Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

mercredi 30 septembre 2015

À part

  • À part le faible Goro de James McLennan, tout le monde est à sa place, mais sans aura particulière, à part le jeune Christopher Dunham (Yamadori), membre fort intéressant de l’Atelier de l’OdM.
    (Christophe Huss, dans Le Devoir du 21 septembre 2015.)

L'un des deux à part pourrait être remplacé par sauf ou à l'exception de.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« "Madame Butterfly", faut-il faire semblant d’y croire? » : http://www.ledevoir.com/culture/actualites-culturelles/450586/opera-madame-butterfly-faut-il-faire-semblant-d-y-croire

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 17:24 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 27 septembre 2015

Discours aiguisés de tout irritant

  • Lors de débats, les chefs de parti disposent d’armées de conseillers pour aiguiser et épurer leurs discours de tout irritant potentiel [...]
    (Isabelle Paré, dans Le Devoir du 25 septembre 2015.)

Je veux bien que l'on aiguise des discours, mais je doute qu'il soit possible de les aiguiser de tout irritant potentiel :

Lors de débats, les chefs de parti disposent d’armées de conseillers pour aiguiser leurs discours et les épurer leurs discours de tout irritant potentiel [...]

  • [...] affilié au Centre national de recherche scientifique de France [...]

Il s'agit du Centre national de la recherche scientifique.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Traquer le mensonge » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/450937/sur-la-piste-du-mensonge

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 26 septembre 2015

Soif de renouveau

  • [...] annoncer qu’on souhaite aller ailleurs renouveler de « nouveaux défis ».
    (Antoine Robitaille, dans Le Devoir du 23 septembre 2015.)

On ne souhaiterait pas plutôt relever de « nouveaux défis »?

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Prime et prétexte » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/450738/demissions-en-serie-a-l-assemblee-nationale-prime-et-pretexte

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 25 septembre 2015

La fleur de Lisée?

  • Une quarantaine d’autres municipalités allaient bientôt lui emboîter le pas, tandis qu’à Brockville, on piétine carrément le fleurdelisée.
    (Philippe Orfali, dans Le Devoir du 25 septembre 2015.)

Le drapeau du Québec, c'est le fleurdelisé. Rien à voir avec l'homme politique.

  • « Les grandes avancées gouvernementales [...] reflètent aussi la persévérance de la communauté franco-ontarienne qui ne s’est jamais laissée abattre. »
    (Le journaliste cite Madeleine Meilleur, ministre déléguée aux Affaires francophones de l'Ontario.)

Le participe passé du verbe se laisser doit rester invariable dans cette phrase, pour une double raison. Explications ici. Il fallait écrire :

« Les grandes avancées gouvernementales [...] reflètent aussi la persévérance de la communauté franco-ontarienne, qui ne s’est jamais laissé abattre. »

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« L’heure est à la réconciliation avec les francophones de l’Ontario » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/451040/sault-sainte-marie-25-ans-plus-tard-l-heure-est-a-la-reconciliation-avec-les-francophones-de-l-ontario

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Langue et traduction - Commentaires [2] - Permalien [#]

jeudi 24 septembre 2015

À ceux-là, on les rassure...

  • À ceux qui craignent que l’arrivée massive de réfugiés permette à des terroristes d’infiltrer le Canada, on les rassure en insistant, deux fois plutôt qu’une, sur le maintien des vérifications de sécurité et d’antécédents judiciaires et médicaux des demandeurs d’asile. Le message est qu’avec les conservateurs il n’y aura pas de terroristes qui passeront à travers les mailles du filet.
    (Bernard Descôteaux, dans Le Devoir du 23 septembre 2015.)

On rassure à quelqu'un? Je ne crois pas. On n'insiste pas à quelqu'un non plus. Je suggérerais :

À ceux qui craignent que l’arrivée massive de réfugiés permette à des terroristes d’infiltrer le Canada, on envoie un message rassurant en insistant, deux fois plutôt qu’une, sur le maintien des vérifications de sécurité et d’antécédents judiciaires et médicaux des demandeurs d’asile. Le message est qu’Avec les conservateurs, veut-on faire comprendre, il n’y aura pas de terroristes qui passeront à travers les mailles du filet.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Leçon d'ouverture » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/450740/crise-migratoire-lecon-d-ouverture

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [1] - Permalien [#]

mercredi 23 septembre 2015

« Dans le troupe, y a pas d'jambes de bois... »

  • Les troupes de Stephen Harper ont porté le jugement en appel à la Cour suprême et promis de légiférer dans les 100 premiers jours s’ils sont réélus.
    (Marie Vastel, dans Le Devoir du 23 septembre 2015.)

Troupe est un nom féminin :

Les troupes de Stephen Harper ont porté le jugement en appel à la Cour suprême et promis de légiférer dans les 100 premiers jours si elles sont réélues.

* * * * *

  • Dès la décision de la Cour d’appel fédérale tombée, l’équipe de Stephen Harper a aussitôt annoncé qu’elle prendrait la voix législative pour empêcher qu’une femme puisse demeurer voilée pendant la durée de la cérémonie.

