Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

mercredi 31 décembre 2014

Il est trop tôt pour écarter quoique ce soit

Quoique ce soit ou quoi que ce soit; des démêlées ou des démêlés; grammaire française; orthographe.

  • Mais le stratagème mis en place par l’ancien chef de cabinet du premier ministre, Nigel Wright, et des sénateurs conservateurs influents a secoué la capitale fédérale et le pays, lorsqu’elle a été révélée au grand jour par la GRC.
    (Marie Vastel, dans Le Devoir du 27 décembre 2014.)

Ce n'est pas la capitale fédérale qui a été révélée :

Mais le stratagème mis en place par l’ancien chef de cabinet du premier ministre, Nigel Wright, et des sénateurs conservateurs influents a secoué la capitale fédérale et le pays, lorsqu’il a été révélé au grand jour par la GRC.

* * * * *

  • L’avocat de Mike Duffy a indiqué cet automne qu’il envisage « tout témoin potentiel, à ce moment-ci. Il est trop tôt pour écarter quoique ce soit ».

Quoique, écrit en un seul mot, est une conjonction qui signifie « bien que » :

Quoique ce soit trop tôt pour l'affirmer avec certitude, il est possible que le premier ministre soit appelé à témoigner.

Ce n'est évidemment pas l'idée à rendre dans la phrase à l'étude, où l'on veut dire qu'il est trop tôt pour écarter quelque chose que ce soit. Il fallait donc employer la locution pronominale quoi que, qui s'écrit en deux mots :

L’avocat de Mike Duffy a indiqué cet automne qu’il envisage « tout témoin potentiel, à ce moment-ci. Il est trop tôt pour écarter quoi que ce soit ».

* * * * *

  • Ce sera toutefois à Stephen Harper de décider si toutes ces démêlées feront les manchettes avant les prochaines élections fédérales [...]

Le substantif démêlée ne figure pas dans les dictionnaires que j'ai sous la main. Comme je l'ai déjà signalé, on écrit plutôt démêlé, nom masculin; selon le Petit Robert, on peut avoir des démêlés avec quelqu'un, avec la justice :

Ce sera toutefois à Stephen Harper de décider si tous ces démêlés feront les manchettes avant les prochaines élections fédérales [...]

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Pigiste
Québec

« Deuxième acte dès ce printemps » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/427668/saga-du-senat-deuxieme-acte-des-ce-printemps

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 04:45 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 30 décembre 2014

À ces noms s'est ajouté ceux de...

  • Aux 340 noms déjà cités le mois dernier, comme Apple, Amazon, IKEA et Pepsi, s’est notamment ajouté ceux de Disney, de Skype et de Bombardier, notre Bombardier.
    (Éric Desrosiers, dans Le Devoir du 13 décembre 2014.)

L'inversion du sujet n'entraîne pas l'invariabilité du verbe; les noms de Disney, de Skype et de Bombardier se sont ajoutés :

Aux 340 noms déjà cités le mois dernier, comme Apple, Amazon, IKEA et Pepsi, se sont notamment ajoutés ceux de Disney, de Skype et de Bombardier, notre Bombardier.

* * * * *

  • Pour profiter des avantages fiscaux du Grand-Duché, on comptait créer une filiale qui « emploiera une personne résidente du Luxembourg, à temps partiel, pour la gestion de ses activités quotidienne ».

La faute d'accord ne figure pas dans le document cité, que l'on peut consulter dans le site de Radio-Canada. Par ailleurs, comme l'imparfait comptait appelle le futur du passé, il y aurait lieu de placer le verbe employer à l'extérieur de la citation :

Pour profiter des avantages fiscaux du Grand-Duché, on comptait créer une filiale qui emploierait « une personne résidente du Luxembourg, à temps partiel, pour la gestion de ses activités quotidiennes ».

* * * * *

  • Le Luxembourg n’est évidemment pas le seul à avoir conçu leurs règles pour attirer l’industrie de l’optimisation fiscale.

Le Canada conçoit ses propres règles, le Luxembourg aussi :

Le Luxembourg n’est évidemment pas le seul à avoir conçu ses règles pour attirer l’industrie de l’optimisation fiscale.

* * * * *

  • Selon l’économiste français Gabriel Zucman, il faudrait, par exemple, imposé des droits de douane [...]

