Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

lundi 20 septembre 2010

En zigzagant

En zigzagant ou en zigzaguant; grammaire française; orthographe.

  • ... en zigzagant dans les rues du centre-ville.
    (Michèle Ouimet, dans La Presse du 21 août 2010.)

Zigzagant, sans u, s'emploie comme adjectif :

Ils dépassèrent, sur la route jonchée de fleurs d'acacia, des carrioles zigzagantes, conduites par des drôles qui avaient bu. (Mauriac, dans le Trésor de la langue française informatisé.)

Cependant, comme le précise Marie-Éva de Villers, le verbe zigzaguer «s'écrit toujours avec un u, même devant les lettres a et o» :

Elle courait, à demi aveugle, dans l'obscurité. Au sommet de l'avenue, pourtant, des lumières apparurent, puis descendirent vers elle en zigzaguant. (Camus, dans le Trésor, à l'article «sommet».)

Au virage, la roue sortit de son axe et s'échappa vers le bas-côté de la route, en zigzaguant. (Bernanos, dans le Trésor, à l'article «sortir».)

Il fallait donc écrire :

... en zigzaguant dans les rues du centre-ville.

Line Gingras
Québec

«La jungle du taxi» : http://www.cyberpresse.ca/actualites/regional/montreal/201008/20/01-4308485-la-jungle-du-taxi.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_meme_auteur_4316388_article_POS4

Posté par Choubine à 07:28 - Langue et traduction - Commentaires [2] - Permalien [#]

dimanche 19 septembre 2010

Personne de mieux placer

  • Il n'y a parfois personne de mieux placer qu'un bon vieux coach pour dire la vérité.
    (Michel Marois, dans La Presse du 8 mai 2010.)

On pourrait remplacer de par qui soit; la préposition n'introduit donc pas un infinitif, mais un participe passé :

Il n'y a personne de mieux vêtu [et non pas vêtir] que lui.

Il fallait écrire :

Il n'y a parfois personne de mieux placé qu'un bon vieux coach pour dire la vérité.

Line Gingras
Québec

« Un autre changement pour Tiger? » : http://www.cyberpresse.ca/sports/201005/08/01-4278494-un-autre-changement-pour-tiger.php

Posté par Choubine à 03:30 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 18 septembre 2010

Pas de cette façon

  • En principe, l'espace public devrait servir au bien-être de tous. Mais la façon même dont les rues sont dessinées traduisent un certain esprit politique.
    (Caroline Montpetit, dans Le Devoir du 18 septembre 2010.)

D'après la construction de la phrase, ce ne sont pas les rues qui traduisent, mais la façon dont elles sont dessinées :

Mais la façon même dont les rues sont dessinées traduit un certain esprit politique.

Line Gingras
Québec

« De la civilité comme fondement de la démocratie » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/296481/de-la-civilite-comme-fondement-de-la-democratie

Posté par Choubine à 02:43 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [1] - Permalien [#]

vendredi 17 septembre 2010

Elle s'en ai fait prescrire

Ai ou est; il s'en ai fait prescrire ou il s'en est fait prescrire; je m'en ai fait prescrire ou je m'en suis fait prescrire; grammaire française.

  • ... toute personne affichant un déficit en sérotonine, ayant pris des antidépresseurs, en consommant toujours, songeant à en prendre, ayant besoin d'en prendre, qui en prendra un jour, ou qui s'en ai fait prescrire et ne les prend pas.
    (Josée Blanchette, dans Le Devoir du 17 septembre 2010.)

Ai, c'est la première personne du singulier du verbe avoir au présent de l'indicatif, ou encore de l'auxiliaire avoir servant à former le passé composé :

J'ai une traduction passionnante à terminer.
Je lui ai prescrit des antidépresseurs.

Dans la phrase à l'étude, nous avons affaire à un verbe pronominal (s' est un pronom réfléchi); il fallait donc employer l'auxiliaire être – à la troisième personne du singulier, le sujet étant toute personne :

... toute personne [...] qui s'en est fait prescrire...

À la première personne du singulier, on écrirait :

Je me suis fait prescrire [et non pas Je m'ai fait prescrire] des antidépresseurs.

Line Gingras
Québec

« "La game est toffe, faut tu wake up" » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/296304/la-game-est-toffe-faut-tu-wake-up

Posté par Choubine à 05:38 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 16 septembre 2010

En priant pour que l'avion sera piloté par...

Prier pour que + indicatif; prier pour que + subjonctif; grammaire française.

  • ... en priant pour que l'avion que je vais bientôt prendre sera piloté par...
    (Nathalie Petrowski, dans La Presse du 19 juin 2010.)

Comme le signale le Trésor de la langue française informatisé, prier pour que est suivi du subjonctif. On prie pour qu'une chose se produise, et non se produira :

Priez pour qu'il fasse beau demain.
Je prie pour que mon neveu réussisse à son examen.

Il fallait écrire :

... en priant pour que l'avion que je vais bientôt prendre soit piloté par...

Line Gingras
Québec

« On prend tous un avion... » : http://www.cyberpresse.ca/chroniqueurs/nathalie-petrowski/201006/19/01-4291611-on-prend-tous-un-avion.php

Posté par Choubine à 07:11 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 15 septembre 2010

Distortion décontenançante

Distortion ou distorsion; décontenançant ou déconcertant.

  • Théâtre – La distortion*
    (Titre d'un article d'Alexandre Cadieux, dans Le Devoir du 15 septembre 2010.)

On écrit distortion en anglais, mais distorsion en français. Le mot est orthographié correctement dans le corps du texte.

  • Des répliques parfaitement odieuses sont dites avec un naturel décontenançant.

