Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

samedi 30 novembre 2019

Contrainte au prince?

  • « Nous pensons que personne n’est au-dessus de la loi et que toute personne devrait répondre à des questions s’ils ont des informations pertinentes. Et il [le prince Andrew] a clairement des informations pertinentes », a déclaré Me Lisa Bloom, jeudi, à BBC Radio 4.
    (Florence Biedermann, AFP, dans le site du Devoir, le 21 novembre 2019.)

L'avocate s'exprimait certainement en anglais. Il faudrait lire :

« Nous pensons que personne n’est au-dessus de la loi et que toute personne devrait répondre à des questions si elle a des informations pertinentes. Et il [le prince Andrew] a clairement des informations pertinentes », a déclaré Me Lisa Bloom, jeudi, à BBC Radio 4.


  • La descente aux enfers avait commencé en août avec la publication aux États-Unis de documents de justice dans lesquels une femme, Virginia Roberts, affirme avoir eu à trois occasions des relations sexuelles avec le prince, auquel Epstein l’aurait contrainte, lorsqu’elle avait 17 ans.

Epstein ne l'aurait pas contrainte au prince, mais à des relations sexuelles avec le prince :

La descente aux enfers avait commencé en août avec la publication aux États-Unis de documents de justice dans lesquels une femme, Virginia Roberts, affirme avoir eu à trois occasions des relations sexuelles avec le prince, auxquelles Epstein l’aurait contrainte, lorsqu’elle avait 17 ans.

Line Gingras
Québec

« Le prince Andrew sommé de témoigner dans l’affaire Epstein » : https://www.ledevoir.com/monde/europe/567555/le-prince-andrew-somme-de-temoigner-dans-l-affaire-epstein

Posté par Choubine à 00:01 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 29 novembre 2019

Travaux de voiries en court

En court ou en cours; travaux de voiries ou travaux de voirie; orthographe.

  • Le maire Robert Gauthier mentionne qu’une nouvelle version de ce plan est en court de préparation et qu’il prend bien note des recommandations.
    (Gabriel Delisle, dans Le Nouvelliste du 19 novembre 2019.)

Deux possibilités :

Le maire, Robert Gauthier, mentionne qu’une nouvelle version de ce plan est en cours de préparation et qu’il prend bien note des recommandations.

Le maire, Robert Gauthier, mentionne qu’une nouvelle version de ce plan est en préparation et qu’il prend bien note des recommandations.

  • [...] les travaux de voiries ont aussi fait partie des discussions.

D'après ce que je vois dans le Petit Robert, le Grand Robert et le Trésor de la langue française informatisé, on écrit travaux de voirie, sans s :

[...] les travaux de voirie ont aussi fait partie des discussions.

  • « Je suis moi-même un travailleur forestier, mais je suis pour des travaux durables. Je ne crois pas que c’était juste la sécurité des gens qui les préoccupaient, mais bien l’argent de la vente du bois. »

« Je suis moi-même un travailleur forestier, mais je suis pour des travaux durables. Je ne crois pas que c’était juste la sécurité des gens qui les préoccupait, mais bien l’argent de la vente du bois. »

Line Gingras
Québec

« Table ronde citoyenne à Saint-Élie-de-Caxton » : https://www.lenouvelliste.ca/actualites/table-ronde-citoyenne-a-saint-elie-de-caxton-de40ac9722a943007192664024d15f89

Posté par Choubine à 00:01 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 28 novembre 2019

Des arrières-pensées électoralistes

Des arrières-pensées ou des arrière-pensées; arrière dans les noms composés; grammaire; orthographe.

  • [...] avec des arrières-pensées électoralistes.
    (Francesco Fontemaggi et Charlotte Plantive, AFP, dans le site du Devoir, le 20 novembre 2019 à 19 h 50.)

D'après le Hanse-Blampain, arrière « reste invariable dans les composés ». Le Robert et le Multidictionnaire ne consignent effectivement que le pluriel arrière-pensées.

Il fallait écrire :

[...] avec des arrière-pensées électoralistes.

  • [...] Mike Pompeo et les plus hauts dirigeants du département d’État avaient toujours était tenus au courant de ses démarches.

[...] Mike Pompeo et les plus hauts dirigeants du département d’État avaient toujours été tenus au courant de ses démarches.

Line Gingras
Québec

« L’ambassadeur Sondland dit avoir suivi les "ordres" de Trump sur l’Ukraine » : https://www.ledevoir.com/monde/etats-unis/567401/destitution-un-ambassadeur-dit-avoir-suivi-les-ordres-de-trump-sur-l-ukraine?utm_source=Le+courrier+du+soir&utm_campaign=700511ac29-EMAIL_CAMPAIGN_2019_11_20_06_51&utm_medium=email&utm_term=0_aa1a13ef81-700511ac29-114834105

Posté par Choubine à 00:01 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 27 novembre 2019

Ce jour-là...

