Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

vendredi 23 octobre 2015

La facture

  • Depuis, il est plutôt difficile de savoir quels types de travaux ont pu être réalisés pendant que la famille de Stephen Harper y a habité. 

    Dès 2006, la facture des travaux à faire oscillait autour de 10 millions $ et devaient s'étendre sur plus de 15 mois.
    (Paul Gaboury, dans Le Droit du 23 octobre 2015.)

Ce sont les travaux qui devaient s'étendre sur plus de 15 mois, mais en coordonnant oscillait et devaient s'étendre, le journaliste attribue à ces verbes un même sujet, la facture – ce qui, bien entendu, n'a pas de sens. Il faut reconstruire la phrase. Je proposerais par exemple :

Dès 2006, les travaux à faire étaient évalués à quelque 10 millions de dollars et devaient s'étendre sur plus de 15 mois.

Line Gingras
Québec

« Justin Trudeau et sa famille n'iront pas au "vétuste" 24 Sussex » : http://www.lapresse.ca/le-droit/politique/politique-federale/201510/23/01-4913124-justin-trudeau-et-sa-famille-niront-pas-au-vetuste-24-sussex.php

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 17:27 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 10 octobre 2015

Rien n'est à exclure, si ce n'est...

  • Malgré cela, aucun vainqueur n’est encore en vue, ce qui en dit long sur l’état d’esprit des électeurs qui n’arrivent pas à quelques jours du scrutin à fixer leur choix quant à la couleur du prochain gouvernement. Rien n’est à exclure, si ce n’est de croire qu’il sera minoritaire.
    (Bernard Descôteaux, dans Le Devoir du 10 octobre 2015.)

La seule chose à exclure, ce serait donc de croire que le prochain gouvernement sera minoritaire? Il ne faudrait surtout pas croire que le prochain gouvernement sera minoritaire? Ce n'est certainement pas ce que voulait dire l'éditorialiste.

Je dois avoir des hallucinations.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« La loterie électorale » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/452272/elections-du-19-octobre-la-loterie-electorale

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 15:20 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [3] - Permalien [#]

jeudi 8 octobre 2015

La réintégration de la victime à son dédommagement?

  • C’est plus rapide, c’est gratuit et l’accent est mis sur la médiation, c’est-à-dire sur la réintégration de la victime dans son milieu de travail et/ou à son dédommagement.
    (Francine Pelletier, dans Le Devoir du 7 octobre 2015.)

L'accent est mis sur la réintégration de la victime dans son milieu de travail et/ou à son dédommagement? L'accent est mis sur la réintégration de la victime à son dédommagement? La phrase serait plus claire si l'on avait employé la bonne préposition :

C’est plus rapide, c’est gratuit et l’accent est mis sur la médiation, c’est-à-dire sur la réintégration de la victime dans son milieu de travail et/ou sur son dédommagement.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Pratiques culturelles barbares » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/451866/pratiques-culturelles-barbares

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 02:19 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 7 octobre 2015

Ravisseurs, otages...

  • Le premier ministre tint bon. En dépit de l’appui surprenant d’une quinzaine de personnalités québécoises à l’idée d’échanger les ravisseurs contre la vingtaine de prisonniers politiques détenus depuis quelques mois ou quelques années.
    (Claude Trudel, chef de cabinet adjoint de Robert Bourassa de 1970 à 1975 – donc pendant la crise d'Octobre – dans Le Devoir du 7 octobre 2015.)

Ce ne seraient pas plutôt les otages que l'on proposait d'échanger?

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« La crise d’Octobre, 45 ans déjà » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/451865/la-crise-d-octobre-45-ans-deja

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 01:02 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 1 octobre 2015

Damné pion

Damner le pion ou damer le pion; usage.

  • [...] pour mieux damner le pion aux néodémocrates.
    (Francine Pelletier, dans Le Devoir du 30 septembre 2015.)

La chroniqueuse voulait certainement dire damer le pion; le Petit Robert nous apprend que damer le pion à quelqu'un, c'est « l'emporter sur lui, le surpasser, répondre victorieusement à ses attaques ». Cette locution figurée est empruntée aux jeux d'échecs et de dames. Il fallait écrire :

[...] pour mieux damer le pion aux néodémocrates.

C'est la deuxième fois que je relève cette faute chez madame Pelletier.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Niqab, quand tu nous tiens » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/451286/niqab-quand-tu-nous-tiens

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 04:54 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [2] - Permalien [#]

dimanche 27 septembre 2015

Discours aiguisés de tout irritant

  • Lors de débats, les chefs de parti disposent d’armées de conseillers pour aiguiser et épurer leurs discours de tout irritant potentiel [...]
    (Isabelle Paré, dans Le Devoir du 25 septembre 2015.)

Je veux bien que l'on aiguise des discours, mais je doute qu'il soit possible de les aiguiser de tout irritant potentiel :

Lors de débats, les chefs de parti disposent d’armées de conseillers pour aiguiser leurs discours et les épurer leurs discours de tout irritant potentiel [...]

