Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

lundi 4 avril 2016

Calmez vos ardeurs

  • Le retrait de Sam Hamad du Conseil des ministres [...] n’a aucunement calmé les ardeurs de l’opposition, qui continuent à demander son renvoi pur et simple du cabinet.
    (Guillaume Bourgault-Côté, dans Le Devoir du 4 avril 2016.)

Ce ne sont pas les ardeurs qui continuent à demander le renvoi du ministre :

Le retrait de Sam Hamad du Conseil des ministres [...] n’a aucunement calmé les ardeurs de l’opposition, qui continue* à demander son renvoi pur et simple du cabinet.

Line Gingras
Québec

* Le 5 avril à 15 h 15, je vois que la correction a été apportée.

« Le retrait d’Hamad ne calme pas le jeu » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/467196/le-retrait-d-hamad-ne-calme-pas-le-jeu

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 3 avril 2016

Reconnaître et se nourrir de la beauté

  • [...] l’importance primordiale de reconnaître et de se nourrir de la beauté sous toutes ses formes : reflet de soleil sur les façades du Grand Canal, page enluminée il y a presque mille ans, odeur de printemps, sourire diffus…
    (Michel Bélair, dans Le Devoir du 2 avril 2016.)

Il est souhaitable, nous dit Grevisse dans Le bon usage (douzième édition, paragraphe 271, remarque 4), que deux verbes coordonnés ayant un même complément aient aussi la même construction. Or, le verbe reconnaître appelle un complément d'objet direct (on reconnaît un ancien camarade, par exemple), tandis que se nourrir se construit indirectement, avec la préposition de : Le monde se nourrit d'un peu de vérité et de beaucoup de mensonge. (R. Rolland, dans le Petit Robert.)

On pourrait améliorer la construction du passage à l'étude en plaçant le complément après le premier verbe, et en employant avec le second un pronom de rappel : 

[...] l'importance primordiale de reconnaître la beauté et de s'en nourrir sous toutes ses formes : reflet de soleil sur les façades du Grand Canal, page enluminée il y a presque mille ans, odeur de printemps, sourire diffus…

Line Gingras
Québec

« Des vandales ordinaires » : http://www.ledevoir.com/culture/livres/466991/polar-des-vandales-ordinaires

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 2 avril 2016

Sans encombres

Sans encombre ou sans encombres; orthographe.

  • Ce retour de Dutoit à Montréal s’est finalement passé sans encombres.
    (Christophe Huss, dans Le Devoir du 19 février 2016.)

D'après les dictionnaires que j'ai sous la main, la locution adverbiale sans encombre s'écrit toujours sans s à encombre :

Ils sont rentrés sans encombre. (Multidictionnaire.)

J'atteignis sans encombre le plus haut étage du château. (France, dans le Lexis.)

Il venait de subir sans encombre son dernier examen. (Flaubert, dans le Petit Robert.)

[…] les trois petites Turques avaient réussi, par des chemins détournés, à gagner sans encombre une des échelles de la Corne-d'Or et à prendre un caïque […] (Loti, dans le Grand Robert.)

Tout se fit aisément, sans encombre, sans obstacle. (Flaubert, dans le Trésor de la langue française informatisé.)

Il posa sans encombre quelques affiches dans les rues peu fréquentées. (France, dans le Trésor.)

Il faudrait lire :

Ce retour de Dutoit à Montréal s’est finalement passé sans encombre.

Line Gingras
Québec

« Dutoit, un retour en crescendo » : http://www.ledevoir.com/culture/musique/463470/titresurtitre-grand-osm

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 21:07 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 19 mars 2016

Ça peut toujours servir...

  • Toutes ces heures de confessions publiques [...] allaient se retrouver dans de grands cahiers abandonnés quelque part et ne serviraient à rien. Si bien que nous en étions venus à penser que tout ça ne servirait à rien, que nous avions été les dindons de la farce et que les changements que nous souhaitions n’auraient pas lieu.
    (Lise Payette, dans Le Devoir du 18 mars 2016.)

Une relecture attentive, voilà qui aurait servi à quelque chose :

Toutes ces heures de confessions publiques [...] allaient se retrouver dans de grands cahiers abandonnés quelque part et ne serviraient à rien. Si bien que nous en étions venus à penser que tout ça ne servirait à rien, que nous avions été les dindons de la farce et que les changements que nous souhaitions n’auraient pas lieu.

Line Gingras
Québec

« Dans le coin droit : Couillard » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/465782/vous-en-pensez-quoi-du-budget

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 03:57 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [1] - Permalien [#]

vendredi 18 mars 2016

Une ukase? Un oukase?

  • L’ukase du premier ministre gêne, en deuxième lieu, à cause de la philosophie qu’elle trahit en matière de gestion de la diversité culturelle.
    (Gérard Bouchard, dans Le Devoir du 17 mars 2016.)

Les graphies ukase et oukase sont toutes deux admises; nous avons cependant affaire à un nom masculin, d'après le Petit Robert, le Grand Robert et le Trésor de la langue française informatisé :

Il faudra que je défende à M. Millot de prêcher plus de dix minutes... Elle lui communiqua son dernier ukase, et il l'envoya, cette fois, promener. (Colette, dans le Trésor.)

