Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

dimanche 31 août 2014

Les décisions de poursuivre ou non

  • On a créé le DPCP [Directeur des poursuites criminelles et pénales] précisément pour montrer clairement que le politique n'intervient pas dans les décisions de poursuivre ou non une personne.
    (Yves Boisvert, dans La Presse du 27 août 2014.)

Poursuivre ou non une personne, cela ne fait à mon sens qu'une décision à prendre :

On a créé le DPCP précisément pour montrer clairement que le politique n'intervient pas dans la décision de poursuivre ou non une personne.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« L'ingérence politique » : http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/yves-boisvert/201408/27/01-4794891-lingerence-politique.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_yves-boisvert_3256_section_POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 02:38 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 30 août 2014

Le coût des services

  • [...] le coût de ces services est en croissance constante, surtout en santé, où ils ont crû de 3 à 5 % selon les provinces.
    (Bernard Descôteaux, dans Le Devoir du 30 août 2014.)

C'est le coût des services qui a augmenté. On aurait pu écrire, par exemple :

[...] le coût de ces services est en croissance constante, surtout en santé, où il a crû de 3 à 5 % selon les provinces.

[...] le coût de ces services est en croissance constante, surtout en santé, où il a augmenté de 3 à 5 % selon les provinces.

[...] le coût de ces services est en croissance constante, surtout en santé, où l'augmentation est de 3 à 5 % selon les provinces.

[...] le coût de ces services est en croissance constante, surtout en santé, où la hausse atteint de 3 à 5 % selon les provinces.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« L'entêtement d'Ottawa » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/417238/desequilibre-fiscal-l-entetement-d-ottawa

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 17:52 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 29 août 2014

Il y a des parties qui ne sont pas des partis

  • Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a confirmé qu’une enquête avait été ouverte. Mais selon un porte-parole, il est trop tôt pour dire si des accusations seraient portées dans cette affaire. Les policiers devront d’abord déterminer le rôle joué par chacun des partis.
    (Jeanne Corriveau, dans Le Devoir du 29 août 2014.)
  1. L'utilisation du futur du passé (qui a la forme du conditionnel), seraient portées, se justifierait sans s'imposer si l'imparfait était employé dans la proposition principale (il était trop tôt pour dire si des accusations seraient portées); mais l'emploi du présent de l'indicatif dans la principale entraîne, dans le passage à l'étude, celui du futur simple dans la subordonnée.
  2. Il n'est pas question de partis politiques dans le texte de madame Corriveau, mais d'un conflit entre des employés d'une piscine et une femme dont la fille de trois ans se baignait sans haut de maillot de bain. La querelle concerne donc ces deux parties :

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a confirmé qu’une enquête avait été ouverte. Mais selon un porte-parole, il est trop tôt pour dire si des accusations seront portées dans cette affaire. Les policiers devront d’abord déterminer le rôle joué par chacune des parties.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Une fillette expulsée d’une piscine parce qu’elle n’avait pas de haut de bikini » : http://www.ledevoir.com/politique/montreal/417077/piscine-municipale-une-mere-expulsee-pour-une-fillette-de-trois-ans-sans-haut

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 01:10 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 28 août 2014

Ah! les vilaines commissaires

  • Comme un ministre de l’Éducation doit avoir envie de morigéner les commissaires scolaires. Elles qui ont négligé les bibliothèques dans leurs écoles, prêtes à y investir seulement si Québec les y poussait (ce qu’il n’a pas fait, honte, pendant des années), les voilà qu’encore une fois, entre deux coupes, elles optent pour les livres.
    (Josée Boileau, dans Le Devoir du 24 août 2014.)
  1. Mais pourquoi donc le ministre devrait-il avoir envie de morigéner les femmes commissaires? Leurs collègues masculins s'esquiveraient-ils au moment de prendre les décisions? Je croirais plutôt que l'éditorialiste a voulu parler des commissions scolaires. (Oui, on nous dit que ces organismes devraient porter le nom de conseils scolaires, mais cela n'excuse pas la confusion.)
  2. Les voilà qu'encore une fois elles optent...? Je proposerais :

