Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

dimanche 24 novembre 2019

Si ça se trouve

  • Dans la boîte, se trouve aussi des petits vêtements [...] et quelques accessoires.
    (Isabelle Mathieu dans le site du Soleil, le 18 novembre 2019.)

Des vêtements et des accessoires se trouvent aussi dans la boîte. Le verbe doit s'accorder avec les sujets inversés :

Dans la boîte se trouvent aussi des petits vêtements [...] et quelques accessoires.

Line Gingras
Québec

« Procès de l’ex-avocat Antoine Gagnon : une poupée-enfant érotique exhibée en salle d'audience » : https://www.lesoleil.com/actualite/justice-et-faits-divers/proces-de-lex-avocat-antoine-gagnon-une-poupee-enfant-erotique-exhibee-en-salle-daudience-2ac3e42561b00a3baddcba2cd2f04570?utm_source=omerlo&utm_medium=mailer&utm_campaign=Aujourd%E2%80%99hui+le+19+novembre+2019

Posté par Choubine à 00:01 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 23 novembre 2019

Notamment...

  • C’est le cas dans le Bas-Saint-Laurent : la désignation de sept sites est appuyée par les collectivités locales, notamment celui des monts Chic-Chocs.
    (Robert Dutrisac, dans Le Devoir du 16 novembre 2019.)

Il ne s'agit pas de la collectivité des monts Chic-Chocs, mais, comme l'indique le pronom celui, du site des monts Chic-Chocs. La phrase serait plus claire si l'on avait écrit :

C’est le cas dans le Bas-Saint-Laurent : la désignation de sept sites, notamment celui des monts Chic-Chocs, est appuyée par les collectivités locales.


  • Cette désignation faciliterait l’atteinte des objectifs de 2030 et permettait d’inclure des territoires légèrement « altérés » qui pourraient jouxter des aires strictement protégées.

Cette désignation faciliterait l’atteinte des objectifs de 2030 et permettrait d’inclure des territoires légèrement « altérés » qui pourraient jouxter des aires strictement protégées.

Line Gingras
Québec

« De calibre mondial » : https://www.ledevoir.com/opinion/editoriaux/567180/aires-protegees-de-calibre-mondial?utm_source=infolettre-2019-11-16&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Posté par Choubine à 00:01 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 22 novembre 2019

Interpeller

Interpeller, désigner; usage.

  • Cette possibilité de choisir son nom ou son prénom est beaucoup plus répandue sur les campus américains. Les étudiants peuvent même choisir un pronom que les autres membres de la communauté universitaire doivent utiliser pour les interpeller : he, she, they, ou ze, par exemple.
    (Marco Fortier, dans Le Devoir du 16 novembre 2019.)

Interpeller une personne, ce n'est pas parler d'elle, mais s'adresser à elle « d'une façon plus ou moins brusque » (Grand Robert); on utilise donc un pronom de la deuxième personne (you en anglais, tu ou vous en français, sans distinction de sexe), et non pas de la troisième :

Valérien, tu es encore en retard!

Mademoiselle, pourriez-vous m'aider?

Il faudrait lire :

Cette possibilité de choisir son nom ou son prénom est beaucoup plus répandue sur les campus américains. Les étudiants peuvent même choisir un pronom que les autres membres de la communauté universitaire doivent utiliser pour les désigner : he, she, they, ou ze, par exemple.

Line Gingras
Québec

« Ni homme ni femme : "autre" » : https://www.ledevoir.com/societe/education/567162/ni-homme-ni-femme-autre?utm_source=infolettre-2019-11-16&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Posté par Choubine à 00:01 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 21 novembre 2019

Question de génération

Pas une fois et la négation ne; grammaire; syntaxe.

  • Voilà l’intérêt premier du truc : « Ok boomer » nous en dit plus sur l’humour, l’esprit et les codes de communication d’une génération que sur leur ressentiment à l’égard des baby-boomers, ou toute autre génération les ayant précédés.
    (Aurélie Lanctôt, dans Le Devoir du 15 novembre 2019.)

Deux observations liées :

Génération est un nom collectif, mais quand même un nom singulier; on parlera donc de son ressentiment.

Grammaticalement, les ayant précédés ne peut renvoyer qu'aux baby-boomers; mais la chroniqueuse a-t-elle vraiment voulu dire « ou toute autre génération ayant précédé les baby-boomers »? Je soupçonne qu'il s'agit plutôt de toute génération ayant précédé celle des millénariaux (je pense en particulier à la génération X); cette idée ne peut être rendue que par un singulier renvoyant à « une génération ».

