Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

samedi 31 mai 2014

Indice de développement humain

  • La détérioration des revenus, des niveaux d’éducation et des conditions sanitaires a fait passer la Syrie du groupe des pays dont l’indice de développement humain se situent près de la moyenne au groupe qui affiche des indices « bas ».
    (Claude Lévesque, dans Le Devoir du 30 mai 2014.)

La détérioration des revenus, des niveaux d’éducation et des conditions sanitaires a fait passer la Syrie du groupe des pays dont l’indice de développement humain se situe près de la moyenne au groupe qui affiche des indices « bas ».

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« La Syrie, 40 ans en arrière » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/409686/la-syrie-40-ans-en-arriere

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 08:11 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 30 mai 2014

Après six mois de l'amputation de la Crimée

  • En Ukraine, après six mois de frictions constantes entre citoyens de l’est et de l’ouest du pays, de rapports de force musclés avec la Russie, de l’amputation de la Crimée, par fusils interposés, commandée par le Kremlin, de proclamations d’indépendance ici et là dans l’est, bref après six mois d’instabilité, la ferveur des Ukrainiens pour l’Europe ne se dément pas.
    (Serge Truffaut, dans Le Devoir du 29 mai 2014.)

Après six mois de frictions constantes, après six mois de rapports de force musclés, après six mois de proclamations d'indépendance, après six mois d'instabilité, tout cela va bien, d'un point de vue grammatical : les compléments évoquent une situation ou des incidents répétés qui caractérisent les six mois en question. Mais après six mois de l'amputation de la Crimée, cela ne va pas du tout, d'abord parce que l'amputation de la Crimée est un événement en particulier, qui s'est produit à une date relativement précise, ensuite parce que cette amputation ne s'est pas produite il y a six mois, mais en mars dernier, soit il y a un peu plus de deux mois. (Nous sommes donc deux mois après l'amputation de la Crimée, et non pas après deux mois de l'amputation de la Crimée.)

Je proposerais peut-être :

En Ukraine, après six mois de frictions constantes entre citoyens de l’est et de l’ouest du pays, de rapports de force musclés avec la Russie, de proclamations d’indépendance ici et là dans l’est, bref après six mois d’instabilité, qui ont vu entre autres l'amputation de la Crimée, par fusils interposés, commandée par le Kremlin, la ferveur des Ukrainiens pour l’Europe ne se dément pas.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Désir d'Europe » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/409479/nouveau-president-en-ukraine-desir-d-europe

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 05:14 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 28 mai 2014

Évincés du paradis

  • D’avant le déluge ou moderne, la légende provençale qui entoure la baie des Anges est évocatrice. Évincés du paradis pour avoir mangé le fruit interdit, des anges auraient déposé Adam et Ève dans cette baie magnifique.
    (Hélène Clément, dans Le Devoir du 24 mai 2014.)

La légende est charmante, mais telle qu'elle est rapportée, elle me semble pousser un peu loin la révision de l'Histoire sainte : ce ne sont pas des anges qui ont été évincés du paradis terrestre, mais Adam et Ève.

Quelques exemples pour nous amuser un peu :

Évincés du chœur céleste pour avoir chanté pendant la pause, des anges mutins ont été accueillis par les âmes du purgatoire. [Construction fautive : Évincés du chœur céleste pour avoir chanté pendant la pause, les âmes du purgatoire ont accueilli des anges mutins.]

Évincé du paradis pour avoir chanté la pomme, le serpent a inventé la bouilloire. [Construction fautive : Évincé du paradis pour avoir chanté la pomme, la bouilloire est une invention du serpent.]

On aurait pu écrire :

D’avant le déluge ou moderne, la légende provençale qui entoure la baie des Anges est évocatrice. Évincés du paradis pour avoir mangé le fruit défendu, Adam et Ève auraient été déposés par des anges dans cette baie magnifique.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Nice, ville verte sur la grande bleue » : http://www.ledevoir.com/art-de-vivre/voyage/408807/tourisme-france-nice-ville-verte-sur-la-grande-bleue

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 27 mai 2014

Énumération et cohérence

  • Tout le monde se demandait par quel chemin tortueux ce juge [...] avait pu 1) se retrouver sur la liste des « meilleurs candidats » soumise par le ministre Peter MacKay au comité; 2) comment ce comité avait pu en faire un des trois meilleurs juges du Québec; et 3) comment le premier ministre avait pu le choisir.
    (Yves Boisvert, dans La Presse du 26 mai 2014.)

