Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

mercredi 24 janvier 2018

Londres, c'est en Ontario?

  • Comme l’a dit au London Free Press le pasteur Matthew Eckert de la North Park Community Church à Londres en Ontario [...]
    (Konrad Yakabuski, dans Le Devoir du 24 janvier 2018.)

Je suis étonnée de lire dans Le Devoir qu'il y aurait une ville de Londres en Ontario; on traduit le nom de la capitale du Royaume-Uni, mais non pas celui de la ville canadienne, London.

Line Gingras
Québec

« Pour ou contre la liberté religieuse? » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/518306/pour-ou-contre-la-liberte-religieuse

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.  

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 21:19 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 8 janvier 2018

Élancement de carrière

  • Des biographes ont raconté que, déjà lassée par cette carrière à peine élancée, la débutante aurait confié un jour à un journaliste qu'elle souhaitait mettre un terme à sa carrière au bout de cinq ans.
    (Mario Girard, dans La Presse du 8 janvier 2018.)

Des biographes ont raconté que, déjà lassée par cette carrière à peine lancée, la débutante aurait confié un jour à un journaliste qu'elle souhaitait y mettre un terme à sa carrière au bout de cinq ans.

Line Gingras
Québec

« Pourquoi je déteste France Gall » : http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/mario-girard/201801/07/01-5149213-pourquoi-je-deteste-france-gall.php 

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.  

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 20:00 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [1] - Permalien [#]

vendredi 5 janvier 2018

Ses ventes

  • Après une hausse continue, la vente des livres numériques est en recul constant depuis 2015. Depuis deux ans, ses ventes ont baissé d’un milliard de dollars au profit de l’imprimé.
    (Christian Rioux, dans Le Devoir du 5 janvier 2018.)

Ses ventes? Les ventes de la vente? On pouvait écrire :

Après une hausse continue, la vente des livres numériques est en recul constant depuis 2015. Depuis deux ans, elle a baissé d’un milliard de dollars au profit de l’imprimé.

Line Gingras
Québec

« Le progressisme béat » : http://www.ledevoir.com/culture/livres/516813/le-progressisme-beat 

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique. 

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 21:30 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [1] - Permalien [#]

samedi 4 mars 2017

La charte des valeurs péquistes

  • Ni la commission Bouchard-Taylor ni même la charte des valeurs péquistes ne préconisaient [...]
    (Robert Dutrisac, dans Le Devoir du 3 mars 2017.)

Il ne s'agissait pas d'une charte énonçant les « valeurs péquistes », mais de la charte des valeurs québécoises, dont le projet avait été présenté par le gouvernement péquiste :

Ni la commission Bouchard-Taylor ni même la charte des valeurs péquiste* ne préconisaient [...]

Line Gingras
Québec

* Le 5 mars à 16 h 20, je vois que la correction a été apportée.

« L’aller-retour d’un crucifix » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/493121/l-aller-retour-d-un-crucifix

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 05:01 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [1] - Permalien [#]

lundi 13 février 2017

Je ne comprends pas

« Made for Sharing »
Paris n'est donc plus français?
Paris sans fierté?

Posté par Choubine à 00:27 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [3] - Permalien [#]

vendredi 3 février 2017

Des musulmans d'autres confessions?

  • Bien que solennelle, la cérémonie tenue jeudi après-midi en mémoire des victimes de l’attentat de Québec [...] a pris jeudi des airs de baume, d’accolade collective pour bien des Québécois de confession musulmane [...]
    (Isabelle Paré et Jessica Nadeau, dans Le Devoir du 3 février 2017.)

Le deuxième jeudi est de trop. Noter aussi que la locution en mémoire de est vieillie, d'après le Petit Robert et le Multidictionnaire :

Bien que solennelle, la cérémonie tenue jeudi après-midi à la mémoire des victimes de l’attentat de Québec [...] a pris jeudi des airs de baume, d’accolade collective pour bien des Québécois de confession musulmane [...]

  • Des musulmans de tous horizons, et d’autres confessions aussi, qui ont bu ces paroles de solidarité qu’ils avaient plus que jamais besoin d’entendre.

Que faut-il comprendre? Des musulmans d'autres confessions? Et à quelle confession appartenaient donc les musulmans qui sont morts dimanche? Des musulmans et d'autres confessions? Le mot confessions ne désigne pas des personnes.

Les journalistes ont sans doute voulu dire :

Des musulmans de tous horizons, et des gens d’autres confessions aussi, qui ont bu ces paroles de solidarité qu’ils avaient plus que jamais besoin d’entendre.

