Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

jeudi 9 octobre 2014

Arracher les yeux... à qui?

  • Il y a quelque chose de particulièrement barbare à l’idée de décapiter quelqu’un, c’est vrai. Et puis, cette mise en scène théâtrale, le supplicié à genoux, nous montrant seulement ce qu’il va bientôt perdre, une tête stupéfiée, surplombé de son bourreau emmitouflé de noir. Comment ne pas réagir, comment ne pas vouloir leur arracher les yeux à leur tour?
    (Francine Pelletier, dans Le Devoir du 8 octobre 2014.)

Comme ce paragraphe est le premier de son article et qu'elle n'y fait mention que de deux personnes, la chroniqueuse donne l'impression, par l'emploi du pronom leur, de vouloir arracher les yeux à la fois au bourreau et au supplicié. Je suis pourtant certaine qu'elle ne souhaiterait s'attaquer qu'au premier :

Comment ne pas réagir, comment ne pas vouloir leur arracher les yeux à cette brute?

* * * * *

  • Depuis que les Américains ont commencé leur bombardement contre l’EI en août, 6000 combattants se sont joints au groupe qui sème la terreur. L’EI s’est également associé à sa rivale dans la région, les djihadistes du Front al-Nosra, affiliés à al-Qaïda.

Sa rivale ne peut évidemment représenter un masculin pluriel :

Depuis que les Américains ont commencé leur bombardement contre l’EI en août, 6000 combattants se sont joints au groupe qui sème la terreur. L’EI s’est également associé à ses rivaux dans la région, les djihadistes du Front al-Nosra, affiliés à al-Qaïda.

* * * * *

  • On sait aussi — bien que le gouvernement américain a supprimé ces pages de son rapport — que l’Arabie saoudite a joué un rôle dans l’attaque du World Trade Center.

Bien que doit être suivi du subjonctif :

On sait aussi — bien que le gouvernement américain ait supprimé ces pages de son rapport — que l’Arabie saoudite a joué un rôle dans l’attaque du World Trade Center.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Oeil pour oeil » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/420449/oeil-pour-oeil

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]