Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

lundi 9 mars 2015

Êtes-vous la francophonie?

  • Le géographe français Onésime Reclus a eu une idée de génie, en 1886, en inventant le mot « francophonie ». Reclus travaillait à une représentation du monde selon les langues plutôt que les « races » ou les « religions ». Ce faisant, il a inventé une civilisation.

    Bizarrement, le concept est tombé dans l’oubli, jusqu’aux années 1930, où le mot resurgit au sens d’« indigène francisé ». En 1962, Léopold Sédar Senghor, alors président du Sénégal nouvellement indépendant, lui redonne son sens originel désignant tout ceux qui parlent la langue.
    (Jean-Benoît Nadeau, dans Le Devoir du 9 mars 2015.)

Deux observations :

1. Une personne n'est pas la francophonie à elle toute seule : elle est francophone. Heureusement, d'après ce que je vois dans le Grand Robert (notes sur l'étymologie et citation ci-dessous) ainsi que dans un ouvrage de Luc Pinhas, il semble qu'Onésime Reclus ait inventé les deux mots :

Nous mettons aussi de côté quatre grands pays, le Sénégal, le Gabon, la Cochinchine, le Cambodge dont l'avenir du point de vue « francophone » est encore très douteux, sauf peut-être pour le Sénégal. Par contre, nous acceptons comme francophones tous ceux qui sont ou semblent destinés à rester ou à devenir participants de notre langue [...] Toutefois nous n'englobons pas tous les Belges dans la « francophonie » […] (Onésime Reclus, dans le Grand Robert.)

2. Bien entendu, il fallait écrire tous ceux.

Je suggérerais* :

Le géographe français Onésime Reclus a eu une idée de génie, en 1886, en inventant les mots « francophone » et « francophonie ». Reclus travaillait à une représentation du monde selon les langues plutôt que les « races » ou les « religions ». Ce faisant, il a inventé une civilisation.

Bizarrement, le concept est tombé dans l’oubli, jusqu’aux années 1930, où le mot « francophone » resurgit au sens d’« indigène francisé ». En 1962, Léopold Sédar Senghor, alors président du Sénégal nouvellement indépendant, lui redonne à « francophonie » son sens originel désignant tous ceux qui parlent la langue.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

* Le 10 mars à 18 h 45, je vois que les corrections suggérées au deuxième paragraphe ont été apportées; on a cependant placé au mauvais endroit le guillemet ouvrant devant « francophonie ».

« L'idée francophone » : http://www.ledevoir.com/culture/actualites-culturelles/433869/l-idee-francophone

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 19:36 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]