Line Gingras
Québec

« Prier en paix » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/490828/prier-en-paix

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 05:09 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 1 février 2017

Trois fois plutôt qu'une

  • Malgré la recrudescence des crimes à caractère religieux commis à travers le monde, l’attentat commis à Québec se distingue comme l’un des plus meurtriers commis ces dernières années en Occident dans un lieu de culte [...]
    (Isabelle Paré, dans Le Devoir du 31 janvier 2017.)

Je proposerais :

Malgré la recrudescence des crimes à caractère religieux perpétrés à travers le monde, l’attentat de Québec se distingue comme l’un des plus meurtriers commis ces dernières années en Occident dans un lieu de culte [...]

Line Gingras
Québec

« Une rare attaque dans un lieu de culte » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/490488/une-rare-attaque-dans-un-lieu-de-culte

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 05:11 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 20 janvier 2017

Les cérémonies qui ont suivi... celle d'aujourd'hui?

  • La cérémonie d’intronisation a justement pour fonction de retremper symboliquement les États-Unis dans les eaux de ses origines.
    (Jean-François Nadeau, dans Le Devoir du 20 janvier 2017.)

La cérémonie d’intronisation a justement pour fonction de retremper symboliquement les États-Unis dans les eaux de leurs* origines.

  • Le 30 avril 1789, pour le premier couronnement républicain, les cloches des églises sonnent [...] Ce moment fondateur, balisé de plusieurs gestes étudiés, sert de modèle à la cérémonie d’aujourd’hui, comme à toutes celles qui l’ont suivie.

Ce moment fondateur sert de modèle aux cérémonies qui ont suivi quoi? En toute logique, ce ne peut pas être « la cérémonie d'aujourd'hui », malgré ce qu'indique l'accord du participe passé au féminin. Le pronom l' remplace plutôt le moment en question :

Ce moment fondateur, balisé de plusieurs gestes étudiés, sert de modèle à la cérémonie d’aujourd’hui, comme à toutes celles qui l’ont suivi*.

  • Lors de son discours inaugural, le président Bill Clinton marquait pour sa part la fin de la guerre froide en laissant bien entendre que son pays ne risquait pas, pour sa part, de s’effondrer de l’intérieur : « Il n’y a rien de mal avec l’Amérique qui ne puisse être guérie par ce qu’elle a de juste. »

Il s'agissait de guérir non pas l'Amérique, mais ce qu'il y avait de mal :

« Il n’y a rien de mal avec l’Amérique qui ne puisse être guéri* par ce qu’elle a de juste. »

Line Gingras
Québec

* Le 20 janvier à 21 h 15, je vois que la correction a été apportée.

« Le "miracle" de l’intronisation » : http://www.ledevoir.com/international/etats-unis/489633/le-miracle-inaugural

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 06:55 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 13 janvier 2017

Les proposés aux stations de métro

  • [...] il avait dit trouver souhaitable que les proposés aux stations de métro particulièrement fréquentées par des anglophones, qu’il s’agisse de résidants ou de touristes, soient en mesure de leur répondre dans leur langue.
    (Michel David, dans Le Devoir du 12 janvier 2017.)

Le chroniqueur voulait sûrement parler des préposés.

Line Gingras
Québec

« Le souvenir de Sandra » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/488929/le-spectre-de-sandra

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 8 décembre 2016

Fusillade

  • Une fusillade* inspirée de Polytechnique évitée
    (Titre d'un article de Philippe Orfali, dans Le Devoir du 8 décembre 2016.)

Le titre ci-dessus n'a rien d'étrange au premier abord; mais l'article nous apprend ensuite :

« Équipé d’un véritable arsenal de guerre, un jeune Torontois comptait rendre "hommage" à l’auteur de la tuerie de l’École polytechnique en ciblant les élèves d’une école secondaire de la ville, a annoncé mercredi la police.

Une machette, une hachette, deux épées, quatre couteaux et des flèches ont été récupérés au domicile d’un jeune homme de 17 ans [...] »

On peut sans doute commettre un massacre ou une tuerie avec de telles armes (surtout si l'on possède un arc), mais pour une fusillade, un fusil me paraît indispensable.

Line Gingras
Québec

* Le 9 décembre à 15 h 45, je vois que la faute a été corrigée : on a remplacé fusillade par attaque.

http://www.ledevoir.com/societe/justice/486593/toronto-une-fusillade-evitee-le-jour-de-l-anniversaire-de-poly

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 20:27 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]