Il faudrait lire à mon avis :

Voilà l’intérêt premier du truc : « Ok boomer » nous en dit plus sur l’humour, l’esprit et les codes de communication d’une génération que sur son ressentiment à l’égard des baby-boomers, ou de toute autre génération l'ayant précédée.


  • C’est l’autre élément essentiel : les différences socioéconomiques, politiques et culturelles à l’intérieur d’une même génération sont plus significatives que celles qui les distinguent. Les générations, après tout, sont arbitrairement définies, en faisant abstraction, notamment, des fractures de classe qui, elles, se reproduisent au fil du temps.

Le pronom les devrait renvoyer à un pluriel. Je proposerais une légère reformulation :

C’est l’autre élément essentiel : les différences socioéconomiques, politiques et culturelles à l’intérieur d’une même génération sont plus significatives que celles qui existent entre les générations. Celles-ci, après tout, sont arbitrairement définies, en faisant abstraction, notamment, des fractures de classe qui, elles, se reproduisent au fil du temps.


  • Pas une fois on a relevé l’humour, l’ironie derrière « Ok boomer. »

Encore deux observations :

Pas une fois appelle la négation ne :

Pas une fois il n'est venu. (Petit Robert, à l'article « un, une ».)

Pas une fois on ne les voit souffrir [...] (Flaubert dans le Grand Robert, à l'article « mannequin ».)

Les guillemets encadrant une expression insérée dans la phrase (« Ok boomer »), le point final doit se placer après le guillemet fermant.

Il fallait écrire :

Pas une fois on n'a relevé l’humour, l’ironie derrière « Ok boomer ».

Line Gingras
Québec

« Ok boomer » : https://www.ledevoir.com/opinion/chroniques/567091/ok-boomer?utm_source=infolettre-2019-11-15&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Posté par Choubine à 00:01 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 20 novembre 2019

L'avenue, le boulevard, l'autoroute...

  • Même après avoir proclamé un changement de ton et l’avenue d’une nouvelle époque [...]
    (Francine Pelletier, dans Le Devoir du 13 novembre 2019.)

Même après avoir proclamé un changement de ton et la venue d’une nouvelle époque [...]

Line Gingras
Québec

« Repartir à neuf » : https://www.ledevoir.com/opinion/chroniques/566861/repartir-a-neuf

Posté par Choubine à 00:01 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 19 novembre 2019

La lettre et l'esprit

  • Par-delà le caractère ridicule de la décision transparaît cette approche tatillonne, axée sur les détails et la lettre, plutôt que sur l’esprit des lois et les règlements.
    (Pierre Trudel, dans Le Devoir du 12 novembre 2019.)

Par-delà le caractère ridicule de la décision transparaît cette approche tatillonne, axée sur les détails et la lettre, plutôt que sur l’esprit des lois et des règlements.

  • On vise alors à apporter une solution appropriée à la situation visée par le règlement.

On cherche alors à apporter une solution appropriée à la situation visée par le règlement.

On s'efforce alors d'apporter une solution appropriée à la situation visée par le règlement.

Line Gingras
Québec

« Appliquer le règlement jusqu’à l’absurde » : https://www.ledevoir.com/opinion/chroniques/566799/appliquer-le-reglement-jusqu-a-l-absurde?utm_source=infolettre-2019-11-12&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Posté par Choubine à 00:01 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 18 novembre 2019

La connaissance de Thierry Dimanche de la mycologie

  • Par-dessus tout, c’est la connaissance évidente, et surtout intime, de Thierry Dimanche de la mycologie et de ses effets sur les hommes qui fait de Cercles de feu un roman à part, comme les champignons le sont dans les écosystèmes.
    (Chantal Guy, dans La Presse du 10 novembre 2019.)

Ces deux compléments d'un même nom, mis côte à côte pour marquer des rapports différents, ne me semblent pas idiomatiques. Je suggérerais un étoffement :

Par-dessus tout, c’est la connaissance évidente, et surtout intime, que possède Thierry Dimanche de la mycologie et de ses effets sur les hommes qui fait de Cercles de feu un roman à part, comme les champignons le sont dans les écosystèmes.

Line Gingras
Québec

« Histoires de champignons » : https://www.lapresse.ca/arts/litterature/201911/09/01-5249094-histoires-de-champignons.php

Posté par Choubine à 00:01 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]