Comme un ministre de l’Éducation doit avoir envie de morigéner les commissions scolaires. Elles qui ont négligé les bibliothèques dans leurs écoles, prêtes à y investir seulement si Québec les y poussait (ce qu’il n’a pas fait, honte, pendant des années), les voilà qu’encore une fois, entre deux coupes, elles optent pour les livres.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Assez lu ou assez vu? » : http://www.ledevoir.com/societe/education/416645/yves-bolduc-assez-lu-ou-assez-vu

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 17:19 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 26 août 2014

Deux-points

  • Beaucoup de choses sont en jeu; les conditions de vie, la pauvreté, la violence envers les femmes, l'implication des services sociaux et des forces policières, les politiques adoptées.
    (Chantal Guy, dans La Presse du 25 août 2014.)

Le segment de phrase qui introduit une énumération est suivi du
deux-points, et non pas du point-virgule :

Beaucoup de choses sont en jeu : les conditions de vie, la pauvreté, la violence envers les femmes, l'implication des services sociaux et des forces policières, les politiques adoptées.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Il faut qu'on parle de Tina » : http://www.lapresse.ca/debats/editoriaux/chantal-guy/201408/25/01-4794284-il-faut-quon-parle-de-tina.php

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 04:58 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 25 août 2014

Derniers mots

  • Ceux-ci ont enregistré les derniers mots qu’il a formulés par lui et qu’ils lui avaient imposés avant de filmer une suite [...]
    (Serge Truffaut, dans Le Devoir du 22 août 2014.)

Les derniers mots qu'il a formulés par lui, qu'est-ce que cela peut bien vouloir dire?

Serions-nous devant une « correction » à moitié faite? La phrase se lisait peut-être à l'origine :

Ceux-ci ont enregistré les derniers mots qui ont été formulés par lui et qu’ils lui avaient imposés avant de filmer une suite [...]

Ceux-ci ont enregistré les derniers mots qu’il a formulés par lui et qu’ils lui avaient imposés avant de filmer une suite [...]

Je choisirais de préférence la deuxième formulation (en remplaçant formulés par prononcés), moins lourde. On pouvait écrire aussi, me semble-t-il :

Ceux-ci ont enregistré ses derniers mots, qu’ils lui avaient imposés, avant de filmer une suite [...]

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« De la barbarie » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/416543/la-decapitation-de-james-foley-de-la-barbarie

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 01:18 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 24 août 2014

S'allonger encore

  • Depuis, on a rarement vu une équipe si peu disposée à assumer la responsabilité pour les cafouillages du gouvernement qu’elle dirige. Détenus afghans, crise de la listériose, F-35, surpopulation carcérale, engorgement du système d’accès à l’information, la liste pourrait s’allonger encore.
    (Manon Cornellier, dans Le Devoir du 20 août 2014.)

Encore me paraît superflu :

Détenus afghans, crise de la listériose, F-35, surpopulation carcérale, engorgement du système d’accès à l’information, la liste pourrait s’allonger encore.

* * * * *

  • [...] après le rapport d’enquête dévastateur publié hier par le Bureau de la sécurité des transports (BST), on se serait attendu à un peu plus de regrets et de contrition.

Comme je l'ai déjà expliqué, il serait plus français de parler d'un rapport d'enquête accablant.

* * * * *

  • Selon le BST, il y a d’abord une entreprise, la Montreal, Maine and Atlantic Railway (MMA), qui n’avait cure de la sécurité, se fichait des règles et formait mal ses employés. Il y a ensuite Transport Canada.

Transport Canada, c'est le nom anglais du ministère, qui s'appelle en français Transports Canada.

* * * * *

  • « [...] comme le démontre les accusations [...] »

D'après la ministre Lisa Raitt, ce sont les accusations qui démontrent...