Les éléments d'une énumération doivent se rattacher à l'introduction de cette énumération. On peut très bien écrire :

Tout le monde se demandait par quel chemin tortueux ce juge avait pu se retrouver sur la liste des « meilleurs candidats ».

Mais on n'écrirait jamais :

Tout le monde se demandait par quel chemin tortueux ce juge avait pu comment ce comité avait pu en faire un des trois meilleurs juges du Québec.

Tout le monde se demandait par quel chemin tortueux ce juge avait pu comment le premier ministre avait pu le choisir.

Je proposerais donc :

Tout le monde se demandait : 1) par quel chemin tortueux ce juge [...] avait pu se retrouver sur la liste des « meilleurs candidats » soumise par le ministre Peter MacKay au comité; 2) comment ce comité avait pu en faire un des trois meilleurs juges du Québec; 3) comment le premier ministre avait pu le choisir.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Un processus perverti, inconstitutionnel » : http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/yves-boisvert/201405/26/01-4769841-un-processus-perverti-inconstitutionnel.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_yves-boisvert_3256_section_POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 26 mai 2014

« Vive la compagnie! »

  • Thomas Harding, Jean Demaître et Richard Labrie ont parcouru, menottes aux mains, la distance qui les séparaient du palais de justice improvisé de Lac-Mégantic.
    (Légende de la photo accompagnant un article de Lisa-Marie Gervais, dans Le Devoir du 14 mai 2014.)

C'est une certaine distance qui les séparait du palais de justice improvisé.

* * * * *

  • Pour les habitants de Lac-Mégantic, cette agitation et ces caméras braquées sur leur petit coin de pays, n’était pas sans rappeler les semaines suivant l’horreur du 6 juillet dernier [...]

Ce n'est pas le petit coin de pays qui n'était pas sans rappeler..., mais l'agitation et les caméras :

Pour les habitants de Lac-Mégantic, cette agitation et ces caméras braquées sur leur petit coin de pays n’étaient pas sans rappeler les semaines suivant l’horreur du 6 juillet dernier [...]

* * * * *

  • Le juge en a fait la lecture : une caution de 15 000 $, garder la paix et une bonne conduite, ne pas être en possession d’armes, demeurer au Québec, ne pas déménager à moins d’en aviser la Cour, rendre son passeport, ne pas travailler dans une compagnie ferroviaire à moins d’être en compagnie d’une personne qualifiée mise au courant des conditions.

Deux observations :

  1. Les conditions de remise en liberté devraient toutes être exprimées de façon semblable, dans le cas présent par un infinitif.
  2. Il faudrait éviter la répétition de compagnie.

Je proposerais :

Le juge en a fait la lecture : verser une caution de 15 000 $, garder la paix et une bonne conduite, ne pas être en possession d’armes, demeurer au Québec, ne pas déménager à moins d’en aviser la Cour, rendre son passeport, ne pas travailler dans une entreprise ferroviaire à moins d’être en compagnie d’une personne qualifiée mise au courant des conditions.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Lac-Mégantic voit défiler ses accusés » : http://www.ledevoir.com/societe/justice/408232/lac-megantic-voit-defiler-ses-accuses

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:24 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 25 mai 2014

Populations

  • Quand des populations entières prennent la route pour fuir l’horreur, portant sur leurs épaules le peu de choses qu’ils essaieront de sauver pour survivre, on ne peut plus parler de jardin de roses.
    (Lise Payette, dans Le Devoir du 16 mai 2014.)

Quand des populations entières prennent la route pour fuir l’horreur, portant sur leurs épaules le peu de choses qu’elles essaieront de sauver pour survivre, on ne peut plus parler de jardin de roses.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Et vous? Vous arrivez à dormir? » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/408445/et-vous-vous-arrivez-a-dormir

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 02:13 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 23 mai 2014

Étourderie

  • Si la députée de Laviolette entretenait encore le moindre espoir de réintégrer le Conseil des ministres, elle ne devrait plus se faire d’illusions. Jusqu’à plus ample informé, M. Couillard ne semble toutefois pas croire que son étourderie mérite d’être exclue du caucus.
    (Michel David, dans Le Devoir du 17 mai 2014.)

