Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

mercredi 11 décembre 2019

Le philosophe Martin Heiddeger

  • La même semaine, en France, un professeur lançait une pétition pour que l’on cesse d’enseigner le philosophe Martin Heiddeger à cause de ses sympathies nazies.
    (Christian Rioux, dans Le Devoir du 29 novembre 2019.)

Comme il est facile de le confirmer par une recherche Google, le patronyme s'écrit Heidegger, avec un d et deux :

La même semaine, en France, un professeur lançait une pétition pour que l’on cesse d’enseigner le philosophe Martin Heidegger à cause de ses sympathies nazies.

Line Gingras
Québec

« La faute à la météo » : https://www.ledevoir.com/opinion/chroniques/568032/la-faute-a-la-meteo?utm_source=infolettre-2019-11-29&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Posté par Choubine à 00:01 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 9 décembre 2019

Au contraire

  • Dans le programme national de santé publique 2015-2025, il regrette amèrement qu’on ne trouve pas encore une approche globale du développement de l’enfant sans qu’il y ait en même temps une référence spécifique à la maltraitance.
    (Jean-François Nadeau, dans Le Devoir du 27 novembre 2019.)

Affirmer qu'on ne trouve pas une composante sans l'autre, cela revient à dire que les deux sont présentes à la fois (comme deux enfants inséparables). Ce n'est certainement pas la situation que l'on regrette dans la phrase à l'étude. Le journaliste voulait dire :

Dans le programme national de santé publique 2015-2025, il regrette amèrement qu’on ne trouve pas encore une approche globale du développement de l’enfant sans qu’il y ait en même temps qu'une référence spécifique à la maltraitance.

Dans le programme national de santé publique 2015-2025, il regrette amèrement qu’on ne trouve pas encore à la fois une approche globale du développement de l’enfant et une référence spécifique à la maltraitance.

D'autres formulations sont également possibles.


  • Il faut, dit-il, confier aux directeurs régionaux de la santé publique la responsabilité d’atteindre des objectifs qui auront été dûment fixés collectivement et les rendre responsables des résultats.

Il faut, dit-il, confier aux directeurs régionaux de la santé publique la tâche d’atteindre des objectifs qui auront été dûment fixés collectivement et les rendre responsables des résultats.

Line Gingras
Québec

« Commission Laurent : la maltraitance des enfants est un problème majeur de santé publique » : https://www.ledevoir.com/societe/567877/commission-laurent-la-maltraitance-des-enfants-est-un-probleme-majeur-de-sante-publique?utm_source=infolettre-2019-11-27&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Posté par Choubine à 00:01 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 2 décembre 2019

Cette petite inquiétude

  • On sort de la salle avec le sentiment que la victoire de Dreyfus ne tenait qu’à cette petite inquiétude dans le coeur d’un homme complexe qui n’était pas exempt de préjugés et qui, à un certain moment, lui a fait choisir la vérité et non le mensonge.
    (Christian Rioux, dans Le Devoir du 22 novembre 2019.)

Les deux propositions relatives, coordonnées par et, semblent se rattacher à un homme complexe, ce qui est absurde dans le second cas : ce n'est évidemment pas un homme complexe qui a fait choisir à lui-même la vérité et non le mensonge, mais plutôt cette petite inquiétude.

On aurait pu écrire :

On sort de la salle avec le sentiment que la victoire de Dreyfus ne tenait qu’à cette petite inquiétude dans le coeur d’un homme complexe qui n’était pas exempt de préjugés, inquiétude qui, à un certain moment, lui a fait choisir la vérité et non le mensonge.

On sort de la salle avec le sentiment que la victoire de Dreyfus ne tenait qu’à cette petite inquiétude dans le coeur d’un homme complexe qui n’était pas exempt de préjugés, laquelle, à un certain moment, lui a fait choisir la vérité et non le mensonge.

On sort de la salle avec le sentiment que la victoire de Dreyfus ne tenait qu’à cette petite inquiétude dans le coeur d’un homme complexe qui n’était pas exempt de préjugés; cette inquiétude, à un certain moment, lui a fait choisir la vérité et non le mensonge.

Line Gingras
Québec

« Dreyfus aujourd'hui » : https://www.ledevoir.com/opinion/chroniques/567564/dreyfus-aujourd-hui?utm_source=infolettre-2019-11-22&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Posté par Choubine à 00:01 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 1 décembre 2019

Elle a abusé à chercher?

Initier; anglicisme; usage.

  • [...] la Maison-Blanche a abusé de son pouvoir et à chercher à impliquer un gouvernement étranger dans la prochaine course électorale [...]
    (Fabien Deglise, dans Le Devoir du 21 novembre 2019.)

[...] la Maison-Blanche a abusé de son pouvoir et a cherché à impliquer un gouvernement étranger dans la prochaine course électorale [...]


  • Ce témoignage « entre au coeur d’une mécanique de corruption » init par la Maison-Blanche, a-t-il ajouté en évoquant une chape que M. Sondland est venu, mercredi à Washington, finalement soulever.

