Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

samedi 30 mai 2015

Se pourraient-ils que...?

  • Cette adolescente belge fait partie d’un contingent mondial de plus de 20 000 personnes hypnotisées par l’islam radical au point de tout laisser derrière eux [...]
    (Brian Myles, dans Le Devoir du 30 mai 2015.)

Ce n'est pas la première fois que je le signale, et ce ne sera sans doute pas la dernière : personne est un nom féminin. Il fallait écrire :

Cette adolescente belge fait partie d’un contingent mondial de plus de 20 000 personnes hypnotisées par l’islam radical au point de tout laisser derrière elles [...]

  • Se pourraient-ils qu’ils imaginent la promesse du Salut là où d’autres ne voient que sueur, sang et larmes?

Nous avons affaire à un impersonnel :

Se pourrait-il [est-ce que cela se pourrait] qu’ils imaginent la promesse du Salut là où d’autres ne voient que sueur, sang et larmes?

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« L'arracheuse d'enfants » : http://www.ledevoir.com/societe/justice/441435/au-coeur-du-djihad-l-arracheuse-d-enfants

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 21:24 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 29 mai 2015

Remise en marche

  • Avec sa loi 20, nous sommes peut-être en train de sombrer dans un profond ridicule qu’il faudra encore des années à remettre en marche correctement.
    (Lise Payette, dans Le Devoir du 29 mai 2015.)

Il faudra encore des années pour [et non à] remettre en marche... un profond ridicule? C'est ce qu'a écrit madame Payette, mais ce n'est certainement pas ce qu'elle a voulu dire : le ridicule n'a pas besoin d'être remis en marche. Je suggérerais :

Avec sa loi 20, nous sommes peut-être en train de sombrer dans un profond ridicule, et il faudra encore des années pour remettre le système en marche correctement.

Avec sa loi 20, nous sommes peut-être en train de sombrer dans un profond ridicule, et il faudra encore des années pour remettre les choses en marche correctement.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Applaudissez, braves gens » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/441282/applaudissez-braves-gens

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 14:45 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [1] - Permalien [#]

jeudi 28 mai 2015

Il ne s'agit que...

  • Chose certaine, il ne s'agit ici que la pointe de l'iceberg.
    (Rima Elkouri, dans La Presse du 26 mai 2015.)

On ne dit pas il s'agit quelque chose, mais il s'agit de quelque chose :

Les matelots nous informent qu'il s'agit de la queue d'une tempête qui passe sur Socotora. (Le Clézio dans le Petit Robert, à l'article « queue ».)

Ne pas dédaigner les petites victoires; dès qu'il s'agit de la volonté, le beaucoup n'est que la patiente addition du peu. (Gide dans le Trésor de la langue française informatisé, à l'article « beaucoup ».)

S'il ne s'agit que de leur vie, ils s'en sont eux-mêmes accusés les premiers [...] (Carco dans le Grand Robert, à l'article « bénéfice ».)

Il fallait écrire :

Chose certaine, il ne s'agit ici que de la pointe de l'iceberg.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Ne les oublions pas » : http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/rima-elkouri/201505/23/01-4871962-ne-les-oublions-pas.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_rima-elkouri_3263_section_POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 18:32 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 26 mai 2015

Des trottoirs plus élargis

  • [...] construction de trottoirs plus élargis [...]
    (Daphnée Hacker-B., dans Le Devoir du 11 mai 2015.)

Élargi veut dire notamment : « Qui a été rendu ou est devenu plus large. » Exemple : Route élargie. (Grand Robert.) Il n'y a donc pas lieu de le faire précéder de l'adverbe plus.

Il fallait écrire :

[...] construction de trottoirs plus élargis [...]

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« De la créativité pour faire sortir les aînés » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/439702/sur-la-route-de-la-creativite-pour-faire-sortir-les-aines

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Langue et traduction - Commentaires [2] - Permalien [#]

lundi 25 mai 2015

À beau mentir...

  • À* beau mentir qui revient de loin, surtout à ceux qui n’y sont jamais allés et s’intéressent si peu à l’étranger, proche ou lointain.
    (Stéphane Baillargeon, dans Le Devoir du 25 mai 2015.)

Il faut éviter de confondre la préposition à et le verbe avoir : l'expression a beau mentir qui vient de loin signifie, selon le Trésor de la langue française informatisé : « Celui qui vient d'ailleurs a beau jeu de raconter des histoires que personne ne peut vérifier. » (C'est moi qui souligne.)

  • La qualité du flou

    La réponse est peut-être moins dans les défauts du système que dans la qualité du filou, beau parleur et habile menteur.

Le titre qui couronne les trois derniers paragraphes de l'article aurait dû se lire, de toute évidence, La qualité du filou**.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

* Le 26 mai à midi, je vois que la faute a été corrigée.
** Le 26 mai à midi, je vois que la correction a été apportée.

« Bugingo au poteau » : http://www.ledevoir.com/societe/medias/440894/medias-bugingo-au-poteau

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 24 mai 2015

Des modifications

  • Pour la plupart des élus péquistes, la cause est cependant entendue. La Commission des institutions ne pourra pas faire consensus sur des modifications au code d’éthique des députés qui viserait leur chef, estiment-ils.
    (Robert Dutrisac, dans Le Devoir du 23 mai 2015.)