  • [...] affilié au Centre national de recherche scientifique de France [...]

Il s'agit du Centre national de la recherche scientifique.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Traquer le mensonge » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/450937/sur-la-piste-du-mensonge

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 24 septembre 2015

À ceux-là, on les rassure...

  • À ceux qui craignent que l’arrivée massive de réfugiés permette à des terroristes d’infiltrer le Canada, on les rassure en insistant, deux fois plutôt qu’une, sur le maintien des vérifications de sécurité et d’antécédents judiciaires et médicaux des demandeurs d’asile. Le message est qu’avec les conservateurs il n’y aura pas de terroristes qui passeront à travers les mailles du filet.
    (Bernard Descôteaux, dans Le Devoir du 23 septembre 2015.)

On rassure à quelqu'un? Je ne crois pas. On n'insiste pas à quelqu'un non plus. Je suggérerais :

À ceux qui craignent que l’arrivée massive de réfugiés permette à des terroristes d’infiltrer le Canada, on envoie un message rassurant en insistant, deux fois plutôt qu’une, sur le maintien des vérifications de sécurité et d’antécédents judiciaires et médicaux des demandeurs d’asile. Le message est qu’Avec les conservateurs, veut-on faire comprendre, il n’y aura pas de terroristes qui passeront à travers les mailles du filet.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Leçon d'ouverture » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/450740/crise-migratoire-lecon-d-ouverture

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [1] - Permalien [#]

mardi 22 septembre 2015

Il y avait urgence

  • Espérons de Steven Spielberg, père de Jaws, s’empare rapidement du phénomène pour en faire un nouveau film d’horreur [...]
    (Fabien Deglise dans son blogue, le 22 septembre 2015 à 14 h 16.)

Espérons que Steven Spielberg, père de Jaws, s’empare rapidement du phénomène pour en faire un nouveau film d’horreur [...]

  • [...] incitant d’ailleurs les autorités russes a lancé récemment une campagne [...]

[...] incitant d’ailleurs les autorités russes à lancer récemment une campagne [...]

  • Il voulait en mettre quelques-uns dans le cadre de son égoportrait afin de dire à ses amis sur les réseaux sociaux : « je suis là! » Il avait l'urgence d'exister. Il en est mort.

Annoncée par les deux points, la citation doit commencer par une majuscule :

Il voulait en mettre quelques-uns dans le cadre de son égoportrait afin de dire à ses amis sur les réseaux sociaux : « Je suis là! » Il avait l'urgence d'exister. Il en est mort.

Il arrive que l'on ait l'urgence de publier. Heureusement, on n'en meurt pas.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Les égoportraits sont plus meurtriers que les… requins » : http://www.ledevoir.com/opinion/blogues/les-mutations-tranquilles/450713/les-egoportraits-sont-plus-meurtriers-que-les-requins

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 18 septembre 2015

De nombreux mois plus tard...

  • Or, la CSDM a annoncé à la fin de l’année scolaire qu’elle reverrait son « modèle de conseillance pédagogique », dans le cadre de la réorganisation de plusieurs de ses services. De nombreux mois plus tard, le travail n’est toujours pas effectué.
    (Philippe Orfali, dans Le Devoir du 18 septembre 2015. Voir aussi la légende de la photo qui accompagne l'article.)

La fin de l'année scolaire, pour la Commission scolaire de Montréal (CSDM), c'était en juin. Nous sommes en septembre, trois mois plus tard. Le temps peut paraître long et on pourrait peut-être parler de plusieurs mois, dans le contexte (en veillant toutefois à éviter une répétition), mais l'emploi de l'adjectif nombreux relève nettement de l'exagération :

Or, la CSDM a annoncé à la fin de l’année scolaire qu’elle reverrait son « modèle de conseillance pédagogique », dans le cadre de la réorganisation d'un certain nombre de ses services. Plusieurs mois plus tard, le travail n’est toujours pas effectué.

Or, la CSDM a annoncé à la fin de l’année scolaire qu’elle reverrait son « modèle de conseillance pédagogique », dans le cadre de la réorganisation de plusieurs de ses services. Trois mois plus tard, le travail n’est toujours pas effectué.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Payés pour "se tourner les pouces" » : http://www.ledevoir.com/societe/education/450402/plus-de-cinquante-employes-payes-a-rien-faire-a-la-csdm

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 14 septembre 2015

Déguisement

  • La rentrée culturelle en cours multiplie les occasions de pistonner des productions dans des reportages déguisés en infopublicités.
    (Stéphane Baillargeon, dans Le Devoir du 14 septembre 2015.)

Il s'agit plutôt d'infopublicités déguisées en reportages, c'est-à-dire d'infopublicités qui revêtent l'apparence de reportages.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« L'art de la plogue [sic] » : http://www.ledevoir.com/societe/medias/449997/medias-l-art-de-la-plogue

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 20:58 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]