Il faudrait aussi relire attentivement son texte, et non pas relu :

Selon l’économiste français Gabriel Zucman, il faudrait, par exemple, imposer des droits de douane [...]

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Pigiste
Québec

« Notre employé à temps partiel au Grand-Duché » : http://www.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/426623/perspectives-notre-employe-a-temps-partiel-au-grand-duche

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 04:21 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 29 décembre 2014

Ils l'ont qualifié d'insultante

  • Ç’a donné une séquence hilarante, que les représentants des médias ont qualifié d’insultante, mais c’est parce que la majorité d’entre eux n’ont aucun sens de l’humour, les pauvres.
    (Jean Dion, dans Le Devoir du 24 décembre 2014.)

Les représentants des médias ont qualifié la séquence d'insultante; le participe passé employé avec avoir doit s'accorder avec le complément d'objet direct lorsque celui-ci est placé devant le verbe :

Ç’a donné une séquence hilarante, que les représentants des médias ont qualifiée d’insultante, mais c’est parce que la majorité d’entre eux n’ont aucun sens de l’humour, les pauvres.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Pigiste
Québec

« La réponse » : http://www.ledevoir.com/sports/football/427607/c-est-du-sport-la-reponse

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 03:50 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 28 décembre 2014

Une tradition dont ils se sont fait les champions

Se faire + nom attribut, accord du participe passé; ils se sont fait les champions, ils se sont faits les champions; elle s'est fait la protectrice, elle s'est faite la protectrice; elles se sont fait les protectrices, elles se sont faites les protectrices; grammaire française; orthographe d'accord.

  • Si oui, ceux-là — dont M. Coiteux? — trahissent une tradition issue du Parti libéral du Québec, dont les Lesage, Gérin-Lajoie, Pelletier et Charest, entre autres, se sont fait les champions.
    (Antoine Robitaille, dans Le Devoir du 27 décembre 2014.)

D'après ce que je vois dans le Hanse-Blampain, le Multidictionnaire et le Girodet, le participe passé du verbe pronominal se faire, employé au sens de devenir, s'accorde avec le sujet du verbe :

Ils se sont faits marins. (Girodet et Multidictionnaire.)

Elle s'est faite la protectrice des réfugiés. (Hanse-Blampain, à l'article « écho ».)

Il fallait donc écrire :

Si oui, ceux-là — dont M. Coiteux? — trahissent une tradition issue du Parti libéral du Québec, dont les Lesage, Gérin-Lajoie, Pelletier et Charest, entre autres, se sont faits les champions.

J'ai déjà abordé la question ici.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Pigiste
Québec

« Ratatinement, II » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/427657/abolition-de-l-aieq-ratatinement-ii

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 03:45 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 27 décembre 2014

Je ne me souviens pas ce que je lui avais fait

Se souvenir ce que, se souvenir de ce que; se souvenir quelque chose, se souvenir de quelque chose; se souvenir quelqu'un, se souvenir de quelqu'un; grammaire française; syntaxe.

  • Je ne me souviens pas ce que je lui avais fait (ça devait être grave!), mais mon frère Olivier était tellement fâché contre moi qu'il m'avait annoncé, par mesure de représailles, que le père Noël n'existe pas.
    (Vincent Marissal, dans La Presse du 27 décembre 2014.)

On se souvient – ou pas – de quelque chose ou de quelqu'un :

Je ne me souviens pas de ce que je lui avais fait (ça devait être grave!), mais mon frère Olivier était tellement fâché contre moi qu'il m'avait annoncé, par mesure de représailles, que le père Noël n'existe pas.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Pigiste
Québec

« Le Noël du P'tit Nanane » : http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/vincent-marissal/201412/27/01-4831153-le-noel-du-ptit-nanane.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_vincent-marissal_3280_section_POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 17:42 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 26 décembre 2014

« Peut-être » et l'inversion du sujet

  • On ne le sait pas, et peut-être lui-même ne le sait pas.
    (Bernard Descôteaux, dans Le Devoir du 26 novembre 2014.)

D'après ce que je vois dans le Multidictionnaire et dans le Hanse-Blampain, peut-être, lorsqu'il est placé en début de proposition, entraîne généralement l'inversion du sujet :

On ne le sait pas, et peut-être lui-même ne le sait-il pas.