Ce sont des modifications qui viseraient leur chef.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« La domestication de Pierre Karl Péladeau » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/440819/parti-quebecois-la-domestication-de-pierre-karl-peladeau

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 22 mai 2015

N'entreprenons pas trop

  • [...] tels furent quelques-uns des slogans de la plus vaste entreprise de déconstruction de l’école jamais entreprise au Québec.
    (Christian Rioux, dans Le Devoir du 22 mai 2015.)

Je proposerais :

[...] tels furent quelques-uns des slogans de la plus vaste entreprise de déconstruction de l’école jamais lancée au Québec.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« La fin d'un modèle? » : http://www.ledevoir.com/international/europe/440762/la-fin-d-un-modele

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 21 mai 2015

Elles se sont livré à ce travail

Elles se sont livré à ce travail, elles se sont livrées à ce travail; elle s'est livré à ce travail, elle s'est livrée à ce travail; ils se sont livré à ce travail, ils se sont livrés à ce travail; se livrer, accord du participe passé du verbe pronominal; grammaire française; orthographe d'accord.

  • Le travail auquel Mme Deschamps et son équipe se sont livré est une enquête précieuse [...]
    (Lise Payette, dans Le Devoir du 8 mai 2015.)

Le participe passé du verbe se livrer (à quelque chose), exprimant l'idée de se consacrer à un travail, d'effectuer une tâche ou d'exercer une activité, s'accorde en genre et en nombre avec le sujet du verbe :

Ils se sont livrés aux acrobaties oratoires les plus cocasses pour se tirer d'affaire. (G. Sorel dans le Trésor de la langue française informatisé, à l'article « acrobatie ».)

[...] les deux familles se sont livrées à une vendetta de calomnies et cancans déshonorants [...] (Goncourt dans le Trésor, à l'article « vendetta ».)

Il fallait écrire :

Le travail auquel Mme Deschamps et son équipe se sont livrées est une enquête précieuse [...]

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Il y a aussi de bonnes nouvelles » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/439468/il-y-a-aussi-de-bonnes-nouvelles

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 20 mai 2015

Ils ont tout deux...

Tout deux, tous deux; tout, orthographe devant un nombre; grammaire française; accord de tout.

  • Les ténors Philippe Gagné et Jacques Olivier Chartier, aux énergies contrastées et complémentaires, ont tout deux des voix claires et souples [...]
    (Josianne Desloges, dans Le Soleil du 19 mai 2015.)

Lorsqu'il se rapporte à un nom de nombre précédé ou non d'un article, tout est adjectif ou déterminant indéfini, et variable en genre et en nombre :

Elle nous donna tort à tous les deux. (Mauriac dans le Petit Robert, à l'article « tout ».)

Tous deux sont embusqués au détour du chemin. (Hugo dans le Petit Robert, à l'article « embusquer ».)

[...] elles sont toutes trois destinées au bas de ma cage d'escalier [...] (Gide dans le Trésor de la langue française informatisé, à l'article « agrandissement ».)

Il fallait écrire :

Les ténors Philippe Gagné et Jacques Olivier Chartier, aux énergies contrastées et complémentaires, ont tous deux des voix claires et souples [...]

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Arion et La Chapelle : un requiem printanier » : http://www.lapresse.ca/le-soleil/arts-et-spectacles/sur-scene/201505/19/01-4870938-arion-et-la-chapelle-un-requiem-printanier.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B9_arts-et-spectacles_749_section_POS4

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 17:09 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 12 mai 2015

Au bord du triporteur

À bord, au bord.

  • « J’adore faire du vélo, et c’est motivant de rendre service aux aînés en même temps », dit Gabriel Presseau, 17 ans, qui conduit le triporteur au* bord duquel Henri Paul Venne, 84 ans, profite confortablement de l’air frais.
    (Daphnée Hacker-B., dans Le Devoir du 11 mai 2015.)

On est au bord de quelque chose si on s'en trouve tout près :

S'avancer avec précaution jusqu'au bord (d'une rivière, d'un ravin, d'un fossé...). (Grand Robert.)

Cependant, on monte ou on est installé à bord d'un véhicule :

Monter à bord d'un camion, d'un char. (Grand Robert.)

Il y avait trois personnes à bord de la voiture. (Grand Robert.)

À bord d'une voiture, d'un avion. (Petit Robert.)

Bébé à bord. (Petit Robert.)

Les jeunes ont fait le voyage à bord d'un autocar. (Multidictionnaire.)

Je croyais qu'il pleurait l'un des siens, parent ou camarade; mais quand je l'interrogeai, il me répondit qu'il venait de signer son premier engagement, qu'il embarquait à bord d'un quatre-mâts, le schooner Markus qui allait charger du nitrate au Chili, qu'il n'avait encore jamais navigué et qu'il pleurait de frayeur. (Cendrars, dans le Trésor de la langue française informatisé.)

Il fallait écrire :

« J’adore faire du vélo, et c’est motivant de rendre service aux aînés en même temps », dit Gabriel Presseau, 17 ans, qui conduit le triporteur à bord duquel Henri Paul Venne, 84 ans, profite confortablement de l’air frais.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

* Le 20 mai à 13 h 20, je vois que la faute a été corrigée.

« De la créativité pour faire sortir les aînés » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/439702/sur-la-route-de-la-creativite-pour-faire-sortir-les-aines

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]