Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

vendredi 15 avril 2016

Le plus grand obstacle

  • Selon l’écologiste David Suzuki, le plus grand obstacle à une solution environnementale n’est ni économique, ni technologique, ni scientifique. Elle* est psychologique.
    (Francine Pelletier, dans Le Devoir du 13 avril 2016.)

Si j'ai bien suivi, il est question d'un obstacle :

Selon l’écologiste David Suzuki, le plus grand obstacle à une solution environnementale n’est ni économique, ni technologique, ni scientifique. Il est psychologique.

  • Bref, sans changer de mentalité, sans passer de conquistadors à amoureux de la nature, nous failliront* à la tâche de nous sauver des eaux.

Bref, sans changer de mentalité, sans passer de conquistadors à amoureux de la nature, nous faillirons à la tâche de nous sauver des eaux.

  • Personne veut* mettre la hache dans un secteur aussi lucratif [...]

Personne ne veut mettre la hache dans un secteur aussi lucratif [...]

Line Gingras
Québec

* Le 15 avril à 18 h, je vois que la faute a été corrigée.

« Le grand bond » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/467948/le-grand-bond

Traductrice agréée anglais-français, j'offre des services de révision comparative et de révision linguistique.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 01:27 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]