Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

mercredi 29 juillet 2015

Alors

  • En 2005, pourtant, Stephen Harper était alors extrêmement critique du mode de nomination des juges.
    (Antoine Robitaille, dans Le Devoir du 29 juillet 2015.)

Alors est superflu, en 2005 suffisant à indiquer de quelle époque il s'agit :

En 2005, pourtant, Stephen Harper était alors extrêmement critique du mode de nomination des juges.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Opacité intenable » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/446221/harper-et-les-juges-opacite-intenable

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 28 juillet 2015

Rétorquait les experts

  • Il n’y a pas que le total d’heures de travail qui compte, il y a aussi la façon dont sont maintenant organisées nos vies, rétorquait les experts à l’origine de l’Indice canadien du mieux-être dans un rapport en 2010.
    (Éric Desrosiers, dans Le Devoir du 25 juillet 2015.)

Il n’y a pas que le total d’heures de travail qui compte, il y a aussi la façon dont sont maintenant organisées nos vies, rétorquaient les experts à l’origine de l’Indice canadien du mieux-être dans un rapport en 2010.

  • En résumé, pendant que les uns ont plus de temps de loisir mais voudraient probablement en avoir moins, et que les autres en ont moins mais préféraient sans doute en avoir plus, tout le monde a l’impression de courir toujours plus vite.

Préféraient est un imparfait de l'indicatif; il faut cependant un conditionnel, dans le contexte, pour mettre en parallèle les verbes vouloir et préférer :

En résumé, pendant que les uns ont plus de temps de loisir mais voudraient probablement en avoir moins, et que les autres en ont moins mais préféreraient sans doute en avoir plus, tout le monde a l’impression de courir toujours plus vite.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Les petits-enfants de Keynes » : http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/445996/perspectives-les-petits-enfants-de-keynes

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 27 juillet 2015

On s'en doutait

  • [...] la grosse délégation québécoise de 70 participants québécois était partout.
    (Jean-Benoît Nadeau, dans Le Devoir du 27 juillet 2015.)

Il suffisait d'écrire :

[...] la grosse délégation québécoise de 70 participants québécois était partout.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Liège bouchonne la Francophonie » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/446051/liege-bouchonne-la-francophonie

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:08 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [2] - Permalien [#]

dimanche 26 juillet 2015

Elles en font parties

  • Toutes les montagnes que l'on croise sur la route ne sont plus à mes yeux des montagnes anonymes. Maintenant que j'ai créé un lien avec l'une de leurs semblables, elles sont devenues toutes spéciales. Elles font toutes parties de la famille d'Indian Head.
    (Stéphane Laporte, dans La Presse du 21 juillet 2015.)

On écrit toujours partie, féminin singulier, dans la locution verbale faire partie :

Ils font partie de ce groupe. (Multidictionnaire.)

L'hôtesse et le steward font partie de l'équipage. (Petit Robert, à l'article « hôte, hôtesse ».)

Les tantes font partie des parents collatéraux. (Petit Robert, à l'article « tante ».)

Il faudrait lire :

Toutes les montagnes que l'on croise sur la route ne sont plus à mes yeux des montagnes anonymes. Maintenant que j'ai créé un lien avec l'une de leurs semblables, elles sont devenues toutes spéciales. Elles font toutes partie de la famille d'Indian Head.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Premières vacances » : http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/stephane-laporte/201507/18/01-4886510-premieres-vacances.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_stephane-laporte_3270_section_POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 24 juillet 2015

À cet effet

  • L’usage excessif de la force par les policiers lors des manifestations du G20 et de la crise étudiante de 2012 ont suscité des critiques de la part du comité onusien.
    (Légende de la photo accompagnant un article de Florence Sara G. Ferraris, dans Le Devoir du 24 juillet 2015.)

C'est l'usage excessif de la force qui a suscité des critiques :

L’usage excessif de la force par les policiers lors des manifestations du G20 et de la crise étudiante de 2012 a suscité des critiques de la part du comité onusien.

* * * * *

  • La situation des droits de la personne — principalement celle des populations plus vulnérables comme les Premières Nations et les réfugiés — s’est détériorée au Canada au cours de la dernière décennie [...]

L'emploi du faux comparatif (plus vulnérables que quoi?) est plus courant en anglais qu'en français :

La situation des droits de la personne — principalement chez les populations plus vulnérables comme les Premières Nations et les réfugiés — s’est détériorée au Canada au cours de la dernière décennie [...]

* * * * *

  • [...] le comité a émis de vives inquiétudes par rapport aux cas des disparitions et d’assassinats de femmes autochtones un peu partout au pays.

Rien ne justifie que disparitions et assassinats ne soient pas présentés de la même façon :

[...] le comité a émis de vives inquiétudes par rapport aux cas de disparitions et d’assassinats de femmes autochtones un peu partout au pays.

* * * * *

  • « Le comité est particulièrement soucieux des arrestations de masse qu’on a pu voir [durant ces événements]. » À cet effet, il recommande que le gouvernement se dote « d’un organe indépendant pour enquêter rapidement sur des cas d’abus de la part des forces policières dans le cadre de manifestations citoyennes ».

À cet effet signifie « en vue de cela, dans cette intention, pour cet usage » (Petit Robert). Le fait que le comité soit préoccupé par les arrestations de masse n'est cependant pas un but ni une intention. Je suggérerais peut-être à ce propos, à cet égard, à ce sujet. On pourrait aussi supprimer simplement l'expression, et commencer la phrase par « Il recommande ».