  • La presse raillait notamment l’alibi invoqué par le prince, qui a affirmé qu’il se trouvait dans un restaurant de la chaîne Pizza Express de Woking, une ville au sud de Londres, le jour des faits décrit à Londres par son accusatrice Virginia Roberts.
    (Sylvain Peuchmaurd, AFP, dans Le Devoir du 18 novembre 2019.)

Je pense que ce sont les faits que l'accusatrice a décrits, et non le jour où ils se seraient produits :

La presse raillait notamment l’alibi invoqué par le prince, qui a affirmé qu’il se trouvait dans un restaurant de la chaîne Pizza Express de Woking, une ville au sud de Londres, le jour des faits décrits à Londres par son accusatrice, Virginia Roberts.

Je me demande par ailleurs si l'on n'a pas voulu dire :

La presse raillait notamment l’alibi invoqué par le prince, qui a affirmé qu’il se trouvait dans un restaurant de la chaîne Pizza Express de Woking, une ville au sud de Londres, le jour où se seraient déroulés à Londres les faits décrits par son accusatrice, Virginia Roberts.

Line Gingras
Québec

« Affaire Epstein : le prince Andrew s’embourbe » : https://www.ledevoir.com/monde/europe/567205/affaire-epstein-le-prince-andrew-dit-n-avoir-aucun-souvenir-de-son-accusatrice

Posté par Choubine à 00:01 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 26 novembre 2019

Attention au tiret fermant

  • Le Symphony Center de Chicago, bâti en 1904, abrite l’orchestre le plus réputé du monde pour la qualité de ses cuivres — notamment son pupitre de cors , mené entre 1966 et 2013 par le très réputé Dale Clevenger.
    (Christophe Huss dans le site du Devoir, le 20 novembre 2019 à 14 h 59.)

Le pupitre de cors a effectivement été mené par Dale Clevenger; cependant, pour que le participe passé puisse se rapporter à pupitre, il ne doit pas en être séparé par un tiret fermant, les tirets isolant du reste de la phrase les mots qu'ils encadrent.

On pouvait écrire :

Le Symphony Center de Chicago, bâti en 1904, abrite l’orchestre le plus célèbre du monde pour la qualité de ses cuivres — notamment son pupitre de cors, mené entre 1966 et 2013 par le très réputé Dale Clevenger.

Line Gingras
Québec

« Chicago bouche bée devant l’OM » : https://www.ledevoir.com/culture/musique/567408/chicago-bouche-bee-devant-l-om

Posté par Choubine à 00:01 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 25 novembre 2019

Partagés entre sa langue maternelle et l'anglais

  • En d’autres mots, partagés entre sa langue maternelle, « marqueur d’une identité locale », et l’anglais, utilisé partout dans le monde, « marqueur d’une identité globale », on choisit la deuxième option, « cool et branchée ». Et ce, peu importe si on est francophones de souche ou d’adoption, anglophones de souche ou d’adoption, ou encore allophones de souche, les trois grands groupes linguistiques étudiés ici.
    (Francine Pelletier, dans Le Devoir du 20 novembre 2019.)

Le pluriel partagés n'est pas compatible avec l'adjectif ou déterminant possessif sa, qui renvoie à un possesseur singulier. Je suggérerais :

En d’autres mots, partagé entre sa langue maternelle, « marqueur d’une identité locale », et l’anglais, utilisé partout dans le monde, « marqueur d’une identité globale », on choisit la deuxième option, « cool et branchée ». Et ce, peu importe si on appartient aux francophones de souche ou d’adoption, aux anglophones de souche ou d’adoption, ou encore aux allophones de souche, les trois grands groupes linguistiques étudiés ici.

Line Gingras
Québec

« Une forme d'indifférence » : https://www.ledevoir.com/opinion/chroniques/567357/une-forme-d-indifference?utm_source=infolettre-2019-11-20&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Posté par Choubine à 00:01 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 24 novembre 2019

Si ça se trouve

  • Dans la boîte, se trouve aussi des petits vêtements [...] et quelques accessoires.
    (Isabelle Mathieu dans le site du Soleil, le 18 novembre 2019.)

Des vêtements et des accessoires se trouvent aussi dans la boîte. Le verbe doit s'accorder avec les sujets inversés :

Dans la boîte se trouvent aussi des petits vêtements [...] et quelques accessoires.

Line Gingras
Québec

« Procès de l’ex-avocat Antoine Gagnon : une poupée-enfant érotique exhibée en salle d'audience » : https://www.lesoleil.com/actualite/justice-et-faits-divers/proces-de-lex-avocat-antoine-gagnon-une-poupee-enfant-erotique-exhibee-en-salle-daudience-2ac3e42561b00a3baddcba2cd2f04570?utm_source=omerlo&utm_medium=mailer&utm_campaign=Aujourd%E2%80%99hui+le+19+novembre+2019

Posté par Choubine à 00:01 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 23 novembre 2019

Notamment...

  • C’est le cas dans le Bas-Saint-Laurent : la désignation de sept sites est appuyée par les collectivités locales, notamment celui des monts Chic-Chocs.
    (Robert Dutrisac, dans Le Devoir du 16 novembre 2019.)

