’était refusé de voir ce que les sondages, aussi imparfaits soient-ils, laissaient entrevoir : un irrésistible désir de changement des Canadiens.
    (Manon Cornellier, dans Le Devoir du 20 octobre 2015.)

Non, il n'était pas refusé (ou interdit, défendu) de voir ce que les sondages laissaient entrevoir; ce que voulait dire la chroniqueuse, c'est que l'attitude des néodémocrates équivalait à refuser de le voir. Il fallait donc l'infinitif :

Ils disaient partir en meilleure position avec 95 sièges. Mais c’était refuser de voir ce que les sondages, aussi imparfaits soient-ils, laissaient entrevoir : un irrésistible désir de changement des Canadiens.

Line Gingras
Québec

« Monsieur Trudeau » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/453037/monsieur-trudeau

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 21:21 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 20 octobre 2015

Méfiance

  • En menant une campagne en vase clos, M. Harper n’a pas aidé sa cause, laissant transparaître sa méfiance à l’endroit des Canadiens et du peu de cas qu’il fait de leur intelligence [...]
    (Manon Cornellier, dans Le Devoir du 20 octobre 2015.)

Sa méfiance à l'endroit du peu de cas qu'il fait de leur intelligence? Cette méfiance a manqué à Stephen Harper. La chroniqueuse voulait dire :

En menant une campagne en vase clos, M. Harper n’a pas aidé sa cause, laissant transparaître sa méfiance à l’endroit des Canadiens et le peu de cas qu’il fait de leur intelligence [...]

Attention aux prépositions.

Line Gingras
Québec

« Monsieur Trudeau » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/453037/monsieur-trudeau

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 17:43 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 19 octobre 2015

L’autocensure et l’interdiction

  • Pendant que le PEN International chassait le censeur Harper, c’est finalement l’autocensure et l’interdiction de caricaturer Mahomet qui s’infiltrait par la porte de derrière.
    (Christian Rioux, dans Le Devoir du 16 octobre 2015.)

Pendant que le PEN International chassait le censeur Harper, c’est finalement l’autocensure et l’interdiction de caricaturer Mahomet qui s’infiltraient par la porte de derrière.

Line Gingras
Québec

« La "lassitude de la liberté" » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/452771/la-lassitude-de-la-liberte

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 18 octobre 2015

Aucun

  • À l’exception de Thomas Mulcair, aucun des autres chefs n’ont répondu à l’invitation de la mairesse [...]
    (Julien Arsenault, PC, dans le site du Devoir, le 17 octobre 2015 à 16 h 55.)

À l’exception de Thomas Mulcair, aucun des autres chefs n’a répondu à l’invitation de la mairesse [...]

Line Gingras
Québec

« Duceppe est confiant que [sic] le Bloc aura la balance du pouvoir [sic] » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/452878/elections-federales-gilles-duceppe-estime-que-le-bloc-aura-la-balance-du-pouvoir

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 19:16 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [2] - Permalien [#]

samedi 17 octobre 2015

Lecture et relecture

  • La lecture de ces quelques lignes m’ont convaincue de l’erreur que font ceux et celles qui disent qu’ils ne vont jamais voter ou ceux et celles qui disent trouver que c’est inutile de le faire.
    (Lise Payette, dans Le Devoir du 16 octobre 2015.)

La lecture de ces quelques lignes m’a convaincue de l’erreur que font ceux et celles qui disent qu’ils ne vont jamais voter ou ceux et celles qui disent trouver que c’est inutile de le faire.

Line Gingras
Québec

« La fin de la récréation » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/452628/la-fin-de-la-recreation

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 19:33 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [1] - Permalien [#]

vendredi 16 octobre 2015

Du calme

  • Leur regard sont toujours aussi calme [...]
    (Nayla Naoufal, dans Le Devoir du 16 octobre 2015.)

Il est permis de changer d'idée, mais il faut se relire :

Leur regard est toujours aussi calme [...]

Leurs regards sont toujours aussi calmes [...]

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« On achève bien les danseurs » : http://www.ledevoir.com/culture/danse/452727/the-dog-days-are-over-de-jan-martens-a-l-usine-c

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 11:20 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]