Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

dimanche 30 novembre 2014

Peut-être en resteraient-ils

  • Mais s’ils [les médecins] n’avaient pas accaparé les budgets avec leurs plantureuses augmentations, peut-être en resteraient-ils un peu pour le reste!
    (Antoine Robitaille, dans Le Devoir du 29 novembre 2014.)

Je ne conseillerai pas d'éliminer la répétition rester... reste, parce qu'elle me paraît servir le propos. Je signale toutefois que nous avons affaire ici à un impersonnel; pour s'en rendre compte, il suffit de supprimer l'inversion du sujet et du verbe. On dirait en effet :

[...] peut-être qu'il en resterait un peu pour le reste!

Et non pas :

[...] peut-être qu'ils en resteraient un peu pour le reste!

Il fallait écrire :

Mais s’ils n’avaient pas accaparé les budgets avec leurs plantureuses augmentations, peut-être en resterait-il un peu pour le reste!

* * * * *

  • Toutefois, que vient faire ce sujet en question dans le projet de loi?

Il fallait choisir :

Toutefois, que vient faire ce sujet en question dans le projet de loi?

Toutefois, que vient faire le sujet en question dans le projet de loi?

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Pigiste
Québec

« Indispensable bâton » : http://www.ledevoir.com/societe/sante/425323/projet-de-loi-20-sur-l-acces-aux-soins-indispensable-baton

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 06:21 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 29 novembre 2014

La participation des femmes?

  • Il faut sauver ce qu’il va rester des garderies, car la participation des femmes à l’avancement de la société, qui était devenue un plus pour la collectivité, risque de les retourner entre les quatre murs de leur maison.
    (Lise Payette, dans Le Devoir du 28 novembre 2014.)

Ce n'est certes pas la participation des femmes à l'avancement de la société qui risque de les retourner entre les quatre murs de leur maison, mais la hausse des frais de garde. J'imagine que madame Payette voulait dire :

Il faut sauver ce qu’il va rester des garderies, car la participation des femmes à l’avancement de la société, qui était devenue un plus pour la collectivité, se trouve compromise par la hausse des frais de garde, qui risque de les retourner entre les quatre murs de leur maison.

* * * * *

  • On leur vend l’électricité moins cher qu’au citoyen payeur de taxes [...]

Comme je l'ai déjà signalé, payeur de taxes est le calque de taxpayer; en français correct, on dit plutôt contribuable.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Pigiste
Québec

« Joyeux Noël à vous aussi, M. Coiteux » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/425167/joyeux-noel-a-vous-aussi-m-coiteux

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 03:15 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 28 novembre 2014

Prendre une chance, prendre « une » risque

  • « On ne peut prendre aucune risque avec la santé humaine », a déclaré le ministre québécois.
    (Martin Ouellet, PC, dans Le Devoir du 28 novembre 2014.)
  • « On ne peut prendre aucune chance avec la santé humaine », a déclaré Pierre Paradis.
    (Légende d'une photo accompagnant le même article.)

Qu'a-t-il donc déclaré au juste, le ministre Pierre Paradis? Aurait-il utilisé l'expression prendre une chance, calque de to take a chance? On aurait dû, il me semble, le citer chaque fois fidèlement, et signaler l'anglicisme par la mention sic, entre crochets :

« On ne peut prendre aucune chance [sic] avec la santé humaine », a déclaré le ministre québécois.

« On ne peut prendre aucune chance [sic] avec la santé humaine », a déclaré Pierre Paradis.

Et j'aurai l'air de chanter toujours la même antienne, mais n'oublions pas qu'il faut se relire après avoir apporté une modification. (Cela dit, l'expression prendre un risque est correcte.)

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Pigiste
Québec

« Le ministre veut forcer les épiciers à jeter la viande après trois jours » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/425175/le-ministre-de-l-agriculture-veut-interdire-le-remballage-des-viandes

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 05:01 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 27 novembre 2014

Leur rémunération est en retard, lequel...

Actualisation du nom et antécédent du pronom relatif; grammaire française; syntaxe.