Il ne s'agit pas de la collectivité des monts Chic-Chocs, mais, comme l'indique le pronom celui, du site des monts Chic-Chocs. La phrase serait plus claire si l'on avait écrit :

C’est le cas dans le Bas-Saint-Laurent : la désignation de sept sites, notamment celui des monts Chic-Chocs, est appuyée par les collectivités locales.


  • Cette désignation faciliterait l’atteinte des objectifs de 2030 et permettait d’inclure des territoires légèrement « altérés » qui pourraient jouxter des aires strictement protégées.

Cette désignation faciliterait l’atteinte des objectifs de 2030 et permettrait d’inclure des territoires légèrement « altérés » qui pourraient jouxter des aires strictement protégées.

Line Gingras
Québec

« De calibre mondial » : https://www.ledevoir.com/opinion/editoriaux/567180/aires-protegees-de-calibre-mondial?utm_source=infolettre-2019-11-16&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Posté par Choubine à 00:01 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 22 novembre 2019

Interpeller

Interpeller, désigner; usage.

  • Cette possibilité de choisir son nom ou son prénom est beaucoup plus répandue sur les campus américains. Les étudiants peuvent même choisir un pronom que les autres membres de la communauté universitaire doivent utiliser pour les interpeller : he, she, they, ou ze, par exemple.
    (Marco Fortier, dans Le Devoir du 16 novembre 2019.)

Interpeller une personne, ce n'est pas parler d'elle, mais s'adresser à elle « d'une façon plus ou moins brusque » (Grand Robert); on utilise donc un pronom de la deuxième personne (you en anglais, tu ou vous en français, sans distinction de sexe), et non pas de la troisième :

Valérien, tu es encore en retard!

Mademoiselle, pourriez-vous m'aider?

Il faudrait lire :

Cette possibilité de choisir son nom ou son prénom est beaucoup plus répandue sur les campus américains. Les étudiants peuvent même choisir un pronom que les autres membres de la communauté universitaire doivent utiliser pour les désigner : he, she, they, ou ze, par exemple.

Line Gingras
Québec

« Ni homme ni femme : "autre" » : https://www.ledevoir.com/societe/education/567162/ni-homme-ni-femme-autre?utm_source=infolettre-2019-11-16&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Posté par Choubine à 00:01 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 21 novembre 2019

Question de génération

Pas une fois et la négation ne; grammaire; syntaxe.

  • Voilà l’intérêt premier du truc : « Ok boomer » nous en dit plus sur l’humour, l’esprit et les codes de communication d’une génération que sur leur ressentiment à l’égard des baby-boomers, ou toute autre génération les ayant précédés.
    (Aurélie Lanctôt, dans Le Devoir du 15 novembre 2019.)

Deux observations liées :

Génération est un nom collectif, mais quand même un nom singulier; on parlera donc de son ressentiment.

Grammaticalement, les ayant précédés ne peut renvoyer qu'aux baby-boomers; mais la chroniqueuse a-t-elle vraiment voulu dire « ou toute autre génération ayant précédé les baby-boomers »? Je soupçonne qu'il s'agit plutôt de toute génération ayant précédé celle des millénariaux (je pense en particulier à la génération X); cette idée ne peut être rendue que par un singulier renvoyant à « une génération ».

Il faudrait lire à mon avis :

Voilà l’intérêt premier du truc : « Ok boomer » nous en dit plus sur l’humour, l’esprit et les codes de communication d’une génération que sur son ressentiment à l’égard des baby-boomers, ou de toute autre génération l'ayant précédée.


  • C’est l’autre élément essentiel : les différences socioéconomiques, politiques et culturelles à l’intérieur d’une même génération sont plus significatives que celles qui les distinguent. Les générations, après tout, sont arbitrairement définies, en faisant abstraction, notamment, des fractures de classe qui, elles, se reproduisent au fil du temps.

Le pronom les devrait renvoyer à un pluriel. Je proposerais une légère reformulation :

C’est l’autre élément essentiel : les différences socioéconomiques, politiques et culturelles à l’intérieur d’une même génération sont plus significatives que celles qui existent entre les générations. Celles-ci, après tout, sont arbitrairement définies, en faisant abstraction, notamment, des fractures de classe qui, elles, se reproduisent au fil du temps.


  • Pas une fois on a relevé l’humour, l’ironie derrière « Ok boomer. »

Encore deux observations :

Pas une fois appelle la négation ne :

Pas une fois il n'est venu. (Petit Robert, à l'article « un, une ».)

Pas une fois on ne les voit souffrir [...] (Flaubert dans le Grand Robert, à l'article « mannequin ».)

Les guillemets encadrant une expression insérée dans la phrase (« Ok boomer »), le point final doit se placer après le guillemet fermant.

Il fallait écrire :

Pas une fois on n'a relevé l’humour, l’ironie derrière « Ok boomer ».

Line Gingras
Québec

« Ok boomer » : https://www.ledevoir.com/opinion/chroniques/567091/ok-boomer?utm_source=infolettre-2019-11-15&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Posté par Choubine à 00:01 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]