On ne le sait pas, et peut-être ne le sait-il pas lui-même.

Il n'y aurait cependant pas d'inversion après la locution peut-être que :

On ne le sait pas, et peut-être que lui-même ne le sait pas.

On ne le sait pas, et peut-être qu'il ne le sait pas lui-même.

On pourrait aussi écrire, en déplaçant peut-être :

On ne le sait pas, et lui-même ne le sait peut-être pas.

On ne le sait pas, et il ne le sait peut-être pas lui-même.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Pigiste
Québec

« Quelle rénovation? » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/424940/fonction-publique-quelle-renovation

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 25 décembre 2014

Ça tombe bien

  • Rendus là, on se sentait [...] catapultés dans un film épique de Metro-Goldwyn-Mayer, la mer Rouge se séparait en deux, les méchants Romains, tous des athées, tombaient avec leurs cheveux, le cul par-dessus tête, dans le trou au milieu.
    (Francine Pelletier, dans Le Devoir du 24 décembre 2014.) 

Je crois bien que, dans le film à grand déploiement qu'évoque madame Pelletier (Les dix commandements, si mes souvenirs sont exacts), ce sont plutôt les méchants Égyptiens qui tombent avec leurs chevaux, mais bon, c'est Noël, les enfants rêvent et peut-être que les adultes aussi...

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Pigiste
Québec

« Joyeux Noël » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/427532/joyeux-noel

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 13:50 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 24 décembre 2014

Attribut de deux sujets inversés

  • [...] la Grande-Bretagne et les États-Unis étant toujours les seuls à respecter l’objectif de 2 % du PIB (le Canada dépense environ l’équivalent d’environ 1 % de son PIB).
    (Manon Cornellier, dans Le Devoir du 3 septembre 2014.)

Deux possibilités :

[...] la Grande-Bretagne et les États-Unis étant toujours les seuls à respecter l’objectif de 2 % du PIB (le Canada dépense environ l’équivalent d’environ 1 % de son PIB).

[...] la Grande-Bretagne et les États-Unis étant toujours les seuls à respecter l’objectif de 2 % du PIB (le Canada dépense environ l’équivalent de 1 % de son PIB).

* * * * *

  • Plus chaud encore seront le dossier ukrainien et le projet de force d’intervention rapide [...]

L'attribut doit s'accorder avec les sujets du verbe, même s'ils sont inversés :

Plus chauds encore seront le dossier ukrainien et le projet de force d’intervention rapide [...]

* * * * *

Joyeux Noël à tous!

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Pigiste
Québec

« Le poids des mots » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/417451/le-poids-des-mots

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 23 décembre 2014

Connaître au moins dans les grandes lignes du plan...

  • En affaires, quand le plan A ne fonctionne pas, on passe au plan B. Les militants péquistes, tout comme l’ensemble des Québécois sont en droit de connaître au moins dans les grandes lignes de celui de M. Péladeau.
    (Michel David, dans Le Devoir du 18 décembre 2014.)

On peut dire que les militants sont en droit de connaître les grandes lignes du plan B ou le plan B dans ses grandes lignes, mais non dans les grandes lignes du plan B :

En affaires, quand le plan A ne fonctionne pas, on passe au plan B. Les militants péquistes, tout comme l’ensemble des Québécois, sont en droit de connaître au moins dans les grandes lignes de celui de M. Péladeau.

En affaires, quand le plan A ne fonctionne pas, on passe au plan B. Les militants péquistes, tout comme l’ensemble des Québécois, sont en droit de connaître au moins dans les grandes lignes de celui de M. Péladeau.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Pigiste
Québec

« La drôle de course » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/427039/la-drole-de-course

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 22 décembre 2014

Aucun élu

  • Pourquoi aucun élu de l’Assemblée nationale — à part Tony Tomassi — n’a-t-il été arrêté? Sont-ils protégés?
    (Antoine Robitaille, dans Le Devoir du 22 décembre 2014.)

Un pronom pluriel ne peut pas représenter un nom singulier. On pouvait écrire :

Pourquoi aucun des élus de l’Assemblée nationale — à part Tony Tomassi — n’a-t-il été arrêté? Sont-ils protégés?

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Pigiste
Québec

« Vive l’UPAC libre! » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/427368/autonomie-de-l-unite-permanente-vive-l-upac-libre

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]