  • Leur rémunération est en retard de 8 % sur le secteur privé, lequel s’accroîtra encore.
    (Bernard Descôteaux, dans Le Devoir du 26 novembre 2014.)

Contrairement à ce qu'indique la construction de la phrase, l'éditorialiste n'a pas voulu dire que le secteur privé s'accroîtra encore; c'est plutôt, d'après le contexte, le retard de la rémunération des employés de l'État qui va augmenter. La confusion est causée en partie par la place du syntagme le secteur privé, mais elle est aussi attribuable au fait que le nom retard n'est employé dans la phrase qu'à titre de composante de la locution adverbiale en retard; n'étant pas actualisé par l'article ou un autre déterminant, il ne peut être représenté par un pronom relatif.

Ainsi la formulation suivante, où serait éliminée la première cause de confusion, ne serait guère meilleure que celle qui nous occupe :

Leur rémunération est en retard de 8 % sur l'entreprise privée, lequel s’accroîtra encore.

On pourrait écrire, par exemple :

Leur rémunération est en retard de 8 % sur le secteur privé, et cet écart s’accroîtra [ou se creusera] encore.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Pigiste
Québec

« Quelle rénovation? » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/424940/fonction-publique-quelle-renovation

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 07:03 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 26 novembre 2014

Peser fort dans la balance

Peser fort dans la balance, peser lourd dans la balance; usage.

  • De toute évidence, la voix de Preston Manning n'avait pas pesé très fort dans la balance...
    (Vincent Marissal, dans La Presse du 9 septembre 2014.)

D'après ce que je peux voir, le Petit Robert, le Grand Robert et le Trésor de la langue française informatisé n'admettent pas peser fort dans la balance ni peser fort, mais peser lourd dans la balance, peser lourd :

Cela ne pèsera pas lourd dans la balance. (Petit Robert et Grand Robert, à l'article « lourd ».)

Cet argument, son avis ne pèse pas lourd. (Petit Robert, à l'article « peser ».)

Cet inculpé a des antécédents qui pèseront lourd. (Grand Robert, à l'article « antécédent ».)

J'ai reproché bien des choses à mon père... Bah! tout cela ne pèserait pas lourd si mon père avait fait en sorte que je pusse l'aimer, simplement de tout mon cœur. (Duhamel dans le Grand Robert, à l'article « lourd ».)

Je suis sûre qu'il me préfère à toute autre; mais absente, je ne pèse pas lourd; c'est comme ça qu'il est. (Mauriac dans le Grand Robert, à l'article « peser ».)

[...] si tu étais convaincu que dans l'ensemble c'est le parti qui tient le bon bout, tu penserais que tes petites histoires personnelles ne pèsent pas lourd à côté des trucs qui sont en jeu. (Beauvoir dans le Trésor, à l'article « lourd ».)

Il faudrait écrire :

De toute évidence, la voix de Preston Manning n'avait pas pesé très lourd dans la balance...

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Pigiste
Québec

« Ne me quitte pas » : http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/vincent-marissal/201409/09/01-4798425-ne-me-quitte-pas.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_vincent-marissal_3280_section_POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 07:05 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 25 novembre 2014

Parce que l'erreur est humaine

  • D’autre part, Jean-François Lisée contribue à renforcer l’impression au sein de la population que la charte de la laïcité a entraîner la débâcle du PQ au scrutin, poursuit-elle.
    (Marco Bélair-Cirino, dans Le Devoir du 15 novembre 2014.)

D’autre part, Jean-François Lisée contribue à renforcer l’impression au sein de la population que la charte de la laïcité a entraîné la débâcle du PQ au scrutin, poursuit-elle.

  • Depuis le scrutin, le prétendant à la succession de Pauline Marois dit avoir le regard tourné vers l’avenir lorsqu’il propose, par exemple, de limiter aux employés de l’État en position d’autorité une éventuellement interdiction du port de signes religieux.

Depuis le scrutin, le prétendant à la succession de Pauline Marois dit avoir le regard tourné vers l’avenir lorsqu’il propose, par exemple, de limiter aux employés de l’État en position d’autorité une éventuelle interdiction du port de signes religieux.

