Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

dimanche 19 mars 2017

Images

  • Aux images des offices de tourisme, souvent sur le mode de la grande séduction, je préfère les miens, qui collent à mon propos, et c’est alors qu’une image me vaut parfois mille maux, ou du moins un certain questionnement.
    (Carolyne Parent, dans Le Devoir du 18 mars 2017.)

La chroniqueuse ne préfère pas ses propres offices de tourisme, mais ses propres images :

Aux images des offices de tourisme, souvent sur le mode de la grande séduction, je préfère les miennes*, qui collent à mon propos, et c’est alors qu’une image me vaut parfois mille maux, ou du moins un certain questionnement.

Line Gingras
Québec

* Le 20 mars à 16 h 15, je vois que la correction a été apportée.

« Les images menteuses » : http://www.ledevoir.com/plaisirs/voyage/494054/partir-les-images-menteuses

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 16:59 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 10 février 2017

Qui donc ne peut que réagir?

  • Le Conseil de presse du Québec, dont la mission est la défense du droit du public à une information de qualité, devrait détenir une capacité d’initiative en cette matière, ce qui n’est pas le cas présentement. Elle ne peut que réagir aux plaintes déposées.
    (Cathy Wong, dans Le Devoir du 10 février 2017.)

Ce n'est pas la capacité d'initiative, la défense ni la mission qui ne peut que réagir aux plaintes, mais le Conseil de presse :

Le Conseil de presse du Québec, dont la mission est la défense du droit du public à une information de qualité, devrait détenir une capacité d’initiative en cette matière, ce qui n’est pas le cas présentement. Il* ne peut que réagir aux plaintes déposées.

Line Gingras
Québec

* Le 12 février à 23 h 55, je vois que la correction a été apportée.

« Un pas en avant, deux pas en arrière? » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/491317/un-pas-en-avant-deux-pas-en-arriere

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 06:15 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 4 février 2017

L'industrie

  • En ce sens, l’industrie des médias et du divertissement ont leur part de responsabilité.
    (Fabrice Vil, dans Le Devoir du 3 février 2017.)

En ce sens, l’industrie des médias et du divertissement a sa part* de responsabilité.

Line Gingras
Québec

* Le 6 février à 1 h, je vois que la correction a été apportée.

« Le pouvoir des histoires » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/490733/le-pouvoir-des-histoires

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 03:26 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 6 janvier 2017

Parlez-vous...?

  • L’avenir du bilinguisme au Canada est, pour l’essentiel, une affaire de francophones. Si les trois quarts d’entre eux jugent cette langue menacée, à peine le tiers de leurs voisins anglos partagent cet avis, révèle un sondage commandé par Ottawa à la veille du 150e anniversaire du pays.
    (Philippe Orfali, dans Le Devoir du 5 janvier 2017.)

Cette langue? Le démonstratif devrait renvoyer à la langue dont il s'agit. On pouvait écrire :

L’avenir du bilinguisme au Canada est, pour l’essentiel, une affaire de francophones. Si les trois quarts d’entre eux jugent le français menacé, à peine le tiers de leurs voisins anglos partagent cet avis, révèle un sondage commandé par Ottawa à la veille du 150e anniversaire du pays.

Line Gingras
Québec

« Sondage sur le bilinguisme : deux solitudes, deux constats » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/488452/sondage-sur-le-bilinguisme-deux-solitudes-deux-constats

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 21:41 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [1] - Permalien [#]

jeudi 29 décembre 2016

Dans les couloirs...

  • Dans les couloirs de l’école des Appalaches à Sainte-Justine, on entend parfois des enfants parler espagnol dans les corridors.
    (Isabelle Porter, dans Le Devoir du 29 décembre 2016.)

Dans les couloirs, on entend parler dans les corridors?

On pouvait écrire, par exemple :

Dans les couloirs de l’école des Appalaches, à Sainte-Justine, on entend parfois des enfants parler espagnol dans les corridors.

Dans les couloirs de À l’école des Appalaches, à Sainte-Justine, on entend parfois des enfants parler espagnol dans les corridors.

Noter que couloir et corridor sont synonymes au sens propre.

Line Gingras
Québec

« Trente heures de classe pour apprendre le Québec » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/488002/trente-heures-pour-apprendre-le-quebec

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 19:46 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 29 novembre 2016

Il a été conseillé du ministre

Conseillé, conseiller; orthographe.