Ce n'est certainement pas le coeur qui a été initié :

Ce témoignage « entre au coeur d’une mécanique de corruption » initiée par la Maison-Blanche, a-t-il ajouté en évoquant une chape que M. Sondland est venu, mercredi à Washington, finalement soulever.

Observations ajoutées le 10 décembre

Un lecteur s'étonne gentiment que j'aie « laissé passer cet anglicisme courant qu'est le verbe "initier" dans le sens de commencer quelque chose ». Il s'agit en effet d'un anglicisme; cet emploi est condamné non seulement par le Colpron, mais aussi par le Chouinard, le Hanse-Blampain, le Multidictionnaire et la Banque de dépannage linguistique de l'Office québécois de la langue française. Qu'en disent les dictionnaires de langue? Le Trésor de la langue française informatisé, dont la rédaction est terminée depuis 1994 et qui « n’a pas vocation à être mis à jour », ne le consigne pas. Le Grand Robert le signale cependant, avec la précision « sous l'influence de l'anglais » et une remarque expliquant qu'il s'agit d'un emploi critiqué. On le trouve enfin dans le Petit Robert (j'ai la version en ligne, mise à jour annuellement), avec la mention « anglicisme ».

Que faut-il en penser? Le Petit Robert définit l'anglicisme comme un « emprunt à l'anglais », et l'emprunt comme l'« acte par lequel une langue accueille un élément d'une autre langue », l'« élément (mot, tour) ainsi incorporé ». J'en conclus que l'emploi d'initier qui nous intéresse, au sens de commencer, amorcer, prendre l'initiative de, tout anglicisme qu'il soit, doit être considéré, aujourd'hui, comme admis en français. Cet anglicisme, bien que courant, n'est pas nécessaire, on peut lui préférer des verbes plus précis; mais je ne crois pas qu'on puisse encore le tenir pour une faute.

Quoi qu'il en soit, la phrase à l'étude pourrait aussi se lire, à mon avis :

Ce témoignage « entre au coeur d’une mécanique de corruption » enclenchée par la Maison-Blanche, a-t-il ajouté en évoquant une chape que M. Sondland est venu, mercredi à Washington, finalement soulever.


  • Il n’a pas accepté de questions et a simplement répété qu’il « n’a rien demandé », qu’il n’y avait « pas de donnant-donnant » et réclamer la fin des procédures de destitution qu’il juge toujours illégales.

Il n’a pas accepté de questions mais a simplement répété qu’il « n’a rien demandé », qu’il n’y avait « pas de donnant-donnant » et a réclamé la fin des procédures de destitution, qu’il juge toujours illégales.

Il n’a pas accepté de questions mais a simplement répété qu’il « n’a rien demandé », qu’il n’y avait « pas de donnant-donnant »; il a aussi réclamé la fin des procédures de destitution, qu’il juge toujours illégales.

Line Gingras
Québec

« La défense de Trump attaquée par un de ses alliés » : https://www.ledevoir.com/monde/etats-unis/567475/procedure-de-destitution-la-defense-de-trump-attaquee-par-un-de-ses-proches-allies?utm_source=infolettre-2019-11-21&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Posté par Choubine à 00:01 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 30 novembre 2019

Contrainte au prince?

  • « Nous pensons que personne n’est au-dessus de la loi et que toute personne devrait répondre à des questions s’ils ont des informations pertinentes. Et il [le prince Andrew] a clairement des informations pertinentes », a déclaré Me Lisa Bloom, jeudi, à BBC Radio 4.
    (Florence Biedermann, AFP, dans le site du Devoir, le 21 novembre 2019.)

L'avocate s'exprimait certainement en anglais. Il faudrait lire :

« Nous pensons que personne n’est au-dessus de la loi et que toute personne devrait répondre à des questions si elle a des informations pertinentes. Et il [le prince Andrew] a clairement des informations pertinentes », a déclaré Me Lisa Bloom, jeudi, à BBC Radio 4.


  • La descente aux enfers avait commencé en août avec la publication aux États-Unis de documents de justice dans lesquels une femme, Virginia Roberts, affirme avoir eu à trois occasions des relations sexuelles avec le prince, auquel Epstein l’aurait contrainte, lorsqu’elle avait 17 ans.

Epstein ne l'aurait pas contrainte au prince, mais à des relations sexuelles avec le prince :

La descente aux enfers avait commencé en août avec la publication aux États-Unis de documents de justice dans lesquels une femme, Virginia Roberts, affirme avoir eu à trois occasions des relations sexuelles avec le prince, auxquelles Epstein l’aurait contrainte, lorsqu’elle avait 17 ans.

Line Gingras
Québec

« Le prince Andrew sommé de témoigner dans l’affaire Epstein » : https://www.ledevoir.com/monde/europe/567555/le-prince-andrew-somme-de-temoigner-dans-l-affaire-epstein

Posté par Choubine à 00:01 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 20 novembre 2019

L'avenue, le boulevard, l'autoroute...

  • Même après avoir proclamé un changement de ton et l’avenue d’une nouvelle époque [...]
    (Francine Pelletier, dans Le Devoir du 13 novembre 2019.)