Deux observations :

  1. Dès et aussitôt font double emploi.
  2. On risque de s'égarer si on confond voix et voie.

On pouvait écrire :

Dès la décision de la Cour d’appel fédérale tombée, l’équipe de Stephen Harper a aussitôt annoncé qu’elle prendrait la voie législative pour empêcher qu’une femme puisse demeurer voilée pendant la durée de la cérémonie.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Le niqab, source de discorde » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/450736/le-niqab-source-de-debats-et-vandalismehttp://www.ledevoir.com/politique/canada/450736/le-niqab-source-de-debats-et-vandalisme

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 22 septembre 2015

Il y avait urgence

  • Espérons de Steven Spielberg, père de Jaws, s’empare rapidement du phénomène pour en faire un nouveau film d’horreur [...]
    (Fabien Deglise dans son blogue, le 22 septembre 2015 à 14 h 16.)

Espérons que Steven Spielberg, père de Jaws, s’empare rapidement du phénomène pour en faire un nouveau film d’horreur [...]

  • [...] incitant d’ailleurs les autorités russes a lancé récemment une campagne [...]

[...] incitant d’ailleurs les autorités russes à lancer récemment une campagne [...]

  • Il voulait en mettre quelques-uns dans le cadre de son égoportrait afin de dire à ses amis sur les réseaux sociaux : « je suis là! » Il avait l'urgence d'exister. Il en est mort.

Annoncée par les deux points, la citation doit commencer par une majuscule :

Il voulait en mettre quelques-uns dans le cadre de son égoportrait afin de dire à ses amis sur les réseaux sociaux : « Je suis là! » Il avait l'urgence d'exister. Il en est mort.

Il arrive que l'on ait l'urgence de publier. Heureusement, on n'en meurt pas.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Les égoportraits sont plus meurtriers que les… requins » : http://www.ledevoir.com/opinion/blogues/les-mutations-tranquilles/450713/les-egoportraits-sont-plus-meurtriers-que-les-requins

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 21 septembre 2015

« Dont » et l'adjectif possessif

Dont et l'adjectif possessif; grammaire française; syntaxe du français.

  • Ce qui compte en campagne électorale, c’est de ne pas effrayer les électeurs avec cette idée qu’il faut un changement de modèle énergétique, lequel exigera un « grand bon vers l’avant ». Un bond dont le gouvernement du Québec nous donne une idée de son ampleur par les cibles de réduction de GES qu’il propose.
    (Bernard Descôteaux, dans Le Devoir du 18 septembre 2015.)

Le gouvernement du Québec nous donne une idée de l'ampleur de quoi? d'un bond, représenté par le pronom relatif dont. L'information étant déjà fournie, l'adjectif ou déterminant possessif son, qui renvoie aussi à un bond, fait double emploi. On pouvait écrire :

Ce qui compte en campagne électorale, c’est de ne pas effrayer les électeurs avec cette idée qu’il faut un changement de modèle énergétique, lequel exigera un « grand bond vers l’avant ». Un bond dont le gouvernement du Québec nous donne une idée de l'ampleur par les cibles de réduction de GES qu’il propose.

Ce qui compte en campagne électorale, c’est de ne pas effrayer les électeurs avec cette idée qu’il faut un changement de modèle énergétique, lequel exigera un « grand bond vers l’avant ». Ce bond, dont le gouvernement du Québec nous donne une idée de son ampleur par les cibles de réduction de GES qu’il propose.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Être enfin sérieux » : http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/450420/gaz-a-effet-de-serre-etre-enfin-serieux

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Langue et traduction - Commentaires [2] - Permalien [#]

dimanche 20 septembre 2015

Maîtrise

  • Durant les siècles récents, elles ont pourtant réussi à faire profiter toute la société de leur intelligence, de leur capacité à maîtriser des situations difficiles, de leur maîtrise dans des débats où elles font connaître leurs idées sur l’évolution des besoins des peuples de la Terre.
    (Lise Payette, dans Le Devoir du 18 septembre 2015.)

On aurait pu écrire, par exemple :

Durant les siècles récents, elles ont pourtant réussi à faire profiter toute la société de leur intelligence, de leur capacité à dominer des situations difficiles, de leur maîtrise dans des débats où elles font connaître leurs idées sur l’évolution des besoins des peuples de la Terre.

Durant les siècles récents, elles ont pourtant réussi à faire profiter toute la société de leur intelligence, de leur capacité à maîtriser des situations difficiles, de leur compétence dans des débats où elles font connaître leurs idées sur l’évolution des besoins des peuples de la Terre.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Ce n'est jamais gagné » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/450316/ce-n-est-jamais-gagne

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 21:12 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [1] - Permalien [#]

samedi 19 septembre 2015

Au programme

  • [...] une autopsie amusante et parfois lucide du présent par projection dans l’avenir avec, étrangement, une préoccupation pour le papier, dont la mort, à les écouter, est loin d’être parfaitement programmées.
    (Fabien Deglise, dans Le Devoir du 30 mars 2015.)

La mort du papier est loin d'être parfaitement programmée.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Éloge du papier » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/435872/chroniquefd-eloge-du-papier

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]