Ce n'est pas l'étourderie de la députée de Laviolette qui pourrait être exclue du caucus, mais la députée elle-même; je proposerais :

Si la députée de Laviolette entretenait encore le moindre espoir de réintégrer le Conseil des ministres, elle ne devrait plus se faire d’illusions. Jusqu’à plus ample informé, M. Couillard ne semble toutefois pas croire que son étourderie lui mérite d’être exclue du caucus.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« L'étourdie » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/408540/l-etourdie

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 14:50 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 22 mai 2014

Il a mené une carrière qui l'a amenée à réfléchir

  • [...] M. Ménard a mené une carrière fructueuse comme ministre, député bloquiste et bâtonnier du Québec, qui l’a amenée à réfléchir sur le rôle des prisons et de la police.
    (Lisa-Marie Gervais, dans Le Devoir du 21 mai 2014.)

Deux observations :

  1. Il faudrait éviter d'utiliser les verbes mener et amener dans la même phrase.
  2. Le participe passé employé avec avoir ne s'accorde pas avec le sujet, mais avec le complément d'objet direct, si celui-ci est placé devant le verbe. La carrière a amené qui à réfléchir? M. Ménard, représenté par le pronom l'.

Je proposerais :

[...] M. Ménard a mené une carrière fructueuse comme ministre, député bloquiste et bâtonnier du Québec, qui l’a conduit à réfléchir sur le rôle des prisons et de la police.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Serge Ménard se vide le cœur » : http://www.ledevoir.com/societe/education/408760/printemps-2012-serge-menard-se-vide-le-coeur?utm_source=infolettre-2014-05-21&utm_medium=email&utm_campaign=infolettre-quotidienne

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 03:04 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 20 mai 2014

Pas si fort

  • Ils sont les vieux, nous sommes donc les jeunes. Fort de cette énergie et de ce dynamisme qui nous caractérisent, nous puisons ou laissons à notre guise, dans leur marché aux puces du temps qui passe, ce qui fait ou non notre bonheur.
    (Jean-Jacques Stréliski, dans Le Devoir du 12 mai 2014.)

L'adjectif doit s'accorder avec le pronom nous, qui a ici valeur de pluriel :

Ils sont les vieux, nous sommes donc les jeunes. Forts* de cette énergie et de ce dynamisme qui nous caractérisent, nous puisons ou laissons à notre guise, dans leur marché aux puces du temps qui passe, ce qui fait ou non notre bonheur.

  • Ce qui se passe à Radio-Canada en est l’illustration formelle. Couper dans la jeunesse, c’est bel et bien couper dans leur avenir. Tout un symbole.

Ce qui se passe à Radio-Canada en est l’illustration formelle. Couper dans la jeunesse, c’est bel et bien couper dans son* avenir. Tout un symbole.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

* Le 21 mai 2014 à 22 h, je vois que la correction a été apportée.

« Les vieux pays » : http://www.ledevoir.com/societe/medias/408027/question-d-images-les-vieux-pays

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 10:15 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 18 mai 2014

Partie de jambe en l'air

  • [...] cette partie de jambe en l’air qui a fait les manchettes en 1998 [...]
    (Fabien Deglise, dans Le Devoir du 12 mai 2014.)

Le Petit Robert, aux articles « partie », « jambe » et « air », donne l'expression partie de jambes en l'air. Je trouve dans le Grand Robert la même graphie, aux articles « air » et « partie », de même que l'exemple suivant :

Ce qu'il me faudrait : une accorte servante nègre, avec des fossettes lombaires, qui m'apporte du café noir et qui soit disposée à une petite partie de jambes en l'air. (J.-P. Manchette, à l'article « lombaire ».)

Il fallait donc écrire :

[...] cette partie de jambes* en l’air qui a fait les manchettes en 1998 [...]

* * * * *

  • L’existence d’un Gab Roy, dans le paysage numérico-social du moment, le Far-Web, comme on l’appelle parfois, n’est bien sûr pas très étonnant.

Ce n'est pas Gab Roy qui n'est pas très étonnant, ni le paysage, ni le moment, ni le Far-Web, mais l'existence d'un Gab Roy :

L’existence d’un Gab Roy, dans le paysage numérico-social du moment, le Far-Web, comme on l’appelle parfois, n’est bien sûr pas très étonnante*.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

* Le 21 mai 2014 à 22 h, je vois que la correction a été apportée.

« L'humiliation » : http://www.ledevoir.com/societe/actualites-en-societe/408039/chroniquefd-l-humiliation

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 16:45 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]