Même après avoir proclamé un changement de ton et la venue d’une nouvelle époque [...]

Line Gingras
Québec

« Repartir à neuf » : https://www.ledevoir.com/opinion/chroniques/566861/repartir-a-neuf

Posté par Choubine à 00:01 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 9 novembre 2019

Ce que montre la vidéo

  • La vidéo montre un homme barbu, portant une casquette et un manteau qui tentent de saisir un objet dans sa poche ou sous son chandail.
    (Michelle McQuigge, PC, dans le site de La Presse, le 29 octobre 2019.)

Nul besoin de regarder la vidéo pour savoir que le sujet du verbe tenter, représenté par le pronom qui, c'est un homme barbu, et non pas une casquette et un manteau :

La vidéo montre un homme barbu, portant une casquette et un manteau, qui tente de saisir un objet dans sa poche ou sous son chandail.

Line Gingras
Québec

« Un suspect armé à l’arrière d’une autopatrouille à Toronto » : https://www.lapresse.ca/actualites/national/201910/29/01-5247471-un-suspect-arme-a-larriere-dune-autopatrouille-a-toronto.php

Posté par Choubine à 00:01 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [2] - Permalien [#]

mercredi 6 novembre 2019

Nécessairement?

  • La motion, qui a donc été adoptée, stipule que la réforme du ministre de l’Immigration, Simon Jolin-Barrette, « [mine] la réputation internationale du Québec [et nuit] à sa capacité d’attraction et de rétention des talents nécessairement à la croissance économique ». Elle exige que Québec annule sa réforme.
    (Hugo Pilon-Larose dans le site de La Presse, le 6 novembre 2019 à 18 h 28.)

J'espère que les députés n'ont pas adopté cette motion telle quelle, et que le texte a simplement été mal cité. D'après ce que je peux voir, il faudrait lire :

« [...] sa capacité d'attraction et de rétention des talents nécessaires à la croissance économique ».

Line Gingras
Québec

« Une motion pour le retrait de la réforme en immigration adoptée » : https://www.lapresse.ca/actualites/politique/201911/06/01-5248626-une-motion-pour-le-retrait-de-la-reforme-en-immigration-adoptee.php

Posté par Choubine à 20:29 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 5 novembre 2019

Les personnes et les persons

  • Les personnes à l'étranger devront effectuer leur apprentissage et leur évaluation en ligne. Ils seront questionnés sur l'égalité entre les femmes et les hommes, la société francophone, la société laïque, les droits et responsabilités et la société démocratique.
    (Marco Bélair-Cirino dans le site du Devoir, le 30 octobre 2019 à 18 h 10.)

Écrira-t-on un jour les personnes et les persons? D'ici là, je rappelle que le nom personne est féminin et doit être représenté par un pronom du même genre :

Les personnes à l'étranger devront effectuer leur apprentissage et leur évaluation en ligne. Elles seront questionnées sur l'égalité entre les femmes et les hommes, la société francophone, la société laïque, les droits et responsabilités et la société démocratique.

Line Gingras
Québec

« Le gouvernement Legault va de l’avant avec son test des valeurs » : https://www.ledevoir.com/politique/quebec/565903/le-gouvernement-legault-va-de-l-avant-avec-son-test-des-valeurs?utm_source=Le+courrier+du+soir&utm_campaign=6f7bc2adf4-EMAIL_CAMPAIGN_2019_10_30_03_39&utm_medium=email&utm_term=0_aa1a13ef81-6f7bc2adf4-114834105 

Posté par Choubine à 00:01 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 4 novembre 2019

Seul ou entourée

  • Harold Lebel s’est retrouvé seul au Mexique après avoir passé une campagne électorale intense et entourée de dizaines de personnes. Seul, l’anxiété l’a envahie.
    (Brigitte Breton, dans Le Soleil du 24 octobre 2019.)

Première phrase

La campagne électorale n'a pas été à la fois intense et entourée de dizaines de personnes; c'est plutôt Harold Lebel qui a été très entouré pendant une campagne intense.

Deuxième phrase

L'adjectif seul est correctement accordé : c'est Harold Lebel qui était seul, et non pas l'anxiété. La construction de la phrase laisserait cependant croire le contraire, parce que l'épithète placée au début devrait normalement se rapporter au sujet du verbe. On peut éliminer le problème en ayant recours à la forme passive (Seul, il a été envahi par l'anxiété) ou en supprimant la répétition de seul.

L'anxiété a envahi qui ou quoi? Certainement pas la campagne, mais le député.

On aurait pu écrire :

Harold Lebel s’est retrouvé seul au Mexique après avoir passé une campagne électorale intenseentouré de dizaines de personnes. Seul, L’anxiété l’a envahi.

Après avoir passé une campagne électorale intense, entouré de dizaines de personnes, Harold Lebel s'est retrouvé seul au Mexique. Seul, L'anxiété l'a envahi.

Line Gingras
Québec

« Ces enfants roulés en boule » : https://www.lesoleil.com/chroniques/ces-enfants-roules-en-boule-4b32f32d7a0fa7c6d2302ff3895b3802

Posté par Choubine à 00:01 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]