Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

dimanche 17 novembre 2019

Il vante à écorner les boeufs

Vanter, venter; homonymes; orthographe.

  • S’il faisait pas beau hier, il fait vraiment pas beau, aujourd’hui. Il vante à écorner les bœufs ou, pour les végétariens, il vante à faire voler le tofu.
    (Stéphane Laporte, dans La Presse du 9 novembre 2019.)

Il y a vanter et venter; on se vante d'un bon coup, on vante la cuisine de sa mère, mais il vente plus ou moins fort :

S’il faisait pas beau hier, il fait vraiment pas beau, aujourd’hui. Il vente à écorner les bœufs ou, pour les végétariens, il vente à faire voler le tofu.

Line Gingras
Québec

« La panne » : https://www.lapresse.ca/actualites/201911/08/01-5249017-la-panne.php

Posté par Choubine à 00:01 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 16 novembre 2019

De forts mauvais souvenirs

Forts ou fort; adjectif ou adverbe; grammaire; orthographe.

  • [...] rappelant de forts mauvais souvenirs à beaucoup de Chiliens.
    (François Brousseau, dans Le Devoir du 11 novembre 2019.)

Il ne s'agit pas de souvenirs forts, mais de très mauvais souvenirs; fort est ici adverbe et invariable :

[...] rappelant de fort mauvais souvenirs à beaucoup de Chiliens.

Line Gingras
Québec

« Colères latino-américaines » : https://www.ledevoir.com/opinion/chroniques/566746/coleres-latino?utm_source=infolettre-2019-11-11&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Posté par Choubine à 00:01 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 15 novembre 2019

Contraint d'être forcé

  • Cela dit, plusieurs doutent que M. Jolin-Barrette parvienne à atteindre ses cibles en immigration après s’être vu contraint d’évaluer les 18 000 demandes d’immigration non traitées à son arrivée aux commandes du ministère de l’Immigration à l’hiver 2019, et d’être forcé d’élargir l’accès au PEQ plus qu’il entendait le faire.
    (Marco Bélair-Cirino et Guillaume Lepage, dans Le Devoir du 9 novembre 2019.)

Le ministre se serait vu contraint d'évaluer ... et d'être forcé? On a plutôt voulu dire :

Cela dit, plusieurs doutent que M. Jolin-Barrette parvienne à atteindre ses cibles en immigration après s’être vu contraint d’évaluer les 18 000 demandes d’immigration non traitées à son arrivée aux commandes du ministère de l’Immigration à l’hiver 2019, et forcé d’élargir l’accès au PEQ plus qu’il entendait le faire.

Cela dit, plusieurs doutent que M. Jolin-Barrette parvienne à atteindre ses cibles en immigration après s’être vu contraint d’évaluer les 18 000 demandes d’immigration non traitées à son arrivée aux commandes du ministère de l’Immigration à l’hiver 2019, et d’élargir l’accès au PEQ plus qu’il entendait le faire.

Line Gingras
Québec

« Legault renvoie Jolin-Barrette à sa table à dessin » : https://www.ledevoir.com/politique/quebec/566653/le-gouvernement-legault-suspend-l-entree-en-vigueur-des-nouvelles-regles?utm_source=infolettre-2019-11-09&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Posté par Choubine à 00:01 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [1] - Permalien [#]

jeudi 14 novembre 2019

Conditions indignes

  • M. Bernier a dénoncé, en particulier, les « conditions indignes auxquels sont soumis ceux qui doivent quitter les centres jeunesse à 18 ans ».
    (Jean-François Nadeau, dans Le Devoir du 7 novembre 2019.)

M. Bernier a dénoncé, en particulier, les « conditions indignes auxquelles sont soumis ceux qui doivent quitter les centres jeunesse à 18 ans ».

  • La plupart du temps, c’est ce qui arrive dans le système québécois : de jeunes gens déjà bien peu favorisés par la vie se retrouvent à « devoir réfléchir en continu à comment trouver à se loger et payer leur loyer, au point d’être forcé de vivre dans des environnements toxiques. »

Deux observations

  1. Le participe passé forcé doit s'accorder avec jeunes gens, sujet implicite du verbe être.
  2. La citation ne constitue pas une phrase complète, mais se trouve insérée à l'intérieur d'une phrase; le guillemet fermant doit donc se placer devant le point final.

Il faudrait lire :

La plupart du temps, c’est ce qui arrive dans le système québécois : des jeunes gens déjà bien peu favorisés par la vie se retrouvent à « devoir réfléchir en continu à comment trouver à se loger et payer leur loyer, au point d’être forcés de vivre dans des environnements toxiques ».

Line Gingras
Québec

« Le système de protection de l’enfance, lui aussi, est mal en point » : https://www.ledevoir.com/societe/566451/la-mediocrite-du-systeme-de-protection-de-l-enfance?utm_source=infolettre-2019-11-07&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Posté par Choubine à 00:01 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 13 novembre 2019

L'établissement des travailleurs et les étudiants

  • Il a été mis sur pied pour faciliter l’établissement permanent des travailleurs temporaires qui occupent un emploi au Québec depuis plus d’un an et les étudiants étrangers ayant décroché un diplôme québécois.
    (Laura-Julie Perreault, dans La Presse du 7 novembre 2019.)

Il a été mis sur pied pour faciliter l’établissement permanent des travailleurs temporaires qui occupent un emploi au Québec depuis plus d’un an et des étudiants étrangers ayant décroché un diplôme québécois.

Line Gingras
Québec

« Réforme de l'immigration : Jolin-Barrette seul sur son île » : https://www.lapresse.ca/debats/editoriaux/201911/06/01-5248632-reforme-de-limmigration-jolin-barrette-seul-sur-son-ile.php

Posté par Choubine à 00:01 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 12 novembre 2019

En solidarité à

En solidarité à, en solidarité avec; préposition; grammaire; syntaxe.

  • Des femmes porteront un coton ouaté mardi prochain en solidarité à la députée Catherine Dorion, critiquée pour son habillement à l’Assemblée nationale.
    (Thomas Dufour dans le site de La Presse, le 9 novembre 2019.)

Je lis dans le Multidictionnaire que le nom solidarité « se construit avec entre ou avec » :

La solidarité avec les grévistes, la solidarité entre les membres d'une équipe.

Je n'ai effectivement pas trouvé solidarité à dans le Robert ni dans le Trésor de la langue française informatisé, qui admettent plutôt solidarité avec :

Solidarité avec nos camarades! (Petit Robert, à l'article « solidarité ».)

Attitude de solidarité avec le tiers-monde. (Petit Robert, définition de « tiers-mondisme ».)

On les a contraints de se penser juifs, on les a amenés à prendre conscience de leur solidarité avec les autres juifs. (Sartre dans le Trésor, à l'article « penser ».)

En octobre 1940, le Japon avait signé le pacte tripartite, proclamant sa menaçante solidarité avec Berlin et avec Rome. (De Gaulle dans le Trésor, à l'article « triparti, -ie, tripartite ».)

Il fallait écrire :

Des femmes porteront un coton ouaté mardi prochain en solidarité avec la députée Catherine Dorion, critiquée pour son habillement à l’Assemblée nationale.


  •  « Le corps des femmes ne vous appartient pas. Le choix vestimentaire des femmes ne vous appartient pas », on écrit les organisatrices de l’évènement sur Facebook.

L'orthographe et la prononciation marquent la différence entre on écrit aux organisatrices et ont écrit les organisatrices, entre le pronom indéfini et l'auxiliaire avoir.

Il faudrait lire :

« Le corps des femmes ne vous appartient pas. Le choix vestimentaire des femmes ne vous appartient pas », ont écrit les organisatrices de l’évènement sur Facebook.


  • « Ça suffit. Les femmes portent une multitude de vêtements au travail comme bon leur semble. Elles savent ce qui est le mieux pour elles. », peut-on lire dans la description de l’évènement.

Comme la phrase se poursuit après la citation, il ne faut pas de point final devant le guillemet fermant :

« Ça suffit. Les femmes portent une multitude de vêtements au travail, comme bon leur semble. Elles savent ce qui est le mieux pour elles », peut-on lire dans la description de l’évènement.

Line Gingras
Québec

« Cotons ouatés en solidarité à Catherine Dorion » : https://www.lapresse.ca/actualites/politique/201911/09/01-5249111-cotons-ouates-en-solidarite-a-catherine-dorion.php

Posté par Choubine à 00:01 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 11 novembre 2019

Ils se sont faits tout pleins d'amis

Se faire + complément d'objet direct; accord du participe passé du verbe pronominal; plein de, pleins de, tout plein de, tout pleins de; grammaire; orthographe.

  • « Ils se sont faits tout pleins d’amis à l’école et dans le quartier [...] »
    (Isabelle Hachey citant Sabr El Djamil Abada, dans La Presse du 5 novembre 2019.)

Lorsque le verbe pronominal a un complément d'objet direct (c.o.d.), c'est avec ce complément, s'il précède le verbe, que s'accorde le participe passé; si le c.o.d. est placé après le verbe, le participe reste invariable :

[...] le Tsar et le Kaiser se sont fait des mamours. (Romains dans le Petit Robert, à l'article « mamours ».)

Dans la locution prépositive plein de ou tout plein de, qui signifie « beaucoup de », plein est adverbe et invariable :

J'ai reçu plein de lettres, tout plein de lettres. (Petit Robert.)

Il fallait écrire :

« Ils se sont fait tout plein d’amis à l’école et dans le quartier [...] »

Line Gingras
Québec

« Ne les trahissez pas » : https://www.lapresse.ca/actualites/201911/04/01-5248369-ne-les-trahissez-pas.php

Posté par Choubine à 00:01 - Langue et traduction - Commentaires [1] - Permalien [#]