Il fallait écrire :

L’ukase du premier ministre gêne, en deuxième lieu, à cause de la philosophie qu’il trahit en matière de gestion de la diversité culturelle.

Line Gingras
Québec

« Un peu de retenue et de clairvoyance, M. Couillard! » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/465626/debat-sur-l-immigration-un-peu-de-retenue-et-de-clairvoyance-m-couillard

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 05:04 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 11 mars 2016

Mauvaise langue

  • Il y a quelques années, la Banque Nationale s’était retrouvée au centre d’une controverse quand on avait découvert que son premier vice-président aux technologies de l’information, John B. Cieslak, en poste depuis quatre ans, était unilingue anglophone et exigeait de nombreux employés de son département qu’ils travaillent dans cette langue.
    (Michel David, dans Le Devoir du 10 mars 2016.)

L'anglophone n'est pas une langue :

[...] était unilingue anglophone et exigeait de nombreux employés de son service qu’ils travaillent en anglais.

Line Gingras
Québec

« Mauvais message » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/465091/mauvais-message

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 02:18 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 8 mars 2016

En autant que

En autant que; anglicisme; calque de l'anglais.

  • En autant que les rites soient autorisés par le ministère de la Justice.
    (Yves Boisvert, dans La Presse du 7 mars 2016.)

D'après Marie-Éva de Villers, en autant que est le calque de in as much as; il faudrait employer plutôt dans la mesure où, pour autant que, pourvu que.

L'expression à l'étude n'est pas admise dans les dictionnaires généraux que j'ai consultés (Petit Robert, Grand Robert, Trésor de la langue française informatisé). On pouvait écrire :

Pourvu que les rites soient autorisés par le ministère de la Justice.

Line Gingras
Québec

« Devant Dieu et les autres » : http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/yves-boisvert/201603/04/01-4957182-devant-dieu-et-les-autres.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_yves-boisvert_3256_section_POS1

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Langue et traduction - Commentaires [1] - Permalien [#]

vendredi 4 mars 2016

Les combats qu'il a fallus

Falloir, accord du participe passé du verbe impersonnel; grammaire française; orthographe d'accord.

  • [...] l’indifférence généralisée quant à notre histoire, à notre culture, et aux combats de chaque instant qu’il a fallus pour se rendre jusqu’ici.
    (Francine Pelletier, dans Le Devoir du 2 mars 2016.)

Comme je l'ai déjà signalé, le participe passé du verbe impersonnel reste toujours invariable :

Les sommes qu'il nous a fallu. (Hanse-Blampain, à l'article « falloir ».)

Il fallait écrire :

[...] l’indifférence généralisée quant à notre histoire, à notre culture, et aux combats de chaque instant qu’il a fallu pour se rendre jusqu’ici.

Line Gingras
Québec

« Le penser mou » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/464335/le-penser-mou

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:47 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 29 février 2016

Pour éviter un carnage

  • Le président français François Hollande a affirmé lundi que les passagers du train Thalys ayant neutralisé un Marocain lourdement armé avait permis d’éviter « un carnage » [...]
    (AFP dans le site du Devoir, le 24 août 2015 à 7 h 16.)

Ce n'est pas le Marocain lourdement armé qui a permis d'éviter un carnage :

Le président français François Hollande a affirmé lundi que les passagers du train Thalys ayant neutralisé un Marocain lourdement armé avaient permis d’éviter « un carnage » [...]

* * * * *

  • « Pour vous témoignez notre reconnaissance, j’ai tenu, de façon exceptionnelle, à vous remettre la Légion d’Honneur [...] »

Comme on peut le vérifier dans le Multidictionnaire, dans le Petit Robert ou par une recherche Google, on écrit la Légion d'honneur :

« Pour vous témoigner notre reconnaissance, j’ai tenu, de façon exceptionnelle, à vous remettre la Légion d’honneur [...] »

* * * * *

  • Il s’agit d’un agent des chemins de fer français en congés au moment des faits [...]

D'après ce que je vois dans le Petit Robert, l'expression en congé s'écrit au singulier :

Il s’agit d’un agent des chemins de fer français en congé au moment des faits [...]

Line Gingras
Québec

« Hollande félicite et décore quatre passagers » : http://www.ledevoir.com/international/europe/448324/attentat-dans-un-train-hollande-felicite-et-decore-quatre-passagers

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 02:56 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 27 février 2016

Qu'est-ce qui est essentiel?

  • La tenue d’un débat parlementaire cette semaine, suivi d’un vote, est par conséquent bienvenue. Essentiel en fait, même si rien n’oblige le gouvernement [...]
    (Manon Cornellier, dans Le Devoir du 10 février 2016.)

La tenue d'un débat est bienvenue, essentielle en fait :

La tenue d’un débat parlementaire cette semaine, suivi d’un vote, est par conséquent bienvenue. Essentielle en fait, même si rien n’oblige le gouvernement [...]

Line Gingras
Québec

« Entre l'arbre et l'écorce » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/462578/entre-l-arbre-et-l-ecorce

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [2] - Permalien [#]