Choux de Siam

Parce que j'aime les choux de Siam, et pas seulement la grammaire (carnet dédié à monsieur Raymond Laganière, autrefois professeur de français à la polyvalente Donnacona)

mercredi 30 avril 2014

Un quart de millions

  • On compte un million de personnes déplacées et environ un quart de millions de personnes réfugiées dans les pays limitrophes.
    (Manon Cornellier, dans Le Devoir du 30 avril 2014.)

Un quart de million, ce n'est pas quatre millions, mais le quart d'un million :

On compte un million de personnes déplacées et environ un quart de million de personnes réfugiées dans les pays limitrophes.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Plus jamais? » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/406905/plus-jamais

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

mardi 29 avril 2014

Points en litiges

En litiges, en litige; orthographe.

  • [...] entente finale et « accord-cadre » sur tous les points en litiges [...]
    (François Brousseau, dans Le Devoir du 28 avril 2014.)

D'après les exemples que je vois dans les dictionnaires courants, l'expression en litige est invariable :

Quels sont les points en litige? (Lexis.)

Sir Edward Grey propose de réunir immédiatement, en conférence à Londres, les ambassadeurs allemands, italiens et français, pour un débat sur toutes les questions en litige. (Martin du Gard dans le Grand Robert, aux articles « litige », « question » et « sur ».)

Mes avocats, mes avoués, tout le monde m'a supplié de ne pas laisser huit mois de ma vie au palais, et hier j'ai signé un compromis pour faire juger souverainement par deux arbitres toutes les questions en litige. (Balzac dans le Trésor de la langue française informatisé, à l'article « compromis ».)

[...] ils sont exposés dans les questions en litige à propager les erreurs aussi bien que les vérités. (C. Bernard dans le Trésor, à l'article « litige ».)

Les points d'accord, de désaccord; les points en suspens, en litige; les points d'un ordre du jour. (Trésor, à l'article « point ».)

Il faudrait écrire :

[...] entente finale et « accord-cadre » sur tous les points en litige* [...]

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

* Le 4 mai 2014 à 22 h 20, je vois que la correction a été apportée.

« Israël-Palestine, fin du processus » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/406694/israel-palestine-fin-du-processus

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:33 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 28 avril 2014

Il est temps

  • Certes, il n’est pas le premier à dire que le temps des décisions difficiles est venu et qu’il est temps de recentrer l’État sur ses missions essentielles.
    (Michel David, dans Le Devoir du 24 avril 2014.)

On pouvait éviter la répétition :

Certes, il n’est pas le premier à dire que le moment des décisions difficiles est venu et qu’il est temps de recentrer l’État sur ses missions essentielles.

Certes, il n’est pas le premier à dire que l'heure des décisions difficiles est venue et qu’il est temps de recentrer l’État sur ses missions essentielles.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Une affaire de gars » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/406362/une-affaire-de-gars

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 17:51 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 27 avril 2014

Les images lui renvoyaient son iPhone?

  • Comme ce jeune Anglais [...] qui a tenté de mettre fin à ses jours parce qu'il n'acceptait pas les images que lui renvoyaient son iPhone.
    (Élisabeth Fleury, dans Le Soleil du 22 avril 2014.)

Les images ne lui renvoyaient pas son iPhone; c'est plutôt son iPhone qui lui renvoyait des images :

Comme ce jeune Anglais [...] qui a tenté de mettre fin à ses jours parce qu'il n'acceptait pas les images que lui renvoyait son iPhone.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« L'ego à bout de bras » : http://www.lapresse.ca/le-soleil/opinions/editoriaux/201404/21/01-4759518-lego-a-bout-de-bras.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_lire_aussi_4761216_article_POS1

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 06:39 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 25 avril 2014

Clichés

  • Après la réalisation du film, l’ONF aurait renvoyé ses clichés, selon Stephen Bulger, à son auteur, qui, lui, les aurait vendues à un ami photographe de mode. C’est de lui que le collectionneur américain les aurait acquises, vers 2009. « Il m’a appelé aussitôt », dit le galeriste.
    (Jérôme Delgado, dans Le Devoir du 25 avril 2014.)

Le pronom les, complément d'objet direct des verbes vendre et acquérir, ne remplace pas un nom féminin, comme photos, mais masculin, soit clichés. Il fallait faire l'accord en conséquence :

Après la réalisation du film, l’ONF aurait renvoyé ses clichés, selon Stephen Bulger, à son auteur, qui, lui, les aurait vendus à un ami photographe de mode. C’est de lui que le collectionneur américain les aurait acquis, vers 2009. « Il m’a appelé aussitôt », dit le galeriste.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Le Québec vu par Cartier-Bresson » : http://www.ledevoir.com/culture/arts-visuels/406500/foirepapier14-le-quebec-vu-par-cartier-bresson

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 16:40 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

jeudi 24 avril 2014

Le barbarisme de Bachar al-Assad

Barbarisme ou barbarie; paronymes.

  • [...] on retient que le barbarisme de Bachar al-Assad nourrit la sauvagerie des réseaux islamistes et vice-versa.
    (Serge Truffaut, dans Le Devoir du 23 avril 2014.)

