Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

mardi 31 mars 2015

Mauvais réflexe

  • Dit autrement : il n’y a aucune raison pour que les éditeurs, producteurs, rédacteurs en chef, universitaires ignorent l’existence tous les Bob Leenaers, tous les Sachiko Komatsu, toutes les Alliances françaises de ce monde… Cela devrait être un réflexe.
    (Jean-Benoît Nadeau, dans Le Devoir du 30 mars 2015.)

Deux observations :

  1. Quelques paragraphes plus haut, monsieur Nadeau parle de la professeure Sachiko Komatsu-Delmaire.
  2. Qu'est-ce qui devrait être un réflexe? Sûrement pas d'ignorer l'existence de tous les Bob Leenaers... Le pronom cela, cependant, ne peut renvoyer à rien d'autre dans le passage qui précède.

Compte tenu du contexte, je suggérerais peut-être :

Dit autrement : il n’y a aucune raison pour que les éditeurs, producteurs, rédacteurs en chef, universitaires ignorent l’existence de* tous les Bob Leenaers, toutes** les Sachiko Komatsu, toutes les Alliances françaises de ce monde… Nouer des liens avec eux, cela devrait être un réflexe.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

* Le 2 avril à 15 h 20, je vois que l'on a apporté la correction; on a inséré en outre la préposition devant les deux autres compléments, ce qui est une excellente idée.

** Le 2 avril à 15 h 20, je vois que l'on a apporté la correction.

« Le français au Japon » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/435855/le-francais-au-japon

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 21:46 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 30 mars 2015

Tirer ses propres ficelles

  • On dit qu’un pouvoir militaire occulte tirerait les ficelles du pouvoir.
    (Odile Tremblay, dans Le Devoir du 28 mars 2015.)

Un pouvoir tirerait les ficelles du pouvoir? Je suggérerais :

On dit qu’un pouvoir militaire occulte tirerait les ficelles du gouvernement.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Conversations à Alger durant le mois des fous » : http://www.ledevoir.com/culture/actualites-culturelles/435668/conversations-a-alger-durant-le-mois-des-fous

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 29 mars 2015

De Gengis Kahn à François Mitterand

  • [...] de François Mitterand à Marine Le Pen et de Jacques Parizeau à Philippe Couillard.
    (Francine Pelletier, dans Le Devoir du 25 mars 2015.)

Le nom de famille de l'ancien président prend deux r : François Mitterrand.

  • [...] Gaétan Barrette, le Gengis Kahn du corps médical [...]

D'après mon Petit Robert des noms propres et les résultats d'une recherche Google, on écrit Gengis Khan.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Nous sommes le peuple! » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/435359/nous-sommes-le-peuple

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:46 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 28 mars 2015

La jeunesse

  • Mais bon, on ne va quand même pas reprocher à la jeunesse sa dissidence devant le conformisme, devant nos capitulations?

    Eh ben oui. C’est exactement ce qu’on leur reproche. Leur idéalisme, grossièrement maquillé en caprice.
    (David Desjardins, dans Le Devoir du 28 mars 2015.)

« Encore la même chronique », s'intitule aujourd'hui le texte de monsieur Desjardins. De mon côté, j'aurais pu choisir comme titre, ou presque, « Encore le même billet » :

Mais bon, on ne va quand même pas reprocher à la jeunesse sa dissidence devant le conformisme, devant nos capitulations?

Eh ben oui. C’est exactement ce qu’on lui reprocheSon idéalisme, grossièrement maquillé en caprice.

Il est vrai que, au nombre des manifestants, il y avait sans doute beaucoup de ce qu'on appelle parfois, dans une langue vieillie et familière, de belles jeunesses.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Encore la même chronique » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/435750/encore-la-meme-chronique

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 14:06 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 27 mars 2015

Sensationalisme

  • Mercredi, sur les ondes de LCN, M. Khadir justifiait les manifestations de la veille en reprochant aux médias, « qui s'alimentent dans le sensationalisme et dans la violence », de repasser en boucle les affrontements de mardi soir avec la police.
    (Gilbert Lavoie, dans Le Soleil du 26 mars 2015.)