Décontenançant est le participe présent de décontenancer; les ouvrages que j'ai consultés (Petit Robert, Lexis, Multidictionnaire, Trésor de la langue française informatisé) ne l'admettent cependant pas comme adjectif. Je proposerais :

Des répliques parfaitement odieuses sont dites avec un naturel déconcertant.

Line Gingras
Québec

* Je vois, à 16 h 30, que l'on a corrigé le titre.

http://www.ledevoir.com/culture/theatre/296200/theatre-la-distortion

Posté par Choubine à 04:35 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 14 septembre 2010

Comment ne pas voir un juge dans le juge?

  • Le civiliste a davantage tendance à voir dans le juge la simple «bouche de la loi», pour reprendre une expression de Montesquieu, et non pas un juge qui dicte au législateur la manière de réécrire sa loi...
    (Antoine Robitaille, dans Le Devoir du 22 juin 2010.)

Personnellement, j'aurais du mal à ne pas voir un juge dans le juge. Je suggérerais peut-être :

Le civiliste a davantage tendance à estimer que le rôle du juge est d'appliquer la loi telle qu'elle est écrite*, et non pas de dicter au législateur la manière de réécrire sa loi...

Line Gingras
Québec

* J'ai consulté le texte suivant, où Radoslava Dvorska explique, entre autres, ce qu'on entend par la bouche de la loi : http://www.droit-medical.com/perspectives/6-la-forme/416-interpretation-loi-juge

«Blanc pour droit civil – Le Québec, "bâtard" juridique» : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/291381/blanc-pour-droit-civil-le-quebec-batard-juridique

Posté par Choubine à 10:00 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 13 septembre 2010

On se défend qu'il y ait eu de la précipitation

Se défendre que; se défendre de + infinitif; nier que, refuser d'admettre que; grammaire française; syntaxe du français.

  • Au cabinet Bachand, on se défend qu'il y ait eu quelque précipitation que ce soit dans cette annonce, et ce, même si l'on reconnaît que les ficelles du comité n'étaient pas complètement attachées.
    (Kathleen Lévesque, dans Le Devoir du 13 août 2010.)

Je ne trouve pas la construction se défendre que dans les dictionnaires (j'ai vu principalement le Multidictionnaire, le Petit Robert, le Lexis et le Trésor de la langue française informatisé). Au sens de nier, refuser d'admettre, on emploie se défendre suivi d'un infinitif introduit par de :

Se défendre d'avoir trahi. (Lexis.)

Il se défend d'être raciste. (Petit Robert.)

Les élèves se sont défendus d'être des tricheurs. (Multidictionnaire.)

Le bonhomme est aveugle et se défend de l'être. (Hugo, dans le Trésor.)

Il se défendit d'avoir parlé d'une façon si impertinente. (France, dans le Trésor.)

On aurait pu écrire :

Au cabinet Bachand, on nie qu'il y ait eu quelque précipitation que ce soit dans cette annonce...

Line Gingras
Québec

« Jeu virtuel : un flou réel » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/294273/jeu-virtuel-un-flou-reel

Posté par Choubine à 01:54 - Langue et traduction - Commentaires [1] - Permalien [#]

dimanche 12 septembre 2010

Croisement entre? Croisement de? Croisement entre et de?

  • D'origine libanaise, Magalie, 25 ans, de Montréal, ressemble à un croisement entre Nicole Scherzinger des Pussycat Dolls et de la starlette Kim Kardashian.
    (Hugo Dumas, dans La Presse du 4 septembre 2010.)

Bien entendu, Magalie ne saurait ressembler à un croisement entre Nicole et de Kim. Je vois dans le Trésor de la langue française informatisé les exemples suivants :

Croisement entre deux espèces.

Un chien énorme, croisement de montagnard et de terre-neuve. (Maupassant.)

On aurait donc pu écrire :

... ressemble à un croisement entre Nicole Scherzinger, des Pussycat Dolls, et de la starlette Kim Kardashian.

... ressemble à un croisement de Nicole Scherzinger, des Pussycat Dolls, et de la starlette Kim Kardashian.

Line Gingras
Québec

« La belle, la prude et le truand » : http://www.cyberpresse.ca/chroniqueurs/hugo-dumas/201009/04/01-4312679-la-belle-la-prude-et-le-truand.php

Posté par Choubine à 01:45 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [1] - Permalien [#]

samedi 11 septembre 2010

Déficiances*

Déficiants ou déficients; orthographe.

  • Soins palliatifs déficiants**
    (Titre de section d'un article de Caroline Montpetit, dans Le Devoir du 8 septembre 2010.)

Soins palliatifs déficients

  • De nombreux aspects de l'euthanasie demandent toujours à être clarifiés, en partie à partir des exemples européens et américains. Selon une étude effectuée en Oregon et aux Pays-Bas, par exemple, la légalisation de l'euthanasie n'aurait pas eu de conséquences particulières pour sur** les groupes défavorisés, sur les personnes handicapées physiquement ou mentalement, ou sur les minorités ethniques.

Je proposerais :

De nombreux aspects de l'euthanasie demandent toujours à être clarifiés, en partie d'après des exemples européens et américains. Ainsi, selon une étude effectuée en Oregon et aux Pays-Bas, par exemple, la légalisation de l'euthanasie n'aurait pas eu de conséquences particulières pour sur les groupes défavorisés, sur les personnes handicapées physiquement ou mentalement ni sur les minorités ethniques.

Line Gingras
Québec

* On écrirait correctement déficiences.

** Note du 30 mai 2013 : Cette faute a été corrigée.

« Mourir dans la dignité : des témoignages bouleversants – Confusion dans le débat sur l'euthanasie » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/295762/mourir-dans-la-dignite-des-temoignages-bouleversants-confusion-dans-le-debat-sur-l-euthanasie

Posté par Choubine à 00:02 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]