Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

samedi 19 octobre 2019

C'est la question que vous allez devoir répondre

  • Me Martin a appelé le jury à faire bénéficier Ugo Fredette d’un « doute raisonnable » et de le déclarer coupable d’homicide involontaire.
    (Louis-Samuel Perron dans le site de La Presse, le 10 octobre 2019 à 12 h 53; texte lu dans la soirée du 10 octobre.)

Me Martin a appelé le jury à faire bénéficier Ugo Fredette d’un « doute raisonnable » et à le déclarer coupable d’homicide involontaire.


  • De plus, la femme de 41 ans criait, insultait et médisait Ugo Fredette, notamment sur les réseaux sociaux.

On ne crie pas quelqu'un, au sens de « manifester à quelqu'un son mécontentement sur un ton élevé » (Petit Robert), mais contre quelqu'un; crier après quelqu'un s'utilise également, dans le registre familier ou populaire.

On calomnie quelqu'un, mais on médit de quelqu'un.

Je proposerais :

De plus, la femme de 41 ans criait contre Ugo Fredette, l'insultait et médisait de lui, notamment sur les réseaux sociaux.


  • « Utilisez votre gros bon sens. Pensez-vous qu’il y a eu une bagarre dans cette auto-là vu le sang que vous voyez? C’est la question que vous allez devoir répondre. » (Le journaliste cite Me Louis-Alexandre Martin, avocat de la défense, qui s'adresse aux membres du jury.)

Un avocat est souvent appelé à employer le verbe répondre; il devrait pouvoir se souvenir qu'on ne répond pas une question, mais à une question :

C’est la question à laquelle vous allez devoir répondre.


  • L’avocat d’Ugo Fredette a conclu sa plaidoirie en invitant le jury a avoir le « courage de dire non » si un doute raisonnable subsiste. Une déclaration qui a incité la juge à faire une directive au jury pour ignorer le terme « courage » dans leurs délibérations qui devraient s’amorcer la semaine prochaine.

Deux possibilités :

L’avocat d’Ugo Fredette a conclu sa plaidoirie en invitant le jury à avoir le « courage de dire non » si un doute raisonnable subsiste. Une déclaration qui a incité la juge à donner au jury la directive d'ignorer le terme « courage » dans ses délibérations, qui devraient s’amorcer la semaine prochaine.

L’avocat d’Ugo Fredette a conclu sa plaidoirie en invitant le jury à avoir le « courage de dire non » si un doute raisonnable subsiste. Une déclaration qui a incité la juge à donner aux jurés la directive d'ignorer le terme « courage » dans leurs délibérations, qui devraient s’amorcer la semaine prochaine.

Line Gingras
Québec

« Procès d’Ugo Fredette : la défense appelle le jury au "gros bon sens" » : https://www.lapresse.ca/actualites/justice-et-faits-divers/201910/10/01-5244868-proces-dugo-fredette-la-defense-appelle-le-jury-au-gros-bon-sens.php

Posté par Choubine à 00:01 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]