Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

lundi 1 mai 2006

Ni fleurs ni couronnes - Cesser à travailler

  • ... elle [la militante Jane Jacobs, «icône des batailles pour une ville à dimension et à visage humains»] n'a jamais cessé de donner son avis, à intervenir dans le débat public, à travailler, écrire et réfléchir. (Manon Cornellier.)

Il ne faut pas cesser, non plus, de suivre le fil de sa phrase...

«Revue de presse - Hommage ne rime pas avec silence» : http://www.ledevoir.com/2006/04/29/107959.html

Posté par Choubine à 00:06 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [1] - Permalien [#]

dimanche 30 avril 2006

Ni fleurs ni couronnes - Des exceptions de refuser...

  • Si les conservateurs proposent de soumettre à la Loi sur l'accès à l'information 19 entités fédérales qui y échappent, ils créent néanmoins 10 nouvelles exceptions pour le gouvernement de refuser de rendre des documents publics. (PC.)

Je crois qu'on a voulu dire :

[...] 10 nouvelles exceptions que le gouvernement pourra invoquer pour refuser de rendre des documents publics (ou pour tenir des documents confidentiels).

«Le commissaire à l'information s'insurge - John Reid dénonce la culture du secret des conservateurs» : http://www.ledevoir.com/2006/04/29/107975.html

Posté par Choubine à 00:02 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 24 avril 2006

Ni fleurs ni couronnes - Des étudiants partaient étudier...

  • On sait qu'à une certaine époque, dans les années 70, alors que les départements des universités québécoises étaient pauvres en programmes de maîtrise et de doctorat, quelque 5000 étudiants québécois par année partaient étudier en France pour y faire leurs études supérieures, dit Yolande Cohen, directrice exécutive du Centre de coopération inter-universitaire franco-québécoise (CCIFQ). (Antoine Robitaille.)

Cette citation indirecte pourrait être débarrassée de quelques répétitions :

... quelque 5000 Québécois par année partaient en France pour y faire leurs études supérieures...

«Amère mère patrie» : http://www.ledevoir.com/2006/04/22/107391.html

Posté par Choubine à 03:39 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [2] - Permalien [#]

dimanche 23 avril 2006

Ni fleurs ni couronnes - Rabattu sur les oreilles

Rebattu; rabattu; rebattre; rabattre; discours rebattu; discours rabattu; paronymes; usage.

  • Il me déclare en avoir marre du discours rabattu voulant que les jeunes soient allergiques à la lecture. (Odile Tremblay.)

Attention : rebattu. Mais je ne vais pas vous en rebattre les oreilles, vous pourriez m'en vouloir et me rabattre le caquet à la première occasion.

«Lecteurs d'aujourd'hui et de demain» : http://www.ledevoir.com/2006/04/22/107308.html?338

Posté par Choubine à 00:07 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [3] - Permalien [#]

samedi 22 avril 2006

Ni fleurs ni couronnes - Réanimation

  • ... le père, obligé d'aller répondre à la porte [...] a laissé son fils seul quelques instants. Lorsqu'il est redescendu au sous-sol le rejoindre un peu plus tard, le petit garçon était pendu au plafond, et toutes les manoeuvres de réanimation tentées sur son petit corps inanimé n'ont pas permis de le sauver. (Marie-Andrée Chouinard.)

Il aurait suffi d'écrire : ... toutes les manoeuvres de réanimation n'ont pas permis de le sauver.

«La mort tragique d'un garçonnet relance le débat sur la violence à la télévision» : http://www.ledevoir.com/2006/04/12/106607.html

Posté par Choubine à 00:06 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [1] - Permalien [#]

lundi 17 avril 2006

Ni fleurs ni couronnes - Comme des frères

  • L'imprésario a «mis au monde» les frères René et Nathalie Simard. (Brian Myles.)

Mais il s'est vite rendu compte que Nathalie était une fille...

«Une nouvelle menace pèse sur Cloutier» : http://www.ledevoir.com/2006/04/13/106689.html

Posté par Choubine à 02:24 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 11 avril 2006

Ni fleurs ni couronnes - Ça ravigote!

  • Durant la nuit, N'OUBLIE PAS DE BIEN T'HYDRATER (eau et boisson énergétiques) et de prendre des pauses. (Recette simple pour un party réussi!, dans le programme du Bal en Blanc; d'après Jean-Claude Leclerc.)

De l'eau énergétique! Serait-ce de la vodka?

«La nuit de la libération - Réveillez-vous, le Bal en Blanc est arrivé!» : http://www.ledevoir.com/2006/04/10/106425.html

Posté par Choubine à 03:18 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [1] - Permalien [#]

jeudi 6 avril 2006

Ni fleurs ni couronnes - Y a trop de niveaux

  • Cette étude [...] révèle que le niveau d'étiage actuel des cours d'eau de cette province se situe à des niveaux de 24 à 84 % inférieurs à ce qu'ils étaient au début du XXe siècle. (Louis-Gilles Francoeur.)

On aurait eu avantage à écrire :

Cette étude [...] révèle que l'étiage actuel des cours d'eau de cette province...

L'étiage désigne notamment, d'après le Petit Robert, «le plus bas niveau des eaux».

Line Gingras

«Risque de sécheresse prolongée en Alberta» : http://www.ledevoir.com/2006/04/05/106084.html

Posté par Choubine à 03:46 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 4 avril 2006

Ni fleurs ni couronnes - Trouvez le sujet

Noyau du groupe sujet; sujet du verbe; grammaire française; syntaxe du français.

  • Le resserrement des politiques sociales, particulièrement en Ontario et en Alberta, ont souvent contribué à marginaliser encore plus ceux qui se trouvent tout au bas de l'échelle. (Éric Desrosiers.)

Que des politiques sociales se soient révélées néfastes, je ne le mets pas en doute; cependant, la phrase est construite de telle sorte que ce ne sont pas elles qui forment le sujet du verbe contribuer, mais tout le groupe le resserrement des politiques sociales, dont resserrement est le noyau - auquel les politiques sociales se rattachent comme complément déterminatif. Il fallait donc écrire : ... a souvent contribué.

  • ... plusieurs annonces de projets «transversaux» (qui touchent plusieurs ministères et organismes) seront bientôt annoncés... (Antoine Robitaille.)

Le journaliste n'a pas voulu dire que des annonces seront annoncées; c'est pourtant ce qu'il a fait, même s'il n'a pas accordé le participe passé avec le sujet du verbe, mais avec le complément déterminatif qui s'y rattache. Bien entendu, il fallait écrire : ... plusieurs projets «transversaux» [...] seront bientôt annoncés...

Line Gingras

«Perspectives - Nouvelles du front» : http://www.ledevoir.com/2006/04/03/105896.html?338
«Québec et Ottawa - Information contrôlée sur les collines» : http://www.ledevoir.com/2006/04/03/105953.html

Posté par Choubine à 03:18 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [3] - Permalien [#]

vendredi 24 mars 2006

Ni fleurs ni couronnes - Monsieur Personne

  • À Victoria, si une personne désire obtenir une lentille rigide, elle devra attendre plusieurs mois, alors que le patient prêt à payer 2000 $ pour une lentille souple passera avant lui. (Norman Spector.)

C'est le pronom elle, pas lui, qu'il faut employer pour représenter le nom personne, désignant un homme ou une femme. Hanse et Blampain précisent que l'usage classique permettait de faire le contraire.

Line Gingras

«L'érosion du système de santé public» : http://www.ledevoir.com/2006/03/23/105001.html

Posté par Choubine à 03:19 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]