  • Il a aussi, dans les quelques années qui ont précédé son retour en politique québécoise en 2013, été conseillé du ministre saoudien responsable de la Santé [...]
    (Antoine Robitaille, dans Le Devoir du 29 novembre 2016.)

Être conseillé (ou conseillée) par le ministre et être conseiller (ou conseillère) du ministre, ce n'est pas exactement la même chose. Il fallait écrire :

Il a aussi, dans les quelques années qui ont précédé son retour en politique québécoise en 2013, été conseiller* du ministre saoudien responsable de la Santé [...]

Line Gingras
Québec

* Le 29 novembre à 13 h 40, je vois que la correction a été apportée.

« Couper les ponts » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/485832/arabie-saoudite-l-oif-et-couillard-couper-les-ponts

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 04:00 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [1] - Permalien [#]

dimanche 27 novembre 2016

Le choix de laisser choisir

  • [...] compte tenu du choix fait par le gouvernement de donner aux parents l’entière liberté de choisir où ils feront garder leurs enfants.
    (Isabelle Paré, dans Le Devoir du 26 novembre 2016.)

[...] compte tenu de la décision prise par le gouvernement de donner aux parents l’entière liberté de choisir où ils feront garder leurs enfants.

Line Gingras
Québec

« La déconfiture d’une bonne idée » : http://www.ledevoir.com/societe/education/485674/la-deconfiture-d-une-bonne-idee

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 04:22 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [2] - Permalien [#]

mardi 15 novembre 2016

Relations entre...

  • À l’heure aujourd’hui d’un durcissement possible des relations entre le Cuba de Raoul Castro et des États-Unis de Donald Trump, Justin Trudeau s’apprête-t-il à offrir une suite à cette politique dont son père se faisait en 1976 le porte-voix?
    (Jean-François Nadeau, dans Le Devoir du 15 novembre 2016.)

Ne perdons pas le fil :

À l’heure aujourd’hui d’un durcissement possible des relations entre le Cuba de Raoul Castro et les* États-Unis de Donald Trump [...]

Line Gingras
Québec

* À 22 h 10, je vois que la correction a été apportée.

« Du Cuba de Diefenbaker aux Castro des Trudeau » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/484685/du-cuba-de-diefenbaker-aux-castro-des-trudeau

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 05:02 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 12 novembre 2016

Mettre sur le même pied

  • On a ainsi mis sur le même pied la seule histoire des courriels non sécurisés d’Hillary Clinton à l’ensemble des scandales visant Donald Trump, et ce, par souci d’équité…
    (Pierre Duchesne, ancien journaliste et ancien ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, dans Le Devoir du 12 novembre 2016.)

On met sur le même pied deux choses, une chose et une autre :

On a ainsi mis sur le même pied la seule histoire des courriels non sécurisés d’Hillary Clinton et l’ensemble des scandales visant Donald Trump, et ce, par souci d’équité…

Line Gingras
Québec

« Trump dévore les médias » : http://www.ledevoir.com/international/etats-unis/484558/trump-devore-les-medias

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 04:29 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 1 novembre 2016

Un prix Nobel à Borduas?

  • [...] dont les cris et hurlements, rétrospectivement, ne font que renforcer la valeur d’un Nobel de littérature attribué en 1997 à un dramaturge — oh, scandale, a-t-on dit à l’époque! —, Dario Fo, pour le nommer, ou à des gouaches d’un Borduas exposées en 1942 dans le Foyer de l’Ermitage à Montréal [...]
    (Fabien Deglise, dans Le Devoir du 31 octobre 2016.)

Je ne pense pas qu'un Nobel de littérature ait été attribué à des gouaches de Borduas. Le chroniqueur voulait parler plutôt de la valeur de ces œuvres et de l'intérêt que présentait leur exposition :

[...] dont les cris et hurlements, rétrospectivement, ne font que renforcer la valeur d’un Nobel de littérature attribué en 1997 à un dramaturge — oh, scandale, a-t-on dit à l’époque! —, Dario Fo, pour le nommer, ou celle* des gouaches d’un Borduas exposées en 1942 dans le Foyer de l’Ermitage à Montréal [...]

Line Gingras
Québec

* Le 1er novembre à 17 h, je vois que la correction a été apportée.

« Éloge de l'audace » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/483474/chroniquefd-eloge-de-l-audace

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 05:55 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]