Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

samedi 25 janvier 2020

L'éloge ou les carnets?

  • Car chez Gallimard c’est bien le journal de ce mondain vaniteux et creux, plus que n’importe quoi d’autre de lui, qu’on avait décidé de soutenir depuis quarante ans. Ses romans assommants, Gallimard les a laissés à d’autres. Ils sont publiés à l’enseigne des éditions de La Table ronde, une maison ancrée à droite qu’elle a fini par racheter. L’éloge de la pédophilie qu’expose Matzneff dans ses carnets, c’est bien sous le chapiteau principal de Gallimard qu’on les a fait mousser durant toutes ces années.
    (Jean-François Nadeau, dans Le Devoir du 13 janvier 2020.)

On a fait mousser quoi? À cette question, la construction de la phrase impose de répondre « l'éloge de la pédophilie »; mais dans ce cas, éloge devrait être représenté par un pronom singulier :

L’éloge de la pédophilie qu’expose Matzneff dans ses carnets, c’est bien sous le chapiteau principal de Gallimard qu’on l'a fait mousser durant toutes ces années.

À la lumière du contexte, je crois cependant que le chroniqueur voulait plutôt parler des carnets que publiait Gallimard. L'idée pouvait être rendue de la façon suivante :

Les carnets de Matzneff, où il expose son éloge de la pédophilie, c’est bien sous le chapiteau principal de Gallimard qu’on les a fait mousser durant toutes ces années.

Line Gingras
Québec

« En enfer » : https://www.ledevoir.com/opinion/chroniques/570672/censure-en-enfer?utm_source=infolettre-2020-01-13&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Posté par Choubine à 00:01 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire