Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

dimanche 8 septembre 2019

Une militante de première date

De première date; usage.

  • Elle, militante de première date, lui, militant de la relève : le duo Massé-Nadeau-Dubois avait été choisi par les membres de QS en mai 2017.
    (Améli Pineda, dans Le Devoir du 27 août 2019.)

L'expression de première date ne figure pas dans les dictionnaires que j'ai consultés; on y trouve cependant les locutions de longue date, de vieille date et de la première heure :

Une amitié de vieille date. (Petit Robert, « date ».)

Une camaraderie de longue date. (Grand Robert, « camaraderie ».)

[...] les combattants de la première heure ont seuls le droit d'être les exterminateurs de la dernière. (Hugo dans le Robert, à l'article « exterminateur ».)

J'imagine que dans son esprit, comme dans l'esprit de beaucoup de socialistes de la première heure, il y avait lutte entre les formules intransigeantes du début et les nécessités nouvelles du parti agrandi. (Jaurès dans le Trésor de la langue française informatisé, à l'article « premier ».)

La journaliste aurait pu écrire :

Elle, militante de la première heure, lui, militant de la relève : le duo Massé-Nadeau-Dubois avait été choisi par les membres de QS en mai 2017.

Line Gingras
Québec

« La nouvelle approche de la vieille garde de QS » : https://www.ledevoir.com/politique/quebec/561406/la-nouvelle-approche-de-la-vieille-garde-solidaire?utm_source=infolettre-2019-08-27&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Posté par Choubine à 00:01 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 7 septembre 2019

Inquiets par...

Inquiet par, inquiet de; grammaire; syntaxe; préposition.

  • Inquiets par la triade pénurie de main-d’oeuvre, démographie en déclin et population vieillissante, les cégeps souhaitent que s’enclenche un vaste mouvement de production de diplômés.
    (Marie-Andrée Chouinard, dans Le Devoir du 26 août 2019.)

On est inquiet de, et non par, quelque chose qui suscite de la crainte ou de l'incertitude :

Elle est inquiète de votre silence. (Petit Robert.)

[...] trois souverains pareillement inquiets de l'effervescence révolutionnaire qui couvait en Europe. (Martin du Gard dans le Grand Robert, à l'article « effervescence ».)

[...] le général de Castelnau se montra très inquiet de ces attaques. (Joffre dans le Trésor de la langue française informatisé, à l'article « fragilité ».)

Il fallait écrire :

Inquiets de la triade pénurie de main-d’oeuvre, démographie en déclin et population vieillissante, les cégeps souhaitent que s’enclenche un vaste mouvement de production de diplômés.

J'ai déjà abordé cette question.

Line Gingras
Québec

« Éducation : la réussite n'est pas un saucisson » : https://www.ledevoir.com/opinion/editoriaux/561340/education-la-reussite-n-est-pas-un-saucisson?utm_source=infolettre-2019-08-26&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Posté par Choubine à 00:01 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 6 septembre 2019

Il est réticent de les rapatrier

Être réticent de faire quelque chose, être réticent à faire quelque chose; être réticent à ou de + infinitif; grammaire; syntaxe; prépositions.

  • Si tel est le cas, on comprend que le gouvernement soit réticent de rapatrier ceux qui restent en Syrie.
    (Konrad Yakabuski, dans Le Devoir du 24 août 2019.)

Selon le Trésor de la langue française informatisé, on est réticent à faire quelque chose. Marie-Éva de Villers fait observer : « L'adjectif se construit avec la préposition à. » Je trouve d'ailleurs les exemples suivants :

Réticent à se confier. (Petit Robert.)

Réticent à s'engager immédiatement. (Grand Robert.)

Il est réticent à s'engager. (Hanse-Blampain.)

Elle n'a pas été réticente à nous informer. (Multidictionnaire.)

Il fallait écrire :

Si tel est le cas, on comprend que le gouvernement soit réticent à rapatrier ceux qui restent en Syrie.

Line Gingras
Québec

« Nos djihadistes » : https://www.ledevoir.com/opinion/chroniques/561283/nos-djihadistes?utm_source=infolettre-2019-08-24&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Posté par Choubine à 00:01 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 5 septembre 2019

Des poursuites

  • [...] elles ont peur enfin des poursuites et des coûts que celle-ci pourrait engendrer.
    (Marie-Andrée Chouinard, dans Le Devoir du 23 août 2019.)

[...] elles ont peur enfin des poursuites et des coûts que celles-ci pourraient engendrer.

Line Gingras
Québec

« Signes religieux : heureux retour à la raison » : https://www.ledevoir.com/opinion/editoriaux/561216/signes-religieux-heureux-retour-a-la-raison?utm_source=infolettre-2019-08-23&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Posté par Choubine à 00:01 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 4 septembre 2019

La Norvège et l'Allemagne

  • L’ampleur du phénomène a d’ailleurs incité la Norvège et l’Allemagne à annoncer au cours des derniers jours qu’ils bloqueraient plus de 60 millions de dollars de fonds publics qui étaient destinés au financement d’initiatives de protection de zones boisées du Brésil.
    (Alexandre Shields, dans Le Devoir du 23 août 2019.)

La Norvège et l'Allemagne, ce sont deux féminins :

L’ampleur du phénomène a d’ailleurs incité la Norvège et l’Allemagne à annoncer au cours des derniers jours qu’elles bloqueraient plus de 60 millions de dollars de fonds publics qui étaient destinés au financement d’initiatives de protection de zones boisées du Brésil.

Line Gingras
Québec

« L’Amazonie brûle. La faute à qui? » : https://www.ledevoir.com/societe/environnement/561230/l-amazonie-brule-la-faute-a-qui?utm_source=infolettre-2019-08-23&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Posté par Choubine à 00:01 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 3 septembre 2019

Les conséquences qu'auraient le refus...

Sujet inversé; accord du verbe; grammaire; orthographe d'accord.

  • [...] en insistant sur les conséquences qu’auraient pour eux le refus de leur fils de passer un test polygraphique.
    (Paule Vermot-Desroches, dans Le Nouvelliste du 22 août 2019; texte mis à jour à 19 h 45.)

Les conséquences n'ont pas de refus, mais un refus peut avoir des conséquences; dans la phrase ci-dessus, on a confondu le complément d'objet direct (le pronom relatif qu' représentant les conséquences) et le sujet inversé du verbe avoir. Il fallait écrire :

[...] en insistant sur les conséquences qu’aurait pour eux le refus de leur fils de passer un test polygraphique.

Line Gingras
Québec

« La famille Bettez a vécu "un calvaire" » : https://www.lesoleil.com/actualite/le-fil-groupe-capitales-medias/la-famille-bettez-a-vecu-un-calvaire-2333b855eeded2e755e9a7882c94c5b5

Posté par Choubine à 00:01 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 2 septembre 2019

Qu'est-ce qui est survenu?

  • Depuis des années, M. Bettez était dans la ligne de mire des enquêteurs de la SQ chargés de faire la lumière la disparition et la mort de la fillette de neuf ans, survenue en 2007. Il n’en a toutefois jamais été accusé.
    (Philippe Teisceira-Lessard dans le site de La Presse, le 21 août 2019 à 17 h 9; texte mis à jour à 18 h 27.)

Ce n'est pas la fillette qui est survenue en 2007, mais sa disparition et sa mort :

Depuis des années, M. Bettez était dans la ligne de mire des enquêteurs de la SQ chargés de faire la lumière sur la disparition et la mort de la fillette de neuf ans, survenues en 2007. Il n’en a toutefois jamais été accusé.

Line Gingras
Québec

« Affaire Cédrika Provencher : Jonathan Bettez poursuivra les autorités pour 10 millions » : https://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-faits-divers/201908/21/01-5238198-affaire-cedrika-provencher-jonathan-bettez-poursuivra-les-autorites-pour-10-millions.php

Posté par Choubine à 00:01 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]