Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

29-12-2019

Une idée de génie

  • « La grande idée de génie que j’ai eu, c’était que [SNC-Lavalin] puisse lui faire cette formation-là », a-t-il expliqué.
    (Améli Pineda, dans Le Devoir du 20 décembre 2019.)

J'ai eu quoi? pas un génie, mais une idée de génie :

« La grande idée de génie que j’ai eue, c’était que [SNC-Lavalin] puisse lui faire cette formation-là », a-t-il expliqué.

Line Gingras
Québec

« La "SNC-Lavalin University", "une idée de génie" » : https://www.ledevoir.com/societe/569480/snc-lavalin-university?utm_source=infolettre-2019-12-20&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Posté par Choubine à 00:01:00 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

28-12-2019

Varier les expressions, mais non les graphies

  • Malgré tout, les mesures mises en place n’ont pas suffi à éviter la tragédie. Qu’en est-il du filet de sécurité mis en place pour les victimes de violences conjugales? [...]

    En entrevue à 24/60, Manon Monastesse, directrice générale de la Fédération des maisons d’hébergement pour femmes, déplorait l’insuffisance des ressources d’accompagnement offertes aux victimes de violence conjugale [...]
    (Aurélie Lanctôt, dans Le Devoir du 20 décembre 2019.)

Je conseillerais d'écrire violence conjugale partout au singulier :

Malgré tout, les mesures prises n’ont pas suffi à éviter la tragédie. Qu’en est-il du filet de sécurité mis en place pour les victimes de violence conjugale? [...]

En entrevue à 24/60, Manon Monastesse, directrice générale de la Fédération des maisons d’hébergement pour femmes, déplorait l’insuffisance des ressources d’accompagnement offertes aux victimes de violence conjugale [...]

Line Gingras
Québec

« Ce qui nous glisse entre les doigts » : https://www.ledevoir.com/opinion/chroniques/569504/ce-qui-nous-glisse-entre-les-doigts?utm_source=infolettre-2019-12-20&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Posté par Choubine à 00:01:00 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

27-12-2019

Un employé doré

  • Le conférencier avait une liste de sept suggestions de choses essentielles à faire. La septième proposait de s’engager dans l’économie de partage.
    (Stéphane Baillargeon, dans Le Devoir du 19 décembre 2019.)

La suggestion proposait...? On aurait pu écrire :

Le conférencier avait une liste de sept suggestions de choses essentielles à faire. La septième était de s’engager dans l’économie de partage.

Le conférencier avait une liste de sept suggestions de choses essentielles à faire. La septième consistait à s’engager dans l’économie de partage.

  • Une catégorisation sociologique citée dans un mémoire de maîtrise récent sur le secteur distingue cinq types de livreurs à vélo : le poseur, le papillon, le novice, le vétéran et le golden boy. Il faut passer à travers au moins un hiver pour passer le stade du novice. M. Lamoureux-Pelletier, sur ses pédales depuis cinq bonnes années, est un employé doré, fiable, performant, expérimenté.

Un employé doré, cela ne veut rien dire, les livreurs à vélo ayant très peu à voir avec la jeunesse dorée. Dans le cas présent, je suggérerais de rendre golden boy par employé étoile :

Une catégorisation sociologique citée dans un mémoire de maîtrise récent sur le secteur distingue cinq types de livreurs à vélo : le poseur, le papillon, le novice, le vétéran et le golden boy. Il faut traverser au moins un hiver pour dépasser le stade du novice. M. Lamoureux-Pelletier, sur ses pédales depuis cinq bonnes années, est un employé étoile, fiable, performant, expérimenté.

Dans la langue familière, on pourrait parler d'un employé en or.

Line Gingras
Québec

« Le tout et le rien de la livraison à vélo » : https://www.ledevoir.com/societe/569351/portrait-de-la-coursiere-a-velo-a-montreal-sous-la-neige?utm_source=infolettre-2019-12-19&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Posté par Choubine à 00:01:00 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

26-12-2019

Rien qui ne bouge

  • Elle, toujours égale à elle-même, plantée bien droite sur un bout de carton, devant le même Jean Coutu, toujours précisément au même endroit, la main serrant une tasse Tim Hortons comme si sa vie en dépendait, le regard fixe, rien qui ne bouge, une véritable statue.
    (Francine Pelletier, dans Le Devoir du 18 décembre 2019.)

Rien qui bouge = il n'y a rien qui bouge = rien ne bouge.

Rien qui ne bouge = il n'y a rien qui ne bouge = tout bouge.

Il fallait écrire :

Elle, toujours égale à elle-même, plantée bien droite sur un bout de carton, devant le même Jean Coutu, toujours précisément au même endroit, la main serrant une tasse Tim Hortons comme si sa vie en dépendait, le regard fixe, rien qui bouge, une véritable statue.

Line Gingras
Québec

« La petite femme aux allumettes » : https://www.ledevoir.com/opinion/chroniques/569288/la-petite-femme-aux-allumettes?utm_source=infolettre-2019-12-18&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Posté par Choubine à 00:01:00 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

25-12-2019

Rien

  • Depuis, et malgré la litanie de récriminations, rien n’ait été fait.
    (Marie-Andrée Chouinard, dans Le Devoir du 18 décembre 2019.)

Depuis, et malgré la litanie de récriminations, rien n’a été fait.

On écrirait cependant : Depuis, on déplore que rien n’ait été fait.

Line Gingras
Québec

« Peuple oublié » : https://www.ledevoir.com/opinion/editoriaux/569297/eau-potable-peuple-oublie?utm_source=infolettre-2019-12-18&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Posté par Choubine à 00:01:00 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [2] - Permalien [#]

24-12-2019

L'agriculture de substance

Substance, subsistance; agriculture de substance, agriculture de subsistance; paronymes.

  • [...] entre 65 % et 75 % des paysans s’en remettent à l’agriculture de substance pour nourrir la famille [...]
    (Guy Taillefer, dans Le Devoir du 17 décembre 2019.)

Le journaliste voulait certainement parler de l'agriculture de subsistance, par laquelle les paysans s'efforcent de produire suffisamment de nourriture pour eux-mêmes et pour leurs familles :

[...] entre 65 % et 75 % des paysans s’en remettent à l’agriculture de subsistance pour nourrir la famille [...]

Line Gingras
Québec

« Garder la tête hors de l’eau au Honduras » : https://www.ledevoir.com/monde/ameriques/569236/le-devoir-au-honduras-garder-la-tete-hors-de-l-eau-au-honduras?utm_source=infolettre-2019-12-17&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Posté par Choubine à 00:01:00 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

23-12-2019

Il avait contracté quoi?

  • L’homme de 38 ans a accumulé un retard important dans le paiement de l’hypothèque qu’il avait contracté auprès de son ex-employeur pour acheter la résidence.
    (Philippe Teisceira-Lessard dans le site de La Presse, le 16 décembre 2019.)

Il avait contracté quoi? Pas un retard ni un paiement, mais une hypothèque :

L’homme de 38 ans a accumulé un retard important dans le paiement de l’hypothèque qu’il avait contractée auprès de son ex-employeur pour acheter la résidence.

Line Gingras
Québec

« Vol de données : Desjardins menace de s’emparer de la maison du suspect » : https://www.lapresse.ca/affaires/entreprises/201912/16/01-5253976-vol-de-donnees-desjardins-menace-de-semparer-de-la-maison-du-suspect.php

Posté par Choubine à 00:01:00 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]