* * * * *

  • Plus encore, Amnistie internationale Canada souligne, qu’à maintes reprises, le gouvernement a préféré tourner en ridicule les critiques qui lui ont été faites plutôt que de poser un regard sérieux sur ses propres dérives.

La virgule est de trop; il n'y a pas lieu de séparer le verbe de la conjonction que introduisant une subordonnée complément d'objet direct :

Plus encore, Amnistie internationale Canada souligne qu’à maintes reprises, le gouvernement a préféré tourner en ridicule les critiques qui lui ont été faites plutôt que de poser un regard sérieux sur ses propres dérives.

Si l'on tient à isoler le complément circonstanciel à maintes reprises, on peut écrire :

Plus encore, Amnistie internationale Canada souligne que le gouvernement, à maintes reprises, a préféré tourner en ridicule les critiques qui lui ont été faites plutôt que de poser un regard sérieux sur ses propres dérives.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Le Canada rappelé à l’ordre par l’ONU » : http://www.ledevoir.com/international/europe/445930/droits-de-la-personne-le-canada-rappele-a-l-ordre-par-l-onu

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 01:44 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 21 juillet 2015

Réduire l'utilisation

  • L’Ontario espère réduire de 80 % l’utilisation des néonicotinoïdes d’ici deux ans, grâce à une réglementation plus sévère sur leur utilisation.
    (Sarah R. Champagne, dans Le Devoir du 21 juillet 2015.)

L’Ontario espère réduire de 80 % l’utilisation des néonicotinoïdes d’ici deux ans, grâce à une réglementation plus sévère sur leur utilisation.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Les abeilles ont connu une meilleure année au Canada » : http://www.ledevoir.com/environnement/actualites-sur-l-environnement/445607/les-abeilles-ont-connu-une-meilleure-annee-au-canada

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 20 juillet 2015

Dissuasion

  • Guère dissuasif, à mon avis, comme d’ailleurs fumer sur le balcon, l’initiative est quand même un pas dans la bonne direction.
    (Francine Pelletier, dans Le Devoir du 15 juillet 2015.)

Qu'est-ce qui n'est guère dissuasif? L'initiative :

Guère dissuasive, à mon avis, comme d’ailleurs fumer sur le balcon, l’initiative est quand même un pas dans la bonne direction.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Parler des deux côtés de la bouche » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/445052/parler-des-deux-cotes-de-la-bouche

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 19 juillet 2015

Aux vues de

Aux vues de, au vu de; orthographe.

  • Aux vues des activités annoncées par la Ville « qui ont pris beaucoup plus d'ampleur » – les visites ont été confirmées à la mi-juin par le maire Régis Labeaume –, une réflexion s'est amorcée chez Québecor sur la soirée du 11 septembre.
    (David Rémillard dans le site du Soleil, le dimanche 19 juillet 2015 à 10 h.)

L'expression, employée ci-dessus dans le sens de « après examen, après consultation de quelque chose » (Trésor de la langue française informatisé), s'écrit au vu de :

Il demanda son billet à la gare Montparnasse. Au vu de sa permission, l'employé dit :En retard? Vous allez être foutu dedans. (Benjamin dans le Trésor, à l'article « vu, vue ».)

Il faudrait lire :

Au vu des activités annoncées par la Ville, « qui ont pris beaucoup plus d'ampleur » – les visites ont été confirmées à la mi-juin par le maire Régis Labeaume –, une réflexion s'est amorcée chez Québecor sur la soirée du 11 septembre.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Annulation du spectacle inaugural du Centre Vidéotron : une décision réfléchie » : http://www.lapresse.ca/le-soleil/dossiers/vers-un-nouveau-colisee/201507/18/01-4886583-annulation-du-spectacle-inaugural-du-centre-videotron-une-decision-reflechie.php

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 14:06 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 18 juillet 2015

La scène

  • La scène devait plier sous le poids de tous les musiciens qui étaient sur scène.
    (Philippe Papineau, dans Le Devoir du 18 juillet 2015.)

La précision est superflue. Je suggérerais :

La scène devait plier sous le poids de tous les musiciens.

La scène devait plier sous le poids des musiciens.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« L'amplitude faite reine » : http://www.ledevoir.com/culture/musique/445464/festival-d-ete-de-quebec-l-amplitude-faite-reine

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 14:22 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 17 juillet 2015

Malaise

  • Et la vétérinaire soigne souvent les maîtres tout autant que leur animal de compagnie, car elle constate parfois que ceux-ci expriment physiquement un malaise dans la maison. « Dans le cas du chien paralysé, le monsieur n’avait pas fait le deuil de la mort de son père. Il était paralysé lui aussi. »
    (Josée Blanchette, dans Le Devoir du 17 juillet 2015.)

Le démonstratif ne peut remplacer ici qu'un pluriel, les maîtres; d'après le contexte, il devrait toutefois renvoyer à leur animal de compagnie :

Et la vétérinaire soigne souvent les maîtres tout autant que leur animal de compagnie, car elle constate parfois que celui-ci exprime physiquement un malaise dans la maison. « Dans le cas du chien paralysé, le monsieur n’avait pas fait le deuil de la mort de son père. Il était paralysé lui aussi. »

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« La guérisseuse de nos amis » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/445263/la-guerisseuse-de-nos-amis

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 14:46 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]