Accuser le président de la Syrie de barbarisme au lieu de barbarie, il me semble que c'est commettre un barbarisme. D'après le Grand Robert, en effet, si barbarie signifie « cruauté de barbare », le barbarisme est une « faute grossière de langage, particulièrement celle qui consiste à employer des mots forgés ou déformés, à se servir d'un mot dans un sens qu'il n'a pas ». (J'ai consulté aussi le Multidictionnaire, le Lexis, le Petit Robert et le Trésor de la langue française informatisé.)

Il fallait écrire :

[...] on retient que la barbarie de Bachar al-Assad nourrit la sauvagerie des réseaux islamistes et vice-versa.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Le roi cynique » : http://www.ledevoir.com/international/actualites-internationales/406164/guerre-civile-syrienne-le-roi-cynique

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 00:10 - Ni fleurs ni couronnes - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 23 avril 2014

Se dégager de ses engagements

  • Que M. Johnson, un ancien premier ministre, aborde la question avec autant de légèreté et que M. Couillard ne lui ait pas demandé de se dégager au cours des derniers mois de ses engagements auprès du privé [...]
    (Josée Boileau, dans Le Devoir du 23 avril 2014.)

Je suggérerais :

Que M. Johnson, un ancien premier ministre, aborde la question avec autant de légèreté et que M. Couillard ne lui ait pas demandé de se libérer au cours des derniers mois de ses engagements auprès du privé [...]

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Il y a malaise » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/406163/transition-lib

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 14:23 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

lundi 21 avril 2014

Volets

  • Une vingtaine de films et des poussières accèdent à la compétition, bon an mal an, sur un bouquet de maîtres confirmés, parfois déjà palmés d’or — cette fois, les frères Dardenne, Ken Loach —, et une relève triée sur le volet, après antichambre plus ou moins longue dans les volets parallèles.
    (Odile Tremblay, dans Le Devoir du 19 avril 2014.)

On aurait pu écrire :

[...] et une relève triée sur le volet, après antichambre plus ou moins longue dans les sections parallèles.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Le pinacle cannois » : http://www.ledevoir.com/culture/cinema/405893/le-pinacle-cannois

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:52 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]

dimanche 20 avril 2014

Les Francos-Ontariens

Franco-, variable ou invariable; les Francos-Ontariens, les Franco-Ontariens; orthographe.

  • Mais plus encore : M. Fraser pense qu’il est temps que le Québec se dote d’une structure administrative semblable à celle de l’Office des affaires francophones (OAF), en Ontario. « L’OAF joue un rôle extrêmement important pour les [611 000] Francos-Ontariens », rappelle M. Fraser.
    (Guillaume Bourgault-Côté, dans Le Devoir du 19 avril 2014.)

Franco-, lorsqu'il entre dans des mots composés où il évoque la France ou l'ascendance française, est un élément invariable :

Des traditions franco-ontariennes. (Multidictionnaire.)

Les accords franco-russes. (Lexis.)

Les Franco-Américains du Maine. (Petit Robert et Grand Robert.)

Les guerres franco-allemandes. (Grand Robert.)

Tous ou presque tous les invités de M. Ponto étaient Français, mais Français mâtinés, c'est-à-dire Franco-Anglais, Franco-Belges, Franco-Russes […] (A. Robida, dans le Grand Robert.)

D'après ce que je peux voir, ce point n'est pas visé par les rectifications de l'orthographe.

Il fallait écrire :

Mais plus encore : M. Fraser pense qu’il est temps que le Québec se dote d’une structure administrative semblable à celle de l’Office des affaires francophones (OAF), en Ontario. « L’OAF joue un rôle extrêmement important pour les [611 000] Franco-Ontariens », rappelle M. Fraser.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Pas de privilèges pour les anglophones » : http://www.ledevoir.com/politique/quebec/406059/pas-de-privileges-pour-les-anglophones

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 20:04 - Langue et traduction - Commentaires [0] - Permalien [#]

samedi 19 avril 2014

Il dit lever bien des embûches?

  • Il [Justin Trudeau] dit être persuadé qu’un cadre réglementaire adéquat aurait rassuré nos partenaires commerciaux et lever bien des embûches.
    (Manon Cornellier, dans Le Devoir du 12 avril 2014.)

Justin Trudeau ne dit pas lever bien des embûches, mais plutôt être persuadé qu'un cadre réglementaire adéquat aurait levé bien des embûches. Il fallait écrire :

Il dit être persuadé qu’un cadre réglementaire adéquat aurait rassuré nos partenaires commerciaux et levé bien des embûches.

Line Gingras
Traductrice agréée (OTTIAQ, ATIO)
Québec

« Le prix de l'inaction » : http://www.ledevoir.com/politique/canada/405342/le-prix-de-l-inaction

Merci de votre visite. Une question? Je serai heureuse d'y répondre, dans la mesure de ma disponibilité. Voir la rubrique « Contactez l'auteur », dans la colonne de droite.

Il n'y a pas que ce que l'on dit; la manière dont on le dit, c'est un message aussi.

Posté par Choubine à 23:50 - On ne se relit jamais trop - Commentaires [0] - Permalien [#]