L'erreur est humaine; c'est pourquoi il faut se relire.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Pigiste
Québec

« Louise Beaudoin rappelle à l’ordre Lisée » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/424028/course-a-la-chefferie-du-pq-louise-beaudoin-rappelle-a-l-ordre-lisee

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 06:35 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 24 novembre 2014

Nos petits coeurs

  • Son travail, c’est d’ausculter nos petits cœurs. Puis, dans le cas qui nous occupe, de le cartographier, de trouver ses points faibles, puis de les exploiter.
    (David Desjardins, dans Le Devoir du 22 novembre 2014.)

Je suggérerais par exemple :

Son travail, c’est d’ausculter nos petits cœurs. Puis, dans le cas qui nous occupe, de les cartographier, de trouver leurs points faibles et d'ensuite les exploiter.

Son travail, c’est d’ausculter nos petits cœurs. Puis, dans le cas qui nous occupe, de les cartographier, de trouver leurs points faibles pour ensuite les exploiter.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Pigiste
Québec

« Fabriquer le consentement selon TransCanada » : http://www.ledevoir.com/societe/medias/424644/fabriquer-le-consentement

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 05:30 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 23 novembre 2014

À la condition si...

  • Les électeurs pourraient mieux comprendre que le gouvernement renie ses promesses électorales à la condition si on leur démontre qu’on n’est pas chaque fois en train de jeter le bébé avec l’eau du bain.
    (Bernard Descôteaux, dans Le Devoir du 22 novembre 2014.)

Les électeurs pourraient mieux comprendre que le gouvernement renie ses promesses électorales à la condition si on leur démontrait qu’on n’est pas chaque fois en train de jeter le bébé avec l’eau du bain.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Pigiste
Québec

« La promesse brisée » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/424646/gouvernement-couillard-la-promesse-brisee

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 05:49 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 22 novembre 2014

Figures de proue

  • Poliment mais fermement, on a tour à tour rappelé aux figures de proue péquistes qu’à tant se préoccuper du « comment », on oubliait de mettre à jour le « pourquoi » de l’indépendance. On a aussi rappelé la difficulté qu’ils ont eue jusqu’à maintenant à tendre l’oreille.
    (Francine Pelletier, dans Le Devoir du 24 septembre 2014.)

Poliment mais fermement, on a tour à tour rappelé aux figures de proue péquistes qu’à tant se préoccuper du « comment », on oubliait de mettre à jour le « pourquoi » de l’indépendance. On a aussi rappelé la difficulté qu’elles ont eue jusqu’à maintenant à tendre l’oreille.

Poliment mais fermement, on a tour à tour rappelé aux figures de proue péquistes qu’à tant se préoccuper du « comment », on oubliait de mettre à jour le « pourquoi » de l’indépendance. On a aussi rappelé la difficulté que les dirigeants ont eue jusqu’à maintenant à tendre l’oreille.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Pigiste
Québec

« Le champ de ruines » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/419239/le-champ-de-ruines?utm_source=infolettre-2014-09-24&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 08:15 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 21 novembre 2014

Vous en comptez combien?

  • Le Minnesota, Nebraska, Massachusetts, Iowa et le New Jersey figurent parmi les cinq États américains les plus touchés, selon cette étude de 130 pages.
    (AFP dans le site du Devoir, le 17 novembre 2014 à 16 h 54.)

Je compte déjà cinq États; on ne peut donc pas dire qu'ils figurent parmi les cinq :

Le Minnesota, le Nebraska, le Massachusetts, l'Iowa et le New Jersey sont les cinq États américains les plus touchés, selon cette étude de 130 pages.

Je supprimerais américains, parce qu'on a clairement indiqué plus haut qu'il était question des États-Unis.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Pigiste
Québec

« 2,5 millions d’enfants américains ont vécu sans domicile fixe en 2013 » : http://www.ledevoir.com/international/etats-unis/424132/2-5-millions-d-enfants-americains-ont-vecu-sans-domicile-fixe-en-2013

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 07:00 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]