Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

mardi 24 février 2015

Faut se parler

  • Avant de vous dire tout le bien que je pense du Centre de la francophonie des Amériques, voici une anecdote qui montre le vide qu’elle doit combler.
    (Jean-Benoît Nadeau, dans Le Devoir du 23 février 2015.)

Ce n'est pas une anecdote ni la francophonie qui doit combler le vide :

Avant de vous dire tout le bien que je pense du Centre de la francophonie des Amériques, voici une anecdote qui montre le vide qu’il* doit combler.

  • Les 20 et 30 millions de francophones des Amériques ne forment pas le plus gros bataillon parmi les 275 millions de francophones dans le monde, mais c’est notre arrière-cour. Le mandat du CFA, c’est d’animer et de faire réseauter tout ce beau monde entre l’Alaska et la Terre de Feu et d’un océan à l’autre. Pour paraphraser la célèbre pub de Labatt : on est 30 millions, faut se parler!

Les 20 et 30 millions de francophones des Amériques, qu'est-ce que cela peut signifier, s'il y a 30 millions de francophones entre l'Alaska et la Terre de Feu? Changeons un petit mot de rien du tout, pour voir :

Les 20 à 30 millions* de francophones des Amériques ne forment pas le plus gros bataillon parmi les 275 millions de francophones dans le monde, mais c’est notre arrière-cour.

Était-ce bien le message? Se parler, ce n'est pas jouer aux devinettes.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

* Le 27 février à 17 h, je vois que la correction a été apportée.

« On est 30 millions, faut se parler » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/432584/on-est-30-millions-faut-se-parler

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 17:24 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 22 février 2015

Les plaies

  • Cette initiative postule que les plaies du chômage, du décrochage scolaire, de la drogue, du suicide et des fugues doivent être également pris en considération.
    (Jean-Claude Leclerc, dans Le Devoir du 8 septembre 2014.)

Ce sont les plaies, noyau du groupe sujet, qui doivent être également prises en considération.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« La réponse ne saurait venir des gouvernements seuls » : http://www.ledevoir.com/societe/ethique-et-religion/417857/les-autochtones-disparues-ou-assassinees-la-reponse-ne-saurait-venir-des-gouvernements-seuls

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 21 février 2015

L'objectif visant à...

  • La résolution pour 2015 d’Ellen Stofan, scientifique en chef à la NASA? S’approcher de l’objectif visant à envoyer une mission habitée sur la planète rouge d’ici 2030, rapporte Nature en entrevue.
    (Amélie Daoust-Boisvert, dans Le Devoir du 5 janvier 2015.)

On vise un objectif, mais celui-ci se contente d'exister :

La résolution pour 2015 d’Ellen Stofan, scientifique en chef à la NASA? S’approcher de l’objectif consistant à envoyer une mission habitée sur la planète rouge d’ici 2030, rapporte Nature en entrevue.

La résolution pour 2015 d’Ellen Stofan, scientifique en chef à la NASA? S’approcher de l’objectif d'envoyer une mission habitée sur la planète rouge d’ici 2030, rapporte Nature en entrevue.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Splendeurs et misères de la science » : http://www.ledevoir.com/societe/science-et-technologie/428089/splendeurs-et-miseres-de-la-science

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 20 février 2015

Comment le manquer?

  • En revanche, pour les enfants, ce programme est devenu l'immanquable rendez-vous quotidien de 18 h 30, à ne manquer sous aucun prétexte.
    (Aurélia Vertaldi dans lefigaro.fr; texte mis à jour le 20 février 2015 à 10 h 45.)

En revanche, pour les enfants, ce programme est devenu le rendez-vous quotidien de 18 h 30, à ne manquer sous aucun prétexte.

* * * * *

  • Elle décide de ne pas révéler la nouvelle à son père un brin
    sur-protecteur.

On écrit surprotecteur, sans trait d'union :

Des mères surprotectrices, contrastant avec des pères absents.
(F.-B. Michel, dans le Petit Robert.)

* * * * *

  • [...] la blonde peste de la série qui arbore des tenues afriolantes [...]

L'adjectif affriolantes prend deux f :

Un programme qui n'a rien d'affriolant. (Petit Robert.)

Ce mot n'est pas visé par les rectifications de l'orthographe.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Violetta met les enfants en transe au Zénith » : http://www.lefigaro.fr/musique/2015/02/19/03006-20150219ARTFIG00309-violetta-met-les-enfants-en-transe-au-zenith.php

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 19 février 2015

Grâce à... et le

  • Plus important encore, grâce à un heureux concours de circonstances et le dévouement du personnel hospitalier, ils peuvent espérer fêter leur prochain Noël à quatre.
    (Guillaume Piedboeuf, dans Le Soleil du 7 janvier 2015.)

