Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

dimanche 8 décembre 2019

Le personnel et leur milieu de travail

  • Il souligne que, parmi les facteurs contribuant au problème de rétention et d’attraction du personnel soignant, le degré de beauté de leur milieu de travail est loin d’être en haut de la liste.
    (Annabelle Caillou, dans Le Devoir du 27 novembre 2019.)

L'adjectif ou déterminant possessif leur ne peut pas renvoyer à un possesseur singulier. On pouvait écrire :

Il souligne que, parmi les facteurs contribuant au problème de rétention et d’attraction du personnel soignant, le degré de beauté du milieu de travail est loin d’être en haut de la liste.

Line Gingras
Québec

« Nouvelles Maisons d’aînés, même pénurie de personnel » : https://www.ledevoir.com/societe/sante/567841/le-projet-de-maisons-des-aines-se-met-en-branle?utm_source=infolettre-2019-11-27&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Posté par Choubine à 00:01 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 7 décembre 2019

Un partisant, une partisante?

Partisan, partisant, partisane, partisante; orthographe; usage.

  • Les partisants prodémocratie sont allés appuyer la poignée de manifestants retranchés dans l’Université polytechnique.
    (Légende d'une photo de Dale De La Rey, AFP, accompagnant un article de Stéphane Baillargeon dans Le Devoir du 26 novembre 2019.)

On écrit un partisan, une partisane. Le féminin partisante s'utilise cependant, surtout adjectivement, dans la langue familière (Petit Robert) ou populaire (Grand Robert) :

Elle est farouchement partisane (bien qu'elle emploie partisante) des laxatifs naturels, Mme Bérurier. (San-Antonio, dans le Grand Robert.)

Au masculin pluriel, il faudrait lire partisans :

Les partisans prodémocratie sont allés appuyer la poignée de manifestants retranchés dans l’Université polytechnique.

Le mot n'est pas visé par les rectifications de l'orthographe.

Line Gingras
Québec

« À Hong Kong, la révolte a gagné les urnes, et puis après? » : https://www.ledevoir.com/monde/asie/567780/a-hong-kong-la-revolte-a-gagne-les-urnes-et-puis-apres?utm_source=infolettre-2019-11-26&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Posté par Choubine à 00:01 - Langue et traduction - Commentaires [1] - Permalien [#]

vendredi 6 décembre 2019

Le reste

  • Le reste de la chambre des conseillers sera divisée entre des représentants alignés avec la Chine continentale et d’autres dits indépendants.
    (Stéphane Baillargeon, dans Le Devoir du 25 novembre 2019.)

Le reste de la chambre des conseillers sera divisé entre des représentants alignés avec la Chine continentale et d’autres dits indépendants.

  • Au moins cinq jeunes gagnants désignés sont liés au mouvement de manifestations de septembre 2014, celui dit des parapluies, antérieurs aux actuelles protestations.

Ce ne sont pas les parapluies qui sont antérieurs aux actuelles protestations, mais le mouvement dit des parapluies :

Au moins cinq jeunes gagnants désignés sont liés au mouvement de manifestations de septembre 2014, celui dit des parapluies, antérieur aux actuelles protestations.

Line Gingras
Québec

« Vague pro-démocratie dans les urnes hongkongaises » : https://www.ledevoir.com/monde/asie/567717/place-aux-urnes-a-hong-kong?utm_source=infolettre-2019-11-25&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Posté par Choubine à 00:01 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 5 décembre 2019

Elle faisait jolie

Faire joli, variable ou invariable; grammaire; orthographe.

  • De son côté, l’écologie prônée par Guilbeault n’avait pas encore la cote. Pour beaucoup de personnes, qui semblent parfois s’être reproduites depuis, elle faisait tout au plus jolie, avec ses affiches patiemment colorées à la main et ses appels à un monde meilleur.
    (Jean-François Nadeau, dans Le Devoir du 25 novembre 2019.)

Dans l'expression faire joli, joli est adverbe et invariable :

Ces tableaux font joli sur ce mur. (Petit Robert.)

Il fallait écrire :

De son côté, l’écologie prônée par Guilbeault n’avait pas encore la cote. Pour beaucoup de personnes, qui semblent parfois s’être reproduites depuis, elle faisait tout au plus joli, avec ses affiches patiemment colorées à la main et ses appels à un monde meilleur.

Line Gingras
Québec

« Le façadisme » : https://www.ledevoir.com/opinion/chroniques/567725/le-facadisme?utm_source=infolettre-2019-11-25&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Posté par Choubine à 00:01 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 4 décembre 2019

En parallèle

  • Dans Pour une cinémathèque égyptienne, l’Égyptienne Marwa El Sahn, directrice du Centre d’activités francophones de la Bibliothèque d’Alexandrie, étudie l’industrie du cinéma en Égypte et les efforts pour créer une cinémathèque égyptienne en parallèle avec une étude comparative réalisée dans quatre pays (Suède, France, Canada et Thaïlande).
    (May Telmissany, dans Le Devoir du 23 novembre 2019.)