* * * * *

  • Il y a effectivement eu des améliorations, mais le fait que tant de changements aient dû être apportés depuis un an, que MMA ait pu continuer [...], que le transport du pétrole par rail ait augmenté en flèche [...] témoignent de l’insuffisance de ces soi-disant efforts.

Le sujet du verbe témoigner, c'est le fait :

Il y a effectivement eu des améliorations, mais le fait que tant de changements aient dû être apportés depuis un an, que la MMA ait pu continuer [...], que le transport du pétrole par rail ait augmenté en flèche [...] témoigne de l’insuffisance de ces soi-disant efforts.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Le blâme » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/416297/le-blame

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 02:59 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 22 août 2014

Existence prolongée

  • Le risque de complaisance est réel. Même si ces enquêtes étaient menées avec la rigueur professionnelle qui s’impose, il y aurait toujours un doute qui existerait.
    (Bernard Descôteaux, dans Le Devoir du 20 août 2014.)

Il existerait toujours un doute, c'est bien vrai. On aurait pu toutefois employer le verbe subsister, plus précis :

Bien que l'enquête ait mis la comtesse hors de cause, un doute subsiste, en effet. La médisance n'a pas désarmé. (Bernanos, dans le Trésor de la langue française informatisé.)

Le risque de complaisance est réel. Même si ces enquêtes étaient menées avec la rigueur professionnelle qui s’impose, il subsisterait toujours un doute qui existerait.

Je serais même tentée d'enlever l'adverbe toujours...

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Servir et protéger? » : http://www.ledevoir.com/politique/montreal/416281/police-de-montreal-servir-et-proteger

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 21 août 2014

À lui et les autres

  • À lui et les autres chefs ont donc succédé des Ukrainiens moins rompus à la culture militaire.
    (Serge Truffaut, dans Le Devoir du 21 août 2014.)

Les prépositions à, de et en se répètent normalement devant chacun des compléments :

À lui et aux autres chefs ont donc succédé des Ukrainiens moins rompus à la culture militaire.

* * * * *

  • Ce faisant, ils se sont aliénés des pans importants des citoyens qui vivent dans ces environs.

Dans presque tous les cas*, lorsque le verbe pronominal a un complément d'objet direct (c.o.d.), c'est avec ce complément, s'il précède le verbe, que s'accorde le participe passé. Si le c.o.d. vient après le verbe, le participe passé reste invariable.

Ils ont aliéné qui? Des pans importants des citoyens... Le c.o.d. étant placé après le verbe, le participe passé ne doit pas s'accorder :

Ce faisant, ils se sont aliéné des pans importants des citoyens qui vivent dans ces environs.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

* Font exception s'écrier et s'exclamer; ces deux verbes essentiellement pronominaux s'accordent avec le sujet, « même s'ils ont comme complément d'objet direct une interjection ou une proposition » (Hanse et Blampain) : « Attention! » s'est-elle écriée. Ils se sont exclamés que c'était trop injuste.

« Possible embellie » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/416372/changement-de-garde-en-ukraine-possible-embellie

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 22:16 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 20 août 2014

Ce sont ajoutés à la liste...

  • Depuis, ce sont ajoutés à la liste le Mennonite Publishing Service (qui a publié, entre autres, un texte critiquant le ministre Vic Toews) et les Médecins pour la survie mondiale.
    (Manon Cornellier, dans Le Devoir du 9 août 2014.)

L'inversion n'y change rien : le Mennonite Publishing Service et les Médecins pour la survie mondiale se sont ajoutés à la liste. L'orthographe fait la distinction entre le pronom démonstratif et le pronom réfléchi. Dans un autre contexte, on aurait pu écrire :

Depuis, ce sont le Mennonite Publishing Service et les Médecins pour la survie mondiale qui...

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Charité bien ordonnée... » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/415513/charite-bien-ordonnee

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 18:58 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]