On écrit sensationnalisme :

Presse assoiffée de sensationnalisme. (Petit Robert.)

Ce mot n'est pas visé par les rectifications de l'orthographe.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Khadir a la mémoire courte » : http://www.lapresse.ca/le-soleil/opinions/chroniqueurs/201503/25/01-4855490-khadir-a-la-memoire-courte.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_gilbert-lavoie_3276_section_POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Langue et traduction - Commentaires [2] - Permalien [#]

mercredi 25 mars 2015

Le Nouveau Parti démocrate

  • [...] a répondu M. Harper, hier, au chef du Nouveau Parti démocrate (NPD), Thomas Mulcair.
    (Manon Cornellier, dans Le Devoir du 25 mars 2015.)

Monsieur Mulcair dirige le Nouveau Parti démocratique. Voir le site du parti.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Dans le tordeur » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/435417/dans-le-tordeur

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 21:07 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 24 mars 2015

Défi

  • Deion Sanders, dites-vous, qui joua aussi bien comme ailier espacé que comme défi* défensif?
    (Jean Dion, dans Le Devoir du 24 mars 2015.)

Il devait jouer comme demi défensif.

  • Bien après la fin de sa carrière, il a continué à déblatérer à propos du football moderne qui n’était pas aussi bon qu’à son époque et sur les salaires insensés des joueurs (qui n’ont pas même pas* la décence élémentaire de jouer des deux côtés du ballon).

On ne peut pas jouer des deux côtés à la fois :

... qui n'ont pas même la décence...

... qui n'ont même pas la décence... 

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

* Le 25 mars à 11 h 35, je vois que la faute a été corrigée.

« Le dernier des vrais » : http://www.ledevoir.com/sports/football/435321/c-est-du-sport-le-dernier-des-vrais

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 23 mars 2015

Le mode de gestion privilégiée

  • L’ingérence est au contraire le mode de gestion privilégiée* par M. Barrette [...]
    (Michel David, dans Le Devoir du 10 mars 2015.)

C'est un mode de gestion qui est privilégié :

L’ingérence est au contraire le mode de gestion privilégié par M. Barrette [...]

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

* Le 25 mars à 11 h 35, je vois que la faute a été corrigée.

« Le boss » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/434010/le-boss

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 22 mars 2015

Vous paranoïez?

Paranoïer.

  • Il paranoïe à l’idée d’être reconnu par un ex-codétenu.
    (Lisa-Marie Gervais, dans Le Devoir du 21 mars 2015.)

Je ne trouve pas le verbe paranoïer dans les dictionnaires (j'ai consulté le Multidictionnaire, le Petit Robert, le Grand Robert et le Trésor de la langue française informatisé). Je proposerais de le remplacer par angoisser, paniquer, être mort de peur, être terrifié.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Briser le cycle infernal des agressions sexuelles » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/435091/des-cercles-pour-briser-l-isolement

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 21 mars 2015

Pour...

  • On tâte la marchandise, on sent la bouffe, on se pousse pour laissez-passer des livreurs qui peinent à avancer.
    (Guillaume Bourgault-Côté dans son blogue, le 21 mars 2015.)

Il ne s'agit pas d'obtenir un laissez-passer pour quoi que ce soit :

On tâte la marchandise, on sent la bouffe, on se pousse pour laisser passer* des livreurs qui peinent à avancer.

Je flaire un vilain tour d'un correcteur orthographique qu'il faudrait avoir à l'œil.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

* Le 22 mars à 17 h 35, je vois que la correction a été apportée.

« La vie était ailleurs » : http://www.ledevoir.com/opinion/blogues/le-petit-carnet/435182/la-vie-etait-ailleurs

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 17:00 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]