Elle étudie... en parallèle avec une étude? On aurait pu écrire :

Dans Pour une cinémathèque égyptienne, l’Égyptienne Marwa El Sahn, directrice du Centre d’activités francophones de la Bibliothèque d’Alexandrie, se penche sur l’industrie du cinéma en Égypte et les efforts pour créer une cinémathèque égyptienne, et réalise en parallèle une étude comparative dans quatre pays (Suède, France, Canada et Thaïlande).

Line Gingras
Québec

« Francophonie arabe » : https://www.ledevoir.com/opinion/chroniques/567560/francophonie-arabe?utm_source=infolettre-2019-11-23&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Posté par Choubine à 00:01 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 3 décembre 2019

Il se presse à dépenser

Se presser à + infinitif, se presser de + infinitif; se presser à ou de + infinitif; grammaire; syntaxe; prépositions.

  • Cette prolifération, qui s’est produite au détriment des subventions issues de programmes aux critères définis, dit « normés », s’est amorcée dès que Dominique Anglade a pris les rênes du ministère début 2016.
    (Robert Dutrisac, dans Le Devoir du 22 novembre 2019.)

Dit, participe passé adjectif, est variable :

Je possédais une petite cheminée de fonte émaillée, dite, je ne sais pourquoi, cheminée prussienne. (G. Duhamel dans le Grand Robert.)

Il fallait écrire :

Cette prolifération, qui s’est produite au détriment des subventions issues de programmes aux critères définis, dits « normés », s’est amorcée dès que Dominique Anglade a pris les rênes du ministère début 2016.


  • Avant son arrivée, la part des subventions hors normes, qui doivent faire l’objet d’un décret du Conseil des ministres, et celles qui provenaient de programmes établis s’équivalaient.

Une part équivalait à une autre. On pouvait écrire, par exemple :

Avant son arrivée, la part des subventions hors normes, qui doivent faire l’objet d’un décret du Conseil des ministres, et celle des subventions qui provenaient de programmes établis s’équivalaient.

Avant son arrivée, la part des subventions hors normes, qui doivent faire l’objet d’un décret du Conseil des ministres, équivalait à celle des subventions qui provenaient de programmes établis. s’équivalaient.


  • [...] il se presse à dépenser en engageant une partie de ces surplus dans des dépenses futures.

On se presse de faire quelque chose :

[...] des faneurs se pressaient de mettre le foin en tas [...] (M. Aymé dans le Grand Robert, à l'article « surprendre ».)

Je leur parlais, ils ne se pressaient pas de comprendre [...] (Sartre dans le Trésor de la langue française informatisé, à l'article « presser ».)

Il faudrait lire :

[...] il se presse de dépenser en engageant une partie de ces surplus dans des dépenses futures.

Line Gingras
Québec

« Pressé de dépenser » : https://www.ledevoir.com/opinion/editoriaux/567604/subventions-hors-normes-presse-de-depenser?utm_source=infolettre-2019-11-22&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Posté par Choubine à 00:01 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 2 décembre 2019

Cette petite inquiétude

  • On sort de la salle avec le sentiment que la victoire de Dreyfus ne tenait qu’à cette petite inquiétude dans le coeur d’un homme complexe qui n’était pas exempt de préjugés et qui, à un certain moment, lui a fait choisir la vérité et non le mensonge.
    (Christian Rioux, dans Le Devoir du 22 novembre 2019.)

Les deux propositions relatives, coordonnées par et, semblent se rattacher à un homme complexe, ce qui est absurde dans le second cas : ce n'est évidemment pas un homme complexe qui a fait choisir à lui-même la vérité et non le mensonge, mais plutôt cette petite inquiétude.

On aurait pu écrire :

On sort de la salle avec le sentiment que la victoire de Dreyfus ne tenait qu’à cette petite inquiétude dans le coeur d’un homme complexe qui n’était pas exempt de préjugés, inquiétude qui, à un certain moment, lui a fait choisir la vérité et non le mensonge.

On sort de la salle avec le sentiment que la victoire de Dreyfus ne tenait qu’à cette petite inquiétude dans le coeur d’un homme complexe qui n’était pas exempt de préjugés, laquelle, à un certain moment, lui a fait choisir la vérité et non le mensonge.

On sort de la salle avec le sentiment que la victoire de Dreyfus ne tenait qu’à cette petite inquiétude dans le coeur d’un homme complexe qui n’était pas exempt de préjugés; cette inquiétude, à un certain moment, lui a fait choisir la vérité et non le mensonge.

Line Gingras
Québec

« Dreyfus aujourd'hui » : https://www.ledevoir.com/opinion/chroniques/567564/dreyfus-aujourd-hui?utm_source=infolettre-2019-11-22&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Posté par Choubine à 00:01 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]