La préposition à doit être répétée :

Plus important encore, grâce à un heureux concours de circonstances et au dévouement du personnel hospitalier, ils peuvent espérer fêter leur prochain Noël à quatre.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Une petite miraculée pour Noël » : http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/sante/201501/06/01-4833056-une-petite-miraculee-pour-noel.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_lire_aussi_4833059_article_POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 18 février 2015

La France, l'Italie et l'Espagne

  • On sait que la France, l’Italie et l’Espagne, entre autres, l’ont déjà fait et qu’ils ont vu plusieurs de leurs ressortissants sortir des griffes de leurs ravisseurs.
    (Claude Lévesque, dans Le Devoir du 25 septembre 2014.)

On sait que la France, l’Italie et l’Espagne, entre autres, l’ont déjà fait et qu’elles ont vu plusieurs de leurs ressortissants sortir des griffes de leurs ravisseurs.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Kidnapping inc. » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/419379/reperes-kidnapping-inc

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 17 février 2015

Récemment, les cours devront aborder...

  • Récemment, en raison des attentats à la rédaction de Charlie Hebdo et au supermarché casher de Paris, les cours d’éducation civique — qui ont les mêmes desseins que celui d’éthique et culture religieuse — devront davantage aborder la question des religions, selon de nouvelles consignes.
    (Lisa-Marie Gervais, dans Le Devoir du 17 février 2015.)

Récemment veut dire « à une époque récente, depuis peu de temps » (Petit Robert); il ne peut donc se rapporter à un verbe au futur :

Je l'ai vue tout récemment. (Petit Robert.)

Une invention de la presse anglaise importée récemment. (Balzac, dans le Petit Robert.) 

Je proposerais :

Depuis peu, en raison des attentats à la rédaction de Charlie Hebdo et au supermarché casher de Paris, les cours d’éducation civique — qui ont les mêmes desseins que celui d’éthique et culture religieuse — doivent davantage aborder la question des religions, selon de nouvelles consignes.

Dorénavant, en raison des attentats à la rédaction de Charlie Hebdo et au supermarché casher de Paris, les cours d’éducation civique — qui ont les mêmes desseins que celui d’éthique et culture religieuse — devront davantage aborder la question des religions, selon de nouvelles consignes.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« Prof à tout faire » : http://www.ledevoir.com/societe/education/432071/prof-a-tout-faire

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 16 février 2015

Souvenez-vous

Se souvenir quelque chose ou se souvenir de quelque chose; grammaire française; syntaxe.

  • Souvenez-vous cette scène, dans The Matrix des frères Wachoski [...]
    (David Desjardins, dans Le Devoir du 14 février 2015.)

Deux observations :

  1. D'après les résultats d'une recherche Google, il s'agit plutôt des frères Wachowski.
  2. Le verbe se souvenir, au contraire de se rappeler, introduit son complément au moyen de la préposition de.

Il fallait écrire :

Souvenez-vous de cette scène, dans The Matrix des frères Wachowski [...]

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

« On joue? » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/431841/on-joue

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 15 février 2015

On ne peut mieux

  • Déjà en 1927, on tient à Québec, à la résidence du lieutenant-gouverneur, un grand bal où Narcisse Pérodeau — on ne peut mieux nommé pareille potiche royale — paraît au public déguisé en Louis XIV [...]
    (Jean-François Nadeau, dans Le Devoir du 9 février 2015.)

On dirait : On ne peut mieux décrire [et non pas décrit ni décrite] pareille potiche royale. Il fallait donc employer l'infinitif :

Déjà en 1927, on tient à Québec, à la résidence du lieutenant-gouverneur, un grand bal où Narcisse Pérodeau — on ne peut mieux nommer* pareille potiche royale — paraît au public déguisé en Louis XIV [...]

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

* Le 16 février à 19 h 30, je vois que la correction a été apportée.

« La ligne du sang » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/431318/la-ligne-du-sang

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 14 février 2015

Visa le noir

  • Ça se passait le 5 avril 1970, au dernier match de la saison régulière alors que Canadien visait les Black Hawks, alors en deux mots, à Chicago.
    (Jean Dion, dans Le Devoir du 10 février 2015.)

Euh... visitait*?

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Réviseure pigiste
Québec

* Le 16 février à 19 h 30, je vois que la correction a été apportée.

« Y en aura pas » : http://www.ledevoir.com/sports/hockey/431382/c-est-du-sport-y-en-aura-pas

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]